La Russie est le rempart de la culture judéo-chrétienne

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Poutine-2

Poutine-1

   
L'Europe, du moins sa partie ouest, semble avoir perdu sa colonne vertébrale. Ce n'est pas le cas de la Russie. Ce n'est pas le cas de la droite américaine avec Donald Trump. Ce n'est pas le cas d'Israël avec Binyamin Netanyahu. Ce n'est pas le cas de l'Europe centrale et orientale. Ce n'est pas le cas de certains pays de l'Europe nordique. Mais c'est bel et bien le cas de la partie ouest de l'Europe, notamment la France.
-
Même le Front national, avec son anti-libéralisme obsessionnel, n'apporte pas de vraies solutions, en particulier au plan économique. Les athées souverainistes, eux non plus, n'apportent pas de vraies solutions, car ils se focalisent principalement sur l'islam conquérant, ce qui est à la fois très bien et très insuffisant. Les catholiques français sont ultra-minoritaires, très divisés et complètement déboussolés. La France, celle de la Cinquième République, a décidé de tourner le dos à la culture européenne, culture autant judéo-chrétienne que gréco-romaine.
-
Ce n'est pas le cas de l'Espagne et de l'Italie. Mais c'est sans conteste le cas de la France. L'ensemble des médias français, jadis quatrième pouvoir, cet ensemble est devenu le premier pouvoir et il compte le rester à n'importe quel prix. Les politiciens français sont soumis à ce premier pouvoir, celui des médias, et ils ne pensent qu'à une seule chose : lui plaire. C'est dans ce contexte que la Russie est, peut-être, devenue à la fois la représentante et le rempart de la culture judéo-chrétienne.
-
Le philosophe catholique Elton Chitolina a récemment écrit à propos de la Russie et à propos de Poutine (extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page) : En décembre 2013, le journal britannique The Telegraph observait que le président russe Vladimir Poutine avait « lancé la Russie en position d’arbitre moral du monde » lors de son discours annuel sur l’état de la nation, à la tonalité résolument conservatrice : « Poutine a défendu les valeurs de plus en plus conservatrices de son gouvernement et déploré la “révision des normes morales et éthiques” en Occident et dans d’autres parties du monde. “Cette destruction des grandes valeurs traditionnelles, avait-il déclaré, n’entraîne pas seulement des conséquences négatives pour la société ; elle est aussi intrinsèquement anti-démocratique et va à l’encontre de la volonté de la majorité populaire” ; ajoutant que la société ne peut tirer aucun avantage quand on met sur le même plan “le bien et le mal”. Et le président russe de conclure : 'Les valeurs traditionnelles sont un rempart contre cette tolérance – asexuée et stérile' ».
-
Elton Chitolina : En février de la même année, Poutine avait appelé à une influence accrue de l’Église orthodoxe dans le pays ; il avait conduit la Russie à résister à la progression de l’agenda « gay », en interdisant la « publicité des relations sexuelles non traditionnelles » pour mineurs. Toujours en 2013, en novembre, il avait rendu visite au pape François au Vatican et, aux côtés du Souverain Pontife, avait embrassé une icône de la Vierge. À l’époque, cette rencontre avait été ainsi commentée sur les réseaux sociaux : « Si, en 1959, vous aviez dit à un catholique ou à toute autre personne que le président russe embrasserait une image de la Vierge Marie aux côtés du Pape, tandis que le président américain soutiendrait l’avortement, ignorerait l’ambassade du Vatican, lancerait des avions sans pilotes comme armes de guerre, envahirait la vie privée des personnes et espionnerait les dirigeants étrangers, ce catholique ou toute autre personne aurait trouvé que vous avez fumé quelque chose de très, très fort ».
-
Elton Chitolina : Mais tous n’accueillent pas sans méfiance ce « nouveau leadership moral » de Vladimir Poutine : « Poutine va faire ou dire n’importe quoi pour promouvoir la Russie et son propre pouvoir. La Russie n’est pas la boussole morale de mon pays, sans parler de celle du monde », tempère Anthony Esolen, professeur de littérature au Providence College, États-Unis. Même en prenant du recul, tout le monde ne condamne pas ce « nouveau leadership moral » de Poutine : « Il faut se méfier de l’utilisation que fait Poutine de l’Église russe pour soutenir son régime, qui est très imparfait, basé sur le capitalisme de copinage et sur des tactiques autoritaires. Néanmoins, même ainsi, les politiques de Poutine sont bien plus alignées sur la loi naturelle que les politiques du gouvernement Obama », souligne pour sa part l’écrivain américain, John Zmirak. Et John Bergsma, professeur de Théologie, Université franciscaine de Steubenville aux États-Unis, de résumer : « Côté positif : la Russie s’est faite l’alliée des ONG pro-famille à l’ONU, elle est l’un des rares pays développés agissant contre la “gauche sexuelle”, qui consacre l’homosexualité comme un droit de l’homme. D’un autre côté, le gouvernement russe souffre de la corruption à des niveaux élevés, ne protège pas toujours les droits de l’homme et la structure familiale russe n’a pas encore été rétablie après des décennies de matérialisme athée forcé. L’accès à l’avortement est facile, les taux d’avortement et de divorce sont encore très supérieurs à ceux des États-Unis, les unions matrimoniales ne sont pas généralisées et sont de courte durée. Par une ironie du sort, Poutine a divorcé au début de cette année. En même temps, le parti du gouvernement russe perçoit la nécessité d’un retour à des lois pro-famille traditionnelle ; il reste à la nation un long chemin à parcourir avant de devenir une société idéale ».
-
Elton Chitolina : Toutes ces considérations sont à prendre en compte pour cerner dans le contexte actuel le façon dont se déploie le « leadership moral russe » dans le monde. Aujourd’hui, il existe donc trois moyens principaux par lesquels la Russie impose ce leadership moral, ou du moins une « influence politico-militaire mêlée à des éléments de morale » : la division de l’Ukraine, où persistent les conflits et où la Russie affirme qu’elle se borne à soutenir le droit des Ukrainiens de l’Est à s’unir politiquement à la Russie dont ils se considèrent les enfants par la culture ; la Syrie, où les Russes combattent l’État islamique en se positionnant en faveur du régime de Bachar al-Assad, qu’ils considèrent légitime et qui serait, selon eux, victime des intérêts des États-Unis et de ses alliés préoccupés non pas de la légalité, mais de pétrole ; et l’expansion de l’Église orthodoxe, dont la direction est accusée, depuis des décennies, d’asservissement au régime soviétique et, après la chute du communisme, aux intérêts politiques du Kremlin. Telles sont les diverses faces des multiples monnaies - russes et non russes - dont il faut tenir compte dans la « comptabilité » complexe du contexte moral actuel de l’humanité, avec toutes les conséquences qu’on peut en attendre : sociales, politiques, économiques et religieuses, conclut Elton Chitolina (fin des extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page).
-
Michel Garroté, 25.2.2016
-
http://fr.aleteia.org/2016/02/24/la-russie-rempart-de-la-morale-dans-le-monde/
-
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/russia/10513330/Vladimir-Putin-claims-Russia-is-moral-compass-of-the-world.html
-

11 commentaires

  1. Posté par chrétien le

    Que les choses soient claires, il n’existe et il n’a jamais existé une culture judéo-chrétienne. En revanche les fondements de notre Culture, de notre Civilisation sont de nature helléno-chrétienne. Merci de rectifier une bonne fois pour toute.

  2. Posté par Séraphin le

    D’après son discours élogieux, il semble bien qu’il soit pro-chétien. Mais le semble m’apparaît de plus en plus éphémère. Dans mes songes et dans mes rêves, tout n’est que semblant désormais. Je ne sais plus qui croire…

  3. Posté par Jacques le

    Vladimir Poutine est tout simplement le de Gaulle du XXI ème siècle !

  4. Posté par daniele le

    Je lis :
    « Quelle différence des nos gouvernements occidentaux, notamment de celui des États-Unis de l’Amérique, tellement probes, et ô combien moraux ! »

    Quelle probité et quelle morale trouvez-vous chez les américains, s’il vous plait ? Le fait que Obama ait envoyé ses troupes en Syrie pour aider des terroristes à massacrer un peuple ? Ou que Mme Clinton soit aujourd’hui considérée comme une traitre au pays et couverte par son président ?

    D’autre part, je lis : »… face au monde unipolaire mondialiste judéo-anglo-protestant  »

    Un « monde unipolaire mondialiste » aurait amplement suffi à identifier la source du mal qui nous guette. Mais, judéo est sorti des tripes plus que du clavier, n’est-ce pas ?
    Quand vous écrivez « judéo » ça sent l’antisionisme à plein nez.
    Alors, j’aimerais rectifier, pour ceux qui se plaisent à faire l’amalgame, que les Juifs habitant nos pays occidentaux ne sont pas à considérer comme de Vrais Juifs. Ils sont Français ou Américains ou Suisses ou Allemands et vous devez les considérer comme tels.
    Ils n’ont absolument rien à voir avec les Juifs Israéliens qui, eux, vivent dans leur pays, se défendent, et ne demandent à personne le droit d’exister. Ils sont autonomes et ils ont prouvé des milliers de fois qu’ils étaient capables de se défendre face à leurs ennemis pour protéger le peuple Juif, ce qu’aucun des pays occidentaux n’a été capable de faire.

    Et oui, Poutine est « pro chrétien » . Au mois de septembre dernier cet article, très simpliste, le prouvait déjà.
    http://ripostelaique.com/poutine-est-du-cote-des-chretiens-obama-soutient-les-musulmans.html

  5. Posté par claire favretto le

    Poutine est en train de se dresser au sommet du Monde ! Moi je l’aime de plus en plus Heureusement qu’il a la Chine et l’Iran comme alliers , il risque d’en avoir besoin .

  6. Posté par jean le

    Le président Poutine semble incarner le combat des valeurs chrétiennes face au monde unipolaire mondialiste judéo-anglo-protestant .

  7. Posté par Edgard le

     » D’un autre côté, le gouvernement russe souffre de la corruption à des niveaux élevés… »
    Quelle différence des nos gouvernements occidentaux, notamment de celui des États-Unis de l’Amérique, tellement probes, et ô combien moraux !

  8. Posté par Zendog le

    Poutine est probablement le seul homme d’état avec une vision stratégique. Pourvu qu’il continue à garder la tête froide face aux diverses attaques dont il est l’objet de la part des Américains et de l’UE (sanctions ).

  9. Posté par FrançoisB le

    C’est quand même assez incroyable que la Russie, naguère plutôt infréquentable aux yeux de beaucoup, semble représenter le dernier bastion de notre culture chrétienne. Poutine est un des rares présidents à avoir des couilles, et aussi une ligne politique claire dont il ne dévie pas d’un iota. Son intervention en Syrie et son soutien à Bachar constitue sûrement la seule façon de ramener un semblant de calme dans cette région, ce qui devrait permettre de maintenir les populations locales chez elles, et par là même soulager l’Europe de l’envahissement islamique. Mais le temps presse….

  10. Posté par cecilia simon le

    La Russie a un bon président où nous sommes reçus à bras ouverts il suffit de respecter les lois du pays ce qui est normal, de plus les églises russes sont magnifiques !
    Les russes ont de la chance pas comme nous en france où nos dirigeants laissent islamiser notre pays

  11. Posté par lucie le

    heureusement quand même que Poutine existe !
    le monde est gouverné par des esprits pervers rien d’autre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (43'000 commentaires retenus sur plus de 400'000) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.