L’Arabie inocule maintenant le djihad en Asie

post_thumb_default

 

Salman Bin Abdul Aziz, le roi le plus riche du monde, est en tournée dans sept pays d’Asie. L’Arabie investit vers l’Asie musulmane pour asseoir son influence politico-économique, et continuer à répandre le djihad.

Avec son folklore oriental, les plus de 1000 personnes de sa cour et ses plus de 500 tonnes de bagages, le roi saoudien ne passe pas inaperçu dans ses déplacements. Salman Bin Abdul Aziz signe des accords, pas seulement pétroliers.

Le voyage est décisif pour Riyad. Sur le plan économique, les Saoudiens sont conscients de la nécessité de se diversifier, trop dépendants qu’ils sont de leurs exportations de pétrole. Ils souhaitent donc attirer les investissements des grandes économies asiatiques. 
Il faut dire qu’à l’ouest, après la victoire surprise de Donald Trump, avec le virage à droite des pays européens, l’argent des monarchies du Golfe n’est plus en sûreté. Les enquêtes sur les attentats terroristes en Europe et en Amérique remontent presque toujours vers Ryad et ses alliés objectifs au Moyen-Orient.

L’Asie du Sud-Est, avec son énorme population de musulmans sunnites, est une zone géopolitique où les Saoudiens peuvent encore étendre leur influence.
Notamment aux Maldives, que Salman visitera sur le chemin du retour à Riyadh. Les Maldives, avec seulement 400.000 habitants, s’étendent sur 1.000 kilomètres, en plein au milieu d’une des plus importantes routes maritimes du monde. 
Les Saoudiens veulent, précisément, s’acheter l’atoll Faafu, qui comprend 26 îles. Le président des Maldives, Abdulla Yameen, a beau faire valoir que l’accord conduirait à des investissements dans l’infrastructure et à la construction de nouveaux logements, ses adversaires dénoncent déjà la vente d’une partie du pays aux Arabes.

L’opposition s’inquiète de l’influence corrosive que les Saoudiens, qui ont passé des décennies à inoculer leur wahhabisme toxique partout où on acceptait leur argent, peuvent avoir sur le pays. 
Comme en France et dans les autres pays vendus aux pays du Golfe, une radicalisation religieuse troublante a pris racine aux Maldives. Dans ce qui était historiquement l’un des pays les plus paisibles du monde musulman : on a vu 200 à 300 Maldiviens partir rejoindre l’État Islamique. C’est comme si, proportionnellement, plus de 160 000 Américains partaient faire le djihad.

Heureusement, une autre puissance veille, peu décidée à laisser les Arabes s’installer sur ce qu’elle estime être son pré carré : la Chine, qui investit également massivement dans la région. C’est donc un nouveau terrain d’affrontement entre puissances qui s’ouvre en Asie.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par guy le

    Facile d’accuser ces salopards de saoudiens wahhabites quand nos elites corompues leur lechent les babouches ou se balladent coiffees du tchadors .

  2. Posté par Poulbot le

    Je conseille aux personnes fréquentant ce site de lire le livre  » La face cachée du 11 Septembre 2001 , d’éric Laurent ; il démontre bien l’implication des saoudiens dans la majorité des mouvements terroristes ainsi que la prolifération des mouvements islamistes dans le monde.

  3. Posté par Steph le

    Vivement l’énergie libre pour tous; ainsi sonnera la fin du règne pétrolier et son hégémonie sanglante.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.