« Décodex » : La fin de son blog, «l’opération de calomnie» du Monde, fake news : Olivier Berruyer se confie

LeMondeGrapheAncien

Le Monde Immonde

Olivier Berruyer est un économiste français. Il intervient régulièrement sur BFM Business, a participé à plusieurs reprises à de nombreuses émissions sur des radios et chaînes télévisées françaises, telles que France 24 ou La Chaîne info. Il est également le fondateur du blog Les-Crises.fr.

RT : Le Monde a déclaré via son outil Décodex que votre blog Les-Crises.fr n'était pas fiable, en l’accusant de diffuser des «fausses informations». Pourriez-vous expliquer quelles sont les raisons de ces accusations ?

O. B. : J'anime l'un des plus grands blogs français sur lequel j'essaie d'avoir une information de critique des médias tout à fait sérieuse, la plus factuelle possible et évidemment non complotiste. Le journal Le Monde vient de lancer une opération à mi-chemin entre le maccarthysme et le ministère de la Vérité d'Orwell, qui vise à poser un label, non plus à l'information dans la chasse actuelle aux fake news, mais à l'ensemble des sites et sources en ligne. Ils ont expliqué que RT était une source moyennement fiable et que mon site ne l'était pas du tout. Pour justifier cela, il ont mis un argument en expliquant que je partagerais des théories complotistes sur l'affaire ukrainienne. J'ai effectivement beaucoup suivi cette crise mais pour étayer leurs accusations, les journalistes du Monde se sont appuyés sur un lien internet qui est une énorme fake news sur un énorme mensonge que j'ai démonté sur mon blog. C'est clairement une opération de calomnie visant à censurer mon blog. Je vais devoir arrêter mon blog, car je ne peux pas continuer dans ces conditions-là, avec le journal Le Monde qui est dans une énorme opération de diffamation.

La problématique des grands médias occidentaux aujourd'hui n'est pas celui des fake news, mais celui des «no news». Ce ne sont pas des mensonges mais c'est toute une partie de la vérité qui n'est jamais mise en avant

RT : Pourquoi vos posts ont-ils attiré une telle attention et de telles réactions ?

O. B. : Au début, mon blog était consacré à l'économie. J'ai beaucoup travaillé par exemple avec un ancien Premier ministre sur la réforme des banques. Tant que j'en restais là, il n'y avait pas de problème. Je me suis mis à traiter de géopolitique car je préside l'association française des amis de Noam Chomsky. J'essaie de faire un travail très chomskyste - évidemment avec pas tout à fait le même talent que lui. Je critique beaucoup les médias et je me suis intéressé à l'affaire ukrainienne. Depuis, Le Monde et un certain nombre de réseaux néo-conservateurs qui soutiennent le régime ukrainien, s'attaquent à moi.

Il figure toujours aujourd'hui sur leur site, trois ans après, une interview de l'envoyé spécial du Monde à Kiev, Piotr Smolar. Dans cette vidéo, qui a été réalisée une dizaine de jours après Maïdan, il explique très calmement que les manifestants à Maïdan n'étaient pas armés. Alors qu'évidemment, il y a eu des dizaines de policiers tués, des centaines blessés par balles. J'ai débattu plusieurs mois après avec lui là-dessus. Il maintenait sa position. Aujourd’hui, la vidéo est toujours en ligne sans aucun commentaire. Le Monde estime donc que cette information est de qualité, labellisée en vert, alors même que j'ai démonté tout cela sur mon blog, preuves à l'appui.

Le président du parlement du plus grand pays d'Europe est le fondateur du parti néo-nazi local et Le Monde n'en parle pas

Lire aussi : «Déconex», l’indice de déconnexion des médias

Dans les médias occidentaux, il n'y a pas beaucoup de fake news. Cela arrive évidemment de temps en temps. Le Monde en a encore fait une dernièrement sur l'affaire des Russes qui voulaient pirater un réseau électrique dans le Vermont. Ils n'y ont vu aucun problème de logique, ils n'ont rien vérifié et lancé cela un 31 décembre. Sauf qu'on s'est rendu compte le lendemain que c'était juste un virus sur un ordinateur portable. Néanmoins, la problématique des grands médias occidentaux aujourd'hui n'est pas celui des fake news, mais celui des «no news». Ce ne sont pas des mensonges, mais c'est toute une partie de la vérité qui n'est jamais mise en avant. Quelques jours après, le Parlement ukrainien a élu Andreï Paroubi comme nouveau président du Parlement ukrainien à la majorité des députés. Andreï Paroubi est le cofondateur du parti néo-nazi ukrainien. Il a animé toutes ses milices militaires pendant plusieurs années. Il s'est occupé du commandement militaire de Maïdan. Cet homme-là a été nommé président du parlement ukrainien dans un contexte de tensions avec la Russie. On imagine ce que la nomination d'un tel personnage signifie pour la stabilité de l'Europe. Il n'y a pas une information là-dessus dans Le Monde. Le président du parlement du plus grand pays d'Europe est le fondateur du parti néo-nazi local et Le Monde n'en parle pas.

J'ai consacré du temps à cette histoire sur mon blog. j'ai même fait un très gros effort, j'ai fait traduire la prose de ce sinistre personnage des années 1990 en français. Dedans, on apprend que le rôle historique de l'Ukraine est de protéger la race blanche en Europe des hordes barbares asiatiques qui vont les envahir avec les Russes. cet homme est président du parlement. C'est délirant. Il rencontre les plus grands dirigeants de l'Europe et cela ne pose aucun problème. C'est de ce genre de choses dont j'ai parlé et qui me font haïr par les grands médias. C'est parfaitement vrai. c'est parfaitement factuel. Ils n'en parlent pas. c'est un exemple de «no news» avec des conséquences dramatiques.

Ce n'est pas à Google de nous expliquer ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Quel est ce ministère de la Vérité qui est en train de se mettre en place ?

RT : Google et Facebook lancent un projet Crosscheck en France, en coopération avec plusieurs médias français, dont Le Monde. Que pensez-vous de cette initiative de lutte contre les «fausses informations» sur internet ?

O. B. : Ce genre de choses montre bien qu'il y a des réactions de plus en plus étonnantes de la part des grands médias. Il est vrai qu'il y a des problèmes avec de fausses informations qui se répandent. Il faudrait qu'on en discute tranquillement. L'information est une base de la démocratie. Avant d'agir, il faudrait peut-être que le pouvoir politique se charge de la situation, qu'il y ait un débat national et professionnel. A la place, les grands médias, qui sont totalement décriés par l'opinion publique, essaient de se regrouper. En France, Le Monde, de part son poids, devient un problème pour la démocratie. Cette opération est très gênante. Regardez qui est derrière cette opération ! Elle est lancée à la base par Google, associé à Bellingcat. Bellingcat dont la crédibilité et neutralité sont extrêmement faibles.

Ce n'est pas à Google de nous expliquer ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Quel est ce ministère de la Vérité qui est en train de se mettre en place ? J'appelle à l'aide les démocrates à l'étranger car la France a régulièrement ce genre de problèmes avec ses médias. Je les appelle à observer et à enquêter. J'aimerais que des personnes comme Edward Snowden, Glenn Greenwald ou Noam Chomsky regardent ce qui se passe en ce moment en France car c'est sidérant. Je ne vois pas d'équivalent ailleurs. Peut-être est-ce un peu le cas en Allemagne... La différence demeure qu'ils n'ont pas un média comme Le Monde qui est en train d'essayer de s'arroger le droit de censurer. Avant, c'était les religieux, puis les politiques, qui en usaient. Maintenant ce sont les médias qui déclarent : «Vous n'avez pas le droit de vous exprimer.»

Tout le monde applaudit en trouvant très très bien que Le Monde réinvente l'index de l'Eglise catholique

RT : Peut-on confier aux médias la lutte contre les «fake news», la vérification des faits, ou les gens doivent-ils décider eux-mêmes en quoi il veulent croire ?

O. B. : Le problème central n'est pas les fake news. C'est un problème accessoire. La question majeure qui devrait tous nous préoccuper est de se demander comment faire en sorte que le grand public ait de nouveau confiance dans les grands médias. Le reste est avant tout une affaire d'analyses différentes. C'est normal qu'il y ait des analyses différentes entre CNN et RT. C'est du débat démocratique, c'est extrêmement important. Le problème survient quand les faits ne sont plus connus. Mon cas peut être un exemple. Ça montre bien l'utilité que vous avez pour le débat démocratique. Il n'y a pas un média français qui s'y intéresse. Tout le monde applaudit en trouvant très très bien que Le Monde réinvente l'index de l'Eglise catholique. C'est-à-dire la liste de tout ce qu'il ne faut pas lire ! Pour redonner la confiance dans les grands médias, il faut vérifier information par information. Il faut du débat. Ce n'est pas à des médias discrédités de se regrouper en disant : «Regardez on va vous dire la vérité.» Cela servira juste à accentuer la défiance et le complotisme, qui est aussi un grave problème pour la démocratie.

Ce qu'il faudrait peut-être créer, et je vais y réfléchir, serait de faire une sorte de Wikipédia sur lequel les gens discuteraient des informations. Il faudrait que des citoyens en discutent de manière collaborative. Comme le disait Edward Snowden, je n'ai pas envie que des multinationales telle que Google expliquent au grand public ce qu'il doit penser. Je n'ai pas envie que Le Monde fasse cela.

D'ailleurs, en lançant leur Décodex orwellien, Le Monde a annoncé avoir mis en place un ensemble de journalistes volontaires de leur rédaction qui iront dans les écoles pour expliquer aux enfants comment lire l'information. C'est proprement délirant. J'imagine déjà la troisième et quatrième leçon qui seront : «N'allez pas sur RT, c'est tamponné en orange» ou «N'allez surtout pas lire Olivier Berruyer, c'est en rouge.» Par contre, Al-Jazeera est en vert. C'est donc une information tout à fait indépendante et de qualité en provenance des coupeurs de têtes.

Il est vrai que sur internet on va lire des âneries colossales, mais on en lit aussi dans la grande presse. Ce problème des fake news doit être traité mais il doit l'être de manière démocratique

RT : Dans quelle mesure le phénomène de «fake news» affecte-t-il la formation de l’opinion publique ? Qu'en est-il si les médias qui sont censés contrôler la véracité des faits relayés dans les actualités sont eux-mêmes accusés d’avoir distribué d’informations fausses ? Qui donc va contrôler ceux qui contrôlent ?

O. B. : L'ensemble de nos médias est en train de s'agiter comme des poules sans tête en criant : «Mon dieu, il y a un nouveau phénomène : les fake news, les fake news, les fake news.» Cela s'appelle des mensonges et du bourrage de crâne. Voilà tout. La problématique c'est que les journalistes viennent de perdre le monopole du bourrage de crâne. Il est vrai que sur internet on va lire des âneries colossales, mais on en lit aussi dans la grande presse. Ce problème des fake news doit être traité mais il doit l'être de manière démocratique.

Nous sommes dans une époque de perte de contact avec la réalité et avec les principes élémentaires du journalisme

Est-ce que cela influe tant que cela sur l'opinion publique ? J'ai des doutes. Néanmoins, cela a des conséquences démocratiques extrêmement importantes. Toute la presse française s'est fait l'écho d'une rumeur, donc non-vérifiée, insistant que les Russes seraient en train de se préparer à manipuler l'élection française. C'est exactement la même propagande que l'on nous a servie pour l'élection de Donald Trump. On nous a expliqué que Donald Trump a été élu à cause de la rumeur Pizzagate, qui n'a été lue par à peu près personne. Ce n'est surement pas parce que l’espérance de vie décline aux Etats-Unis. Ce n'est pas non plus parce qu'une partie du pays sombre dans la pauvreté et la misère. Non. C'est évidemment à cause des méchants d'internet.

Nous sommes dans une époque de perte de contact avec la réalité et avec les principes élémentaires du journalisme. Des principes tels que «quelle est votre source ?», «quelle est sa qualité ?», «les informations ont-elle été bien recoupées ?». On a subi une campagne où on nous expliquait tranquillement que Donald Trump allait uriner sur des prostituées russes dans un grand hôtel de Moscou. Ces informations ne pouvaient qu'être fiables car elles venaient de McCain, qui les a eu d'une agence, qui les a eu d'un ancien des services secrets anglais... Tout cela détruit la confiance de l'opinion publique non seulement dans les médias, mais aussi dans notre système politique. Cela veut dire que notre prochain président, on se demandera si ce ne sont pas les Russes qui l'ont fait élire.

Lire aussi : 2016, année noire pour les médias mainstream

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par UnOurs le

    Une question que ne se pose pas Monsieur Berruyer, c’est pourquoi les milieux juifs transnationaux soutiennent les « nazis » en Ukraine. Probablement pour les mêmes raisons qui amenèrent, lors des guerres yougoslaves Alain Finkelkraut à se tenir du côté des oustachis croates et BHL à accompagner l’ancien recruteur de la division SS Handschar Alyah Izedbegovic. Attention, terrain miné !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.