Médias. Comparer Trump à Hitler, c’est reparti à la Radio suisse romande

presse-bottee-par-trump

RSR 25.2.2017 « 6 heures - 9 heures », interview d’Anne-Laure GANNAC, philosophe.

 

Cenator: Incroyable mais vrai : après le même exploit de notre Esther la rouge  à Infrarouge sur la TSR, nos Einsteins présentes sur le service public obligatoire (merci Billag) recommencent : il serait légitime de faire un parallèle entre Hitler et Trump.

Tout, tout oppose ces deux personnages.

Tout, tout oppose la situation de l’Allemagne en 1933 à celle des USA en 2017.

Rien n’est semblable entre la situation du monde en 1933 et celle du monde en 2017.

Partant de ce constat banal et évident, nos Einsteins susmentionnées vont s’efforcer de trouver des ressemblances infinitésimales, sans réelle signification, pour nous servir un discours entendu où les termes de ‘nazisme’, ‘populisme’, ‘raciste’, ‘bouffon’, ‘grossier’, ‘discours haineux’, ‘anti-libertaire’, ‘contre-vérités’ sont agités pour obtenir l’adhésion de l’auditeur.

Ces deux sombres idiotes, et leurs clones qui encombrent le monde médiatique, vont probablement encore tenter de faire monter cette mayonnaise… mais les chiennes aboient et la caravane passe… et le Dow Jones s’envole, les USA que nous aimons ressuscitent, les journaleux sont remis en place et ils n’osent plus publier autant de fake news qu’avant… et le politiquement correct recule (… mais ne crions pas victoire trop tôt !).

Merci Monsieur le Président Donald Trump, bravo et nous attendons la suite.

*************

 

Antoine DROUX interviewe Anne-Laure GANNAC

https://www.rts.ch/play/radio/six-heures-neuf-heures-le-samedi/audio/six-heures-neuf-heures-le-samedi?id=8384154

 

(1:28:40)

Antoine DROUX :   Montée des populismes et des extrêmes, discours de haine menés par des chefs d’Etat et sur fond de bouleversements socio-économiques : il y a comme un air de déjà-vu dans notre paysage contemporain. C’est juste, Anne-Laure ?

Anne-Laure GANNAC  : Un petit peu, oui, c’est vrai, en tout cas on a quand même de nombreux commentateurs professionnels ou improvisés sur les réseaux sociaux qui régulièrement nous démontrent combien l’histoire se  répète dramatiquement, donc je vous propose qu’on se penche d’un peu plus près sur cette idée ou plutôt sur cette sensation.

(L’entretien est interrompu par le journal de 7h30. Reprise à 1:49:00)

Antoine DROUX: On se demande si nous ne sommes pas en train de revivre les pires heures du début du siècle passé, celles qui ont abouti à la 2e guerre mondiale, sur fond de crise économique et migratoire, de discours haineux, de contre-vérités, servis à  tout bout de champ par des populistes anti-libertaires, difficile de nen pas se dire que l’histoire se répète. Est-ce que c’est si simple, Anne-Laure Gannac ?

Anne-Laure GANNAC  : Vous connaissez sans doute la célèbre phrase « L’histoire se répète toujours deux fois », ça, c’est Hegel qui l’aurait dit, et Marx a ajouté, « la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce », et, en effet, c’est très tentant quand même de voir en Donald Trump le héros de cette farce, avec ses airs de bouffon et ses grossièretés dont on aimerait penser, c’est vrai, qu’elles sont juste là pour faire rire le public. Trump sera donc le versant comique de quoi ?  D’un Hitler ! Allons-y,  osons le mot ! Beaucoup ne se gênent pas en tout cas.

Pascal BERNHEIM : Le point Godwin, là !

Anne-Laure GANNAC: Ecoutez ! Il n’est pas de moi. Le pape François y a fait allusion très tôt, à l’investiture de Trump, il y a quelque jours, le maire de Madrid a fait ouvertement le parallèle suite aux décrets contre l’immigration,  et puis plus récemment, Bernie Sanders a désigné l’administration de Trump comme étant digne des plus grandes dictatures passées. Alors, est-ce que c’est vrai, est-ce que c’est faux, est-ce qu’on est en plein point Godwin, est-ce que c’est intelligent, est-ce que c’est idiot ?

En tout cas, disons, cette idée que l’histoire se répéterait, c’est déjà quand même le reflet d’un mouvement terriblement humain de la pensée, qui parcourt des siècles de philosophie, c’est cette volonté de chercher du sens, absolument, à ce qui est en train de se produire.

Pourquoi et vers où va tout ça ?

Antoine DROUX: Sauf que j’imagine que comme toute question philosophique, celle du sens de l’histoire ne peut pas seulement se résoudre à une affirmation aussi ferme et définitive que «l’histoire se répète», point final ?

Anne-Laure GANNAC : Enfin, rien ne vous empêche mais vous avez quelques contradicteurs, c’est sûr. La plus solide me semble peut-être celle d’Héraclite.

Vous savez, on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Alors, ça n’empêche pas que le lit de la rivière puisse rester le même, qu’on puisse porter le même maillot de bain,  mais l’eau est toujours changeante. Concrètement, pour ne citer qu’un point, aujourd’hui, nous nous baignons dans un monde technologique et ultra-relié, qui a généré des contre-pouvoirs d’une efficacité spectaculaire, voyez la vitesse à laquelle les fausses vérités lancées par Trump sont dénoncées en ligne dans les médias, donc ce monde-là n’est évidemment pas celui des années 30, où il fallait compter sur des téléphones en bakélite pour transmettre des informations. Alors, cela ne signifie évidemment pas que notre monde est exempt de tout risque de nouvelles guerres mondiales ni de dictatures, mais ce ne sera pas sur un modèle de répétition du même. Ce serait trop facile d’une certaine façon,. Ce sont des formes plutôt nouvelles et d’autant plus imperceptibles, donc dangereuses, qu’elles devront s’efforcer d’échapper à cette vigilance globalisée qui est celle des individus hyperinformés, hyperconnectés, que nous sommes. Donc, si l’histoire ne se répète pas, eh bien,  nous sommes obligés d’autant plus à être attentifs aux événements.

Antoine DROUX: En même temps, on dit aussi que le passé éclaire le présent, il y a cette fameuse phrase qu’on attribue à Churchill, je crois : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.»

Anne-Laure GANNAC  : Oui,  mais ça veut dire quoi ? Ça ne veut pas dire que l’histoire se répète, cette phrase-là, ça veut dire peut-être deux choses. C’est un appel au devoir de mémoire qui est évidemment indispensable, ne serait-ce que parce que nous sommes en dette par rapport à tous ceux qui nous ont précédés. C’est Paul Ricœur, le philosophe, qui dit qu’il y a une forme de justice à rendre à nos prédécesseurs, grâce auxquels nous sommes là. Et puis, cette phrase est peut-être moins révélatrice de la répétition de l’histoire elle-même que de la continuité des mécanismes humains. L’homme fonctionne à peu près toujours suivant les mêmes principes. C’est pour ça que la philosophie, la psychologie et la psychanalyse sont toujours  pertinentes et c’est pour ça aussi qu’on peut trouver des traits communs entre des hommes de pouvoir très narcissiques ou paranoïaques.

Antoine DROUX: Est-ce que c’est uniquement de là que nous viendrait cette impression que l’histoire se répète, en fait ?

(1.52.50)

Anne-Laure GANNAC : Disons, on juge ce qui est avec les outils qu’on a. Or, on n’a guère que le passé à portée de main pour comprendre le présent.

Et puis quand on ressent sa vie, disons, comme instable, désorientée, il faut lui trouver des repères et s’ils ne sont pas dans  le présent, et si la communauté sociale, politique n’en fournit pas dans l’avenir, on les cherche aussi dans le passé. Au risque du relativisme : tout se vaut, passé, présent, futur, ça c’est aussi un trait typique d’une vaste ignorance quand même… en tout cas, d’un raisonnement bien précipité, qui omet de considérer l’essentiel, c'est-à-dire : les détails.

Antoine DROUX : En même temps, ce qui est paradoxal, Anne-Laure, c’est que cette impression de  répétition de l’histoire n’est pas seulement le signe d’une inquiétude mais en même temps, elle alimente la peur.

Anne-Laure GANNAC : Mais oui, parce que dire que l’histoire se répète, c’est terrifiant ! C’est sisyphéen, c’est une vision tragique de l’humanité, en écho à cette tendance qu’on a facilement de voir ce qu’il y a de plus sombre toujours. Mais pas seulement, ça repose aussi sur une vision très mécaniste, qui rassure, parce que ça renvoie à du connu. Au fond, c’est considérer que le monde serait comme une grosse machine, une horloge, disait Descartes, qui parfois s’enrayerait. Alors, c’est très simpliste mais au moins  ça paraît rationnel, et puis, ça permet de se dire qu’avec un peu de chance, un bon horloger va nous réparer tout ça. Donc, ça laisse place aussi à nos chères superstitions. Et puis, surtout, c’est très anti-libertaire, mais c’est peut-être plus tranquillisant, disons, que de  penser que tout cela serait le fruit de l’aléatoire, ou pire encore, de notre responsabilité à tous.

(1.54.25)

Pascal BERNHEIM : C’est un complot, finalement ? Non, mais on va mettre Hegel et Marx d’accord : l’histoire ne se répète pas mais elle bégaie grave.

Anne-Laure GANNAC : Elle bégaie. Elle radote un peu…

(1.54.40)

14 commentaires

  1. Posté par aldo le

    @Yves le 27 février 2017 à 10h38, La votation NO-BILLAG c’est quand les traîtres œuvrant dans l’administration fédérale, auront sous la mains une autre initiative à soumettre au vote, afin de rameuter toute la crème des bobos, des imbéciles et de tarés encore en liberté. Exemple à côté de NO-BILLAG, ils proposeront par exemple: OUI à la culture gratuite pour tous! N’oubliez pas au passage que la caca-culture c’est une très imposante couche de fiscalité inutile pour la population et qui lui permettrait de payer ses vacances, mais qui fait du bien en offrant des postes, eux grâcement payés, aux dégénérés planqués des descendants des gauchistes, qui levaient un peu trop le coude façon Vert dans le nez ou qui fumaient trop de joints façon dreifusards. J’espère que vous comprenez maintenant les méthodes tricotées par ces traîtres et tous les abus visant à faire des majorités des minorités, pour que « Burqalter » puisse continuer à vouloir distribuer des milliards sans contrepartie.http://lesobservateurs.ch/2017/02/26/didier-burkhalter-voulait-verser-les-13-milliard-de-francs-exiges-par-lue-sans-contrepartie/http://lesobservateurs.ch/2017/02/26/didier-burkhalter-voulait-verser-les-13-milliard-de-francs-exiges-par-lue-sans-contrepartie/

    N’oubliez pas que sa femme vient des pays de l’Est dont la nomenklatura communiste à pris les commandes de l’Europe et du parlement de Bruxelles. Ceci explique pourquoi il n’y a pas de contreparties, puisque des valises de billets reviendront en Suisse pour arroser les partis convenables…, la presse, les associations, les membres pro-européens de partis politiques etc. Les propagandes du Nomes Bildberger, Soros, etc, comme avec les Cherix, les Maudets etc seront ainsi intégralement payées par nos soins. L’Europe des salopards et des pillards, tout comme l’€uro vont pourtant disparaître rapidement. Leurs postures ne sont plus tenables, sinon en exacerbant artificiellement un climat prompte à générer des guerres civiles, comme avec Théo, ses subventions évaporées et ses multiples précurseurs. Ici on voit que les black-block ont des relais et des bases arrières au service des français dans notre pays et sont formés pour générer ces futures guerres civiles. http://peupledefrance.com/2016/06/manif-contre-la-loi-travail-l-extremiste-masque-blesse-par-la-police-fait-partie-du-ps-suisse.html

  2. Posté par Yves le

    @michel piccand : Merci pour ces précisions. Long, trop long, beaucoup trop long :-(

  3. Posté par Héradote le

    L`Histoire ne se répète pas, par contre, les mêmes causes causes produisent les mêmes effets. Nous ne sommes pas dans la fin de la crise des années 30 ni à subir les conséquences du traité de Versailles. Par contre, museler la liberté d`expression mène à la dictature, celle de la pensée unique. ( Relisez Georges Orwell.. )

  4. Posté par michel piccand le

    @ Yves / votation No Billag
    Les chambres du parlement ont jusqu’au 10.06.2018 pour se prononcer et décider si elles présentent ou non un contreprojet à l’iniative no billag, elles peuvent donc faire durer la procédure jusque là. En principe à partir du 10.06.2018 la votation doit intervenir dès que possible soit selon le calendrier futur des votations le 23.09.2018… et à condition que le parlement n’ait pas utilisé le délai supplémentaire d’une année que la loi sur le parlement lui permet soit au plus tard le 12.09.2019… !

    Vous avez l’impression que le parlement peut à moitié enterrer un projet vous n’êtes pas le seul…

    https://www.admin.ch/ch/f/pore/vi/vis_1_3_1_5.html

  5. Posté par Hervé le

    Si ces gens arrivaient à construire des raisonnements plutôt que cette tentative désespérée de garder leur position de pouvoir sur les masses, ils comprendraient que « l’histoire qui se remettent » c’est justement ce que les « déplorables » essayent d’enrayer. Qu’ils regardent la montée au pouvoir d’Hitler, puis ce que l’UE et leurs vassaux « socialistes » font… et qu’ils tirent leurs parallèles. La propagande pro-délégation du pouvoir? Fait. Désarmement des citoyens? Bientôt fait. Création d’ennemis des peuples? Fait. Marginalisation de ceux qui n’adhèrent pas à l’Idéologie? Fait. Violence physique contre les opposants? Fait. La seule chose qu’ils n’ont pas encore, c’est une figure centrale colérique.

  6. Posté par Jim Jardashian le

    Tempête dans les chiottes de nos médias gauchistes.

  7. Posté par Daniel le

    @Le Taz: parfaitement raison. Comme la banque nationale suisse qui n’est ni Suisse ni nationale.

  8. Posté par Le Taz le

    Pure stratégie manipulatoire visant à diaboliser Trump mais est-ce la seule raison ?

    Peut-être pas, Hitler et Mussolini s’opposaient à la toute puissance des banquiers internationaux, ne serait-ce pas là, la vrai raison de traiter quelqu’un de nazi ? Il y a environ une année, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans les grandes villes d’Allemagne pour s’opposer à la Federal Reserve, manifestations passées sous silence par nos médias, immédiatement, les manifestants ont été traités de nazis par les médias allemands alors qu’il s’agissait d’alter mondialistes plus proches des hippies que des skinheads… Etrange, non !?

  9. Posté par P. Monnard le

    La RTS/SSR est en situation de ►faillite perpétuelle◄. En servitude des taxes (billag) dérobées des membres productifs de notre société (nous) en faveur membres improductifs (RTS). C’est là que la SSR excelle: →Dépenser l’argent des autres←.

    Aucun souci de rendement. Les millions pleuvent !

    Pourquoi se préoccuper de détails encombrants tel que seuil de rentabilité ? Nous sommes (copieusement) payés pour produire des ordures socialistes pourquoi s’en priver ?

    nobillag

  10. Posté par bigjames le

    Pour une pluralité de l’information, qu’ils nous disent…
    NO BILLAG , NO BILLAG

  11. Posté par Yolande C.H. le

    Le Führer avait un esprit de conquête de territoires pour son peuple, à la différence des patriotes qui veulent protéger le leur de l’envahissement opportuniste par d’autres peuples, ce qui a pour effet de désorganiser les pays d’accueil par le chaos multiculturel induit.

  12. Posté par Yves le

    C’est quand la votation No Billag ?

  13. Posté par Alain le

    En effet il faut payer pour entendre continuellement ces inepties. Cela me révolte !

  14. Posté par Ulysse le

    Ils sont pathétiques, mais pas pitoyables, stupides et mauvais… Faut-il en outre leur rappeler que le nazisme est du national-socialisme, encore un produit de la gauche dégénérée dont le XXe siècle aura été si représentatif, et que les meilleurs soutiens à l’occupation française venaient de la gauche ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.