La Suisse est-elle encore une démocratie ? (Courrier des lecteurs du Nouvelliste )

Valeurs suisses

Pour rappel à nos grandes instances qui siègent à Berne...!

L'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse, qui vise à réintroduire des plafonds annuels à l'immigration ainsi que des contingents pour les autorisations de séjour en Suisse, a été acceptée le dimanche 9 février 2014 par la majorité du peuple Suisse.

Il est scandaleux et inacceptable, que les hautes autorités politiques, qui je vous le rappelle sont à la charge des citoyens Suisse bafouent la décision de son peuple.

À titre d'exemple c'est comme si dans une entreprise, un collaborateur ne respecte pas les décisions prisent par le patron. (Dans cet exemple le patron = le peuple)

Pitoyables magouilles, manque de respect du résultat d'une votation...

La démocratie c'est respecter la décision de la majorité.
Sans quoi c'est l'anarchie, voir une dictature...!

D'où la question que l' on peut se poser, si ça vaut encore la peine de voter, puisque nous avons à faire à certains manipulateurs, et qui de par leur comportement, ne méritent pas la Confiance témoignée par son peuple.

JP Ryter

Source

5 commentaires

  1. Posté par guy le

    Se lamenter ne sert a rien ! il faut tirer les conclusion des faits , froidement sans se decourager et surtout ne pas attendre de cette oligarchie qui nous gouverne le moindre sentiment de compassion a l egard du peuple dont elle se moque et qu elle meprisent avec un cynisme deconcertant .
    nous ne sommes effectivement plus en democratie depuis plusieurs annees mais dirige par un systeme oligarchique qui ne dit pas son nom et qui agit comme tel..
    la naivete de certains compatriotes est affligeante !!

  2. Posté par Mady le

    C’est absolument compréhensible pourquoi les gens locaux au chômage ou en fin de droit ne retrouvent pas de travail. C’est inadmissible. je sais très bien que l’on a vraiment besoin des frontaliers, mais comme toujours les nôtres avant les autres. Point final !!!

  3. Posté par Andrea le

    J’apporterai une petite correction à la métaphore utilisée:
    C’est comme si le conseil d’administration n’appliquait pas les décisions de l’assemblée générale des actionnaires.

  4. Posté par guy le

    Un regime qui tolere les initiatives ( jusqu a quand ?) mais qui ne respecte pas le resultat des votes , cela s appelle une dictature .
    voter ou ne pas voter ne changera donc rien puisque les leviers de commandes sont entre ses mains .
    ceux qui en ont pris consciences sont encore minoritaires , c est pourquoi le systeme doit imperativement desarmer la population avant que cela ne change et c est exactement ce qu il va faire avec le consentement d un peuple endormi et manipule .
    pour ceux qui ont compris , il savent deja ce qu il leur reste a faire …

  5. Posté par sophie edouard le

    Ne plus voter c’est d’accepter purement et simplement de ne plus être une démocratie. Par contre, il faut absolument montrer au gouvernement suisse que puisqu’ils ont voulu piétiner notre démocratie alors le peuple ira encore plus loin avec une initiative pour dénoncer la libre circulation. En 2010 il y avait 232’000 frontaliers travaillant en Suisse en 2016 304’000, en 6 ans 72’000 de plus !!!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.