Le pays réel dérange le pays légal, et l’UDC est seule contre le système…

Jean-Luc Addor
Avocat, député, vice-président de l’UDCVR
Votationsuisse2016

A la veille d’une nouvelle votation, en Suisse, nous avons rencontré l’avocat de Sion Jean-Luc Addor, conseiller national UDC.

Riposte Laïque : L’UDC a impulsé une votation citoyenne, ce 28 février, afin que la Suisse expulse de son territoire les délinquants étrangers. C’est curieux, il nous semble que les électeurs ont déjà voté favorablement à cette proposition, en novembre 2010, non ?…

Jean-Luc Addor : Oui. Tout le scandale de cette votation est là. Je veux parler de cette forme de mépris de la volonté populaire qui fait que ce que le peuple avait décidé de manière limpide le 28 novembre 2010 (un renvoi obligatoire des étrangers condamnés pour diverses infractions) n’est pas véritablement appliqué et surtout que ce qu’il avait alors refusé tout aussi clairement (un contre-projet qui proposait un régime d’exceptions réduisant ce principe à néant) revient, si l’on peut dire, par la fenêtre après avoir été sorti par la porte. En effet, en été 2015, le Parlement fédéral a voté une loi (qui entrera en vigueur en cas de rejet de l’initiative UDC) qui réintroduit en substance une clause de soi-disant « rigueur » (en réalité, une clause de protection des étrangers criminels) qui, à côté d’autres éléments, au lieu de permettre l’expulsion d’un peu plus de 10’000 étrangers condamnés par les tribunaux suisses (comme le demande l’UDC), réduira ce nombre à moins de 4000  ; et encore, ce dernier chiffre pourrait être encore plus bas si, comme on a tout lieu de le craindre, les tribunaux transforment ce qu’on présente au bon peuple comme un régime d’exception en règle protégeant les criminels au détriment des victimes et de la sécurité publique.

Riposte Laïque : Le fait qu’il faille revoter n’est-il pas un grave recul du modèle suisse, dont tu vantais l’exemplarité lors d’une conférence de presse parisienne où tu étais notre invité ?

Jean-Luc Addor : Absolument. Il est effectivement très préoccupant pour les institutions suisses et pour l’avenir de la Suisse que le Parlement fédéral refuse sciemment d’appliquer une décision claire du peuple. Par la faute des autres partis (à vrai dire, tous sauf l’UDC !) et de tout le Système (une espèce de Sainte Alliance qui rassemble la gauche et le Grand Capital également mondialistes…), la Suisse risque de se rapprocher de l’Union européenne dans laquelle les peuples sont réduits au silence. On commence par ne plus tenir compte des décisions du peuple pour ensuite, peut-être, ne plus demander son avis du tout. Car le peuple dérange. Le pays réel dérange le pays légal. Mais voilà, peut-être que justement, malgré l’incroyable campagne que le ban et l’arrière-ban du Système a menée contre l’UDC, nous assisterons dimanche à la revanche du pays réel sur le pays légal. Peut-être que l’UDC se retrouvera seule, mais… avec le peuple.

Riposte Laïque : Avez-vous remarqué, depuis l’invasion migratoire dont la Suisse subit les conséquences, elle aussi, une progression spectaculaire de la délinquance d’étrangers qui justifie encore davantage cette votation ?

Jean-Luc Addor : Evidemment. Sans entrer dans les détails, quels que soient les indicateurs (proportion des condamnations frappant des étrangers, proportion d’étrangers en détention provisoire ou encore proportion des étrangers condamnés pour des crimes de sang ou contre l’intégrité sexuelle), les statistiques sont implacables : il y a un lien direct et objectif entre l’immigration et la criminalité. Et encore, si l’on considère que des naturalisations trop massives masquent certaines réalités de la criminalité étrangère, ce lien est encore plus évident. C’est dire à quel point les Suisses peuvent espérer augmenter concrètement leur sécurité en expulsant chaque année, au lieu de 500 seulement aujourd’hui, au lieu de guère plus avec la loi du Parlement, plus de 10’000 étrangers condamnés par nos tribunaux.

Riposte Laïque : Quelles sont les différences entre cette campagne et celle qui s’est déroulée il y a cinq ans ?

Jean-Luc Addor : En 2010, l’UDC était déjà seule contre tous. Mais peut-être qu’à ce moment-là, tous les partis, organisations économiques, magistrats, professeurs d’université et j’en passe qui ont déclenché cette fois-ci une mobilisation générale contre l’UDC avaient sous-estimé notre première initiative pour le renvoi des étrangers criminels. Cette erreur, ils ne l’ont manifestement pas répétée. Mais nous verrons dimanche si cette mobilisation extrême de tout un système pour, finalement, permettre à des milliers d’étrangers criminels d’échapper au renvoi, est efficace ou si elle n’aura pas été contre-productive. Ce sera le Système à l’épreuve du peuple (un comble, pourtant, dans une démocratie !). Et peut-être que finalement, le peuple dira à ses « élites » que contrairement à elles, il ne croit pas que les étrangers criminels soient une chance pour la Suisse et qu’il veut au contraire que l’on donne désormais la priorité aux intérêts des victimes et de notre sécurité sur les criminels.

Riposte Laïque : Avez-vous des garanties, en cas de victoire, que le vote des électeurs sera, cette fois, respecté ?

Jean-Luc Addor : Formellement, aucune. Mais si l’initiative UDC pour un renvoi effectif des étrangers criminels est acceptée dimanche, même à une infime majorité, si donc le peuple désavoue par deux fois ses « élites », cette victoire provoquera une déflagration telle que le Système devra bien commencer (ou recommencer) à laisser au peuple la place qui est la sienne dans une démocratie digne de ce nom : la première, celle de ce qu’on appelle le Souverain. Dimanche, le peuple a donc une occasion, ne parlons pas de reprendre le pouvoir, mais au moins de reprendre la main.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Article paru hier sur Riposte Laïque

18 commentaires

  1. Posté par Gerry le

    Les résultats de cette votation me font GERBER! Mais merci à l’UDC, aux Observateurs et à tous les commentateurs de ce site pour leur courage et leurs conviction à défendre de vraies valeurs.

  2. Posté par laurent le

    Ce n’est pas une catastrophe mais dans l’air du temps et cela a au moins le mérite de prendre la température, d’alerter que 59% de votre peuple n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, que l’élite au pouvoir les a conditionnés et n’a rien à envier à ses voisins corrompus. Votre démocratie a ses limites mais dès la prochaine vague d’invasion, le peuple s’éveillera en fonction de l’évolution des évènements. Éveillons les peuples occidentaux !

  3. Posté par C. Donal le

    3 à 5 ans pour ouvrir les yeux des frileux de la réalité autour nous. Encore une fois autant pour changer les pièces.

  4. Posté par Julie Rochat le

    @C.Donal
    Puissiez-vous avoir raison pour le soubresaut tardif… je suis découragée par le résultat de cette votation,.. jusqu’au bout j’ai cru que la population allait se reveiller, surtout apres les evenements du Nouvel An mais voilà, les merdias ont
    bien reussi leur boulot de sape. Il faut dire qu’ils ont mis toute l’énergie
    possible et imaginable pour enfumer les gens et leur faire gober n’importe quoi.

  5. Posté par Pierre H. le

    @C. Donal
    Merci pour votre message. J’espère que vous avez raison…

  6. Posté par Jean le

    @ C. Donal
    Merci pour ces mots de consolation et qui vont droit au cœur. Comme vous le dites, il y aura peut-être un soubresaut violent, à côté duquel cette votation parfaitement décevante fera figure de petit pétard mouillé. A suivre…

  7. Posté par sophie edouard le

    Une bataille de perdu, mais notre combat continue…. et n’oublions pas les centaines de milliers de suisse ayant voté oui. Le canton de neuchâtel comme d’habitude affligeant mais logique avec le nombre de socialistes qui y sont….

  8. Posté par C. Donal le

    @ Pierre H.
    Je comprends votre déception mais ne partage par votre découragement. Tous les Suisses n’ont pas voté contre cette initiative, loin s’en faut. Dans peu de temps la situation sera si accablante que le soubresaut, même s’il sera violent, aura bien lieu.

  9. Posté par Jean le

    Avec ce refus au bon sens, c’est véritablement un dimanche noir pour notre sécurité auquel nous avons à faire. Mais le résultat de ce vote va bien au-delà de la question qui était posée. Qu’on le veuille ou non, on va assister à la démotivation sournoise de tous ceux qu’on pourrait appeler les patriotes suisses. L’esprit particulier à la Guillaume Tell de notre Pays, jusqu’à maintenant envié à l’extérieur pour sa démocratie directe, est mort sous le travail de sape des médias et des partis de la gauche bêlante et de la droite flasque du genre PDC et consorts. Et nos adversaires ne vont pas se priver de bien nous le faire sentir. Quand je vois comment la première initiative sur le renvoi des étrangers en 2010 a été appliquée, comment celle sur le surnombre des résidences secondaires a été vidée de l’essentiel pourtant accepté par le peuple (le 20% maxi supprimé), comment cette autre contre l’immigration de masse a été triturée par le CF pour qu’il n’en reste qu’une bouillie au demeurant soi-disant inapplicable dans l’UE, je me dis que finalement, il ne vaut plus la peine d’aller voter. Et ça, c’est encore plus grave que de garder des salauds qui ne se sont donnés que la peine d’entrer chez nous pour y foutre le bordel et vivre avec nos impôts. Voilà, messieurs les traîtres, vous avez gagné, vous pouvez être fiers de votre travail de sabotage, c’est réussi sur tous les tableaux. Et comme certains intervenants viennent de le dire dans leurs commentaires ci-avant, quand je lirai les faits et méfaits de bandits étrangers dans notre Pays (si toutefois on les publie encore), eh bien, loin de m’en offusquer, je hausserai les épaules et je me dirai que la victime avait toute chance d’appartenir à la majorité bêlante des brebis contentes de partir pour la boucherie.

  10. Posté par Pierre H. le

    L’initiative pour la mise en oeuvre semblant devoir être balayée, je dirai juste les choses suivantes.
    Je suis un Suisse marié à une Polonaise et face à la débilité mentale d’une majorité de mes concitoyens, j’ai (déjà prévu et) demandé le passeport polonais afin d’aller vivre là-bas où les dirigeants m’apparaissent beaucoup plus sains d’esprits que les dirigeants suisses. Je me rirai des viols, hold-up, agressions, tabassages, assassinats commis par des criminels récidivistes que les gens semblent aduler. Je me réjouis aussi de voir les Suisses devant passer à la caisse pour entretenir ces criminels. Je souhaite que les futures victimes de ces récidivistes soient des journalistes mainstream, des politiciens et citoyens ayant voté non à cette initiative. Et je ne veux entendre AUCUNE plainte, complainte ou remarque ! Les gens sont devenus cinglés (sans moi, merci), et mes grand-parents doivent se retourner dans leur tombe devant un tel crétinisme pathologique !

  11. Posté par laurent le

    Il est choquant de ne pas tenir compte des choix du peuple, qu’un parlement puisse amender une loi pour réduire à néant une disposition législative afin de favoriser un groupe minoritaire obligeant le peuple à revoter 5ans plus tard pour réaffirmer ses positions.C’est le début d’une dictature. Cela étant, il ne suffit pas de prononcer une mesure d’expulsion, encore faut-il l’exécuter car en france, par exemple, le commandant de bord doit donner son accord pour transporter sur son avion de ligne un expulsé menotté et dûment encadré et apparemment il y aurait des refus. Concernant le message d’Hérodote, il convient de lire la dernière vidéo de notre activiste préféré exilé au japon : préparez vos listes ou encore « invasion islamique : que faire aux traitres ? » https://www.youtube.com/watch?v=pQrJICr28gU

  12. Posté par Vautrin le

    « pays réel », « pays légal » : je préfère « pays légitime » et n’emploierais pas « légal » dans le cas où les gouvernants ne tiennent aucun compte du pays légitime. Je ne m’aviserai pas de commenter le chose en ce qui concerne la Suisse, mais je constate que chez « nous » (au fait, sommes-nous encore « nous » ?) en France, s’il y a un pays légitime qui grogne et chahute un président (voir le salon de l’agriculture :) ) il n’y a plus de pays « légal » : la loi y est sans cesse violée par l’État lui-même.
    Maintenant, à l’heure où j’écris, j’apprends que l’initiative de l’UDC semble repoussée : c’est certainement une catastrophe. Le feu roulant de la bien-pensance a écrasé le peuple, et les conséquences néfastes, hélas, risquent de se faire sentir à court terme.

  13. Posté par JeanDa le

    En ce qui concerne l’initiative de mise en application du renvoi des criminels étrangers, le problème est le suivant :
    [li] pas loin d’un tiers des suisses ont compris que notre pays fait fausse route et sont reconnaissants à l’UDC de les défendre.
    [li] cependant pas loin d’un tiers des suisses sont des gôchistes sans aneuronaux et ne réfléchissent pas : ils votent ce que le parti leur a dit de voter : bisounours-lapin-crétin.
    [li] et le dernier tiers des suisses (non-UDC et non-gôchiste) aimerait bien soutenir les initiatives de l’UDC mais ILS N’OSENT PAS de peur qu’on les traite de NAZIS. Ils sont la cible privilégiée des pires menteurs qui soient, qui leur prédisent tous les maux s’ils votent comme l’UDC. En eux, j’avais encore un peu d’espoir. Malheureusement je dois déchanter, ce sont de « bons suisses ».

    Oui, les suisses sont des mous, des couards, des manipulés, des assistés, des moutons, des serfs, des valets de chambre, des serviles, des peureux, des loosers, des écrasés, des corvéables, bref : DES PERDANTS FAUTE D’AVOIR OSÉ ESSAYER DE GAGNER, faute d’avoir livré le combat ! Je le sais car pour le moment, je suis encore suisse !
    J’ai honte d’être suisse et je suis fatigué de lutter contre la bêtise !

  14. Posté par Jean-Claude le

    C’est terminé. Et je pense comme vous Jean Ducas. Mon meilleur ami qui est PLR a voté non, et bien je me dis que si il lui arrive quelque chose et bien s’il n’est pas aidé par les autorités il n’aura qu’à assumer. Je ne suis pas UDC, je ne suis ni adhérant. Je vote seulement pour les textes qui prônent plus de sécurité. Mais de tous mes proches qui ont voté non je leur dirais comme vous « Assumez si vous êtes une victime et que les autorités ne vous aident pas »! Tant pis pour eux. Je ne défendrais que mes enfants et mes neveux et nièces. Tous les autres peuvent gentiment ne s’en prendre effectivement qu’à eux-mêmes.
    Le pire c’est de voir les sourires béats de journaleux de la RTS. J’éteins ma TV c’est mieux…
    Bonne journée à tous. Même si c’est un dimanche plus que noir pour la future sécurité de nos enfants.
    PS. Il n’y a vraiment qu’en Suisse ou l’on veut garder plus de délinquants étrangers. Dans les autres pays du monde qui rêvent de démocratie, nous devons juste être la honte de la planète.
    Malgré tout, ne faisons pas comme les gauchistes, prenons acte du choix des votants et respectons-le même si cela fait mal.

  15. Posté par Jean Ducas le

    Visiblement, c’est cuit. Les Suisses ont plébiscité les criminels récidivistes étrangers, c’est la démocratie. Qu’ils soient rassurés: des palettes entières franco port de ces racailles vont être livrées sous peu. Désormais je regarderai les faits divers d’un autre œil, en me disant bien fait pour ta gueule. Et surtout je n’interviendrai pas en cas d’agression par du bronzé, même pas un coup de téléphone aux flics.

  16. Posté par Cédric le

    Si la tendance se confirment pour le non cet après-midi, je crois que le peuple suisse devra totalement assumer son avenir sombre et débile et je ne verserai pas la moindre larme pour mes concitoyens. De plus, comme image d’un pays « girouette » aux yeux du monde, nous sommes vraiment les champions !

  17. Posté par Rikiki le

    Ce rejet est le résultat des votants qui ont voté sans savoir ni avoir lu le texte de l’initiative. Je suis suffisamment vieux pour ne pas avoir à souffrir du déferlement musulman sur l’Europe et dans le fond je m’en fou. Pour mes enfants et mes petits-enfants ça me fait un peu plus mal. Cela prouve que les Suisses apprécient les criminels kosovars et maghrébins. Une belle projection dans le futur ! Et c’est en plus un super signe pour les crapules… Les Suisses aiment payer toujours plus d’impôts et de cotisations aux caisses maladie. Ne venez donc pas pleurer d’ici quelques mois, les hausses continueront. Il faudra bien payer pour tous ces parasites !

  18. Posté par Hérodote le

    Le jour viendra où les traîtres à la patrie et les contempteurs de la volonté du peuple passeront devant le tribunal du peuple pour payer leur forfaits et leurs crimes. A cette fin, il faut tenir des listes de tous les traîtres et de leurs méfaits — à tous les niveaux de nos gouvernants, de l’administration communale jusqu’au niveau fédéral, et dans les tous les médias.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.