« L’effroyable imposture du féminisme » : de Lucie Choffey, Interview A. Usmani

Alimuddin Usmani
Journaliste indépendant, Genève
Lucie ChoffeyPravaAlimudin

Article

Entretien avec Lucie Choffey

 10 mars 2016 Redaction  0 Comment

Née en 1984 en France, Lucie Choffey est l’auteur du livre L’Effroyable imposture du féminisme, édité par Kontre Kulture. Nous avons voulu en savoir plus sur cette jeune mère de famille qui valorise la notion de maternité et qui se situe à contre-courant de l’idéologie dominante qui vise à promouvoir l’égalitarisme abstrait entre hommes et femmes.

Interview : Alimuddin Usmani

Lucie Choffey, j’ai d’abord une question plus personnelle, pouvez-vous nous décrire votre quotidien actuel?

Oui bien sûr. Je suis mère au foyer à temps complet. J’ai 2 garçons. L’aîné a 9 ans et le cadet 8 mois.
J’allaite encore le petit 4 à 5 fois par jour et notamment la nuit vers 3h/4h de temps en temps et le matin vers 6h30.

Voici donc le déroulement d’une journée typique :

  • –  6h30 / 7h00 : mon petit se réveille, je l’allaite et le change. Je l’installe dans la cuisine dans sa chaise haute et prends mon petit déjeuner.
  • –  7h15 : je réveille mon grand, lui prépare son petit déjeuner.
  • –  7h45 : mon mari part pour son travail, à 45 minutes de route.
  • –  De 7h15 à 8h30 : je booste mon grand pour qu’il se lave, s’habille et range sa chambre avant de partir pour l’école. Je prends ma douche, je m’habille rapidement et je prépare et donne un biberon de complément à mon petit vers 8h15. (J’ai commencé à lui ajouter des biberons en plus de l’allaitement à 4 mois 1⁄2 car il tétait encore toutes les 2 heures de nuit comme de jour et j’étais épuisée)
  • –  8h25, mon grand part pour l’école
  • –  De 8h30 à 9h30, je fais la vaisselle du petit déjeuner (je n’ai pas de lave-vaisselle) et du rangement rapide dans les chambres, la cuisine et la salle de bain. J’ouvre les fenêtres pour aérer les pièces.
  • –  9h30 à 10h, je joue avec le petit. Je l’habille .Je lui montre des objets dans son parc, lui montre un livre et des dessins et le jardin par la fenêtre. Il aime regarder les oiseaux dans les arbres. Puis quand je sens qu’il est fatigué je l’allaite et le berce pour sa sieste du matin. Il s’endort vers 10h/10h15.
  • –  De 10h à 11h : je fais de l’administratif ou autre, c’est mon « temps libre » mais absolument pas un temps de pause.
  • –  De 11h à 12h : je prépare le repas du midi pour mon grand et moi (il rentre manger le midi) et la purée de légumes pour le repas du bébé (j’essaie d’en faire parfois 2-3 pots d’avance quand j’ai un peu plus de temps le matin et je congèle).
  • –  12h à 13h15 : repas, échange avec le grand, je change le petit et le fais manger ses légumes + un biberon.
  • –  13h15 à 14h00 : vaisselle, essuyage, rangement de la cuisine.
  • –  14h00 : je berce et j’allaite le petit pour sa sieste de l’après-midi.
  • –  14h00 à 16h : administratif ou autre, « temps libre n°2 » et préparation de la compote pour 16h du petit.
  • –  16h : Bébé se réveille, je le change, je lui donne sa compote et un petit biberon.
  • –  16h30 : le grand rentre de l’école ou je vais le chercher. Si je vais le chercher il faut habiller le bébé et le mettre dans la poussette. Tout cela pour le ressortir de la poussette et le déshabiller au retour. C’est beaucoup de manipulations pour peu de temps mais ça lui fait prendre l’air et se promener un peu s’il ne pleut pas.
  • –  16h30 à 18h: temps d’échanges avec le grand au goûter puis c’est le temps des devoirs du soir pendant que le petit joue dans son parc ou sa chaise haute. Je lui réexplique du français ou des maths. Parfois on sort pour aller chercher le pain ensemble et pour aérer bébé si je n’y suis pas allée en même temps au moment de la sortie des classes à 16h30.
  • –  18h à 19h30 : bain du petit, préparation du repas du soir.
  • –  19h30 : bébé prend son biberon mi lait mi soupe aux légumes puis je l’allaite pour l’endormir.
  • –  19h45 : repas avec le grand.
  • –  20h30 : je le couche et lui lis son histoire du soir et reste un peu avec lui pour qu’il s’endorme.
  • Mon mari rentre entre 20h et 20h30. Il mange. Nous échangeons sur les sujets importants. Mon grand, s’il ne dort pas, se relève pour le voir un peu.
  • –  20h30 -21h30, j’échange avec mon mari, je fais la vaisselle, range la cuisine, la salle de bain (suite au bain de bébé) et passe l’aspirateur dans le salon. Je nettoie aussi l’entrée et range la maison.
  • –  22h-23h : je me couche et m’endors fatiguée !
    Voici une journée simple et normale. A cela s’ajoute souvent beaucoup de choses. J’ai géré notamment de gros travaux dans ma maison : j’ai reçu de nombreux artisans pour choisir le meilleur au niveau qualité prix, j’ai réalisé moi-même le suivi, le dossier de permis de construire, les plans, les réunions de chantier, etc… J’ai organisé de A à Z mon mariage il y a 2 ans. J’ai créé les tenues de mes petites filles d’honneur, la déco de table etc.. Je guette les promotions dans les magasins et sur internet. Je couds le prénom de mon fils sur ses vêtements, je recouds des boutons sur les costumes de mon mari. J’assure la déco de la maison, l’ajustement de mes rideaux (il faut les couper, puis faire l’ourlet et les repasser). J’ai monté des meubles ikea (car j’adore ça ! et mon mari est très pris par son travail). Je prépare les affaires pour les sorties et camps scouts de mon grand. Je l’aide avec ses devoirs de solfège (musique) ; je l’emmène à ses activités (natation, judo, scoutisme, caté et musique)…tout en faisant suivre le bébé (qu’il faut habiller, accrocher dans son siège auto, transposer dans la poussette, etc..). J’aide aussi dans une association, je suis leur secrétaire. J’ai également fait partie de la chorale paroissiale pendant une année et j’essaie d’aller aux répétitions dès que je peux me libérer. Bref je ne m’ennuie jamais et cours après le temps. Je ne comprends pas les féministes qui me disent qu’on s’ennuie à la maison… Et j’ai encore d’autres projets comme faire un potager…

En Suède, certaines maternelles ont adopté la « pédagogie neutre », elles n’emploient plus le masculin et le féminin. Pensez-vous qu’un tel modèle suédois, qui a semble-t-il trouvé un certain écho auprès de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, puisse être un jour implanté en France?

Oui je pense que cette pédagogie est en train d’être instillée dans les écoles et plus particulièrement dans les écoles publiques via les différentes campagnes sur « l’égalité » et « la lutte contre toutes les formes de discriminations… ».

En Janvier 2013, Vincent Peillon, alors ministre de l’Éducation nationale, adressait une lettre aux recteurs et rectrices d’académie, dans laquelle il encourageait l’intervention des associations LGBT au sein des établissements scolaires. Il affirmait en effet « que le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités » Il précisait : « je souhaite ainsi que vous accompagniez et favorisiez les interventions en milieu scolaire des associations qui luttent contre les préjugés homophobes […] je vous invite également à relayer avec la plus grande énergie, au début de l’année, la campagne de communication relative à « la ligne azur », ligne d’écoute pour les jeunes en questionnement à l’égard de leur orientation ou de leur identité sexuelles ».

De plus, à la rentrée 2013 une circulaire (n° 2013-060 du 10 avril 2013) insistait sur l’importance de la lutte indispensable contre « les violences et les stéréotypes de genre ». Il ajoutait : « l’École doit promouvoir dès l’école primaire l’éducation à la sexualité, qui fait partie des programmes. Pour cela, un groupe de travail a été mis en place sur le sujet »

De même, entre 2009 et 2013 une école de Saint-Ouen a expérimenté la théorie du genre sur des enfants de 3 à 6 ans. L’équipe pédagogique espérait ainsi lutter contre les stéréotypes de genre « qui assignent les enfants à des rôles différents en fonction de leur sexe ».

Parallèlement, les nouveaux manuels de SVT des classes de 1ère ES et L expliquent, sous forme d’affirmation (ayant valeur de vérité) aux lycéens et lycéennes en plein questionnement existentiel, que « seul le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou féminin ».

Enfin, le principal syndicat enseignant, la FSU, a élaboré en mai 2013 un dossier pour aider les enseignants à « éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire », en proposant des « outils théoriques et pratiques pour avancer ». Parmi ces outils, un album intitulé Papa porte une robe à étudier en classe. Parmi les « objectifs » affichés de cet album, on peut lire : « Contribuer à déconstruire les stéréotypes. »

Pensez-vous qu’un retrait massif des femmes de la vie professionnelle apporterait des bénéfices économiques et sociaux?

Des bénéfices sociaux, j’en suis sûre ! Notamment au niveau de l’éducation des enfants, des rapports homme/femme et de la stabilité du foyer.

Concernant l’économie, il s’agit de savoir ce qu’on entend vraiment par là. En effet, Omar Aktouf, professeur titulaire à l’École des hautes études commerciales de Montréal, nous éclaire sur l’importance de ne pas confondre « l’économie » et « la chrématistique ». En effet, l’« économie », dont la racine étymologique est composée de oïkos (la communauté, la maison) et de nomia (la règle, la norme qui assure le bien-être de la communauté), diffère de la « chrématistique », composée des termes krema (argent) et atos (poursuite). Or, selon Aristote, « le citoyen qui s’adonne à la chrématistique, à la recherche de l’enrichissement et de l’accumulation de l’enrichissement de manière égoïste et individuelle, c’est l’ennemi de la communauté, c’est un être qui se comporte de manière contre-nature, c’est l’ennemi de ses semblables, et il doit être banni de la cité ».

Ce point de vue, validé par d’éminents philosophes, permet de confirmer l’importance de la famille dans une société et de comprendre que de faire fonctionner le bien-être de celle-ci – et de manière plus large celui de la communauté – permet la survie de ladite société alors que la course folle à l’argent par des individus égoïstes et individualisés précipite toujours la communauté à sa perte.

Comme l’indique Omar Aktouf, en reprenant la phrase suivante de Confucius : « La société fonctionnera de façon idéale lorsque les règles qui président à la vie familiale seront élargies à la vie sociale. »

Ainsi, si dans bénéfices économiques on entend bénéfices au niveau de la bonne gestion du pays et à son bien-être, oui, le retrait des femmes de la vie professionnelle assurera des bénéfices économiques majeurs.

Par contre, si l’on pense à l’économie en termes d’accumulation de richesse au niveau du pays, le retrait des femmes fera perdre 50% de la main-d’œuvre de production et donc aura un impact très important sur l’enrichissement.

Derrière les revendications féministes, l’argument économique au sens « création de richesse » est une réalité incontournable. J’ai de nombreux exemples dans mon livre. En voici deux. Tout d’abord, Warren Buffet, l’un des hommes d’affaires les plus influents au monde, trouve très intéressants les arguments féministes d’égalité. « Peu importe si je crois que le cas éthique en lui-même est une contrainte. […] Camarades, prenez le train en marche. Plus l’Amérique emploiera l’ensemble des talents de ses citoyens, plus sa production de biens et de services sera importante. Nous avons vu ce qui peut être accompli lorsqu’on utilise 50 % de la capacité humaine. Si vous visualisez ce que l’on pourrait faire avec 100 %, vous vous joindrez à moi dans ma vision d’optimiste débridé du futur de l’Amérique. »

Ensuite, la directrice du Fonds monétaire international (ou FMI), notre compatriote Christine Lagarde – ex-ministre de l’Économie en France de 2007 à 2011 –, a affirmé en octobre 2012 que « plus de Japonaises au travail pourrait sortir le Japon de l’ornière économique dans laquelle il se trouve actuellement ».

A propos des agressions sexuelles commises à Cologne à nouvel an, certains collectifs féministes s’inquiètent de l’instrumentalisation de crimes sexuels à des fins xénophobes. Que pensez-vous de leur attitude?

Que de leurs côtés, elles instrumentalisent ces agressions non clairement identifiées (attouchements, vols, ivresse collective, viols … tout semble plutôt flou !) à des fins idéologiques de haine des hommes dans leur ensemble. A les entendre, tous les hommes seraient des prédateurs sexuels potentiels ou en tous cas sources de problèmes pour les femmes. Je cite : “La vérité est que les femmes ne sont pas en sécurité où que ce soit dans le monde […] Le fait est que les foules masculines matinales des transports en commun français sont déjà un danger pour les femmes donc les foules avinées en sont également un. (…)”

Que vous inspire la posture de la féministe Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, auteur de « Nous sommes tous des féministes »?

C’est le cheval de Troie du féminisme pour l’Afrique. Pour que le féminisme prenne bien en Afrique, une jeune femme noire, jeune et jolie d’origine africaine et habillée à l’africaine a été érigée en icône par les USA. Elle vit d’ailleurs aux USA depuis ses 19 ans et a étudié dans des universités américaines. Elle récite de jolies phrases toutes faites pour amadouer les femmes africaines. L’Afrique avait été épargnée par le féminisme jusqu’alors et la famille traditionnelle y est encore très importante. Les hommes africains sont encore de vrais hommes, les femmes sont fortes et des mères fières et épanouies. La famille y est une cellule de survie et d’entraide incroyable notamment en ce qui concerne la prise en charge des personnes âgées. Cependant, cela est en train de changer… Chimamanda Ngozi Adichie me semble un excellent agent de changement, malheureusement.

Source

10 commentaires

  1. Posté par Antoine Monnier le

    Si vous habitez au Québec, impossible de manquer cette information samedi matin 29 Octobre 2016, le célèbre Journal de Montréal fait sa une sur le nouveau classement des écoles. La journaliste Daphnée Dion titre son article : Les gars encore moins forts que les filles. Étonnamment, cette tendance est plus accentuée au Québec que dans le reste du Canada. Fait encore plus surprenant, à aucun moment dans l’article la journaliste essaye de s’interroger sur les causes du décrochage scolaire masculin. L’article, vous aurez compris, écrit par une féministe québécoise est rédigé en termes de comparaison : L’écart entre les sexes s’accroit. L’année dernière au micro de Paul Arcand, je décrivais déjà cette situation qui me semble alarmante. La discrimination commence dans la cour d’école lorsqu’on interdit aux petits garçons d’exprimer leur masculinité (le combat, la guerre, la compétition). Voilà un impact majeur et alarmant du féminisme québécois et personne ne réagit. C’est inquiétant… Comment peut-on construire une société saine en matraquant dans les médias un discours de dévalorisation et de haine à l’encontre des hommes ?
    article complet: https://www.cqmi.ca/fr/actualites-femmes-russes/item/449-le-palamares-des-ecoles-secondaires-au-quebec-les-garcons-decrochent-cqmi

  2. Posté par Marie-Madeleine E. JONES le

    Lorsque mon mari m’a abandonnée avec 5 enfants, j’ai fait part à une assistante sociale de mon souci et de mon grand désir de m’occuper de mes enfants, de ma hantise de les voir « laissés à la rue » avec tous les dangers qui guettent les enfants de parents absents. Sa réponse fut comme du même jet : « Quand le père fait défaut, c’est la mère qui casque ! » J’ai fondu en larmes, sans pouvoir répondre. Elle s’est alors excusée d’avoir été un peu abrupte, car elle n’avait eu aucune intention de me choquer : elle m’avait simplement répondu CASH la première chose évidente qui faisait partie du contexte déjà de l’époque (début années 90)… (En effet, c’était une bonne personne, qui aimait son métier et me disait parfois comme elle aurait voulu pouvoir encore le faire « de l’ancienne manière » – signifiant « humaine »).
    Soupirs…
    MMEJ.

  3. Posté par Sanson le

    Je pense que la femme devrait pouvoir travailler avec des horaires différents dès qu’elle a un enfant à fortiori plusieurs .et seulement si elle le désire. Aujourd’hui , les mères délèguent trop l’éducation et la PRESENCE mais ne l’ayant pas vécu, elles ne se rendent pas compte de ce qu’elles ratent d’autant que la société est ainsi organisée que la normalité est de travailler. Or éduquer vraiment le coeur, l’esprit, la finesse, demande encore une fois plus que les soirées et les WE où on est souvent très bousculés. Le mi temps devrait être beaucoup plus courant avec des avantages qu’il ne présente pas aujourd’hui et d’autre part le salaire maternel devrait exister.
    en outre on stagne souvent à 2 enfants et on se prive aussi de nombreuses joies ! mais là encore , la mentalité n’est pas ouverte et les familles doutent de leur pérennité dans le temps!

  4. Posté par Caroline C. le

    Je reprends ce fil pour dire que pour présenter l’Afrique comme un modèle de société qui fonctionne il faut être inconsciente . De plus en Afrique beaucoup de femmes font vivre leurs familles .

  5. Posté par Jeanne le

    @Dorylée
    « un retrait massif de la vie professionnelle des femmes apporterait des bénéfices (économiques et) sociaux sur l’éducation des enfants… » c’est un postulat que les femmes au foyer sont de meilleures mères et je m’insurge. Quant à mettre en doute les violences sexuelles faites aux femmes à Cologne et les mettre sur le compte d’une prétendue « haine des hommes » décidément cette femme a des propos insupportables et je ne comprends pas que les Obs en fassent l’écho. Qu’elle reste chez elle et qu’elle ne vienne pas nous faire sa morale à deux francs!

  6. Posté par Dorylée le

    @Jeanne,
    Lucie Choffey ne jette pas l’opprobre sur les femmes qui travaillent. Ce sont les féministes et les LGBT qui dénigrent les  » femmes au foyer  » . Plutôt que d’instiller des idées stupides et dangereuses dans l’esprit de nos enfants, de nous abreuver de féminisations idiotes du genre  » une écrivaine, une procureure, une juge et bientôt madame la censeur (pour monter l’échelle sociale, sans doute)  » ces intégristes gagneraient à se battre pour une réelle égalité des salaires, contre les mariages forcés, les violences faites aux femmes, etc…

  7. Posté par Seb le

    « Je ne comprends pas les féministes qui me disent qu’on s’ennuie à la maison… ». Je ne voudrais pas trop m’avancer, mais je pense que ce sont juste des femmes qui n’aiment pas faire ce genre de chose et préfère en faire d’autre. Ce qui n’est ni bien, ni mal, juste différent.
    La réponse à la deuxième question est étrange, j’ai l’impression qu’on me dit « Regardez! Le gouvernement cherche à lutter contre l’homophobie et les stéréotypes! Cette fois c’est sûr, nos enfants vont devenir des pervers psychopathes! ».
    Et les arguments socio-économiques qui suivent peinent à me convaincre : « Vous voyez, Confucius, qui vivait il y a 2500 dans un système qui n’a rien à voir avec le notre, a dit que ça va marcher. D’ailleurs en Afrique, c’est comme ça que ça tourne, et vous voyez comme ça marche bien là-bas? ».
    Bref, je ne suis pas vraiment convaincu. Et vous? Le combat féministe me semble justifié, il cherche à ce que les femmes soient l’égales des hommes devant la loi et aux yeux de la société. Bref, qu’elles soient femmes au foyer par choix si elles en ont envie et non pas parce qu’un modèle l’impose et entrave leurs libertés.

  8. Posté par Jeanne le

    Cette dame est libre de mener la vie qu’elle souhaite, personne ne lui conteste son droit. De là à jeter l’opprobre sur les femmes qui ont choisi une autre voie, je trouve cela insultant. Les femmes qui travaillent sont aussi de bonnes mères, Madame!

  9. Posté par Caroline C. le

    Je ne souhaite pas à mes filles ni à cette jeune femme la vie que je mène aujourd’hui après avoir élevé mes enfants . Je n’ai jamais réussi à reprendre une vie professionnelle normale et après des periodes de chomage et de divers boulots alimentaires je travaille dans le service à la personne :Temps partiel subi, horaires décalés, précarité, aucun espoir d’améliorer ma situation…Bon week end quand même pour les privilégiés qui ont deux jours d’affilée !

  10. Posté par John Simpson le

    Voici une femme admirable comme on les aime! Ces féministes castratrices commencent à être énervantes, ça fait plaisir de savoir qu’il existe encore des femmes avec des valeurs

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.