Actualités. Commentaires Express UW (IV), 8.10.2016 : Les socialistes : très minoritaires mais omniprésents

Uli Windisch
Rédacteur en chef
Socialisme_desIdéesSiGénialesmaisImposées

NDLR. A. Gutteres a été officiellement nommé aujourd’hui 13.10.2016 secrétaire général de l’ONU.
http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Guterres-est-officiellement-a-la-t-te-de-l-ONU-28187591

 

-Un socialiste à la tête de l’ONU comme secrétaire général

Tout le monde applaudit à la nomination de Antonio Guterres à la succession du Sud-Coréen Ban Ki-moon à la tête de l’ONU

On rappelle plus souvent qu’il est un « fervent catholique » plutôt que son idéologie socialiste. Est-ce un hasard ? Ensuite, il aurait été excellent dans sa fonction de haut-commissaire aux réfugiés. Peut-être bien.

La Suisse avait, de guerre lasse, fini par accepter son entrée à l’ONU après un premier refus en votation populaire.  L’argumentation massive pro-ONU des autorités et des mondialistes bien-pensants militant pour l’absolue nécessité de la Suisse de faire  partie des Organisations politiques internationales avait fini par culpabiliser les Suisses en les accusant de rester enfermés comme un hérisson et d’être coupés  du monde (ce qu’elle n’a jamais été bien, au contraire) et les avait amenés à dire OUI le 17 mai 1992 par 56% des votants (après avoir dit NON le 16 mars 1986 par 75% des votants), et cela avec un peu le même genre d’argumentation que celle utilisée aujourd’hui encore pour tenter de faire entrer la Suisse dans l’UE.

Certes une telle organisation internationale peut être utile mais ce qui ne nous convient pas du tout c’est lorsqu’elle se prend pour un gouvernement mondial voulant prescrire des comportements à des pays foncièrement démocratiques, et faire fi de la souveraineté de ces pays au nom des « droits de l’homme » par exemple. Ces prétendus droits de l’homme ont été constamment élargis et reviennent aujourd’hui à mettre gravement en cause la souveraineté et l’indépendance des nations. La critique de plus en plus généralisée du droit-de-l’hommisme en témoigne et fait ressortir des effets pervers qui n’étaient peut-être pas tous prévus à l’origine, en tout cas pas avoués comme tels. Les pays démocratiques respectent évidemment les droits humains fondamentaux ( interdiction de la torture, de la peine de mort, etc.) mais se voient accusés par exemple de racisme par des Commissions et des  Conseils présidés parfois par des représentants provenant de pays tout sauf démocratiques, voire totalitaires, ou par tel ou tel « haut-commissaire » aux droits de l’homme, ou contre le racisme, etc. On se demande  fréquemment au nom de quelles compétences ces personnes sont nommées. Mais personne ne proteste contre ce pouvoir usurpé.

Il y a aussi l’exemple des pays de l’OCI, Organisation de la conférence islamique, 57 Etats musulmans qui font pression, après avoir inventé le terme « islamophobie »,  pour faire passer cette dernière pour du racisme et chercher ainsi empêcher toute critique de l’islam. Voir aussi à ce propos notre article précisément sur le prince musulman actuel haut-commissaire  aux droits de l’homme : https://lesobservateurs.ch/2016/09/06/onu-le-prince-et-haut-commissaire-des-droits-de-lhomme-est-il-un-islamiste/

Certes l’ONU fait un immense travail pour les réfugiés  dans le monde  et on ne lui reprochera pas d’avoir été impuissante à empêcher des guerres meurtrières ; c’est le discours mondialiste, universaliste, unilatéral et  « humaniste » comme celui de A . Guterres précisément qui pose problème lorsqu’il  dit à propos des invasions migratoires actuelles en Europe que cette dernière « avait besoin d’immigration » !  Cela est hautement contestable, surtout lorsqu’on on ne voit pas ces invasions que sous l’angle démographique et économique, et comme un apport nécessaire de main-d’œuvre, alors que ces migrations de masse créent des problèmes sociaux gigantesques et dont il n’est jamais question dans un genre de discours comme celui de Guterres ; c’est d’ailleurs aussi le cas chez nos élites, autorités et médias bien-pensants.

Jamais il n’est question de ces graves problèmes que causent ces invasions de migrants et non de « réfugiés » comme ils sont  dénommés pour culpabiliser les populations autochtones et faire admettre comme inévitables et bénéfiques ces masses de migrants, dont il s’avère enfin qu’ils représentent un coût énorme , sont inaptes au travail pour la plupart et comprennent des criminels en nombre, et même des terroristes en puissance ! Ce n’est pas seulement le coût social faramineux qui est en cause mais l’équilibre politique même de certains pays menacés, en plus, par des mouvements d’autochtones réactifs extrémistes engendrés par les graves problèmes que causent un très grand nombre de ces migrants. De tout cela pas un mot.

Il y a bien utilisation idéologique du terme de « réfugiés » pour faire accepter ces masses de migrants ; le terme de Remplacement des populations autochtones est de moins en moins abusif.

Ce genre de discours angélique est typique du socialisme, et en plus partagé largement par tous ceux que cette idéologie a réussi à culpabiliser, discours qui devient au final antinational, anti-souverainiste, antidémocratique et, pire encore, insensible à la situation de plus en plus difficile, voire insupportable des couches les plus défavorisées des nationaux et des habitants établis qui en sont aussi les premières victimes.

Le fait que ce soit un socialiste qui deviendra secrétaire général de l’ONU, même largement applaudi, n’est pas sans conséquences et il serait temps de le réaliser, de le faire savoir et de préparer des contre-feux  et des contre-pouvoirs afin que le problème des « réfugiés », en fait  en grande partie de masses de migrants simplement à la recherche d’un avenir économique meilleur, ou cherchant à bénéficier d’une sécurité sociale durement construite et à laquelle ils n’ont en rien contribué et qui va prétérité ceux qui ont payé pour en bénéficier plus tard.

Il faut aussi rappeler que nombre de réfugiés qui pourraient rentrer chez eux une fois la situation rétablie et laisser la place à d’autres vrais réfugiés ne rentrent pas chez eux pour en faire bénéficier leur pays. D’ailleurs à peine arrivés nos bien-pensants parlent immédiatement de la nécessité de les intégrer.

Apparaître comme un rabat-joie, voire pire en rappelant ces vérités est un signe de l’énorme poids de la chape de plomb de la vision socialiste et bien-pensante.

 

-Socialisme toujours : Le Conseil fédéral nomme une femme socialiste comme secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères.

Nombre de médias  et d’acteurs politiques ont salué, applaudi la nomination d’une femme à ce poste, toujours évidemment au nom de l’égalité des sexes et du fait que les femmes sont trop peu représentées dans ce genre de poste de haut niveau.

Je ne vois aucun problème à ce qu’on nomme des femmes à n’importe quel poste et qu’elles soient  même plus nombreuses dans des postes importants, dans la mesure bien entendu où elles sont compétentes. Le virulent et agité socialiste et abonné de la RTS, Roger Nordmann, a été sur le champ invité à commenter cette nomination à la radio : il a dit être certes content que ce soit une socialiste  mais a tenu à souligner que c’était d’abord pour ses compétences qu’elle avait été nommée. En fait qu’en sait-il ? La routine socialiste quoi.

Moi, en revanche, je trouve cette nomination inacceptable et je la vois comme une véritable provocation. La Suisse est majoritairement très hostile à l’UE tandis que nombre de nos autorités et certains partis politiques dont justement celui des socialistes ont toujours été très pro-européens et même désireux d’adhérer à ce Machin abhorré.

C’est une forme d’arrogance aussi : comme si on voulait montrer au peuple que l’on fait ce que l’on veut quoique pense ce dernier. Ce genre de provocations commencent vraiment à suffire, après toutes les attaques et les nombreux  non-respects de la démocratie directe, c’est comme si on semblait nous dire qu’il faut quelqu’un de « compréhensif » envers les exigences de l’UE. Cela n’est-il pas aussi un signe de la tendance à la soumission de la part de nos autorités, attitude encore plus inacceptable quand on observe, par exemple la volonté déterminée de défendre inconditionnellement son pays de la part du gouvernement anglais suite au Brexit. Il en va de même de l’attitude  intransigeante de la Hongrie et des autres pays de l’Est européen envers cette UE. D’exemplaires dans le passé, deviendrions-nous un modèle de la lâcheté, voire de la soumission?

On peut certes rire du récit de Guillaume Tell mais sa détermination à lutter pour la liberté et contre les baillis étrangers reste un symbole pour beaucoup de Suisses? Et pour les autorités et autres élites bien-pensantes ?

Et cette femme retenue pour ce poste vraiment exposé, puisqu’elle a des compétences si grandes, aurait très bien pu être nommée dans un autre poste d’importance.

Le peuple gronde , Mesdames et Messieurs les autorités et autres élites qui donnez l’impression de ne pas vouloir vous battre comme nos ancêtres. En plus vous semblez devenir méprisants envers le peuple d’une ancestrale démocratie témoin. Vous vous trompez en pensant mieux défendre les intérêts du peuple que ne sait le faire ce dernier.

Attention danger : il y a un moment où la marmite explosive ! Vous ne voyez vraiment pas que ça bouillonne ?

 

-Le socialisme toujours à l’avant-garde, mais de qui et pour qui ?

 

Ils font fort, très fort les jeunes socialistes suisses : le droit à l’asile doit être étendu à la pauvreté !

Donc tout pauvre pourra demander l’asile en Suisse. Une formidable « avancée » ! Elle sera à coup sûr plébiscitée par l’ensemble du pays ! Et les médias sont dans leur rôle en reprenant  cette proposition et en la relayant largement. Voilà de la vraie info capitale et que tout le monde attendait.

Par cette propagande, les médias en disent en fait plus sur eux-mêmes que sur la proposition elle-même.

Même si le rejet d’une telle proposition serait, en réalité, massif , et les jeunes socialistes doivent le savoir, ils s’en foutent car ils ont raison. C’est en effet un des traits du fanatisme idéologique que d’être persuadé d’être dans le vrai, d’avoir toujours raison, et d’être seuls à être généreux (avec l’argent des autres) qu’elles qu’en soient les conséquences, souvent dramatiques, parfois meurtrières.

La tyrannie des minorités agissantes est bien relayée par la tyrannie des médias.

 

-Le socialisme toujours à l’avant-garde, bis

Le parti socialiste suisse, en l’occurrence celui du Valais, a une nouvelle occasion de montrer son avant-gardisme et son titre de champion des « avancées » sociétales.

Le parti annonce que Barbara Lanthemann, « un profil très gauche », dixit le quotidien valaisan Le Nouvelliste, qui nous présente la candidate : députée suppléante de Saxon, et aussi secrétaire générale  de l’Organisation suisse des lesbiennes (ndlr.on préfère la présenter ainsi plutôt que de dire qu’elle est lesbienne).

Il s’agit aussi d’un exemple de l’intense activité d’une représentante très minoritaire, représentante de multiples minorités en plus, et pour lesquelles il n’est plus question de se faire discretes ; il s’agit au contraire de faire preuve d’une suractivité politique en osmose avec le nouveau Zeitgeist de la dictature des minorités.

Cette candidate ajoute qu’elle dispose d’un autre atout encore : elle est bilingue et est donc susceptible de représenter les deux communautés linguistiques valaisannes.

Dans ce cas, avec autant d’atouts, on peut se demander pourquoi, étant donné les divisions, les conflits, les dénigrements et graves accusations réciproques internes, le parti socialiste valaisan ne la présenterait pas également comme futur membre du gouvernement valaisan.

Le socialisme : champion des « avancées » sociétales et avant-gardes certifiées ? Mais il y a ce sacré peuple pour qui les fameuses avancées ne le sont pas nécessairement ! Voire pas du tout.

Le socialisme est omniprésent mais le socialisme pour tous ce n’est pas pour demain.

 

Uli Windisch, 8 octobre 2016

 

 

8 commentaires

  1. Posté par Gaston Siebesiech le

    Si vrai Monsieur Windisch, excellent mais que dire des PDC que l’on retrouve « en cordée » depuis des années par exemple dans les hautes sphères de la SRG.
    Comme en Suisse alèmanique la camarade verte en cheffe bernoise et son collègue Zurichois sont omniprésent dans les médiats en particulier à la SRG sur tous les thèmes. Leur présence n’est en aucune relation avec le nombre de verts en Suisse!

    Au nom de quoi sont ils hypersurreprésenté? Monsieur Berset devrait faire quelque chose pour la santé des Suisses car le taux d’adrénaline et la pression sanguine des auditeurs et des téléspectateurs augmente gravements lors de ces émissions. Mais le plus incroiable, c’est nous qui le payons avec nos taxes, obligatoires!

  2. Posté par Philippe Audergon le

    Très bel article M. Windisch : clair et synthétique. Et pour le moins révélateur des problèmes de politique auxquels nous sommes confrontés … tous les jours. Et oui, il s’agit d’un combat permanent ;-)

  3. Posté par Arturus le

    Après les votations du 9 février 2014 à la rts Burka halter président de la (Confédération) Romandie ? regardez la vidéo, la preuve que le bronzé de neuch n’aiment pas les Suisses Alémaniques ! inacceptable de la part d’un p….. Conseillé Fédérale et président de ???
    http://www.rts.ch/info/suisse/5603260-didier-burkhalter-il-est-parfois-bon-de-parler-le-francais.html
    Le Conseil fédéral ? ( Burka halter) nomme une femme socialiste comme secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, ça me fait penser à l’affaire Clinton Lewinsky !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Monica_Lewinsky

  4. Posté par Le Consterné le

    Excellente analyse. Cependant, je ne crois pas que la « marmite » soit sur le point d’exploser, loin de là. En effet, la non-application de la votation du 9 février est un déni total de démocratie (directe en l’occurence), un véritable Coup d’Etat d’une minorité, qui suffisait largement à lui seul que la marmitte « explose », sous forme de manifestations massives déterminées par exemple. Or, que voit-on ? Hé bien on ne voit Rien ! Mais Rien du tout ! Nada ! Quelques râlées par-ci par-là, et c’est tout. La Suisse est morte et les gens vaquent à leurs préoccupations, crimes us en séries tv, rochebinneries et hannounaries quotidiennes. Consternant et terrifiant !

  5. Posté par aline le

    Merci, Monsieur Windisch, pour ce texte. Oui, le bronzé de Neuchâtel a réalisé un coup très bas avec la nomination de cette socialiste. Une fois de plus ce CF montre son mépris total pour la population suisse.

  6. Posté par Christian P le

    Ce que l’international communiste a finalement échoué à faire , le socialisme le réussi de manière rampante. Cette dictature douce prend un à un tous les leviers du pouvoir et gangrène tous les partis . À l’exeption de ceux présentés comme populistes qui sont finalement les derniers partis véritablement démocratiques. Pour les autres le peuple est le dernier obstacle à leur rêve mondialiste.

  7. Posté par Théodore J Berseth le

    Excellents commentaires express…..dommage que les moyens manquent pour le faire publier dans le GHI en page payante (environ Frs 25’000.-).
    Personnellement j’aurai choisi le titre « LES SOCIALISTES : DICTATURES DES MINORITES ! »

  8. Posté par Sergio Morosoli le

    Excellente analyse comme toujours Monsieur Windisch. Le socialisme est boiteux, mais d’une stature colossale.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.