«Meurtre à la Maison Blanche» : quand un patron de presse allemand recommande l’assassinat de Trump

Qui veut la peau de Donald Trump ? Devant les lenteurs administratives que pourrait entraîner une procédure de destitution, un directeur de rédaction a suggéré une solution peu orthodoxe : l'assassinat du président américain à la Maison Blanche.

Josef Joffe, le directeur de la rédaction du journal allemand Die Zeit, a provoqué une polémique après avoir suggéré que le seul moyen d'empêcher la «catastrophe Trump» était de tuer le président américain à la Maison Blanche.

La scène a eu lieu le 25 janvier lors d'un épisode du «Presse Club», un show retransmis par le radiodiffuseur public allemand ARD. La publiciste Constanze Stelzenmüller répondait à une auditrice qui s'enquerrait des voies légales et des détails juridiques permettant la destitution de Donald Trump. Dans son explication, Constanze Stelzenmüller indiquait notamment que la procédure officielle d'impeachment était longue et complexe.

«Une majorité qualifiée des deux tiers du Sénat doit voter en faveur de la destitution pour que cela arrive. Il y a un certain nombre d'obstacles politiques et juridiques, il faudrait que beaucoup de choses se passent pour en arriver là», était-elle en train d'expliquer lorsque Josef Joffe lui a coupé la parole.

Suggérant un moyen plus simple de se débarrasser de l'encombrant Donald Trump, l'éminent journaliste a déclaré : «Un meurtre à la Maison Blanche, par exemple».

Boutade ou appel au meurtre à peine déguisé ? La pique mordante contre le président américain n'a peut-être pas surpris le public à cause du parti anti-Trump défendu par son journal, Die Zeit. Néanmoins, cette petite phrase présentant in fine comme positif l'assassinat de Donald Trump a beaucoup choqué.

Par ailleurs, le site d'information Breitbart, dont l'ancien responsable Stephen Bannon est désormais stratège en chef de Donald Trump, a indiqué que les propos de Josef Joffe pourraient entraîner une enquête de la police allemande à son encontre.

(...)

Ce n'est pas la première fois que des appels au meurtre «parodiques» ont lieu à l'encontre du président américain.

La chaîne d'information en continu CNN, a par exemple été critiquée pour avoir réalisé un reportage sur une possible vague d'assassinats lors de l'investiture de Donald Trump. Beaucoup d'internautes y avaient vu une incitation au meurtre.

Source et article complet

Source2 Source3

 

21 commentaires

  1. Posté par Danon le

    Heureusement que la grande majorité des commentateurs sont intelligents et ont démasqué le manque total de crédibilité de la presse SS : quand les merdias disent noir c’est que c’est blanc.

  2. Posté par Danon le

    Je n’apprécie pas du tout les commentaires sur le président Trump : si les merdias sont contre lui c’est bien la preuve qu’il a raison. Quant à réclamer son meurtre c’est pire que tout! Lorsque la Russie attaquera l’ue on verra si vous le traiterez aussi mal puisque l’Europe n’a même pas de munitions pour faire la guerre plus de 2 jours! Ce sont les USA qui fournissent les munitions, sans elle l’ue ne serait qu’une colonie russe ou arabe. Et c’est les USA que vous attaquez?

  3. Posté par Andréa Audet le

    Souvenons-nous que l’Histoire se répète et se fermer les yeux et bêtement acquiescer à tout ce que veut bien nous présenter Donald Trump et ses acolytes devient de plus en plus inquiétant, il faut le dire haut et fort.

  4. Posté par Ranft le

    Si on se met à assassiner tous les ( mauvais présidents) sur la planète,c’est l’anarchie assurée et l’autodestruction accélérée du monde civilisé .

  5. Posté par Sancenay le

    suite : par leur propagande mortifère.Il leur faut donc désormais passer à l’acte. Ah, les brillants démocrates !

  6. Posté par Sancenay le

    ça ne suffit donc plus à cette caste margouline de tuer l’humanité p

  7. Posté par Conrad hausmann le

    C’est ce genre de patron-de-la-presse-faiseur d’opinion qui un jour va se faire butter!

  8. Posté par Christian Hofer le

    Ce sont les mêmes qui pleurnichent par la suite que Trump les remet à leur place. Et après cela, Le Temps ose parler de « haine » alors que les médias n’ont jamais caché la leur à l’encontre de ce président.

    L’inversion est tellement scandaleuse…

  9. Posté par Le Taz le

    Et comme par hasard, pas de plainte de la LICRA pour incitation à la haine…

  10. Posté par Le Taz le

    Ce Joffe n’aurait jamais pu faire partie de la SS, il aurait été pourchassé par elle… Il est plutôt à mettre du côté de Rosa de Luxembourg…

  11. Posté par Le Taz le

    Tiens donc, encore un coreligionnaire de Goerge Soros qui appelle au meurtre de Donald Trump, étrange tout de même… La canaille régicide est plus présente que jamais !!!

  12. Posté par EtMaSoeur le

    Toujours les mêmes à semer le chaos partout, satanistes à vouloir nous détruire (« A l’avant-garde de la République » disait Valls) !

  13. Posté par Gaston Siebesiech le

    La STASI est de retour en Allemagne. Die Zeit, le Temps tient sûrement le hazard hebdomadaire!

  14. Posté par rikiki le

    Joffe aurait été une vedette dans les SS Kommando. C’est un criminel et non plus un journaliste !

  15. Posté par Loulou le

    Faire un procès en Allemagne est contre-productif. Par contre le tenir aux USA et lancer ensuite un mandat international…imaginez, coincé en Allemagne, quelle horreur.

  16. Posté par Loulou le

    Il suffit d’organiser une fausse invitation aux USA, sous forme de remise de prix ou de conférence. Le précieux prétentieux ne pourra refuser une trop belle occasion de se gargariser au champagne et se goinfrer au petits fours. Et de l’attendre à l’aéroport avec une tenue orange. Puis le placer en haute sécurité dans une prison fédérale, dans l’aile réservée aux criminels afro-américains. Le problème serait alors vite résolu. En 48 heures, sans procès à la charge du contribuable.

  17. Posté par Claire le

    Citation de Winston Churchill: « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes les antifascistes ».
    Nous y sommes. Le vrai visage de la bien-pensance se dévoile enfin totalement.

  18. Posté par Dominique Schwander le

    Dans tous les pays de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), l’incitation directe et immédiate à accomplir un acte criminel est interdite. De pareilles incitations haineuse, lorsqu’elles sont accompagnées d’un mobile discriminatoire, doivent toujours être classées dans la catégorie des crimes de haine, puisque l’infraction criminelle est constituée et donc condamnable. Nos autorités ne condamne pas ce journaliste haineux. Elles n’appliquent donc pas la loi. Honte à elles.

  19. Posté par lepère hoquet le

    Cher Josef; je vous espère la même chose que vous souhaitez au président des Etats-Unis. Lepère Hoquet.

  20. Posté par UnOurs le

    Dans l’ordre des représentations symboliques, Trump représente un espoir pour le monde blanc, bien au-delà de la seule présidence américaine. Apparemment, cela gêne certains milieux qui ont effectivement d’autres plans pour le monde blanc.
    C’est triste, mais il arrive que certains stéréotypes sur certains groupes organisés ne soient pas totalement inexacts.

  21. Posté par Baron d'Bobard le

    Les nouveaux fascistes sont de gauche.
    Intolérants, ne respectant pas les électeurs et maintenant faisant appel à la violence.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.