12 commentaires

  1. Posté par Peter Bishop le

    Les nouvelles d’aujourd’hui, malheureusement, me donnent raison…
    D’un côté les socialistes qui jouent les passeurs et invitent les citoyens à ne pas respecter la loi pour favoriser l’invasion.
    De l’autre, l’annonce que l’initiative contre l’immigration de masse ne sera définitivement pas appliquée.
    Et ce qui me fait dire que ces nouvelles me donnent raison, ce n’est pas les nouvelles en soi (qui ne sont que quelques pierres de plus à un édifice déjà bien construit) mais l’absence de réaction de la population. Il devrait y avoir des manifestations monstres face au refus des politiques d’appliquer le 9 février. Mais non, les gens s’en foutent complètement…

  2. Posté par paul le

    Ceux qui ont adopté le traité de Lisbonne ont permis à l’état islamique de commettre des attentats. Sans contrôle aux frontières avec un espace de libre circulation des terroristes et de leur arsenal. Qu’est ce qui empêche les soldats de Daech de pénétrer dans un pays pour y commettre des attentats?

  3. Posté par Peter Bishop le

    @G. Vuilliomenet : J’ai dis, la seule solution c’est la remigration. En dehors de cette solution, il n’y a rien que des accommodements avant l’explosion.
    Perso, je suis réaliste avec tendance pessimiste donc je pense qu’il n’y a rien à faire à part se préparer à un niveau individuel et communautaire (famille + voisins) à la méga guerre civile blancs contre non blancs.

  4. Posté par G. Vuilliomenet le

    Alors Peter Bishop, au-delà du yakafaucon, comment faire?

    Regardez l’attitude de pleutre de nos responsables politiques face aux No Border, No Bunker et autres niais hors-la-loi, ou les dernières en date, cette * responsable politique qui, au Tessin, viole la loi, ou cette espèce de * de vert genevois qui appelle les gardes-frontière à ne pas faire leur travail.

    Imaginez ne serait-ce qu’un seul instant que par un miracle nos autorités se découvraient d’énormes couilles (on a le droit de rêver, n’est-ce pas?), que croyez-vous qu’il va se passer? J’imagine la scène suivante, ce sera la même que celle où JMLP se retrouvait au second tour des présidentielles face à l’immonde chirac: mouvements de protestation monstre dans les villes.

    J’en conclus qu’il faut maintenant la jouer finement en imposant petit-à-petit nos règles tout en respectant le droit, mais pour cela, il faut un consensus national qui fait fi des désaccords entre parti. Je sais on est mal barré avec des crétins de chef de parti qui se disent contre la burqa et qui rajoutent qu’ils sont contre l’initiative « OUI à l’interdiction de se dissimuler le visage » car proposé par un parti soi-disant infréquentable, il faut avoir un niveau intellectuel *de caniveau pour tenir ce genre de propos, et apparemment à gauche, ce genre d’individus ne manque pas. A ces partis de virer leurs rats.

    Une fois bien compris qu’il fallait un consensus pour lutter contre l’islam (ou islamisme, je me fiche du mot qu’on peut utiliser, ils convergent tout deux vers cet idéal qui est d’islamiser le monde), on peut mettre en place des règles qui peut-être ne nous éviteront pas les agressions de déséquilibrés, mais qui pourraient au moins les limiter.

    Paul Korlov en proposent quelques unes dans son livre, que je viens de publier sur ma page FB, ce qui permettra à tout un chacun d’en prendre connaissance.

    https://www.facebook.com/gilles.vuilliomenet.7/posts/1118804668207885

    Vous avez également la charte des mosquées de Béziers qui peut être un modèle à suivre:

    http://static.lexpress.fr/medias_10892/w_2000,c_fill,g_north/charte-des-mosquees_5576771.jpg

    J’entends déjà votre remarque: une charte c’est bien mais ça ne résout pas le problème. Ce sur quoi je vous répondrai qu’effectivement ça ne résout pas le problème de l’islam, mais au moins, on pourrait le contenir, un certain temps car il y a le problème démographique probablement plus difficile à résoudre mais où nous avons au moins une option, mais de nouveau, il doit toujours y avoir consensus politique:
    – limitation drastique de l’immigration, voir l’interdiction pur et simple de l’entrée de tout musulman (chacun porte malgré tout en lui les germes de l’islamisme, version active de l’islam)

    J’ai bien une autre option, mais sur quelle base pourrait-elle être mise en oeuvre?

  5. Posté par Peter Bishop le

    @ S. Dumont : Est-ce que interdire le voile, la burka, les minarets, etc… fait qu’il y a moins de musulmans ?
    Est-ce que ça stoppe le grand remplacement raciale et culturel ?
    Non, donc ça ne sert à rien !
    C’est même pire que ça : ça à l’effet perverse de cacher la réalité et de permettre le grand remplacement…

  6. Posté par S. Dumont le

    Merci à tous deux! Ex-libérale, je pensais comme vous sur la liberté individuelle, mais la liberté individuelle ne veut pas dire d’être obligée de cacher son visage et son corps et par conséquent ce discours libéral ne convient pas face à une partie de la communauté musulmane car l’immigration de hier n’est pas celle d’aujourd’hui avec toute l’insécurité qui en découle. Tout comme vous, je trouve désolant de devoir légiférer contre le port de la burqa car c’était au Conseil fédéral d’anticiper et de lancer un discours clair face à cette problématique, comme l’a fait notre SS fédérale demandant aux musulmans extrémistes de serrer la main à leurs enseignantes. Certes, cette loi ne va pas tout régler, mais c’est déjà un premier pas vers une plus grande liberté des femmes et contre les hommes musulmans imposant cet immonde asservissement…

  7. Posté par Peter Bishop le

    @G. Vuilliomenet : Il n’y a rien à légiférer, il y a les symptômes (voile, etc…), la cause (immigration) et une seule solution : REMIGRATION.
    Plus de musulmans = plus de symptômes !

  8. Posté par G. Vuilliomenet le

    Cette affaire du burkini rappelle celle de deux jeunes voilées dans une école à Creil (France) en 1989.
    UN Human Rights est pure imposture et mensonge, à l’image de Tata Martine de la CFR.
    Au sujet de Martine Brunschwig Graf, vous pouvez retrouver TOUTES SES TARTUFFERIES ci-dessous:

    http://lesobservateurs.ch/?s=brunschwig+graf

    @ Peter Bishop

    Vous êtes en parfait accord avec ce que disait Majid Oukacha. Permettre les voiles et autres attirails islamiques permet au moins de voir l’état d’islamisation de nos sociétés. J’ai d’ailleurs déjà entendu cette réflexion.

    Des questions alors se posent:
    – Que faire si nous n’interdisons pas?
    – Comment régler le problème au niveau législatif?
    – Comment utiliser par exemple les articles 9 alinéa 2 et 17 de la CEDH* pour lutter contre l’islamisation, contre l’islam? A cette question s’ajoute alors la suivante: comment empêcher que démographiquement la communauté musulmane deviennent suffisamment importante pour qu’elle n’ait aucune influence sur nos libertés chèrement acquises?

    * ARTICLE 9
    Liberté de pensée, de conscience et de religion

    1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience
    et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de
    religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa
    religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en
    public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et
    l’accomplissement des rites.
    2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne
    peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues
    par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société
    démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre,
    de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des
    droits et libertés d’autrui. 

    ARTICLE 17

    Interdiction de l’abus de droit

    Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être
    interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou
    un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou
    d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés
    reconnus dans la présente Convention ou à des limitations
    plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite
    Convention.

  9. Posté par Peter Bishop le

    Je suis contre les interdictions du burkini, burka, voile, minarets, etc…
    D’une part car je suis pour la liberté et notre société est déjà beaucoup trop régentée par un état toujours plus gros et fouineur.
    D’autre part car je pense que c’est se tromper de problème : on s’attaque à un symptôme plutôt qu’a la cause (ici la cause est l’immigration).
    Et enfin car je pense que ça ne fait que « cacher la merde ».
    Donc au contraire, laissons les musulmans faire tout comme ils veulent (halal, minarets, voile, djellaba, etc…) et peut être que enfin, la majorité des gens se rendront compte de l’invasion en cours et se décideront à agir !

  10. Posté par S. Dumont le

    Effectivement, ce sondage montre combien les bienpensants sont complètement déconnectés de la réalité. En-dehors de l’aspect religieux et sécuritaire, ces accoutrements, burqa et burkini, sont inacceptables et nous devons dénoncer tout débordement relatif à cette communauté, d’autant plus que les politiques s’en accommodent… En fuyant le discours sur nos us et coutumes, les collabo-socialos prennent le titre d’alliés face aux extrémistes musulmans et ouvrent la porte à toutes les dérives islamiques!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.