D. Trump, confirmé comme Président le 19.12.2016 ; un jour avant, Le Temps aurait voulu Michelle Obama! Et regrette son refus de se présenter pour 2020.

Le Temps De Référence

NDLR: voici l’article de la journaliste Valérie de Graffenried devenue « correspondante » du journal aux USA, ça promet. Quelques jours plus tard elle ne nous parle que des paillettes de la Trump Tour , où… dans l’Hebdo. Coup double, ça promet donc doublement pour une vision objective, fidèle, pluraliste et de grande qualité sur les USA pendant des années.

Ci-dessous l'article du Journal Le Temps, un jour avant la confirmation de Donal Trump comme président des USA :

 

"Michelle Obama, bien plus qu’une icône

Engagée, fière, drôle, percutante et exigeante: la First Lady, qui aurait toutes les qualités pour se lancer dans une carrière politique, a marqué son époque, allant parfois jusqu’à éclipser son mari. Elle manquera. Valérie de Graffenried, Le Temps,18.12.2016

 

En quittant la Maison-Blanche, Michelle Obama va laisser un grand vide. La femme de l’année, c’est elle. Bien plus qu’une First Lady, elle a cette prestance, cette stature, ce charisme, qui font d’elle quelqu’un qu’on écoute. Loin de se contenter de rester dans l’ombre de son mari, elle aussi a marqué ses années de présidence.

Cette semaine encore, dans sa dernière grande interview accordée à Oprah Winfrey, Michelle Obama a osé dire que les Etats-Unis étaient entrés dans une phase plus sombre avec l’élection de Donald Trump. «Maintenant, nous sentons ce que cela fait de ne pas avoir d’espoir», a-t-elle souligné, alors que Barack Obama avait précisément été élu sur un «message d’espoir et de changement». Calme, posée, elle a à nouveau souligné à quel point il était important d’avoir un «adulte» à la Maison-Blanche, capable de rassurer pendant les périodes agitées.

«Quand ils s’abaissent, nous nous élevons»

Michelle Obama a cette classe qui lui colle à la peau. Même en s’adonnant à la chorégraphie de «Thriller», de Michael Jackson, lors de la fête d’Halloween pour enfants à la Maison-Blanche. Première First Lady afro-américaine, elle a surtout subjugué son monde en octobre dernier, avec son discours tenu à Manchester, dans le New Hampshire. Un discours dans lequel elle a fustigé les propos outranciers de Donald Trump à l’égard des femmes, avec l’élégance de ne jamais le nommer.

Lire aussi: Le coup peut-être fatal asséné par Michelle Obama à Donald Trump

Elle avait déjà fasciné fin juillet, lors de la convention démocrate de Philadelphie, avec cette phrase, désormais mythique, choisie par sa plume personnelle Sarah Hurwitz: «When they go low, we go high». Que l’on peut traduire par: «Quand ils s’abaissent, nous nous élevons».

Une icône intouchable

Des déclarations musclées, percutantes, efficaces, qui frappent. Et qui révèlent surtout une Michelle Obama passionnée et authentique, capable de s’ériger en rempart contre Donald Trump et ses excès. Elle intervient pour défendre son mari, ou quand elle sent que l’Amérique est en danger, avec un candidat qui a fait campagne comme dans une émission de téléréalité, où tous les coups, au-dessus et en dessous de la ceinture, semblaient permis. Un symbole, une icône intouchable, qui n’a que très rarement été prise pour cible par les adversaires politiques de son mari et l’équipe de Donald Trump.

Le président élu a d’ailleurs réagi aux déclarations de Michelle Obama sur le manque d’espoir. Mais avec modération, sans l’agressivité à laquelle il recourt habituellement quand il se sent attaqué. Il s’est contenté de dire, en plein «Thank you Tour», qu’elle voulait probablement parler du passé et pas du futur. Avant d’ajouter que lors de leur première rencontre à la Maison-Blanche, «elle n’aurait pas pu être plus agréable». A croire que l'«effet Michelle Obama» fonctionne même sur Donald Trump. Intouchable, donc.

«Je ne me lancerai pas dans une course à la présidence»

Son dernier grand discours public, dans le New Hampshire, lui a valu des milliers de mails et de lettres. Il n’en a pas fallu plus pour que d’aucuns se mettent à rêver de la voir, elle l’icône de la classitude et de la réussite modeste, présidente des Etats-Unis dans quatre ans ou plus.

Un rêve que son mari a rapidement balayé: la populaire Michelle s’est à de rares exceptions près toujours tenue à l’écart de la politique, et continuera à le faire. Elle-même l’a d’ailleurs déclaré publiquement, il y a plusieurs semaines: «Je ne me lancerai pas dans une course à la présidence, non, je ne le ferai pas. J’ai deux filles à la maison, et ce n’est pas facile d’être enfants de président.»

Elle a ajouté: «J’ai l’intention de continuer à servir le public, de manière non biaisée, et je pourrai peut-être atteindre des gens que je ne peux pas atteindre aujourd’hui en raison du fait que je suis Michelle Obama, la première dame». Et puis, Barack Obama a encore précisé, avec son sens de l’humour habituel, que sa femme aurait demandé le divorce s’il avait pu briguer un troisième mandat.

Une personnalité admirée

Mais visiblement, même si elle a de la peine à l’admettre, elle semble prendre un grand plaisir à être une First Lady respectée et écoutée, du haut de son 1m80. Bien sûr, Michelle Obama hésitait au début à s’installer à la Maison-Blanche, envisageant un temps de rester à Chicago. Bien sûr, elle a plusieurs fois laissé entendre s’y sentir comme dans une prison dorée, et n’hésitait pas à en échapper en retrouvant sa bande d’amies pas loin, dans les restaurants BLT Steak ou Zaytinya. Mais le plaisir est bien là. Et cela se voit.

Son interview chez Oprah Winfrey n’a fait que relancer la certitude qu’elle aurait davantage séduit comme candidate démocrate à la place de Hillary Clinton. En faisant tomber des barrières, la First Lady suscite de l’admiration chez des millions d’Américains qui se reconnaissent en elle. N’en déplaise à la juge Jeanine Pirro qui vient de la harponner sur Fox News.

Michelle Obama, 52 ans, a grandi à Chicago, dans le South Side, dans un tout petit appartement. Son père, Frazer Robinson, un descendant d’esclave, était machiniste dans l’usine municipale de filtration d’eau. Atteint de sclérose en plaques, il est mort en 1991. Sa mère, Marian, dont la grand-mère travaillait également comme esclave, dans des rizières de Géorgie, était femme au foyer puis secrétaire. Elle vit aujourd’hui avec sa fille et sa famille à la Maison-Blanche. Et les suivra dans leur nouvelle demeure.

Michelle Obama a un grand frère, Craig. C’est un peu grâce à lui qu’elle obtient, en 1981, une bourse pour entrer à l’Université de Princeton: Craig était une star de l’équipe locale de basketball, entraîneur des Beavers d’Oregon State.

Mémoire sur la discrimination raciale

Elle a consacré son mémoire de fin d’études à Princeton à la discrimination raciale. Les Obama avaient tenté de garder le document caché jusqu’à l’élection de Barack. Peine perdue: sous la pression des médias, Michelle Obama a été contrainte de ressortir le texte.

Princeton, puis Harvard, en faculté de droit. Michelle, qui se spécialise dans le marketing et la propriété intellectuelle, exercera ensuite comme avocate dans un cabinet d’affaires de Chicago, le cabinet Sidley Austin. C’est là qu’elle a fait la connaissance de l’homme qui changera son destin. Barack Obama n’était alors qu’un stagiaire, diplômé de Harvard lui aussi, dont elle devait s’occuper. Tous deux seuls Afro-Américains du cabinet.

Michelle Obama travaillera ensuite à la mairie de la ville qui l’a vue grandir, puis comme vice-présidente chargée des relations extérieures de l’hôpital universitaire, où elle gagnait 250 000 dollars par an. Plus que Barack Obama à l’époque. Mariage en 1992, naissance de Malia en 1998 et de Natasha, dite Sasha, en 2001.

Femme noire éduquée, elle n’a pas que des admirateurs. Pendant la campagne électorale de son mari, elle a été qualifiée par certains médias virulents de «moitié amère» du président. Elle a notamment raconté, dans une interview en 2007, que son époux avait mauvaise haleine le matin et qu’il peinait à ranger ses chaussettes, des «révélations» qui ont été mal comprises. L’époque même où «Vanity Fair» la classait parmi les dix personnes les mieux habillées du monde.

Karaoké et apparition dans une série TV

Aujourd’hui, son charisme égale celui de son mari; le magazine «Vanity Fair», encore lui, la considère comme une «icône de la culture pop», et elle a compris qu’elle pouvait participer à des émissions télévisées, dont le fameux karaoké dans la voiture de l’animateur James Corden, où elle se dandine sur du Beyoncé et du Stevie Wonder, tout en conservant son image de classe et d’élégance. Et sa crédibilité. Elle n’a d’ailleurs pas hésité à apparaître dans un épisode de la saison 13 de la série télévisée NCIS, où elle jouait son propre rôle.

Très engagée, elle s’est mobilisée pour que les Américains restent en bonne santé. On se souvient de sa campagne «Let’s move» contre l’obésité des enfants, des potagers de la Maison-Blanche qu’elle cultivait sous les caméras. Ou encore de son action en faveur des anciens combattants par le programme «Joining Forces».

Incarnation du couple glamour

Michelle et Barack, c’est aussi l’incarnation du couple glamour, solide, mais frisant le romantisme mièvre. Il suffit de se souvenir des déclarations de Saint-Valentin devant des caméras. C’est d’ailleurs dans un chariot à pâtisseries que Barack Obama avait caché la bague de fiançailles en 1992. Le 20 janvier 2009, c’est elle qui, au pied du Capitole, tenait fièrement la Bible sur laquelle son mari a prêté serment.

Si Michelle Obama, celle qui est devenue en fin de campagne le plus grand soutien pour Hillary Clinton alors même que les deux femmes n’ont pas toujours été très proches, fait aujourd’hui mine de vouloir s’effacer, de se réjouir de s’éloigner du cirque médiatique que lui imposait sa fonction de première dame, c’est probablement pour mieux rebondir. On la verrait bien, avec la verve et la passion qui la caractérisent, s’engager davantage en faveur de l’accès à l’éducation des couches défavorisées de la population. Ou pour l’interdiction des armes à feu."

 

Et le 22 décembre, l'article sur les paillettes de la Trump Tower, Symbole de toute-puissance, dans l'Hebdo, 22.12.2016 :

http://www.hebdo.ch/hebdo/cadrages/detail/trump-tower-manhattan-donald-trump

Mais toujours rien sur le programme politique de D. Trump. Un peu comme c'était le cas pour la quasi-totalité des médias pendant la campagne.

Il faut donc chercher ailleurs si l'on veut savoir ce que veut réellement faire le nouveau Président des USA!

Uli Windisch, 23.12.2016

12 commentaires

  1. Posté par Jean-Paul Garnier le

    plus rien a faire de cette Michelle Obama et son sourire figè .
    on aura une first Lady digne de la maison Blanche avec Madame Trump . Fini les robes de mauvais goût et j en passe .
    Et qu on ne nous bassine plus avec des first ladies candidates à la présidence ! du jamais vu ou proposé depuis 1776 ! C est pas parce que la figurante dans la maison blanche qu elle soit capable. d être la personne la plus influente au monde ! Preuve en est Hillary
    a forcer de voler trop prêt du soleil
    elle c est brûlée les ailes ( a jamais. j espère !) cette corrompue et incompétente de premier ordre !
    qu on arrête de pleurnicher sur Michelle , Hillary ou Hussein Barack Obama ! on attend tous avec impatience le 20 Janvier !
    VIVE TRUMP

  2. Posté par Loulou le

    Qui lit encore ce caca?

  3. Posté par Loulou le

    C’est certain qu’elle a de la stature. Et de la carrure aussi. Plus d’autres détails qui n’échappent pas à un œil avisé…

  4. Posté par aldo le

    Un ancien gouverneur de New-York a des souhaits pour Obama en rapport avec mes références ci-dessous. voir aldo le 23 décembre 2016 à 22h55. Le titre laisse supposer que ces assertions sont véridiques et qu’Obama serait en plus aussi zoophile avec un penchant pour les vaches. On comprend qu’il soit de gauche quand on connaît toutes celles qui hantent le P.S.. Si c’était faux la nouvelle ni titrerait pas que cet ancien gouverneur souhaite la mort d’Obama, puisqu’il ne pourrait alors pas attraper la vache folle. C’est donc une évidence et une confirmation, parce qu’autrement il y aurait eu un démenti et non une attaque confirmant qu’il souhaite sa mort. Même ceux qui diffusent cette nouvelle en sont convaincus. Il est donc qualifié de raciste parce qu’il souhaite la mort d’Obama suite à ses relations zoophiles et non parce que ce n’est pas normal qu’il fornique avec une vache. https://www.bluewin.ch/fr/infos/international/2016/12/24/un-allie-de-trump-souhaite-la-mort-d-obama–vive-p.htm

  5. Posté par Le Taz le

    Tous les journaux et quotidiens de Suisse Romande sont tout juste bons à allumer un feu. Espérons que la chute de leurs lecteurs les fera tous couler. Les gens qui travaillent pour ces titres devraient avoir honte. Nous devrions lancer une action, enfariner toute personne en train de lire le Temps, le Matin ou le 24 Heures.

  6. Posté par pépé le moko le

    Mickael Obama président ?
    Le premier transgenre africain président des Usa, on l’ a échappé belle !

  7. Posté par aldo le

    Voici une vidéo extraordinaire, un travail très élaboré, de longue durée qui va vous faire comprendre que LE MENSONGE EST LA PIERRE ANGULAIRE DE LA PERSONNALITE D’OBAMA et de ses actions. Et que l’implication unilatérale des médias pour Clinton-Obama est plus qu’inquiétante. Les Américains ont été roulés dans la farine et le monde a sombré dans les guerres à cause de cet individu plus que suspect. Mais attention je ne cautionne pas la gématrie utilisée, parce qu’elle pourrait être une volonté d’imposer cette vision cauchemardesque de ce qui se passe, afin de nous dissuader d’aller au combat. Les forces maléfiques qui l’imposent pouvant sembler hors de portée de nos moyens, ce qui peut être un sérieux piège. Mais les détails sur les falsifications des Obama sont d’une telle pertinence, qu’il est difficile d’être sceptique sur la plus grande partie des élément à charge et la question qui demeure, c’est le pourquoi ? Vu la durée une bonne discipline consiste à la visionner en groupe et faire des pauses pour discuter des informations divulguées afin que ce ne soit pas une opération de manipulation.
    https://www.youtube.com/watch?v=y1a1mituGKY

  8. Posté par Ulysse le

    Ils n’ont plus que deux façons de s’exprimer : l’insulte ou le panégyrique ridicule. Ça vole haut chez les socialos.

  9. Posté par Bussy le

    Et bien moi, je remercie cette journaliste qui m’a fait, pendant quelques minutes, redécouvrir les contes de mon enfance, la Belle aux bois dormants, la fée clochette, Blanche Neige et les sept nains…..
    Dommage que cette first lady n’ait pas fait ses beaux discours tellement humains à son mari qui aurait ainsi peut-être renoncé à semer la mort en Libye, en Syrie et ailleurs, accompagné de la fée Carabosse qui a heureusement bu la ciguë aux élections.
    Alors Madame la journaliste, vous allez devoir supporter Gotham Bad Boy, il y aura des moments rock-and-roll avec lui, mais tout semble indiquer qu’il va éviter un holocauste nucléaire avec la Russie, holocauste que vos Barbie et Ken de conte de fées nous préparaient avec une dangereuse insistance !

  10. Posté par Vautrin le

    Dans l’Antiquité, on pratiquait le dithyrambe. Depuis, le style dithyrambique est devenu ridicule, sauf bien entendu chez les plumitifs médiatiques. Nous avons ici un exemple de ridicule; heureusement que ça ne tue pas, parce qu’il n’y aurait plus aucun journaliste. On viendrait parfois à la regretter…

  11. Posté par Nicolas le

    Une telle diarrhée épistolaire mérite une prescription à haute dose d’Imodium® littéraire.

  12. Posté par aline le

    La mère Térèsa du Temps est devenue « correspondante » pour les USA. Wuaw ça promet! Une raison de plus de ne pas lire ce torchon.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.