Le populisme élitaire du journal Le Temps

Christian Addy
Informaticien, photographe, blogueur
LeTempsMediaSuisse de Référence

Mot éculé dans la bouche de journalistes moralisateurs, le terme de populiste est employé à tort et à travers pour catégoriser la pensée autorisée d'élites autoproclamées, face à un autre mode de pensée, forcément de moindre valeur, mais avec lequel il "faut bien vivre". Le terme de populiste, vous l'aurez remarqué, ne désigne jamais des populations mais toujours des meneurs, des politiciens, des tribuns mais aussi toute forme d'appartenance active à un groupe populaire.

L'élite, qu'elle soit intellectuelle, politique, financière, entrepreneuriale ou culturelle, considère le peuple comme une sous-catégorie intellectuelle aux comportements et choix peu responsables, de pauvres embrigadés, donc pas maîtres de leur propre système de valeurs.  Outre les célèbres "je ne condamne pas les électeurs mais ceux qui les ont amenés à voter pour cette personne", il est une catégorie plus subtile mais aussi plus malhonnête de ce sectarisme des élites envers le peuple : Je veux parler des journalistes.

Une brillante démonstration a eu lieu cette semaine dans Le Temps. Outre l'acharnement déguisé contre ce qu'ils considèrent comme un illégitime (Oskar Freysinger), brillamment élu par un peuple ébloui, Le Temps manipule l'opinion en cachant l'information essentielle de toute cette affaire : le fameux Piero San Giorgio œuvrait depuis janvier dernier, soit 11 mois avant de se répandre en affirmations provocatrices et imbéciles sur "la faculté des peuples à se transformer en Waffen SS" (Sic.) Le Temps savait bien évidemment que ses ouailles n'iraient pas contrôler la véracité des faits, et qu'il y avait une très grosse probabilité que ceux qui le feraient, ne réaliseraient pas forcément que cette vidéo n'avait que dix jours. Le Temps sait parfaitement la faiblesse de la datation des événements sur les réseaux sociaux, certes dûment écrite, mais en tout petit, un peu comme sur les contrats mirobolants des vendeurs de bonnes affaires.

Le populisme est sans aucun doute le mauvais remède contre l'élitisme. Mais à ne plus distinguer les véritables élites, à force de voir des journalistes fantasmer à l'improbable mais tristement réelle schizophrénie du faiseur d'opinion, le peuple est en train de mettre en place ses réponses, Trump, Brexit, etc... Le Temps du "Nous nous excusons après de nos lecteurs" n'est pas venu, n'est pas le New-York Times qui veut. Il se pourrait bien que, pour paraphraser la célèbre formule populiste de leur publicité(1), un jour ou l'autre, Le Temps vous mettra en tort, avant de retrouver la raison.

Christian Addy, 4.12.2016

*1) Un jour ou l'autre, le Temps vous donnera raison

 

Un commentaire

  1. Posté par It's only Rock 'n Roll le

    justement, la défaite de Matteo Renzi n’est pas le fait du populisme uniquement, lira-t’on dans le Temps de ce matin. Ouf! On est sauvé: les Italiens ne vont donc pas sombrer dans une coalition entre le parti 5 Star et la Ligue du Nord, comme tant craint par la presse bienséante!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.