Le Kosovo dépenserait 51 millions d’euros pour créer sa propre armée

post_thumb_default

 

«Défendre la souveraineté et l’intégrité des territoires kosovars», voici la raison principale pour laquelle le Kosovo a décidé de créer sa propre armée. Le président, Hashim Thaci, envisagerait de dépenser 51 millions d’euros, venant du budget annuel du Kosovo qui est estimé à près de 2 milliards pour l'année 2017. D’après les révélations du journal Zeri, au moins 8 000 militaires seraient mobilisés dans le cadre du service militaire actif, tandis que 3 000 d’autres resteraient en réserve.

Selon le projet initial, cette armée serait constituée sur la base des Forces de l'ordre nationales du Kosovo, à l’initiative du président kosovar à condition qu'il soit approuvé par le Parlement. D'après Zeri, Hashim Thaci s'attend à obtenir le soutien de 110 des 120 députés que compte le législatif.

Pour le moment, les missions des forces de l'ordre kosovares sont limitées aux opérations de recherche et de sauvetage, à la lutte contre les incendies, au déminage et à la désintoxication des produits chimiques. Elles ne possèdent également qu'un armement léger.

Le projet de création d'une armée au Kosovo a émergé au début du mois de mars. Ses proches voisins, ainsi que Bruxelles, Washington et Moscou l'ont vivement critiqué. Le 8 mars, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait affirmé que la création d'une armée kosovare constituait un risque pour la stabilité dans les Balkans et allait à l’encontre de la résolution de l’ONU 1244, datée du 10 juin 1999, qui n'autorisait un déploiement militaire et civil au Kosovo que dans le seul cadre d'une opération de maintien de la paix.

Précédemment, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, s'était lui aussi opposé à cette initiative, soulignant que les fonctions des forces de l'ordre étaient déterminées par la Constitution du Kosovo et que si des modifications y étaient apportées, l'OTAN se réservait le droit de revoir le niveau de l'aide que l'Alliance atlantique accorde à Pristina.

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par rikiki le

    Merci pour ces éclaircissements. Question : Quel est l’intérêt pour la Suisse d’investir pareillement dans un pays particulièrement mafieux.

  2. Posté par Yolande C.H. le

    Merci Cenator pour cet aperu.
    Cela n’incite pas ces ressortissants à retourner vivre dans leur pays, c’est moins bling-bling qu’ici.

  3. Posté par Cenator le

    Les millions que la Suisse et le Conseil de l’Europe déversent depuis des années sur ce pays gangréné par la corruption et par l’islamisme contribuent indirectement à cet effort d’armement. Bien qu’ils le soient à d’autres titres tels que l’aide au développement, c’est autant d’argent que le Kosovo n’a pas à fournir lui-même et qu’il est donc libre d’affecter à sa guise.
    Aide suisse au Kosovo :

    https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae/representations-et-conseils-aux-voyageurs/kosovo/suisse-kosovo.html
    https://www.eda.admin.ch/countries/kosovo/fr/home/relations-bilaterales.html
    https://www.eda.admin.ch/countries/kosovo/fr/home/cooperation-internationale/projets.html

    En 1998, la Suisse fournissait déjà une aide humanitaire au Kosovo. Cette aide a ensuite été remplacée par des programmes de coopération au développement à long terme. La stratégie de coopération 2013–2016 de la DDC et du SECO se concentre sur les domaines suivants :
    • la gouvernance démocratique et la décentralisation, lutte contre la corruption*
    • l’économie et l’emploi
    • l’eau et les installations sanitaires
    • la santé
    • la migration
    De par son engagement, la Suisse fait partie des principaux pays donateurs du Kosovo.

    Contributions de la Suisse en matière de développement et de coopération au Kosovo
    environ 70 millions par année (2014 à 2016)
    (https://www.eda.admin.ch/deza/fr/home/laender/kosovo.html)

    Lutte contre la corruption au Kosovo
    Au Kosovo, la corruption est omniprésente au sein des institutions étatiques et contribue à la perte de confiance des citoyens dans le système. La DDC soutient un projet qui vise à pallier le phénomène en luttant pour la transparence des institutions et pousse les citoyens à dénoncer les mauvaises pratiques.
    Période : 01.05.2016 – 30.04.2020
    Budget : CHF 525’000

    La DDC soutient l’autonomie des communes et la participation politique au Kosovo
    Depuis son accession à l’indépendance en 2008, le Kosovo s’efforce de réformer et de décentraliser les pouvoirs publics, dans le but de renforcer l’autonomie locale dans 38 communes. Le projet de la DDC intitulé «Decentralisation and Municipal Support» (DEMOS) permet d’aider 17 communes à améliorer leurs services aux citoyens.
    Période : 01.01.2014 – 31.12.2017
    Budget : CHF 12’820’000

    Des notaires pour décharger les tribunaux
    Dans l’ancienne Yougoslavie, il n’existait pas de notaires. Les fonctions notariales étaient exercées par les tribunaux de district, et c’est encore le cas aujourd’hui. Or ces tribunaux souffrent d’une surcharge chronique et ne peuvent pas s’acquitter de leurs fonctions de manière satisfaisante. Ce projet soutient le gouvernement du Kosovo dans la mise en place d’un système notarial, contribuant ainsi au développement de l’état de droit dans le pays.
    Période : 01.03.2012 – 30.06.2017
    Budget : CHF 1’150’000

    Davantage de perspectives d’emplois pour les jeunes au Kosovo
    Au Kosovo, le chômage des jeunes est élevé. L’une des causes de ce phénomène est le manque de compétitivité des entreprises sur le plan international. Le projet de promotion de l’emploi dans le secteur privé « Promoting Private Sector Employment » (PPSE) renforce les entreprises de l’industrie alimentaire et de l’industrie touristique et encourage la création d’emplois.
    Période : 01.04.2013 – 15.11.2017
    Budget : CHF 7’130’000

    Enhancing Youth Empolyability (EYE)
    In order to improve the market opportunities for youth in Kosovo, the EYE program will facilitate matching between the demand (employer) and supply (potential employees) of the labour market. It contributes to ensuring the availability of adequately trained young women and men to meet the requirements of the private sector. It is expected that by end of 2020, 5,000 more young women and men will be employed, 20,000 will have better skills and 100,000 will have better career information and will make informed career choices.
    Période : 01.01.2017 – 31.12.2020
    Budget : CHF 5’900’000

    Remittances and Payments Program
    This program, which is executed by the World Bank, aims to make the transfer of remittances, i.e. the money that is sent home by migrants, cheaper, safer and more convenient. This will result in an increase of the available resources for migrants and their families and in an increased usage of formal transfer channels and basic financial services.
    Période : 01.12.2014 – 30.06.2019
    Pays : Albanie, Macédoine, Serbie, Kosovo
    Budget : CHF 6’000’000

    Wastewater Treatment Plant Gjakova with KfW
    SECO is entering with this project the domain of wastewater treatment by cofinancing the construction of a wastewater treatment plant (WWTP) in Gjakova with KfW.
    Période : 01.01.2014 – 31.12.2019
    Budget : CHF 10’000’000

    Kosovo Inter-Ministerial Water Council
    The Kosovo Inter-Ministerial Water Council (IMWC) aims at integrating water issues in the Kosovo Government development policies. The project supports the ‘IMWC Support Project Team’, which will elaborate policies and reform processes, propose them to the IMWC and support the implementation process of the approved tasks.
    Période : 01.09.2013 – 31.12.2017
    Budget : CHF 1’248’000

    Sans compter la SwissCoy et son usine à gaz coûteuse :
    http://www.vtg.admin.ch/fr/actualite/engagements-et-operations/promotion-militaire-de-la-paix.html (Manifestations)

    Projets du Conseil de l’Europe pour le Kosovo :
    https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=09000016802eee6d (voir p. 35)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.