Les Etats-Unis ont utilisé des armes à l’uranium appauvri en Syrie, révèle Foreign Policy (VIDEO)

post_thumb_default

 

Des sources officielles ont confirmé que les Etats-Unis avaient eu recours à des munitions à uranium appauvri en Syrie en 2015, selon Foreign Policybimestriel consacré à la politique internationale et aux enjeux stratégiques mondiaux.

Citant le major Josh Jacques, porte-parole de l'US CENTCOM – le commandement central militaire des Etats-Unis – la publication spécialisée précise que l'aviation américaine a tiré quelque 5 265 munitions à l'uranium appauvri de calibre 30mm. Son objectif ? Empêcher Daesh de transporter et vendre le pétrole des champs qu'il contrôle, tel celui de Deïr ez-Zor. 

L'uranium appauvri est utilisé dans la fabrication d'armes de pénétration, notamment contre le blindage des tanks ou les bunkers. Elles ne sont pas utilisée dans les combats d'infanterie ou contre des objectifs vulnérables, comme des camions sans blindage. Aussi, n'était-il pas nécessaire d'utiliser de telles munitions contre des camions-citernes, comme on le constate aujourd'hui.

De plus, les Etats-Unis s'étaient engagés en mars 2015 à ne pas utiliser de telles armes, décriées parce que suspectées d'être à l'origine de graves troubles de la santé au sein des populations vivant dans les zones bombardées.

«Nous pouvons confirmer que les avions des Etats-Unis, ainsi que ceux de la coalition n'ont pas utilisé et n'utiliseront pas de munitions à uranium appauvri en Irak et en Syrie», avait alors affirmé le Pentagone.

L'uranium appauvri, faiblement radioactif, est toutefois susceptible de contaminer les terrains des zones de bombardement. Bien que sa nocivité soit controversée, l'uranium appauvri pourrait être à l'origine de l'augmentation des cas de leucémies, de malformations congénitales, ainsi que de plusieurs cancers en Irak, constatés à la suite de l'intervention militaire américaine et décrites sous le terme générique de «syndrome de la guerre du Golfe».

Lire aussi : Héritage toxique de la bataille de Falloujah : «Les dommages causés à l’ADN»

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Le Taz le

    Tiens donc… Et cela sous l’administration de qui ??? Ne serait-ce pas de l’angélique Obama !!!???

  2. Posté par oxygène le

    C’est la médication du camp du bien… pour faire mieux intégrer la notion de liberté ainsi que la démocratie suivant les normes mondialistes. Mais tout se paie un jour.

  3. Posté par Anne Lauwaert le

    Lors de la deuxième guerre d’Iraq le Père Benjamin a dénoncé l’usage de l’uranium appauvri en Iraq « dans les champs où les gens plantent leurs patates » et l’augmentation de naissances de bébés anormaux

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.