Djihadistes usurpateurs de passeports et de permis suisses

time-bomb

Cenator : Aujourd’hui, le Tribunal Fédéral a confirmé la peine de 18 mois avec sursis d’un djihadiste libano-« suisse » de 27 ans qui avait été stoppé à l’aéroport alors qu’il voulait aller combattre avec l’EI. Nous sommes ravis d’apprendre, non seulement que l’info passe inaperçue de la majorité des médias mais aussi que :

- la nationalité suisse est accordée à des traîtres à notre société et à notre civilisation,

- le djihadiste n’a aucun remords et, malgré cela, il bénéficie d’un sursis,

- les contribuables passent à la caisse pour financer ses frais de justice et son recours

Et scandale absolu : une peine dérisoire, et le passeport suisse n’est pas retiré.

 

Jusqu’à maintenant, la Suisse a été épargnée par les attentats meurtriers, mais nous avons eu des actes isolés qui s’apparentent à des actes djihadistes, comme l’octogénaire poussé sous un train par un Turc, mais les autorités ont réussi à faire passer ces actes pour des agissements de déséquilibrés.

Les sympathisants djihadistes vivant en Suisse, les djihadistes de retour en Suisse… décidément la Suisse est aussi en  danger.

*************

 

Berne veut se prémunir contre le terrorisme

Un plan d'action national contre la radicalisation et l'extrémisme violent [PAN] est en cours d'élaboration.

14.03.2017

La Suisse doit renforcer ses instruments pour lutter contre le terrorisme à motivation djihadiste. Les autorités veulent agir sur la déradicalisation. […] Le terrorisme peut frapper «n'importe qui, n'importe où, n'importe quand», selon la directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol) Nicoletta della Valle. […]

Déradicaliser

Lorsque les personnes à risque apparaissent sur le radar du SRC [Service de renseignement de la Confédération] et ensuite de la police, «il est déjà trop tard», a-t-elle souligné. […]

[…] Des mesures doivent être prises avant, pendant ou après l'exécution de la peine, pour déradicaliser ou réhabiliter les personnes de retour du djihad ou les djihadistes radicalisés et condamnés. Le PAN devrait être adopté au troisième trimestre 2017 par les organismes politiques.

Fedpol travaille également sur un paquet de mesures en dehors d'une instruction pénale, comme l'obligation de se présenter au poste de police ou le retrait des documents d'identité ainsi que la possibilité pour fedpol d'inscrire sous surveillance discrète les personnes suspectes dans le Système d'information Schengen (SIS).

Combler les lacunes

[…]

La loi fédérale interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «Etat islamique» ainsi que les organisations apparentées doit également être prolongée. Elle est limitée à fin 2018. Dans ce cadre, la peine minimale appliquée est aussi en discussion. Pour le Ministère public de la Confédération (MPC), la peine minimale de 5 ans est trop basse.

500 internautes surveillés

A la fin 2016, 497 internautes étaient sur les radars du Service de renseignement de la Confédération: ils diffusaient en Suisse ou à partir de notre pays du matériel prônant l'idéologie djihadiste, selon le rapport TETRA. Ils ne représentent pas nécessairement tous une menace pour la sécurité.

Actuellement, le MPC conduit des procédures pénales contre 60 personnes liées à des groupes terroristes comme l'Etat islamique ou qui ont entrepris des démarches en ce sens.

En Suisse, le SRC a dénombré 83 voyageurs du djihad, dont 30 avec un passeport suisse. Une vague de retour n'a pas encore été constatée, précise M. Seiler.

[…]

Source : Tribune de Genève

11 commentaires

  1. Posté par Monique le

    Pour quelle raison une peine avec sursis? Puis je croyais naïvement que les tribunaux devaient expulser les criminels étrangers? Ah, il a acquis la nationalité Suisse, mais alors dénaturalisez-le puisqu’il possède une autre nationalité, et surtout expulsez-le! On croit rêver: on est chez les bisounours qui se font marcher sur les cou….. ???

  2. Posté par Antoine le

    On croit rêver quand on entend la sentence: c’est un cauchemar pour les vrais citoyens suisses de souche et pour tous le citoyens suisses honnêtes qui contribuent tous les jours à construire et à améliorer le pays Suisse!

  3. Posté par Vivi le

    La Suisse, des Montres, du Chocolat et du Djihad ….

  4. Posté par Dominique Schwander le

    Voici ce qui arrive quand on donne permis de séjour, passeports, etc, sans exiger assimilation et efforts personnels!

  5. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Jusqu’à quand va-t-on nous encore seriner avec ce terme trompeur de « radicalisation »? cette boursouflure médiatique qui vise à nous convaincre que les atrocités que nous affligent certains musulmans pieux qui appliquent à la lettre les consigne de leur livre saint, n’ont rien à voir avec la religion de paix et d’amour?
    La seule radicalisation évidente dans cette situation est celle de ceux qui sont censés nous protéger et défendre nos intérêts, qui vont toujours plus loin dans la trahison et la veulerie.

  6. Posté par P. le

    « …Les autorités veulent agir sur la déradicalisation… »

    Cela a déjà été tenté en France et cela a été une immense débacle. Mais c’est comme toujours avec les gauchistes : si ça n’a pas réussi avant, c’est qu’on en n’a pas fait assez. Alors que la solution est tellement plus simple !

  7. Posté par TulliaCiceronis le

    @Christian Hofer – On ne peut mieux dire.

  8. Posté par Maurice le

    Lorsque des idéologistes socialisants épousent une utopie et deviennent chefs d’État, cela donne divers socialismes tous appuyés sur une perversion fondamentale : la révolution française avec ses milliers de morts et ses destructions irrémédiables, la révolution russe avec son bolchevisme, le nazisme, le fascisme, l’islamisme, et l’idiotisme occidental actuel.

  9. Posté par Christian Hofer le

    « Un plan d’action national contre la radicalisation et l’extrémisme violent [PAN] est en cours d’élaboration. »

    Sans aucun intérêt. Toute la violence est inscrite dans l’islam et ce ne sont pas des mécréants qui vont pouvoir changer quoi que ce soit avec des « plans d’actions » ou à coups de millions.

    Les établissements de déradicalisation ont échoué en France. Cela s’est soldé en gouffres à fric et en enrichissements personnels.

  10. Posté par Christian Hofer le

    Comment se fait-il que la naturalisation ne lui soit pas enlevée puisqu’il pose un problème de sécurité pour la Suisse?

    C’est bien l’argument avancé par la gauche, « que le texte de loi autorisant la déchéance de la nationalité existait », et cela pour ne pas en faire un levier automatique. Dès lors, où sont les gauchistes qui prétendent que cela « existe » puisque ce n’est PAS appliqué ? Ils vont nous dire quoi? que le cas n’est pas grave alors que cet individu veut directement tuer du « sale kouffar »? Qu’un type qui pourrait tuer des Suisses sans aucun problème serait notre « compatriote »?

    Jusqu’à quand allons-nous laisser notre sécurité entre les mains de ces politiciens de gauche qui préfèrent le jihadiste au Suisse de souche?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.