UE : Un pas de plus sur la voie du désarmement des citoyens

Frank Leutenegger
Journaliste, retraité RTS,  www.swissguns.ch
Armes. Les deux filles vec texte1sur2ArméEnCHEXC

Un pas de plus sur la voie du désarmement
Le parlement européen a décidé de durcir les lois sur les armes - La Suisse doit s’adapter au titre des fameux « acquis » de Schengen
Des centaines de milliers de Suisses, propriétaires légaux d'armes à feu, n’en avaient pas vraiment  conscience. Le parlement européen de Strasbourg a décidé hier à une large majorité (491 voix contre 178 et 28 abstentions) de durcir la législation sur les armes dans l'UE. La Suisse est directement concernée en tant qu’État membre de Schengen ; elle doit adopter dans les deux ans une loi sur les armes compatible avec la législation de l'UE. Le référendum est déjà dans l’air, alors que la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga (PS) n’a pas encore présenté ses propositions de modifications de la LArm. Selon les indications du gratuit « 20 Minutes », elle devrait le faire en avril.
Dans toute l’Europe, lors des odieuses attaques de ces derniers mois, jamais un terroriste n’était légalement en possession d’une arme. L'UE prétend pourtant avec cette loi combattre le terrorisme et le crime organisé. En réalité, ces tentatives désordonnées de légiférer ne touchent que les propriétaires d'armes à feu intègres, et en Suisse aussi. Le 10 juin 2016, notre ministre de la Justice Sommaruga annonçait fièrement après sa visite à Bruxelles que la logique avait prévalu et que les Suisses pourraient conserver leurs fusils d'assaut. On doit constater après le vote du parlement européen d’hier que c’était un mensonge. Parce que même si la loi adoptée hier a été partiellement modifiée par rapport à la proposition initiale, elle signifie un net durcissement pour les citoyens suisses propriétaires d'armes.
Pour commencer, les pays membres de Schengen sont tenus de mettre en place un système de surveillance pour les autorisations et les renouvellements des permis d'armes à feu. Un état peut éventuellement renoncer à des tests psychologiques obligatoires pour les tireurs et les collectionneurs, mais uniquement si un tel «système de surveillance» fonctionne. Si elles restent inchangées par rapport à la législation européenne, nous ne connaissions pas certaines conditions pour être légalement propriétaire d’armes : premièrement, un tireur doit prouver qu’il participe à des concours de tir officiels. Deuxièmement: « une preuve a été fournie selon laquelle le tireur sportif participe à des compétitions de tir reconnues par une organisation officielle de tir sportif de cet État membre ou par une fédération de tir sportif établie au niveau international et officiellement reconnue; et  … un certificat émanant d'une organisation de tir sportif officielle atteste que:

le tireur sportif est membre d'un club de tir et y pratique régulièrement le tir sportif depuis au moins douze mois, et … l'arme à feu est nécessaire à la pratique d'une discipline de tir reconnue par une fédération de tir sportif établie au niveau international et officiellement reconnue ». (*)
Pour simplifier : les femmes ou les hommes qui n'ont pas fait de service militaire n’auront plus d’autorisation de posséder un fusil d'assaut.
Des conditions drastiques
En outre, chaque arme doit être enregistrée officiellement, non seulement en Suisse, mais dans une base de données au niveau de l'UE, à laquelle tous les pays Schengen auront accès. L'enregistrement obligatoire de toutes les armes avait pourtant été refusé en Suisse le 13 février 2011. Les chargeurs seront désormais limités à 10 cartouches. Nos fusils d’assaut (Fass 57 et Fass 90) passent dans l’illégalité parce que leurs chargeurs ont une trop grande contenance. Et ce dont on ne s’aperçoit que maintenant : il sera formellement interdit à un privé de garder une arme chargée à son domicile.
Si ces règlements devaient un jour s’appliquer, cela signifierait le désarmement de centaines de milliers de citoyens suisses. Notamment tous ceux qui sont exemptés du service militaire, qui ne font pas partie d'un club de tir, qui ne s’entraînent pas régulièrement ou qui ne participent pas à des concours. Sans oublier tous ceux  qui ne désirent pas être fichés - ils devront tous renoncer à leurs armes. Le principe de droit selon lequel l'état fait confiance au citoyen tant qu’on n’a rien à lui reprocher serait donc caduc.
La résistance s’organise
On sent une forte opposition. Dora Andres, présidente de la Fédération suisse de tir (FST/SSV) a réitéré hier sa promesse d’un référendum, qu'elle avait déjà annoncé à la Basler Zeitung l’été dernier : "ces  durcissements incroyables n’empêcheront jamais une attaque terroriste, mais discriminent gravement les propriétaires légaux d'armes à feu», dit-elle. Au palais fédéral,  le conseiller national UDC Jean-Luc Addor (VS) et le conseiller aux Etats Josef Dittli (PLR, UR) appellent leurs collègues à rejoindre leur nouveau «groupe parlementaire pour une loi libérale sur les armes". Le 30 septembre 2016, 102 membres du Conseil national avaient signé une motion des conseils nationaux Jakob Buechler (PDC, SG) et Werner Salzmann (UDC, BE), afin de s’opposer à un durcissement comme celui qui vient d’être décidé à Strasbourg.
La FST et proTell voient affluer les demandes. À proTell, société pour un droit libéral sur les armes, le nombre de membres a augmenté de près de 2000 en un an, pour atteindre plus de 9000. Selon Markus Holliger, membre du comité de proTell : "nous allons probablement bientôt dépasser la barre des 10 000 membres !"

Frank Leutenegger, 16.3.2017

Source : Article de Beni Gafner,  Basler Zeitung, le 15 mars 2017

 

(*) http://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-9841-2016-INIT/fr/pdf

 

 

 

12 commentaires

  1. Posté par Gérard le

    Mes chers voisins helvêtes, ne vous laissez pas faire, ls lois sur la législation des armes, notamment en France sur les armes de chasse est pour moi une fumisterie. De tout temps les délinquants n’ont jamais eu besoin de permis pour avoir des armes: ils ont leurs propres fournisseurs. Pour une loi honnête, il faudrait que l’arme vendue puisse être suivie depuis la sortie du fabricants jusqu’à l’acheteur sans avoir besoin de permis.

  2. Posté par Palador le

    Incroyable comme les politiques suisses sont à plat ventre devant l’UE ! A croire qu’à chaque fois que Bruxelles lève un sourcil ils nous font des cacas nerveux à n’en plus finir :)

  3. Posté par Jeferson le

    LA question qui risque hélas de tuer un jour: selon la directive, même les soldats devront limiter les chargeurs des armes longues à 10 coups (et 20 pour les armes de poing). Est-ce que les terroristes vont aussi limiter les chargeurs de leurs kalashnikovs à 10 coups au lieu de 37, ou est-ce que l’idée générale c’est que les honnêtes citoyens et les forces de l’ordre partent avec un handicap?

    Les motivations de la commission européenne autant que leurs réflexions sont loin d »être claires.

  4. Posté par aldo le

    Que ce soit contre les armes, que ce soit pour l’Islam, que ce soit pour les sectes, que ce soit dans certains partis squattés par les femmes et les femmelettes, partout la pagaille est leur fait majeur. Ce qui ne dénigre pas celles qui ont compris cette fatalité intimement liée aux désordres hormonaux: séduction, émotion, capture du bobet, natalité imposée, jalousies, dissimulations, perversions, intrigues, conneries, confusion entre réel et virtuel, toute une grande partie de la littérature convient de cet état de faits et en fait ses choux-gras. C’est bien là cause de la descente aux enfers imposée dans de nombreux pays par les socialo-islamo-fascistes.

    Ce sont les destructeurs de notre société qui les ont mise en scène et en selle pour exploiter leurs « qualités » partiellement énumérées, ci-dessus. Et Soros en fait une très forte consommation avec ses ONG. les femens etc. Cherchez sur Google Soros femmes et vous serez convaincus.
    Exemple la Calmy-Rey pantin de la sororisté, qui n’a pas hésité à débarquer du monde diplomatique les hommes, pour y mettre ses femmes. Et le résultat n’a pas manqué avec un retour de manivelle institué par Burkhalter qui a du se faire engueulé par la sienne. http://www.tdg.ch/suisse/bukrhalter-balaie-politique-egalite-sexes-calmarey/story/22780635 Et c’est encore les socialistes et autres écolo-pastèques qui tirent sur cette ficelle tout en faisant le jeu des féministes, ce qui finit évidemment par aboutir à soutenir les homos, les drogues, désarmer le pays et les citoyen pendant que les autres font le contraire avec leurs terroristes qui ont un charme fou pour ces femelles avides de romances à n’importe quel prix.

  5. Posté par alticor le

    Les véritables armes de destruction massivement abject et stupide,sont les politocards a Strasbourg Berne et ailleurs,que feront la plupart des utilisateurs intègre dans le cas de l’application d’une aberration pareille ? Ils revendront leurs bien et s’adresseront au marché gris,entrerons dans la clandestinité,et dans le pire des cas il y aura de gros risques d’accident et d’abus la ou tout fonctionnait très bien,faudrait il quelques (balles perdue) en direction de certain(nes) dirigeants ou de leurs familles, pour qu’ils comprennent enfin a quelle point ils sont coupé de la réalité ?

  6. Posté par Fabien Friederich le

    Pour abonder dans le sens de Helvète (commentaire ci-après): si l’on supprime les armes à feu en Suisse, je suggère de supprimer également les automobiles.

  7. Posté par poulbot le

    Avec les différentes révolutions qui on secouer l’Europe depuis les années 1750 , les élites ont pris consciences que les Peuples peuvent faire et défaire des gouvernements par les armes si il le faut. De ce faite depuis les années 1900 ces mêmes élites mettent en place des lois de plus en plus restrictive sur la possession d’armes par la population. A ne pas en douter il sera bientôt obligatoire de déclarer toute possession d’objet pouvant être utiliser comme une arme , les armes a feux étant déjà réglementer sévèrement , ce sera au tour des couteaux et autres outils coupants , des arcs, frondes, lance pierre. Hélas pour cette caste , un simple stylo peux être utiliser comme une arme, une simple pierre bien utiliser peux tuer , un morceau de verre. Pendant que les peuples seront privé de moyens de défense personnel et la possibilité de défendre sont pays, la racaille et autres terroristes pourront continuer a tuer en toute liberté .

  8. Posté par Helvète le

    Chers Amis tireurs, détenteurs d’armes et collectionneurs,
    Nos intérêts personnels sont en danger. L’Aargauer Zeitung a lancé un sondage pour savoir si le public approuvait la nouvelle loi sur les armes, votée avant-hier à Bruxelles. Etant donné que certains politiciens se fondent sur les résultats des sondages des journaux, pour orienter leur politique, je vous invite à voter : “NEIN” sur ce sondage et à faire circuler ce message à vos amis et connaissances. Nous commençons maintenant la lutte pour le maintien de nos armes et la survie de nos sociétés de tir.

    http://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/eu-verschaerft-waffenrecht-auch-fuer-schweizer-schuetzen-gelten-neue-regeln-131111893

    Meilleures salutations à toutes et à tous.

    Helvète

  9. Posté par P. le

    Petite question : je fais du tir au petit calibre. J’ai actuellement 2 carabines (celle avec laquelle je tire présentement et une plus ancienne que je n’ai jamais vendu et que j’utilise à l’occasion, histoire de la garder en bon état). Serai-je dans la légalité ou vont-ils limiter la possession d’armes à une seule par catégorie de tir ? Ce qui poserait un léger problème aux compétiteurs qui ont tous plusieurs armes.

  10. Posté par Helvète le

    Les armes à feu et le tir font partie des traditions suisses. Il y a 2’600 sociétés de tir en Suisse et 150’000 amateurs ont participé au dernier Tir fédéral en Valais (il faut 50’000 signatures pour un referendum). Le tir fédéral en campagne est le plus grand concours de tir du monde, par sa participation. Plus de 1000 personnes / an meurent par négligence médicale, ce sont 151 personnes qui sont mortes sur les voies CFF en 2014, la SUVA indique que la pratique du football génère 45’000 blessés par an. Donc, n’en déplaise aux experts autoproclamés, qui n’ont jamais tenu un pistolet ni fait un jour de service militaire, il y a d’innombrables autres causes de décès que les armes à feu.
    Au point de vue politique, il est à relever que les Suisses n’ont élu aucun des députés de Bruxelles, lesquels mettent totalement hors-cible avec l’EU Gun Ban, sensée atténuer le terrorisme. Il n’y a donc aucune raison qu’elle nous soit applicable, excepté les accords Schengen qui nous posent tant de problèmes. Cette directive ne portera préjudice qu’aux tireurs, collectionneurs et chasseurs honnêtes. Toutes les armes utilisées par le terrorisme sont illégales. En outre, les armes suisses ne seront jamais toutes répertoriées, car pendant de nombreuses années, le contrôle était pratiquement inexistant. Il y en a probablement plusieurs centaines de milliers qui resteront inconnues. La mise sur pied d’un référendum est pratiquement déjà acquise, car nous ne nous laisserons pas faire, malgré les mensonges éhontés d’une certaine gauche.

  11. Posté par Lopez le

    Il faut se réveiller et résister de toutes nos forces contre cette dictature bruxelloise. Notre continent doit faire face à la plus terrible invasion idéologique de son histoire et les élites veulent nous désarmer. L’arme est l’outil qui nous garanti notre liberté.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.