Fausse Affaire Théo, Présidentielles et Fin des Zélites politiques

Michel Garroté
Politologue, blogueur
post_thumb_default

France-Gaulois-1

   
Michel Garroté - Théo, un individu violent, était déjà connu des services de police, pour son implication dans le trafic de produits stupéfiants. Alors, des coups de matraque, mais pas de pénétration ? Fausse Affaire Théo ? Lors de son audition, le policier mis en examen pour "viol" dans l'affaire Théo s'est défendu d'avoir gravement blessé le jeune homme.
-
L'Express et Europe 1 avaient publié, mercredi 15 et jeudi 16 février, des extraits du procès-verbal de l'audition du policier. Ci-dessous, je publie une analyse de Franceinfo, qui revient sur ce qu'il faut retenir de ce procès-verbal (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) :
-
Cette première audition a eu lieu le 2 février à 19h09, tout juste plus de deux heures après l'arrestation de Théo dans la "cité des 3000" d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Le policier explique que la situation a dégénéré après le contrôle dans ce quartier d'un "individu déjà connu de nos services pour son implication dans le trafic de produits stupéfiants". Une altercation débute après la "palpation" d'une deuxième personne. La patrouille de police tente alors d'interpeller Théo.
-
Le policier ajoute : "J’ai compris à ce moment-là, que l’individu serait prêt à tout pour se soustraire. Il se débattait, portait des coups-de-poing à tout-va, gesticulait en tous sens, même des jambes", continue le gardien de la paix. Il raconte que l'un de ses collègues parvient toutefois à conduire le jeune homme au sol, mais est entraîné dans sa chute "de manière très brutale".
-
Le policier ajoute encore : Théo devient alors "encore plus virulent" et envoie plusieurs coups de pied à destination des policiers, selon lui. "J'usais alors de ma matraque télescopique et lui portais des coups en visant l'arrière des cuisses. L'individu continuait de se débattre, il se retournait, gesticulait en usant de son gabarit musclé, et il parvenait à se relever", continue le policier. Une fois debout, Théo se met alors à "piétiner" l'un de ses collègues, ajoute-t-il.
-
Et le policier dit alors avoir de nouveau porté des coups de matraque au jeune homme, mais ne fait jamais mention de frappes au niveau des fesses : "Je décidais de porter à l'individu des coups de matraque télescopique en visant ses membres inférieurs dans l'espoir de lui faire perdre l'équilibre et de l'amener au sol".
-
Après un autre coup "au niveau d'une de ses jambes", Théo est menotté. Contrairement à ce qu'affirmait le jeune homme à son avocat, le policier dit n'avoir remarqué "une plaie saignante" qu'une fois arrivé au commissariat. "Je n’ai aucune idée de la façon dont cette plaie a été faite", conclut le policier dans sa déposition. Au commissariat, Théo, pourtant blessé, refuse dans un premier temps de se faire examiner par un médecin. Alertés, les pompiers l'emmènent à l'hôpital où la "gravité" de sa blessure est constatée. Le soir même, l'Inspection générale de la police nationale est saisie (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
"Affaire Théo", alors que l'élection présidentielle française approche, le pays est-il dans une période complexe marquée par un changement irréversible de génération politique, comme l'estime Iouri Roubinsky, chef du 'Centre d'études françaises de l'Institut de l'Europe' au sein de 'l'Académie russe des sciences' ? Voici ce qu'en pense Iouri Roubinsky (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : "Ce qui se passe et ce qui influence les résultats des élections en France, c'est, en quelque sorte, un "génocide" des élites politiques françaises" (ndmg - le mot "génocide" est mal choisi et on va plutôt dire : "la fin" des élites politiques).
-
Iouri Roubinsky : "Il est très frappant que les deux derniers présidents aient quitté complètement la scène. De plus, au moins trois Premiers ministres et des députés importants sont partis, et, aucun d'eux, n'a d'avenir politique. Cela concerne, par exemple, Alain Juppé, Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls", a signalé le spécialiste lors de la présentation de son rapport intitulé "France : les forces en présence avant l'élection présidentielle 2017".
-
Iouri Roubinsky souligne qu'il ne s'agit pas d'une simple rotation de fonctionnaires, mais d'un grand changement de génération : les personnalités de l'âge d'Alain Juppé (71 ans) quittent complètement la scène politique française : "Avec ce changement de génération, les règles du jeu établies sous la Ve République disparaissent, nous voyons une crise extrêmement profonde des deux partis piliers du système, socialiste et républicain, dont la rotation était, depuis 1981, à la base de la stabilité du système dans le cadre des institutions constitutionnelles actuelles".
-
Le premier tour de l'élection présidentielle française se déroulera le 23 avril prochain. Le deuxième tour est prévu le 7 mai. Selon un récent sondage Opinionway / Orpi publié par les médias, le fondateur du mouvement 'En Marche !', Emmanuel Macron, et, la présidente du Front national, Marine Le Pen, arriveraient en tête du premier tour de la présidentielle. Au second tour, Marine Le Pen serait battue par Emmanuel Macron, informe Iouri Roubinsky (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
De son côté, Clément Menet, dans Valeurs Actuelles, écrit notamment, dans une chronique intitulée "Emmanuel Macron : le plus sûr chemin vers Marine le Pen", (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : A la fin d’un quinquennat catastrophique qui discrédite la gauche et après le Penelope Gate qui a récemment affaibli François Fillon, les sondages d’opinion prévoient un affrontement entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle. Ces deux impétrants s’apprêtent à danser un tango endiablé car ils sont en réalité leurs meilleurs alliés. A eux deux, ils peuvent effacer le clivage gauche / droite, en le remplaçant par un clivage « progressistes vs conservateurs » d’irait l’un,  ou « mondialistes vs. patriotes » dirait l’autre.
-
En réalité, ils se trompent tous les deux, car le véritable clivage qu’ils sont en train de façonner, c’est l’opposition entre le peuple et l’élite. Cette opposition a malheureusement déjà pris corps dans notre pays comme le montrent les analyses de Christophe Guilluy. La France des métropoles mondialisées et la France périphérique se sont séparées : des niveaux de vie très éloignés, des moeurs contraires, des territoires cloisonnés, des visions du monde, de la France et de l’avenir contrastées.
-
Marine Le Pen l’a bien compris et a choisi de s’adresser à cette deuxième France, celle des oubliés et des laissés pour compte: ce qu’elle appelle le Peuple. Son objectif est de transformer le FN en « parti du peuple »: ce n’est pas un hasard si son slogan de campagne est « Au Nom du peuple ».
-
Pour réussir son pari, elle a besoin d’avoir comme contradicteurs un « parti de l’élite », du système. Emmanuel Macron, en s’adressant principalement aux vainqueurs de la mondialisation, est en train de lui faire ce cadeau. L’ « UMPS » qu’elle dénonce depuis des années existe désormais : il s’appelle 'En Marche !'.
-
La nouveauté qu’est supposé incarner Emmanuel Macron n’est en effet qu’un simulacre. En réalité, il défend l’ordre ancien, celui des libéraux libertaires de 1968. La preuve en est qu’il est soutenu par tous les caciques de cet establishment: Pierre Bergé, Alain Minc, Daniel Cohn-Bendit et Jacques Attali en tête. Il est leur créature, l’ambassadeur dont ils rêvaient au moment où leurs corps ne leur permettent plus d’apparaître comme modernes et séduisants. C’est Tancredi dans Le Guépard de Visconti : « Il faut que tout change pour que rien ne change », ajoute Clément Menet (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
Introduction & Adaptation de Michel Garroté pour https://lesobservateurs.ch/
-
http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/arrestation-violente-a-aulnay-sous-bois/affaire-theo-ce-que-dit-la-version-du-policier-mis-en-examen-pour-viol_2062445.html
-
https://fr.sputniknews.com/france/201702101030038167-course-presidentielle-francaise/
-
http://www.valeursactuelles.com/politique/emmanuel-macron-le-plus-sur-chemin-vers-marine-le-pen-66922
-

2 commentaires

  1. Posté par Michel le

    La matraque aura sans doute été examinée par la police scientifique, et , il est à espérer que les médecins aient également fait des prélèvements…
    Quand même arriver à avoir une plaie de ce genre là au cours d’une interpellation c’est réellement très surprenant, on pense à un nez cassé, des côtes fêlées…
    Je plains sincèrement les policiers -jetés en pâture à cette faune sauvage- lesquels, malgré le peu de moyens réels , le manque de soutien de leur hiérarchie, des corps politiques et les casseurs professionnels médiatiques , essayent de travailler dans de telles conditions .

  2. Posté par Claire le

    Il est de plus en plus évident que la France est scindée en deux, entre les pseudo-élites auto-proclamées, mondialistes, cosmopolites, islamo-gaucho qui ont favorisé l’entrée de millions d’immigrés allogènes, et le reste du peuple, pas forcément inculte et abruti (les « deplorables » fustigés par Hilary Clinton!), mais souverainiste, attaché aux valeurs traditionnelles, à sa culture (mais oui, il y a une culture française, contrairement à ce que dit Macron!), à sa langue (contre le slogan en mauvais anglais pour les J.O), bref, à son pays.
    C’est la même chose aux USA, avec Trump qui se débat contre la presse gaucho et les restes de l’administration Obama.
    Tout cela ne peut que mal finir.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.