Elections valaisannes. Redif. 3.3.2017 : Pourquoi un authentique démocrate ne peut pas élire Christophe Darbellay

Caïn Marchenoir
Nom de plume, chroniqueur
Elections ValaisannesDrapeauetMontagnes

Christophe Darbellay doit-il être élu au Conseil d’Etat valaisan après avoir fait un enfant illégitime ? Sans doute le sera-t-il… Mais en toute logique, si nous vivions dans une culture réellement démocratique ne devrait-il pas l’être. Je pense dur comme fer qu’un authentique démocrate, un ardent défenseur de ce système politique inventé par les antiques Athéniens ne peut pas voter pour lui quelles que soient ses convictions politiques. Voici pourquoi.

Actuellement, les discussions ayant trait au cas Darbellay tournent essentiellement autour de trois arguments différents. Le premier, autour duquel gravitent les opposants de Darby, consiste à dire qu’on ne peut raisonnablement pas soutenir quelqu’un qui a fait de la famille son cheval de bataille et qui fait subir pareille horreur à la sienne. A l’opposé, on trouve ses défenseurs qui eux avancent d’une part que cela ne remet pas en cause ses compétences politiques et d’autre part qu’on ne peut écarter un homme possédant d’aussi puissants réseaux de la vie politique.

En vérité, aucun de ces trois arguments ne devrait avoir de consistance réelle pour un véritable démocrate. Ils sont tous soit faux soit hors sujet dès lors qu’on approfondit un tout petit peu la question.

Je suis convaincu que les détracteurs de Christophe Darbellay ont tort de pointer du doigt son incohérence comportementale vis-à-vis de la famille pour la simple et bonne raison que si on le pénalise pour cela, alors beaucoup d’autres élus doivent être eux aussi sanctionnés pour de multiples cas plus ou moins similaires. Les politiciens qui pratiquent dans leur vie quotidienne ce qu’ils combattent en tant que personnes politiques ne se comptent plus. Personne ne voit de mal à ce qu’un socialiste bénéficie des déductions fiscales qu’il a pourtant vraisemblablement combattu en tant qu’élu. Ni d’ailleurs à ce qu’un politique de sensibilité écologico-humanitaire se paie un téléphone portable dernier cri. Un téléphone dont l’extraction de certaines matières premières ainsi que l’assemblage ont vraisemblablement contribué à polluer sérieusement une région pauvre et/ou à exploiter quelques miséreux obligés de travailler pour rien ou presque. Ceci dit, les gauchistes n’ont pas l’apanage de l’acte en complète contradiction avec les convictions exprimées. Qu’on pense aux ardents défenseurs de la vie soutenant la peine de mort ou aux milieux économiques discourant sur l’immigration comme un impératif vital alors qu’ils croulent sous l’argent. Bref, dans ce qu’on a le culot d’appeler notre démocratie, rares sont ceux dont la cohérence est plus grande que celle de Darbellay.

De leur côté, ses supporters ne font guère mieux. Lorsqu’on ose parler de compétence politique en démocratie on frise le ridicule. La démocratie est un système où tout citoyen, quel qu’il soit, a la possibilité d’être élu. Ce qui signifie que tout le monde a potentiellement les compétences nécessaires pour pouvoir s’occuper des affaires de la cité. La compétence politique n’est donc pas un critère de sélection raisonnable en démocratie. Si on voulait des gens compétents, il faudrait déjà réussir à s’entendre sur le contenu de ces compétences et aussi mettre sur pied des tests de compétences pour savoir qui l’est et qui ne l’est pas. Les systèmes qui ont mis la compétence à l’honneur pour la gestion des affaires publiques sont des systèmes qui sont à des années lumières de la démocratie, à savoir la technocratie ou même l’aristocratie. Ce sont là les systèmes politiques qui établissent une distinction basée sur d’éventuelles capacités (acquises ou de naissance) entre ceux qui peuvent diriger et les autres. Donc non, un démocrate ne peut pas accepter un argument aussi stupide.

Un authentique démocrate ne peut pas non plus s’arrêter sérieusement sur l’idée des réseaux. Ou disons plutôt que l’expérience des anciens grecs devrait faire voir les choses d’une manière totalement opposée. Dans l’Athènes antique, on virait de la cité celui qui possédait des réseaux trop puissants. On avait alors compris le B-A-BA qu’on est aujourd’hui incapable de saisir, à savoir qu’un réseautage puissant ne contribue pas au bien commun mais uniquement à la défense d’intérêts particuliers. Les Athéniens exilaient donc de la cité ceux qui possédaient des réseaux jugés trop importants par une procédure d’ostracisme. Et ils avaient bien raison :  il n’y a que dans la tête des libéraux les plus bornés et les plus délirants (voir peut-être même les plus malhonnêtes) que la poursuite des intérêts particuliers de chacun concourt au bien commun.

Bref, l’ensemble des arguments servant à ce jour à discourir sur le cas Darbellay sont pour un démocrate soit mal utilisés soit sans effet. Mais il en reste un dont personne ne semble vouloir mettre en avant et qui pourtant constitue l’essence même de la pensée démocratique.

Comme je l’ai déjà dit précédemment, on n’élit pas une personne pour ses compétences.On l’élit parce qu’on a confiance en elle. Toute élection n’est ni plus ni moins qu’un acte de confiance par lequel des citoyens confient à d’autres citoyens une partie de leur souveraineté. Et ils la confient à condition de pouvoir croire que ces personnes vont défendre une certaine vision du monde à laquelle ils adhèrent. Jugés à l’aune de cette définition, les agissements de Christophe Darbellay devraient le disqualifier totalement de la course démocratique. Qui donc peut faire confiance à quelqu’un qui n’arrive même pas à respecter la confiance des siens, de sa famille, de sa femme et de ses enfants ? Comment peut-on croire à une personne qui nous est largement étrangère si même ceux qu’il aime et qui l’aiment ne peuvent croire en lui ?

La démocratie n’est rien d’autre qu’un système basé sur la confiance, ce qui d’ailleurs nous laisse penser que les vrais défenseurs de la démocratie ne sont aujourd’hui plus tellement nombreux tant celle-ci est malmenée. Et l’élection de Christophe Darbellay ne sera malheureusement qu’un coup de boutoir supplémentaire porté au système démocratique.

Caïn Marchenoir, 8 octobre 2016

20 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Au Moyen-Age, les rois et la noblesse utilisaient le droit de cuissage aussi pour noyauter la population avec l’influence des bâtards en son sein. En allant trop à gauche… tout en faisant croire qu’il est au centre, ce zigoto inconsistant a pris l’habitude de mettre la charrue avant les bœufs. MAINTENANT CE CULLOTE (pas en permanence) VEUT DEVENIR ROI POUR FAIRE PAYER AUX CONTRIBUABLES SES PENSIONS ALIMENTAIRES. Et avec l’immigration de masse il veut faire de même: ouvrir les vannes puis attendre pour pouvoir en tirer un bénéfice en mésusant des dépenses publiques. Pour lui plus il y aura de femmes qui tireront le diable par la queue, plus ils songera à s’en occuper. Et qui c’est qui paie ?

  2. Posté par Alberto Da Giussano le

    L’esprit français : la maladie de l’autodestruction?
    http://blog.adsav.org/879/lesprit-franais-maladie-lautodestruction/
    Ce vote en Valais fut aussi un vote ethnique … voire ces cartes :
    http://blog.adsav.org/wp-content/uploads/2009/12/minaret_carte.jpg
    Votation de décembre 2009 concernant les minarets
    http://jeune-nation.com/wp-content/uploads/2014/02/suisse-immigration-.png
    Référendum contre l’immigration de masse – 09/02/2014
    Ces cartes des résultats par cantons reflètent une forte fracture ethnique entre les romands francophones (complètement autodestructeurs et ethno-masochistes) et les cantons alémaniques et italophone (Tessin) ; et elles pourraient même être affinées sur certains cantons mixtes (dans le même sens) : l’on peut même affiner et confirmer le phénomène ethnique en précisant (ce qui n’apparaît pas sur la carte) que : la partie nord / ouest du canton de Berne (le Jura bernois) francophone et protestante a largement rejeté ces projets (nonobstant plus des 4/5ème du canton sont alémaniques), proportions inversées en Valais (avec là aussi des valaisans alémaniques et pour et les 4/5 romands très contre) et encore plus à Fribourg (idem) ; quant aux Grisons, les communes Romanches (finalement assez proches de Romands) y sont limite décevantes.
    Seule regrettable nouveauté depuis la votation sur les minarets les  »prosperrissimes » cantons de Zurich et Zoug qui sombrent dans l’ethno-masochisme à l’allemande.
    Et là ça fout un profond sentiment d’impuissance et de désespoir pour les ethnies francophones qui sont partout aussi dégénérées et déliquescentes de la Wallonie (Belgique) -le pire du pire-, au Val d’Aoste (nord de l’Italie), en passant par le Québec, la République française (exceptée la Corse … tiens, tiens ?) et ici la Romandie dans sa totalité.
    J’ai d’ailleurs constaté le même phénomène au Val d’Aoste en Italie du nord (Padanie).
    Si dans certains cantons ruraux du Piémont, de Lombardie, de Vénétie, de Ligurie … la Lega Nord est quasi le 1er parti (à + de 20% voir + de 30%) ; au Val d’Aoste il n’existe rien de semblable.
    Et de plus + de 50% des citadins y sont des italiens généralement originaires du sud de la péninsule ou des extracommunautaires, et quant aux valdotains desouches, s’ils ont bien des patronymes très ‘’savoyards’’ (Charnuz, Martin, Vuillez, Jacquiez, Pellus …) ils n’en ont pas moins renié la langue française pour plus de 98% d’entre eux … et votent invariablement pour des candidats complètement transparents,  »modérés » et inféodés au conformisme mainstream (jusqu’à présent l’Union Valdotaine de centre gôche, voire de gôche tout court …).

  3. Posté par aldo le

    AVEC LE RESULTAT DE DARBELLAY, ON SAIT MAINTENANT QUE LE SOCIALO ISLAMO FASCISME (SIF) EST EN PLEINE EXPANSION. POUR ECHAPPER A LA PAUVRETE, TOUTES CES FEMMES TIRENT LE DIABLE PAR LA QUEUE. « UN POUR TOUS, TOUS COUSINS! » « VOTEZ POUR LA FAMILLE (PDC)  » CE SONT LA LES SLOGANS FEDERATEURS ANTI-UDC. LA GUERRE POLITIQUE PASSE PAR LE VENTRE, PRÉMICES DES MÉTHODES ISLAMIQUES ET JUSTIFICATION DE L’INVASION!

    L’Etat PDC l’a été très longtemps, lorsque tout était géré par le monopole PDC, grâce au Nouvelliste qui comme la presse romande aujourd’hui en mains SIF, faisait unilatérelament la pluie et le beau temps.. Et des dérives comme l’affaire Savro https://www.google.ch/#q=valais+affaire+savro&* n’étaient possible qu’avec cette collusion des milieux de la spéculation immobilière et du PDC. La vente aux étrangers de la terre de ses ancêtres n’interpelle pas la population intoxiquée, plongée pour un bonne partie dans une pauvreté accentuée.

    Le PDC, pour ne pas disparaître, a été démagogiquement à la remorque des socialistes et de leurs associés radicaux, distributeur d’endettement et de promesses intenables. Même dérive avec l’Eglise et le dernier Pape qui gigote dans tous les sens. La crèche socialo-marxiste de Bagnes le prouve, même les chanoines croient aux dieux des droits de l’homme soutenu par Satan Soros. C’est peut-être là, une des raisons des défections en direction d’Ecône. L’aveuglement est tel que les islamistes, sous l’impulsion d’Erdogan, pourraient prendre le contrôle du Vatican.

  4. Posté par Burnand le

    Déçue que Darbellay ait gagné. Vraiment. Quant à Freysinger il devait s’y attendre : faire le zouave, se comporter sans respect, refusant de couper enfin sa ridicule queue de cheval, bref s’opposant fermement au comportement qu’on attend d’un politique, à la longue cela aura fatigué aussi bien ses collègues que les citoyens valaisans.

  5. Posté par guy le

    Sauver la vie d’un innocent a naitre et eliminer physiquement un ennemi en temps de guerre ou un assassin en temps de paix n’est pas contradictoire mais parfaitement logique dans une societe en ordre , n’en deplaise a certains bisounours effemines .

  6. Posté par Le Taz le

    Caro, vous traduisez fort bien le fond de ma pensée ;-) . La vraie raison pour laquelle il faut sortir ce Darbellay du jeu politique, c’est qu’il est un immonde opportuniste prêt à dire ou faire n’importe quoi du moment que cela peut contribuer à le rapprocher de ses objectifs personnels. Qui peut avoir confiance en un mec pareil ? Tout est faux chez lui, en plus il n’a aucun charisme, zéro humour et surtout, aucune ligne politique !!! Une girouette !!!

  7. Posté par Margo le

    Nous ne pouvons plus faire confiance à nos autorités, à nos gouvernements, à nos médias « officiels », à notre CF… qui tous, telles des carpettes, font des courbettes et s’inclinent devant une UE, dont nous ne faisons même pas partie ! Rébellion, résistance, honneur et respect de nos valeurs, gagnées par nos aînés. Eradiquons tous ceux qui nous poussent volontairement et de force vers l’abîme du mondialisme, soumis à la doctrine du mal, l’islamisme. Tous les citoyens de ce monde, libres, intelligents et intègres ne pourront plus longtemps se laisser ainsi asservir et salir par les raclures de l’humanité libre !!!!

  8. Posté par Caro le

    Tire-toi Christophe, ta com nous gêne. Pauvre con.

  9. Posté par Bussy le

    Aïe…. désolé… « à qui on dit…. »

  10. Posté par Bussy le

    Pour moi, un autre point très négatif, c’est le mauvais exemple donné aux jeunes à qui ont dit de se protéger !
    Et son épouse, comment vit-elle le fait que son époux la trompe sans se protéger ?

  11. Posté par Caroline le

    La « grave erreur », c’est ce père biologique très médiocre, indigne d’une fonction publique.

  12. Posté par Caroline le

    Où sont l’HONNEUR, le RESPECT, la FIDELITE ? Trahir sa femme, trahir sa progéniture, c’est pas très joli. Surtout de la part d’un « esprit fort et éclairé ». Mais bon, dans le climat déliquescent du moment, ce n’est que du normal. Ce « normal » susceptible de faire souffrir une épouse à laquelle on a tout promis. M. le Politique, je peux vous donner quelque leçon à commencer par l’humilité et la fidélité envers une promesse de foi chrétienne.

  13. Posté par Franz le

    Une bonne baise au terme d’une législature, pourquoi pas pour se détendre ? Aucun reproche. Pourtant, Maman à la maison a été trahie, trompée, philosophie PDC bien comprise. Certes, le Mariage pour tous, la dissolution des moeurs de fidélité, dictent la nouvelle Morale d’une société décadente, pourrie. C’est moderne, c’est PDC, avec C comme cul. Vous avez dit Fidélité ? Vous avez dit Honneur ? Vous avez dit Respect ? Florence Darbellay, la chair d’un donneur de leçon, les propos d’un Grand Guide ! Il ne vous reste que le pardon. Digestion très difficile, surtout en Valais. En oensée, je compatis à votre malheur.

  14. Posté par Margo le

    N’oublions pas que CD a commencé sa carrière politique au PACS… avant de virer PDC… pour choper des voix…Un grand catholique, convaincu, qui a fait la leçon à tout le monde avant de fauter….

  15. Posté par Stephane Montabert le

    Christophe Darbellay inspire, et ensuite il ment.

  16. Posté par un pdc le

    Excellente analyse et combien convaincante. Ce sont des hommes et des femmes dont l’honneteté morale est avérée qui doivent administrer la Cité ! Un gigolot qui ne résiste pas à ses pulsions sexuelles est hautement douteux pour gouverner `
    Ce n’est pas une question de compétences PDC ou non c’est une question de morale.

  17. Posté par aline le

    La girouette Darbellay qui appelle son enfant hors mariage une grave erreur et qui prétend que c’était un one-night-stand, alors qu’il connaissait cette dame depuis des années, ment dès qu’il ouvre la bouche. Chers valaisans voulez-vous vraiment faire confiance en cet homme?

  18. Posté par Burnand le

    En effet, il a trahi les siens et ses enfants en porteront les conséquences et cela au-delà de cette génération.

  19. Posté par Christian P le

    Ce qui me gêne particulièrement chez Darbellay c’est son côté girouette. Un homme de droite qui vote le plus souvent à gauche. Avoir une maîtresse ne veut pas dire forcément que l’on est un mauvais père de famille à condition que l’on assume et que l’on garde cela secret . Je réserve toute ma sympathie à cet enfant présenté sur la place publique comme une grave erreurs.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.