Négation de droits humains fondamentaux par le Conseil Fédéral?

Caïn Marchenoir
Nom de plume, chroniqueur
humanrights

Fin 2016, Jean-Luc Addor déposait une interpellation visant à faire en sorte que la Suisse fasse le nécessaire pour accorder protection à Julian Assange.

Son argumentaire consistait à dire que puisque le Conseil Fédéral se gargarise de protéger les défenseurs des droits humains, il fallait accorder également à Assange une attention particulière. L'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme précise en effet que le droit "de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit" est un droit humain fondamental.

Au regard de cette définition, il est impossible de nier à Assange la qualité de défenseur des droits humains puisque son site Wikileaks est, de par essence, une création visant à permettre de chercher, recevoir et répandre des informations. Wikileaks n'a d'ailleurs pas d'autre vocation que celle-là.

Mais il en va tout autrement pour le Conseil Fédéral. Pour celui-ci, si certaines actions d'Assange "peuvent viser à la promotion indirecte des droits de l'homme, il n'avait pas l'intention de lier ses révélations directement à la promotion et la protection des droits de l'homme". Par conséquent, il ne mérite pas de protection particulière.

Autrement dit, soit le Conseil Fédéral se permet de nier la substance même de Wikileaks et de lui attribuer une autre utilité que celle de " chercher, recevoir et répandre des informations", soit il nie que l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, à savoir "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit" protège le droit de "chercher, de recevoir et de répandre" des informations comme le fait Wikileaks.

Tout aussi grave, le Conseil Fédéral se permet de lire dans les pensées de Julian Assange afin d'affirmer ce qu'il a ou non l'intention de faire. C'est ce que l'on appelle un "procès d'intention", ce qui correspond grosso modo à un des niveaux les plus faibles et malhonnêtes qui puissent être atteints en guise d'argumentation.

Pour Lesobservateurs.ch, Cain Marchenoir, le 6 mars 2017

 

 

5 commentaires

  1. Posté par Peyhem Veys le

    « droits de l’homme » ! « droits de l’homme » ! « droits de l’homme » ! « droits de l’homme » ! « droits de l’homme » !
    Si même les observateurs se mettent à parler comme les gogols de gauchos, où va-t-on ?

  2. Posté par Ti le

    Principe fondamental: le statut de refugié s applique uniquement au regard de l’etat d origine (nationalité). Vous pouvez penser ce que vous voulez des actions du fondateur de WL, mais il n est pas un citoyen US. Il ne peut donc pas pretendre au statut de refugié. Cqfd.

  3. Posté par Le Taz le

    Ah, pour être un bon dirigeant, il faut déjà avoir des neurones, puis il faut que ces neurones se mettent en place pour créer des liens synaptiques et pour que tout cela soie efficace, il faut encore une paire de couilles… Autant dire que ça n’est pas gagné !!!

  4. Posté par Pierre Steiner le

    De toutes les façons les USA ont menacé ou menaceront le Conseil Fédéral au cas où ce dernier entrerait en matière. Cela s’est déjà produit dans le passé pour des affaires similaires. La Suisse a toujours cédé au chantage.

  5. Posté par Le Taz le

    Excellente analyse, nos conseillers fédéraux suivent les dogmes de la bien pensance mondialiste alors que la neutralité de la Suisse existe justement pour protéger des personnes persécutées à cause de leurs opinions, ce qui est clairement le cas de Monsieur Assange. En résumé, notre gouvernement accorde le statut de réfugié politique à des énergumènes qui, non seulement ne le sont pas, mais qui en plus détruisent notre pays, alors que dans le même temps, il refuse d’octroyer ce statut de réfugié politique à un authentique réfugié politique !!! Pourquoi cela ? Probablement car Monsieur Assange lutte contre les mensonges de la mafia mondialiste !!! NOUS AVONS UN SERIEUX PROBLEME AVEC NOTRE GOUVERNEMENT !!!

    Les popistes sont des gauchistes, les socialistes sont des gauchistes, les verts sont des gauchistes, les PDC sont des gauchistes, beaucoup de PLR sont des gauchistes et lorsqu’ils ne le sont pas ce sont des mondialistes, seul l’UDC défend les valeurs de la droite traditionnelle qui a fait le succès de notre pays et ses politiciens sont systématiquement traités d’extrémistes de droites par les médias !!! Nous sommes donc clairement dirigés par des internationalistes de gauche et des mondialistes opportunistes qui n’en ont absolument rien à faire de la Suisse ! Cqfd !!! Et le peuple vote n’importe quoi car il est désinformé et manipulé en permanence par les médias, tous de gauche, comme de bien entendu !!!

    Donnez-moi la direction générale de la SSR et l’UDC fera 55% des voix aux prochaines élections fédérales ! Et pour cela pas besoin de manipuler les téléspectateurs et les auditeurs, il suffirait de leurs exposer la vérité, simplement de leurs donner des informations factuelles. Un exemple : si la population avait été au courant des vrais chiffres de la criminalité perpétrée par les envahisseurs du sud en Europe, le peuple aurait accepté haut la main l’expulsion des criminels étrangers !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.