Maximes pertinentes à méditer pendant une campagne présidentielle, en France comme ailleurs

coluche-cit

 

"Le vice inhérent au capitalisme est la répartition inégale des bienfaits; la vertu inhérente au socialisme est la répartition égale de la misère"   (W. Churchill)

 "La France deviendra dans moins de vingt ans la colonie de ses anciennes colonies "
(Vladimir Poutine, 1995)
.
"A la place de l'aide au développement, aidez plutôt les émigrés à rentrer dans leurs pays ! Au lieu de nous envoyer des médecins de Médecins du monde, essayez de convaincre plutôt tous les médecins camérounais installés à l'étranger de revenir" (Emile Bomba)
.
"Il convient d'être bienveillant envers autrui...mais pas au point de se laisser marcher sur les pieds par les tribus étrangères mal élevées"  (Proverbe néanderthalien)
.
"Nous flottons sur un bateau sans gouvernail et nous ignorons où est le port : il faut donc continuer à naviguer" (Isaiah Berlin)
.
"Les Vérités qu'on aime le moins apprendre sont celles qu'on a le plus intérêt à connaître" (Jean-Maurice Parnet)
.
"Alliance Bayrou-Macron : un mariage entre la carpe et le lapin qui va faire beaucoup de dindons" (Gilbert Collard)
.
"Populiste, au dessus de 50% , ça devient populaire" (Elisabeth Lévy)
.
"Il n'y a pas de problème religieux en France. Il y a un problème lié à l'islam" (François Fillon)
.
"Les hommes politiques ont des carrières et peuvent donc avoir des objectifs qui diffèrent de la maximisation du bonheur des citoyens" (David Thesmar, économiste)
.
"Toute politique décadente multiplie sans fin le nombre des lois" (Raymond Abellio)
.
"En politique, quand j'entends un de ces grands mots techniques, je me braque et je cherche toujours quelle infamie ça cache" (Aimé Césaire)
.
Et un sourire pour la fin :
"Rose promise, chôm'du !" (Coluche)
 

Un commentaire

  1. Posté par Vautrin le

    Ajoutons un proverbe attribués aux Baoulés : « Le crapaud ne mord pas, mais ce n’est pas une raison pour le mettre dans son caleçon ».
    Ou cette adaptation d’une maxime célèbre : « væ regno cujus rex latro est » (malheur au royaume dont le prince est un larron), ce qui s’appliquerait bien à Macron s’il devenait par malheur président. Auquel nous pourrions alors opposer : « brevis est via ab honoribus ad supplicium » (courte est la voie des honneurs au supplice), car, si nous sommes encore un Peuple, nous savons que « rupem Tarpeiam prope Capitolium est » (la roche Tarpéienne est proche du Capitole).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.