Suisse-UE. Quand les verdicts populaires ne comptent plus. Une socialiste pour négocier avec l’UE!

UE_Démocratie
Communiqué de presseUDC Suisse, le 22 février 2017

 

Quand les verdicts populaires ne comptent plus

 

A la demande du chef du DFAE, le conseiller fédéral PLR Didier Burkhalter, le Conseil fédéral a donné aujourd'hui à la secrétaire d'Etat qui vient d'être nommée, donc à la première diplomate de Suisse, la responsabilité des négociations avec l'UE qui constituent de loin le plus important dossier de politique extérieure de la Suisse. Du coup, une socialiste et ancienne membre du comité du PS Bâle est censée défendre les intérêts de notre pays à Bruxelles. En juin dernier, 51,9% des électrices et électeurs britanniques ont voté dans le cadre d'un référendum pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (le "Brexit"). Qui a été nommé ministre des affaires étrangères dans la perspective des négociations de sortie avec l'UE? Boris Johnson, qui avait mené la campagne pour le Brexit. Un choix logique après une décision démocratique, est-on tenté de penser. Mais en Suisse les choses sont différentes. Le peuple suisse a certes refusé en 2001 déjà avec une majorité de 76,8% l'initiative "Oui à l'Europe" qui exigeait l'adhésion à l'UE. Le peuple a certes approuvé en février 2014 l'initiative UDC contre l'immigration de masse, remettant du même coup en question l'accord de libre circulation des personnes. De nombreux sondages indiquent certes depuis des années que l'immense majorité des Suissesses et des Suisses refusent d'adhérer à une UE chancelante et hostile aux souverainetés nationales. Mais de tout cela, le Conseil fédéral s'en moque complètement. Il donne la responsabilité des négociations avec l'UE, négociations qui devraient en fait consister à défendre opiniâtrement les intérêts de la Suisse face à Bruxelles, à la représentante d'un parti qui milite toujours ouvertement en faveur de l'adhésion à l'UE. Donc d'un parti qui, en cette matière, ne représente qu'une petite minorité de la population. On voit mal les bureaucrates UE prendre au sérieux des négociations menées sur cette base. Une fois de plus le conseiller fédéral Didier Burkhalter révèle son vrai visage. Cela fait longtemps que les avis du peuple suisse ne l'intéressent plus. Il n'a d'ailleurs aucune envie de négocier avec l'UE comme il l'a révélé notamment en encourageant la non-application de l'initiative contre l'immigration de masse.

L'UDC continuera de s'engager de toutes ses forces pour le respect de la volonté du peuple, pour la liberté et l'indépendance de la Suisse. Elle combattra avec détermination un accord-cadre que la majorité du Conseil fédéral et des hauts fonctionnaires de gauche veulent imposer à la Suisse. Une fois de plus, l'UDC invite le Conseil fédéral à confier enfin la défense des intérêts de notre pays à des fonctionnaires qui sont prêts à se battre de tout leur cœur pour l'application des décisions du peuple suisse. 

 

6 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    Burkhalter n’a cure de la volonté populaire.
    Son avenir à l’ONU ou à Bruxelles passe avant.
    Avec Simonetta, les deux font la paire.

  2. Posté par Dominique Schwander le

    Fort mauvais choix pour notre souveraineté suisse! Il fallait nommer un/une diplomate convaincu/e que les pouvoirs doivent peu à peu être repris à l’institution supranationale qu’est l’UE et notre loyauté nationale doit être au centre des préoccupations, surtout dans une sociétés multi-ethnique et multi-religieuse comme la Suisse.

  3. Posté par Jack Palance le

    Et en plus de ça, la femme à Burkhalter va comme déléguée au CICR !….il a complètement viré à gauche ce type….déjà que le PLR est devenu centre gauche, plus rien d’étonnant et en plus, ce traitre cherche une planque dans l’UE pour ces vieux jours !…

  4. Posté par Hexgradior le

    Faire cesser les manœuvres de Didier le Bronzé et autres loufiats de Berne est extrêmement simple. Il suffit de dénoncer les accords bilatéraux qui enchaînent la Suisse à l’UE. Vive l’ASIN avec son initiative qui va dans la bonne direction!

  5. Posté par Le Taz le

    Burkhalter est un infâme mondialiste, comme dame pipi !!!
    Pour répondre à la question où est la démocratie ? Bien profond dans le rectum des suisses qui se lèvent tous les matins pour bosser, pour s’énerver dans les embouteillages, pour se faire racketter par l’état, pour financer les envahisseurs et les politiciens qui leurs ouvrent grand les portes ! Voilà où elle est la démocratie !

  6. Posté par JeanDa le

    Je suis plus que FURIEUX ! didier burkhalter est pourri de l’intérieur. Ce doit être l’influence néfaste de la dame pipi pianiste.
    Faire un tel mauvais tour aux suisses, … pardon : faire une telle saloperie aux suisses est passible de la prison à vie, voire plus !
    Une question : cherche-t-il l’attentat ? Y a-t-il également 70 vierges qui l’attendent là-haut ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.