Saint-Gall veut expulser les étrangers qui refusent de s’intégrer

emir-tahirovic
Le législatif saint-gallois veut pouvoir expulser les étrangers qui refusent de s’intégrer. Il a voté une initiative parlementaire, poussé par le cas d'un Bosnien particulièrement récalcitrant.

Le texte demande l’introduction dans toute la Suisse du principe des conventions d’intégration: si l’étranger ne s’y tient pas, son permis de séjour ne sera pas renouvelé. Et si Saint-Gall opte pour cette solution, c’est avant tout en raison d’un cas particulier.

Un individu médiatisé par ses combats judiciaires

Ce ressortissant de Bosnie se dit salafiste non violent. Il dépend de l’aide sociale, sa longue barbe et sa religion l’empêchant de travailler. Emir Tahirovic est célèbre depuis qu’il a obtenu du Tribunal fédéral le droit pour ses deux filles de porter le voile islamique à l’école. Il vient encore d’écoper de quatre mois de prison ferme pour refuser leurs cours de natation.

Le maire de Sankt-Margrethen Reto Fridauer, sans parti, juge cela inacceptable: "Il place la charia au-dessus de notre ordre juridique. Il refuse de collaborer avec le corps enseignant féminin. Il pratique sa religion de telle manière qu’il ne trouve pas de travail. C’est une attitude qu’on ne peut pas défendre", a-t-il expliqué à la télévision alémanique SRF. Reto Fridauer ne cache pas qu'il souhaite son expulsion.

Le danger de la généralisation

Mais ce citoyen rebelle risque de jeter le discrédit sur l’ensemble de la communauté musulmane. "C'est cela qui est regrettable, parce que dans la plupart des cas justement on arrive tout à fait à compromis" souligne Etienne Piguet, vice-président de la Commission fédérale des migrations.

Le risque est de mettre sur pied des mesures coercitives, voire discriminatoires à l'encontre d'un groupe en raison du comportement d'une seule personne. "C'est là le danger des mesures qu'on cherche à faire appliquer partout sur le même modèle, comme ça peut être le cas avec les conventions d'intégration", poursuit Etienne Piguet.

Ces conventions sont précisément actuellement en discussion à Berne, et c'est donc en leur faveur que Saint-Gall entend ainsi plaider.

Alain Arnaud/oang

14 commentaires

  1. Posté par Bilou le

    @Patrice… Cessez donc, vous allez être le motif de la mise sur pied d’un collectif de soutien à ce bonhomme, avec pour mécène Cesla Amarelle qui a déclaré haut et fort que l’on ne peut pas renvoyer un homme même si c’est un terroriste (ou qui se comporte comme tel)…

  2. Posté par Patrice Corbon Messmer le

    Cet homme n’a rien à faire dans ce pays d’accueil. Un étranger qui ne s’intègre pas, critique, refuse de s’intégrer et de respecter les lois, coutumes, culture etc doit être reconduit chez lui séance tenante. Ce Salafiste est un danger public et un fauteur de troubles. Nous en connaissons en France du même type seulement nous n’agissons pas pour le bien de nos compatriotes et la sécurité nationale. Nos gouvernants sont des mous et des faux culs plus préoccupés à sauvegarder leurs sièges et développer leurs carrières, à dépenser l’argent public, et à nous mentir à longueur de semaine.

  3. Posté par Tommy le

    Mais puisqu’il se sent si incompris en Suisse, qu’est- il venu faire chez nous? Ah, oui, les prestations sociales ne sont certainement pas aussi généreuses dans son pays, et surtout pas distribuées aux représentants d’autres religions! Allez demander le social dans un pays musulman, en tant que chrétien , et vous m’en direz des nouvelles.

  4. Posté par Un observateur le

    On est au coeur du problème…pas un petit problème, mais une bombe à retardement que ce salafiste tient à amorcer en terre Helvétique.
    Si la loi n’est pas adaptée, si les autorités optent pour la lâcheté et l’aveuglement en disant que ça finira par s’arranger, ce salafiste ouvrira la porte à des adeptes qui s’engouffreront dans la brèche et après , il ne faudra pas s’étonner au passage à l’acte criminel au nom d’Allah, dès que ces salafistes deviennent plus nombreux, prennent confiance, s’enracinent, s’organisent etc…
    J’ai vécu 22 ans dans des pays Arabo-Musulmans et connait le processus…
    Aux Suisses de prendre conscience et félicitations pour la clairvoyance et le courage de ce maire

  5. Posté par Pehem Veyh le

    Si je ne m’abuse, on ne dit pas Bosnien, mais Bosniaque. Novlangue ?

  6. Posté par Chouette le

    Entièrement de l’avis de Pascal, en ajoutant que non seulement les contribuables subviennent à ses besoins, mais également à ceux de toute sa famille.

    NOS AUTORITÉS SONT SEULES RESPONSABLES DE CES FAITS SCANDALEUX!

  7. Posté par Jean le

    Pour toucher une rente à peu près équivalente à ce que ce type dégoûtant touche comme aide sociale, j’ai bossé toute ma vie. Lui ne s’est donné que la peine d’entrer, il n’est pas plus menacé que vous et moi. J’aimerais bien savoir sur quels critères on lui accorde l’asile et l’aide sociale, juste parce-que monsieur ne veut tout simplement pas travailler. Après Carlos le boxeur, voici Emir le récalcitrant. Bienvenue au pays de Candy! Payons mes amis, payons gaiement. Et si on veut l’expulser, il retournera miauler au tribunal fédéral où il fera savoir par son avocat payé par notre argent: « Messieurs les juges, puisque vous avez accepté que je puisse envoyer mes filles en classe avec le voile islamique, vous ne pouvez pas vous dédire de votre décision, maintenant qu’on voudrait m’expulser pour ce même motif ». Tout cela n’est qu’une grave insulte au citoyen lambda qui paie ses impôts et qui respecte les lois.

  8. Posté par Tommy le

    Ce clone de Billy Gibbons, guitariste du  » little old band from Texas’ ZZ Top, devrait être expulsé pour insoumission et abus dans le domaine des aides sociales. Je m’étonne d’ailleurs qu’il ait été emprisonné, car dans le canton de Vaud, il aurait eu droit à une marche blanche, des bougies et des bristols d’invitation pour se rendre sur les plateaux de la télévision, afin de pouvoir miauler sur son triste sort, lui, incompris dans un pays d’infâmes racistes.

  9. Posté par mac'oest le

    Et on l’appelle citoyen rebelle… citoyen? voilà la définition de le citoyenneté:
    La citoyenneté est le fait pour une personne, pour une famille ou pour un groupe, d’être reconnu comme membre d’une cité nourrissant un projet commun auquel ils souhaitent prendre une part active
    Ca ne colle pas tellement…. dehors!

  10. Posté par Geronimo le

    Ces compromis que soutient ce Piguet ne sont-ils pas des mesures coercitives, voire discriminatoires à l’égard d’un groupe, les Suisses?

  11. Posté par G. Vuilliomenet le

    Et le commentaire de Piguet? Stupide à souhait! Tu t’intègres, t’as pas de problème. Tu fais passer cette saloperie de charia au-dessus de nos lois, tu dégages. On ne peut être plus clair.

  12. Posté par Dufour R. le

    Son permis d’établissement ne doit pas être renouvelé et ce type doit être renvoyé en Bosnie. Sur quelles bases légales son permis lui est renouvelé ?

  13. Posté par Franz le

    Vraie scandale, gifle cinglante aux citoyens suisses, honte pour les autorités. Il faut renvoyer manu militari cette crapulerie.

  14. Posté par Pascal le

    S’il ne trouve pas de boulot par sa faute (de par sa vision de sa religion), pourquoi l’Etat (donc nous, contribuables) devrait-il subvenir à ses besoins ? Il faut cesser de lui verser la moindre aide et lui faire comprendre que s’il veut vivre selon la religion musulmane, il y a 57 pays qui se feront un plaisir de l’accueillir et de financer sa manière de vivre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (43'000 commentaires retenus sur plus de 400'000) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.