La Belgique est en état de guerre civile, radicalisation des clivages politiques

Bruno Bertez
Analyste financier anc. propriétaire Agefi France
post_thumb_default

 

La Belgique est en état de guerre civile en certains endroits de son territoire. Les affrontements violents se multiplient entre pro et les antis; nous n'osons utiliser leur vocabulaire, car ce serait tomber dans le piège des autorités: elles disent que c'est de racisme et d'anti racisme qu'il s'agit! Bien sûr que non, il ne s'agit pas de racisme et, en fait, il s'agit d'affrontements Droite/Gauche radicalisées. Autour des questions du terrorisme et de l'immigration,  viennent se cristalliser  tous les divisions idéologiques de nos sociétés.

Allez-y faire un tour et discutez, vous vous en apercevrez. Ce qui se dessine dans nos pays, c'est un approfondissement du clivage Droite/Gauche, une radicalisation à la faveur de thèmes profondément clivants. La montée des partis extrêmes  reflète ce phénomène central; les partis dits "de gouvernement" sont incapables de prendre en compte les demandes de leur peuple, ils choisissent de les ignorer, voire de rééduquer ce peuple. Ces partis sont à la solde de l'étranger, au service des intérêts dominants, ils ne sont pas l'émanation des peuples souverains. C'est le sens  qu'il convient de donner aux campagnes de publicité ignobles lancées en France pour culpabiliser les citoyens. Ce sont des campagnes de traitement des déviants, comme au bon temps de l'URSS.

Le symbole de la mauvaise foi est fourni par le grand thème de l'amalgame. Les pouvoirs en place font exprès d'entretenir la confusion entre les craintes légitimes suscitées par les difficultés d'intégration, l'insécurité  et les manifestations d'un sentiment raciste. Au lieu de démêler les écheveaux et de donner aux gens la possibilité de faire le tri, de clarifier, ils font l'inverse, ils mélangent pêle-mêle: intégration, racisme, religion, identité, cultures. Ils mélangent le légitime et ce qui ne l'est pas.

Il y a des problèmes réels incontournables et c'est pour ne pas avoir à les traiter et à les affronter que nos lâches dirigeants recourent à l'amalgame, cela leur permet de rejeter la responsabilité sur les peuples.  Vous avez le droit de les haïr car ils sont  haïssables pour ces procédés dégradants qui nous font rétrograder dans la barbarie. Chaque citoyen devrait avoir le droit de clamer haut et fort : « je n'ai rien contre les musulmans, mais je veux que l'on extermine les islamistes qui veulent me tuer », chaque citoyen devrait avoir le droit de proclamer: « je veux que cessent ces guerres qui ne sont pas les nôtres et qu’ainsi, la question des réfugiés cesse de se poser ». Hélas,  tout est fait pour empêcher qu'elles se posent. L'utilisation de l'amalgame, d'une part, et de l'accusation de fasciste, d'autre part, est un procédé conscient, délibéré, scélérat.  Je propose qu'il soit sanctionné.

Les thèmes de l'accueil, de l'ouverture, ou de la modernité, sont utilisés par les constructivistes pour des agendas politiques, ils sont récupérés, et les citoyens raisonnables s'en sont aperçus, ils sont excédés de la  mauvaise foi, de ces récupérations, des excuses, des négligences, du mépris et de la salissure à l'égard  des nationaux.

Nous sommes aussi furieux d'être traités de racistes que nous le sommes de constater que  des problèmes réels, concrets, sont niés ou mal traités. Les citoyens  sont excédés de voir leur économie sombrer, leurs villes piétinées, leurs boutiques désertées, leurs filles menacées, leurs taxes augmentées, leur couverture sociale pillée,  etc.,  etc.  Et tout se mélange, de façon malsaine, pour former une bouillie, un « complexe » peu ragoutant, aussi bien d'un côté que  de l'autre.

Finalement,  tout dérive et ces questions du terrorisme, des zones de non-droit, des ghettos, des Lois et Sharia deviennent des symboles. Des chiffons rouges ou verts. Ces symboles produisent maintenant de la haine parce que les politiciens  se sont conduits de façon, comme d'habitude, irresponsable. Ils ont pris le parti des agresseurs contre les victimes sous l'influence ignoble de l'ONU, de l’UE, des mondialistes, des globalistes, des antinationaux de tous poils, et bien sûr des partis de soi-disant gauche, ou soi-disant droite, qui sont au pouvoir en Europe. Sans compter le parti des marchands du temple mondialiste, toujours avides de détruire pour vendre plus.

Tout est amalgamé, plus rien n'est réfléchi, on sent le bouillonnement, les émotions, et tout cela n'annonce rien de bon.

Honte à ceux qui, au lieu de traiter les problèmes sereinement en fonction de l'intérêt de leur peuple, s'en sont servi, les ont instrumentalisés comme Cazeneuve, par exemple en France.

Honte à ceux qui ne gouvernent, ni dans l'intérêt général présent, ni dans  l'intérêt des générations à venir.

Honte à ceux qui, d'une façon générale, prétendent se servir de tous ces tristes et terribles événements pour hâter le changement de peuple rebelle et le remplacer par des assistés soumis.

Bruno Bertez, 3 avril 2016

 

 

9 commentaires

  1. Posté par Stalmans E le

    Certaines villes de Belgique ont des quartiers entiers ou la Police n’ose intervenir … Beaucoup de ces émigrés ne payent pas dans les transports en commun … en fait ils font ce qu’ils veulent … Night shop trafiques en tous genre … Ceux qui ne sont pas d’accord avec les autorités sont des extrémistes de droite … des populistes …

  2. Posté par Wallon fier le

    Les partis flamands vont remettre de l’ordre souhaité par tous.

  3. Posté par Claude le

    Tout à fait d’accord. Quand je lis les infos sur les sites du Soir où La Libre, je retrouve exactement les mêmes discours padamalgam. Ex Sisco en Corse: au début les maghrébins étaient les victimes donc le journal belge en parlait, puis qd on a su que c’était l’inverse, plus d’article pour rétablir la vérité! Je connais une Belge qui habite à Bruxelles, le lendemain de l’attentat de mars à 500 m de chez elle, elle me parlait de tolérance, de défilé avec des bougies, non ce n’est pas ça l’islam, etc. Ahurissant! Comme on dit à la campagne : « Même le nez dans la m…. certains diront que ça sent la rose! »

  4. Posté par Sertorius le

    Je vois cela plus comme une guerre d’envahiseurs et leurs collaborateurs contre les peuples autochtones de Belgique et d’Europe.

  5. Posté par Boulanger le

    Quand la France luttait contre les foulards, la belgique et la suisse la critiquait au nom du fait religieux, de la liberté d’expressions

  6. Posté par ASSAYAG le

    Guerre civile …..? Ah bon ….J’ y vais régulièrement depuis 10 ans et je n’ ai rien remarqué, y compris au lendemain des attentats, peut être moins de monde en ville et dans les magasins quelques jours mais c’ est tout……Ce qu’ on remarque indiscutablement, c’ est l’ augmentation du nombre de foulards dans la ville et leur apparition dans tous les quartiers .

  7. Posté par Gabriel le

    Excellent. Un petit bémol tout de même concernant « l’extermination ». Les envoyer en pays islamique, par tous les moyens, manu militari, suffirait…

  8. Posté par Bilou le

    En effet, tout y est !

  9. Posté par Le Taz le

    Bravo Bruno, rien à ajouter

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.