Aïd et mensonges d’État, ça suffit !!!

QUAND LA FIEVRE CATARRHALE OVINE S'INVITE A LA FÊTE

RAPPELS UTILES

  • des représentations remontant à l'antiquité montrent que notre pratique a toujours été d'étourdir l'animal de boucherie avant de le mettre à mort, procédé amplement justifié aujourd'hui car lui seul permet de satisfaire aux exigences sanitaires désormais de rigueur. C'est pourquoi il est au principe de la législation moderne. Comme, les musulmans refusent « l'anesthésie » pour les bêtes au motif qu'elle rendrait leur viande « haram » (impure). Ils sont autorisés par dérogation à les égorger à vif. Baptisée « abattage rituel », cette pratique n'a, en vrai, pas de fondement religieux (avis officiel rendu au gouvernement helvétique par S. Aldeeb professeur de droit musulman 21/12/2001). Curieusement elle excède aujourd'hui largement la clientèle potentielle puisqu'on estime qu'elle fournit les 2/3 de la viande distribuée en France (Anne de Loisy Bon appétit on vous méne en barquette ed Presse de la cité 2015) (1)

  • ce mode opératoire favorise indiscutablement la contaminaation de la viande pardes agents infectieux (Vérités sur la viande halal ed Godefroy de Bouillon 2015). le prion, protéine poison agent de la vache folle et partant de la maladie de Creutzfeld-Jacob, (Dr Thillier Mouton fou ed Terroirs Traditions et ruralité 2015).

  • en 2015 la « fête du mouton » (Aïd al-Adha) voit l'égorgement de 300 000 ovins (1), majoritairement dans des structures improvisées pour 3 jours et qui fatalement ne sauraient répondre aux normes sanitaires qui pèsent sur les abattoirs en tant qu' « installations classées » ( directive Seveso).C'est en 2005 que Sarkosy, ministre de l'Intérieur et des cultes jugea à propos de faire cette gâterie aux fêtards, soi-disant pour les dissuader d'égorger leur mouton dans leur baignoire. Inutilement car l'idéal islamique ce n'est pas l'abattage regroupé.au nom de l'hygiène mais que nouvel Abraham chaque chef de famille égorge de sa main pour l'édification de ses enfants. Tous les ans les ministres successifs n'en persistent pas moins à autoriser malgré leur dangers plus d'une cinquantaine (1) d'abattoirs temporaires et pondent une directive qui détaille les mesures censées « encadrer » la chose tout en sachant leur application impossible faute de moyens ( pj.1) Et tous les ans la volaille médiatique caquète sur les charmes de l'Aïd.

(1)sur ce point, comme sur tous les autres relatifs à ce sujet, les chiffres exacts sont introuvables.

La fièvre catarrhale ovine (FCO) éradiquée depuis 2010, est réapparue en septembre 2015 au moment de l'Aïd. En janvier 2016 elle affecte 78% du territoire exceptés quelques départements de l'Ouest et du Nord. En Septembre 2016 La dépêche vétérinaire signale qu'elle flambe. En même temps que l'Aïd comme par hasard… Pour le Dr Thillier, notre conseiller scientifique, il n'y a pas de hasard. En avril il publie en collaboration avec la Pr Mouthon La fièvre catarrhale ovine, trois acteurs et la pathogènie (ed Traditions Terroires et Ruralité) qui récapitule les connaissances sur la FCO.

Son virus actuel le BTV8 :

  • ne touche pas que les ovins mais tous les ruminants même sauvages

  • franchit la barrière des espèces puisque la contamination de carnivores est attestée.

  • laisse craindre  que la survenue d'une autre souche pourrait par recombinaison produire « avec une forte probabilité » un virus qui transformerait l'épizootie en épidémie de fièvre hémorragique type Ebola (20 à 90% de mortalité, aucun traitement connu). Le titre de son interview par la revue Agriculture et environnement (juillet-aout) FCO erreurs de gestion et mesures inappropriées résume tout (http://www.polemia.com/laid-el-kebir-une-monstruosite-doublee-dun-risque-sanitaire/)

Le 5 juillet Traditions Terroirs et Ruralité l'association « soeur » de Vigilance Halal que je préside adresse par ministère d’avocat au ministre de l'Agriculture un courrier proposant notamment une réduction drastique des mouvements d'animaux lors de l'Aïd prévue le 12 septembre. En l'absence de réponse, le 6 septembre, à l'échéance des 2 mois de rigueur, Traditions, Terroirs et ruralité à qui son ancienneté permet d'ester en justice, introduit un référé auprès du Conseil d'Etat qui le rejette le 9 considérant que, au vu du mémoire en défense qu'il a produit, le ministère de l'agriculture a tout bon et que les mesures réclamées par l'association sont par le fait sans objet. Sauf que ce mémoire c'est du pipeau.

On y lit en effet que:

  • la FCO ne toucherait que les ruminants (p.2) déni effronté du franchissement pourtant avéré de la barrière des espèces herbivore/carnivore afin de préparer le mensonge suivant

  • la FCO serait sans incidence sur la santé humaine (p.5) infirmé par des études en cours indiquant que l'organisme d' éleveurs au contact de bêtes atteintes développe des anticorps en réaction donc au virus

  • Que la relation entre FCO et Aïd n’est pas attestée

  • pour l'Aïd « les capacités des abattoirs pérennes seraient insuffisantes  (p.4). Bobard ressassé pour justifier la création d'abattoirs temporaires hors normes sanitaires. Divers documents administratifs attestent que ces capacités sont loin d'être exploitées. A peine à 50% précise le préfet du Nord en 2012 (logique: l'abattage anonyme à la chaine ce n'est pas vraiment la fête de l'Aïd).

  • les bêtes abattues sont des agneaux (p.4) quand les photos montrent des bêtes manifestement adultes. Enfumage sur une donnée majeure du problème. Les 300 000 moutons, sacrifiés pour l'Aïd sont obligatoirement des mâles sevrés de races exotiques de préférence. Les éleveurs locaux ne peuvent les fournir. Il faut donc importer notamment depuis des zones dites réglementées car infectées dans une proportion que le ministère de l'Agriculture ne peut (ne veut?) chiffrer. La « Fiche technique » du 29 juillet 2015, dit juste que de « nombreux animaux vont être importés ». Curieusement la mention pourtant obligatoire de l'origine des bêtes ne figure dans aucun des 3 dossiers de demande d'exploitation d'un abattoir temporaire auxquels nous avons pu accéder à grand peine. On sait par l'« éléveur » qui exploite celui de Trappes qu'il achète ses 1200 moutons en Roumanie. Soit un pays qui ouvre à l'espace sans contrôle dit espace Schengen,et dont un document de l'UE de 2012 dit que « les statistiques d'EUROSTAT divergent de celles de l'INS roumain particulièrement sur les exportations des animaux à vif ». En somme les responsables de la sécurité sanitaire paraîssent ne pas savoir le nombre de bêtes sacrifiées, combien au juste sont importées, ni même, comme nous l'avons constaté à l'audience du Conseil d’Etat, à 2 jours de l'Aïd combien d'abattoirs temporaires sont autorisés et prétendent néanmoins qu'ils remplissent leur mission. Bavarder sur la réglementation peut convaincre le juge des référés que « les risques inhérents à l'introduction sur le territoire national d'animaux notamment durant la période de l'Aïd el kebir sont contenus par les mesures en vigueur » mais il est permis de soupçonner que la publication à 55 jours de l'Aïd 2015 d'une « Fiche technique » à propos des contrôles que les services sanitaires devront effectuer sur « les nombreux animaux qui vont être importés »  quand on sait par « l'éleveur » de Trappes que, comme d'autres sans doute, il fait venir ses bêtes 6 mois avant l'Aïd, histoire de les retaper, c'est juste pour avoir l'air de faire le job. Mission impossible en plus car déjà en temps normal les inspecteurs vétérinaires sont en nombre insuffisant, dixit la Cour des comptes.

La clé de ces mensonges est en page 4 du mémoire: « les supposées atteintes à la santé publique doivent être mises en balance avec les risques pour l'ordre public que risqueraient de provoquer l'édiction des mesures dont la prescription est sollicitée» (p.4) Il est vrai que, même réputés modérés, les mahométans quand ils sont contrariés n'hésitent pas à troubler lourdement l'ordre public. Et d'ailleurs pourquoi faire du zéle quand on serine jusqu'en haut lieu que l'islam ce n’est que du bonheur! Tellement que, de gâterie en gâterie, il semble bien devenir religion officielle de la République. Ce qui pose tout de même une question: pourquoi tant de collabos en France? Mais ceci est une autre histoire...

Alain de Peretti, président de Vigilance Halal

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    UN SITE NOUS INVITE A MILITER AUPRES DE NOS SUPERMARCHES AFIN QUE CESSE L’ABATTAGE HALAL GENERALISE.
    Ne doutez-pas un instant MOnsieur que nous allons nous mettre au travail. La souffrance animale nous indigne et l’insistance de cette pratique par le monde musulman et juif aussi, ne cesse de nous surprendre, car ils sont équipés d’un cerveau et d’un coeur et apparemment ces deux équipements sont en panne chez eux.

    Quant à « pourquoi tant de collabos en France », je crois qu’il faut quelqu’un de courageux qui puisse écrire et énumérer tout ce qui pousse à être collabos, car le cerveau d’un individu est tellement complexe, que les raisons de cette collaboration sont multiples. Bon courage à celui qui arrivera a faire une démonstration globale de « cette trahison ».

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.