France: 17 policiers radicalisés dans les services de sécurité de proximité de Paris

police france

Dix-sept cas de policiers radicalisés ont été recensés entre 2012 et 2015 dans les rangs de la police de proximité de l’agglomération parisienne, selon une note révélée mercredi par le livre « Où sont passés nos espions? » (Albin Michel).

Cette note de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), datée du 9 décembre 2015, vise à cerner ce phénomène qui « a connu une accélération en 2014 », avancent les journalistes Eric Pelletier et Christophe Dubois.

Ces radicalisés sont « jeunes, entrés dans la police au milieu des années 2000 et issus d’un concours interne, nombre d’entre eux étant d’anciens adjoints de sécurité, les emplois jeunes de la police », ajoutent-ils. Quatre des 17 cas sont de jeunes convertis.

Parmi les cas cités, on trouve A., devenu gardien de la paix en 2012, qui après un voyage à la Réunion en 2013, a surpris ses collègues par son comportement « effacé » lors du contrôle d’une femme voilée. Ses collègues racontent son « obsession d’écouter des chants religieux en patrouille » et raconte qu’il a profité d’un arrêt pour aller acheter des burqas pour sa femme.

Les « femmes sont impliquées dans un tiers des incidents et semblent très déterminées, n’hésitant pas à affronter leur hiérarchie », notamment au sujet du port de l’uniforme et des tenues vestimentaires, affirment les deux journalistes. Parmi elles, une femme agent de surveillance en poste dans le XIIe arrondissement de Paris qui se présente en septembre 2014 en hijab devant le médecin-chef, refusant la visite médicale. Le mois d’après, elle s’emporte contre le port de l’uniforme, comparant son pantalon à « une saleté de torchon de la République ».

Sur Facebook, elle appelle à la revanche des musulmans: « Lorsque Allah aura décrété la guerre, ils vont pas nous reconnaître ces lopettes de sionistes (…) Les attentats des tours jumelles à New York et chez Charlie Hebdo c’est comme dans les films américains et français: c’est une question de budget. » Elle est en arrêt maladie depuis février 2015.

Une autre femme agent, en poste dans le XVIIe arrondissement, a été condamnée en appel en 2016 à dix mois de prison avec sursis et interdiction d’exercer pendant deux ans après avoir posté sur Facebook des propos menaçants. « J’ai encore + honte de porter du bleu. Si j’étais à la place des terroristes, cela ferait bien longtemps que j’aurais fait péter l’Elysée et tous les enc… qui y bossent », écrivait-elle.

« Pour l’ensemble des ministères régaliens – Défense, Intérieur et Justice – nous dénombrons une centaine de cas de radicalisation », a expliqué une source chargée du suivi de ces questions aux journalistes Christophe Dubois et Eric Pelletier.

Source via CivilWarInEurope

2 commentaires

  1. Posté par michelet le

    mais qu est il attendent nos simplets de dirigeant de les virer et de les dechoir de la nationalité ces e——lés de m…… ils attendent surement qu ils soient majoritaires dans le pays et nous foute dehors

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Attention, il ne faudrait plus utiliser cette terminologie de « radicalisé » qui n’est que l’une des inventions manipulatrices des medias du système dans le cadre de la subversion des esprits. On nous rabâche à longueur de journée ce terme « Radicalisé » pour éviter de dire « terroriste », « islamiste », « djihadiste », etc. C’est un bobard du media, pour adoucir la perception qu’on aurait autrement (et justement) des islamistes. pour les rendre plus soft et acceptables, en utilisant un terme comparable à « endoctriné », ou « influencée » voire « égarée »…
    D’une manière subliminale, le terme « radicalisé » insinue:
    1) Que la personne n’est surtout pas responsable: quelqu’un d’autre l’a radicalisé, et elle est donc une victime (comme tout le monde le sait très bien, ces sont les terroristes et autres djihadistes qui sont toujours les véritables victimes)
    2) Que la personne est DEVENUE radicalisée, donc ne l’était pas avant, ne l’était pas à l’origine – alors qu’on n’en sait rien.
    3) Que ce comportement pratiqué systematiquement depuis 1400 ans n’est surtout pas l’islam, c’est en fait une exception, un malentendu, une deviation, car si on est un simple islamiste ou djihadiste il n’y a pas de problème, on est bien, tout est en ordre, puisque tout le monde sait que l’islam est la religion d’amour et de paix, et si des terroristes commettent des horreur au nom d’Allah, c’est forcement une radicalisation, une exception a la réglé, et surtout pas ce que le Coran leur ordonne.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.