SwissGuns : La lutte contre le projet de l’UE de désarmer les citoyens continue…

SwissGunsBelleImgae

Lettre de Vicky Ford à Firearms United

 

Le 15 février dernier, Firearms United a rencontré Vicky Ford (UK), rapporteur de l'IMCO (Commission européenne du marché intérieur et de la protection des consommateurs, chargée de l'examen d la révision sur la Directive européenne sur les armes). A l'issue de cette rencontre, Vicky Ford a envoyé une lettre, expliquant les positions de l'IMCO.

 

En voici une traduction française

 

Cher Monsieur Duszyński (Grzegorz Duszyński, vice président de Firearms United),

 

Merci d'être venu me voir la semaine dernière. Nous avons discuté une certain nombre de points et j'ai accepté d'écrire cette lettre pour que vous en fassiez part à vos membres.

 

La législation européenne sur les armes existe depuis les années 90. Elle avait un réel besoin de révision, notamment en ce qui concerne les armes désactivées de manière inappropriée. Cependant, les modifications proposées par la Commission européenne en 2015 étaient inapplicables et auraient imposé des restrictions disproportionnées  aux propriétaires d'armes légaux. Le vote de la Commission du Parlement européen a rejeté l'ensemble de la proposition, mais la majorité (du plenum) n'a pas suivi. A la place, la commission a donc proposé des amendements importants, pour protéger les intérêts des citoyens.

 

Amendements importants

 

Pendant les mois d'études de la révision, le Parlement a travaillé avec différents groupes de propriétaires légaux d'armes et a ainsi pu apporter des améliorations importantes au projet, à savoir:

 

  • retirer l'interdiction des armes qui "ressemblent" à des armes automatiques, étant donné qu'un critère basé sur une apparence cosmétiqua est inapplicable légalement;
  • réintroduire une possibilité pour permettre aux réservistes, aux musées et aux collectionneurs, ainsi qu'à l'industrie cinématographique de continuer de posséder des armes interdites, sous réserve de l'approbation de l'Etat concerné et de procédures de sécurité strictes;
  • permettre à des participants aux reconstitutions historiques et aux détenteurs d'armes désactivées de les conserver, tout en s'assurant de standards uniformes et sérieux de désactivation dans toute l'Europe. Les questions techniques de la désactivation ont été réexaminées;
  • la question des armes mal désactivées vendues sans autorisation et reconverties, telles que celles qui ont été utilisées dans des attaques terroristes récentes a été examinée;
  • des possibilités pour aider les propriétaires d'armes jeunes ont été introduite, de même que la reconnaissance des besoins de ceux qui habitent dans des zones rurales éloignées;
  • des conditions strictes ont été introduites, pour la conservation des armes, en relation avec la pratique courante de nombreux Etats membres;
  • les propositions pour un examen médical obligatoire ont été retirées, mais chaque pays devra mettre en place son propre système de contrôle médical;
  • de nouvelles mesures ont été introduites pour un marquage plus évident et un meilleur échange d'informations entre les Etats membres, tout en prenant soin de ne pas imposer des exigences excessives aux petits commerçants.

 

Il reste cependant certaines questions importantes posées par le propriétaires d'armes.

 

Tireurs sportifs

 

Les négociateurs du Parlement européen estiment que les personnes qui pratiquent le tir sportif (cible ou autre) doivent pouvoir continuer leur activité, dans la mesure où cela est accepté par l'Etat concerné. L'approche originale de la Commission (européenne) aurait placé de nombreuses armes utilisées par des tireurs sportifs dans la catégorie A, interdite aux civils. Cependant, après les amendements du Parlement, chaque Etat membre a la possibilité de donner des autorisations de catégorie A aux tireurs sportifs, à condition qu'ils pratiquent activement le tir et participent à des compétitions.

 

Les négociateurs du Parlement ont travaillé en étroite collaboration avec les organisations nationales et internationales de tir, y compris l'IPSC, pour s'assurer que ces autorisations soient possibles pour ceux qui commencent le sport autant que pour ceux qui y participent déjà au niveau de la compétition. Le libre choix actuel de l'équipement pour les disciplines de tir demeure. Pour assurer la possibilité de participer à des compétitions internationales, les règles de la "Carte européenne d'arme à feu" seront mises à jour, y compris pour les armes de catégories A détenues par des compétiteurs sportifs.

 

Chargeurs et magasins

 

Le Conseil européen (sommet des chefs d'État ou chefs de gouvernement) et la Commission voulaient tous deux interdire tous les magasins de grande capacité. L'équipe de négociation du Parlement s'y est opposée. Cependant, le Conseil a continué d'exiger de nouvelles limitations pour les magasins et les chargeurs. Là aussi, les Etats membres réclamaient des règles plus restrictives et moins applicables, qui ont été rejetées par les négociateurs du Parlement. Après des négociations ardues, voici ce qui a été accepté:

 

Les chargeurs et magasins ne sont pas limités en tant que tels

 

Les armes semi-automatiques à percussion centrale qui peuvent tirer un certain ombre de cartouches sans réapprovisionner ne deviennent des armes de catégorie A, que si un chargeur de plus d'un certain nombre de cartouche est introduit ou fait partie de l'arme. Pour les armes de poing, la limite est de 20 cartouches, pour les armes longues de 10. Les tireurs sportifs, les propriétaires actuels, les collectionneurs, les réservistes et certains autres spécialistes pourront conserver de telles armes et utiliser des magasins de grande capacité, sous réserve que leur Etat membre leur accorde l'autorisation de catégorie A nécessaire.

 

Les personnes qui n'ont pas d'autorisation de catégorie A mais ont une arme de catégorie B et qui sont trouvées en possession d'un magasin de grande capacité risquent de se voir retirer leur autorisation de détenir des armes à feu. Il n'y a pas de restriction dans la Directive concernant une nouvelle demande d'autorisation dans le futur.

 

L'achat ultérieur de magasins de grande capacité est restreint à ceux qui possèdent une autorisation de catégorie A.

 

Réservistes

 

Selon 'accord, les Etats membres peuvent continuer d'organiser et de protéger leur réserve nationale ou les forces de défense de la sécurité publique.

 

Les Etats membres pourront accorder des autorisations de catégorie A à des privés pour la protection de la sécurité d'infrastructures critiques, de navires de commerce, de convois de haute valeur et de certains lieux sensible, ainsi que pour la défense nationale. Les Etats membres pourront autoriser l'acquisition et la possession d'armes dans ce but. Cela répond aux besoins de pays comme la Finlande.

 

Les forces armées, la police et certaines autorités publiques ne sont pas concernées par la Directive et ceci est une clause spéciale pour la Suisse.

 

Collectionneurs et musées

 

La Commission européenne et le Conseil des ministres a insisté pour que les collectionneurs et les musées soient concernés par la révision, car, de toutes façons, dans de nombreux Etats membres, ils sont déjà obligés de suivre les règles existantes. Les prescriptions de la Directive révisée obligeront les collectionneurs à se plier aux même règles d'acquisition et de possession que les autres détenteurs d'armes.

 

L'équipe de négociation du Parlement a travaillé dur pour permettre aux collectionneurs de continuer à avoir des autorisations pour la catégorie A. Les Etats membres auront donc la possibilité d'accorder exceptionnellement ces autorisations à des collectionneurs, soumis à de strictes mesures de sécurité. Ces autorisations pourront être accordées quand une bonne raison aura été avancée, par exemple pour des questions historiques ou de recherche, comme c'est déjà le cas pour les collectionneurs.

 

Les armes d'importance historique ne seront pas concernées par les nouvelles exigences de marquage et ces marquages ne s'appliqueront pas aux antiquités.

 

Armes automatiques converties en semi-automatiques

 

L'approche initiale du Parlement était que les armes automatiques converties en semi-automatiques devraient rester en catégorie B, si la conversion est irréversible. Cependant, cette idée a été catégoriquement rejetée par la Commission et le Conseil des ministres.

 

L'équipe du Parlement a toutefois pu faire accepter une clause de préservation qui permette aux propriétaires actuels de continuer à posséder, transférer, hériter ou vendre ces armes à d'autres personnes aux bénéfice d'autorisations appropriées, sous réserve de l'approbation de l'Etat membre concerné.

 

Ce type d'armes sera aussi accessible aux tireurs qui reçoivent une autorisation de catégorie A.

 

Les étapes suivantes

 

L'accord provisoire doit être voté par le plenum du Parlement au cours de la session du 14 mars et ensuite formellement approuvé par le Conseil européen des ministres.

 

Il  aura aussi un débat formel au Parlement,, le matin du 14 mars au cours duquel les membres du Parlement (MEP) pourront proposer des amendements Mais ceux-ci risqueraient de déstabiliser l'ensemble du projet qui serait alors renvoyé en seconde lecture. A ce stade, le Parlement n'est pas si impliqué dans la négociation et le risque de voir la Commission revenir à son approche originale beaucoup plus rigide existe.

 

Pour pouvoir protéger les intérêts des propriétaires légaux, il est important d'engager au plus vite la discussion avec les gouvernements nationaux, spécialement pendant la période de transposition, quand ces gouvernements devront modifier leurs lois nationales. Les Etats membres auront alors la possibilité et la flexibilité d'accorder leurs propres autorisations et exemptions pour différents types de propriétaires. Il faut absolument que les citoyens prennentcompte  de leurs gouvernements et s'assurent que ces possibilités soient appliquées au mieux.

........................................................

 

Commentaires de  SwissGuns sur les propos de Madame Ford

 

Dans sa lettre à Firearms United, Madame Ford lâche quelques informations intéressantes, qu'elle considère visiblement comme des éléments acquis.

 

Amendements importants

 

Elle nous informe de "conditions strictes introduites, pour la conservation des armes, en relation avec la pratique courante de nombreux Etats membres"". Cela signifie "coffre fort, pièce sécurisée et autres mesures qui ne sont pas dans la loi suisse sur les armes qui se contente de préconiser une conservation "avec prudence" (art 26 LArm).

 

Elle nous rassure encore: l'examen médical obligatoire n'est plus exigée, mais "chaque pays devra mettre en place son propre système de contrôle médical". La porte est ouverte à tous les délires de contrôle psy.

 

Tireurs sportifs

 

Les armes de catégorie A, théoriquement interdites aux civils, continueront d'être à leur portée, mais à condition qu'il pratiquent le tir dans le cadre de sociétés agréées et participent à des compétitions. Le Fass 57 ou 90 conservé comme "souvenir", à oublier. En outre, on imagine aisément l'usine à gaz  des contrôles pour s'assurer que chacune participe bien aux compétitions (dans certains Etats européens, un tireur malade pendant plus de 6 mois se voit contraint de rendre son arme).

 

Chargeurs et magasins

 

On arrive là au grand écart de logique: les magasins de grande capacité (+10 coups pour une arme longue, +20 pour une arme de poing) ne sont pas interdits, mais, si on les introduits dans une arme de catégorie B, on fait aussitôt passer celle-ci en A. Et un propriétaire d'arme semi-auto qui serait trouvé également en possession d'un magasin de grande capacité serait mal parti

 

Pour exemple: votre Fass 57 ou 90, avec son magasin d'origine... si vous ne faites pas régulièrement de compétition de tir. Cette mesure garantit de créer en Suisse une nouvelle catégorie de criminels malgré eux (tout citoyen est censé connaître la loi, mais...).

 

Réservistes

 

La notion de "réserviste" de Madame Ford n'est vraiment pas la même que la nôtre et elle n' visiblement pas compris le système suisse.

 

Collectionneurs et musées

 

Ceux-ci pourront détenir des armes de catégorie A, mais sous de telles conditions de sécurité qu'il leur sera difficile (impossible ?) de les montrer.

 

Armes automatiques converties en semi-automatiques

 

Pas de changement pour les Suisses: une arme semi auto issue d'une arme auto reste interdite, sauf si elle est suisse. Et pour en acquérir une, i faudra toujours une autorisation exceptionnelle.

 

Les étapes suivantes

 

L'accord provisoire doit être voté par le plenum du Parlement au cours de la session du 14 mars et ensuite formellement approuvé par le Conseil européen des ministres.

 

Madame Ford nous met en garde contre toute velléité d'amender son texte: la Commission européenne pourrait alors imposer son projet d'origine beaucoup plus dur.

 

En ce qui nous concerne, ce serait sans doute la meilleure solution: si les conditions européennes sont jugées acceptables par les politiciens mous de notre pays, elles pourraient passer au Parlement suisse et nous pourrions perdre. Mais si la Commission impose son projet "dur", le gouvernement suisse serait alors face à un choix:

 

- refuser d'appliquer les règles européennes et quitter Schengen

- ou accepter et faire face au référendum inévitable, qui nous ferait quitter Schengen.

 

Jean-Claude Junker, SVP: ne laissez pas passer... tenez à votre projet, que soutient si bien la France. Vous nous rendrez service et vous détruirez peut-être ainsi cette Europe qui nous veut si peu de bien.

 

SwissGuns, F.A. Leutenegger, 24 février 2017

 

 

 

11 commentaires

  1. Posté par Thierry Martin le

    Les armes utilisées dans les attentats ne proviennent pas de canaux officiels. Légiférer en la matière est inutile et ne changera rien! Que chaque acquéreur montre patte blanche comme il doit déjà le faire est suffisant. Et surtout que chacun s’entraine avec son/ses arme(s) car c’est du manque de maîtrise que proviennent les accidents.

  2. Posté par Jean le

    Amis suisses, désolidarisez vous de l’ UE, ici en France elle ne nous cause que des problèmes. Après les nouvelles restrictions suite à la transcription en 2012 de l’ ancienne directive européenne, voici une nouvelle directive et de nouvelles restrictions à venir, encore bien pires que celles de 2012. Non, vraiment l’ Europe n’ apporte que soumission et destruction de liberté.

  3. Posté par franque le

    je suis français et les commentaire que je lis ci-dessus me font plaisir bravo les suisse vous vous avez des couille la situation pour nous en France est insuportable faute il est vrai a nos giniole qui nous représente c’est absolument infernale les carnet de tir cota de 1000 cartouche par an 12 auto maxi et j’en passe des verte et des pas mur ah oui le fusil a pompe a canon rayé figurez vous que le canon lisse est interdit et canon rayé est autorisé de quoi faire rire les camarade tireur collectionneur qui me lise je vous avoue, nous on ris jaune… bref battez vous les suisse courage vous êtes un peuple de citoyens responsable et autonome ne vous laissez pas faire ne vous laissez pas abusez par ces baltringues.

  4. Posté par Thomas le

    Pourquoi devoir participer à des compétitions? Parce qu’on sait qu’elles seront impossibles à organiser pour tous les détenteurs? On n’aurait plus le droit de pratiquer un sport sans faire de compète?

  5. Posté par white elefant le

    Enfin, la video de l’intervention de Jean-Luc Addor a Malte a la conference Firearms United de janvier 2017 est en ligne:
    https://www.youtube.com/watch?v=6k89PoAjkys
    Il semblerait qu’il y ait eu des problemes techniques pour la bande son sur les 10 premieres secondes, apres c’est bon.

  6. Posté par Claire le

    Les racailles ont des kalach et, pour les plus démunis d’entre eux, des couteaux. Que faut-il faire? Désarmer les honnêtes citoyens afin qu’ils ne puissent pas se défendre. Ainsi ils pourront porter plainte quand ils auront été tués.
    CQFD.

  7. Posté par Christian Hofer le

    Il ne faut pas céder: nous n’avons rien à voir avec leurs imbécilités. Qui a fait la guerre en Syrie en armant n’importe qui n’importe comment?

    Le socialiste Hollande et Obama, idole de la gauche. Et ces armes étaient des armes automatiques, lourdes aussi, extrêmement puissantes. Ces deux crétins ont armés des gens extrêmement violents et veulent à présent désarmer les Européens honnêtes et paisibles. De qui se moque-t-on?!

    Que ces deux guignols prennent leurs responsabilités et gèrent la situation. Nous, Suisses, nous n’avons pas à nous soumettre à ces dictats qui découlent de leurs exactions.

    Si quelqu’un a détruit notre sécurité, c’est la gauche avec son immigration et son multiculturalisme. Qu’ils aillent donc gémir ailleurs!

  8. Posté par Grégoire le

    L’UE et le CF n’en ont rien à foutre de nos traditions, des criminels et des terroristes. Le but de cette directive est de désarmer les peuples, et non les criminels et terroristes. Les peuples armés sont beaucoup plus dangereux pour les élites politiques et économiques que les criminels et terroristes dont elles n’ont rien à craindre.

  9. Posté par Loulou le

    Arrêtons les conneries sur « les tireurs sportifs ». J’ai une arme à la maison dans le but de défendre ma famille en cas d’agression ou si la société sombrait dans le chaos. C’est un droit, c’est mon droit. Je l’ai acquise légalement, je réponds aux critères pour la posséder. Si un fonctionnaire rampant depuis Bruxelles tente de me l’enlever, me demande des carnets de tirs ou des examens médicaux, mes armes entreront simplement dans la clandestinité. Je refuse de jouer ce jeu et il est exclu que je rende mes armes. Rien que le fait que l’idée titille des politiciens est une preuve que nous entrons dans un système totalitaire. C’est donc une bonne raison d’entrer en résistance.

  10. Posté par Yolande C.H. le

    La Suisse, construite sur ses citoyens-soldats, avec une arme dans la presque totalité des foyers permettant une mobilisation rapide pour défendre le territoire, était le pays le plus sûr du monde.
    Ces restrictions de port d’armes démontrent en fait la montée de la dangerosité liée à ces migrations massives dont l’objectif n’est certainement pas d’assurer la sécurité du pays.. Ils exigent cependant qu’ON leur garantisse la sécurité: c’est qui ON?

  11. Posté par GéraldS le

    Quand nos sinistres imbéciles , qui nous gouvernent , réaliseront-ils que la Suisse est libre et indépendante ? Il n’ y a rien à négocier , nous ne faisons pas partie de l’ UE . De toute façon Schengen est une grosse farce qui est surtout utile aux criminels étrangers.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.