Le terroriste Abdeslam contrôlé à la frontière suisse en juillet

BBpOkdV

Selon «Le Parisien», l'ennemi public No 1 a été contrôlé par des douaniers français à la croisée des frontières allemande et suisse le 31 juillet 2015. Il a ensuite pris un bateau direction la Grèce.

Plus de trois mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam continue de mettre les autorités européennes sur les dents. Les informations sur ses possibles lieux de passage se succèdent et ne se ressemblent pas forcément, et les enquêteurs ne parviennent toujours pas à lui mettre la main dessus. Lundi, «Le Parisien» annonce que l'ennemi public No 1 se trouvait en Alsace en juillet 2015, moins de quatre mois avant les attaques contre la capitale française.

D'après le quotidien, Abdeslam a été contrôlé par des douaniers français à Saint-Louis, à la croisée des frontières allemande et suisse. Lors de ce banal contrôle, les gardes-frontière ont demandé au Belge ses papiers d'identité. Il leur a également fourni une adresse: place Communale 30, à Molenbeek, où il vivait avec sa famille. L'homme était au volant d'une Renault Mégane louée dans la banlieue de Bruxelles. Comme il était en règle, Salah Abdeslam a pu continuer sa route sans encombre.

Le Belge a de nouveau été contrôlé le lendemain. Un élément qui permet aux enquêteurs d'établir que sa voiture a embarqué sur un bateau à Bari (Italie) en direction de Patras (Grèce). Abdeslam et son acolyte Ahmed Dahmani étaient à bord. Trois jours après, les deux hommes ont fait le trajet inverse. La douane de Saint-Louis constitue une étape naturelle du périple reliant Bruxelles à Bari, ajoute «Le Parisien». Les raisons de ce court voyage de trois jours demeurent un mystère pour les enquêteurs.

Source

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.