#JeSuisCirconflexe et la bataille de la langue

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens
OrthographeRéforme

L'affaire remonte à deux semaines: disparition partielle de l'accent circonflexe sur le "i" et le "u", simplification de la graphie de quelque 2400 mots, une réforme de l'orthographe décidée en 1990 ferait son apparition dans les manuels scolaires en France à l'occasion de la rentrée 2016. La nouvelle suscita immédiatement une levée de bouclier des internautes, notamment via le hashtag #JeSuisCirconflexe...

Péripéties humoristiques mises à part, le débat de fond subsistait et dure encore: est-ce à l'école de décréter le "bon" orthographe, et à travers elle l’État? La société civile n'allait-elle pas continuer à utiliser l'orthographe traditionnelle, générant ainsi un français à deux vitesses encore plus discriminant que la maîtrise traditionnelle de l'orthographe que les socialistes visaient à résorber?

De nombreuses voix se firent entendre, avec des arguments tout à fait sensés. L'exécutif français se mura quant à lui derrière ses institutions, affirmant qu'il ne faisait qu'amener à l'école une réforme "validée par l'Académie Française il y a un quart de siècle." L'âge de la décision de l'Académie devait, en gros, faire de la polémique un combat d'arrière-garde qui finirait bien par s'éteindre.

helene_carrere_d_encausse.jpgLas! Les Immortels de l'Académie française ne sont pas tous morts et remplacés. Certains étaient là et bien là lors de ces journées fatidiques il y a vingt-cinq ans... Notamment Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française, qui prit fermement ses distances avec la réforme de l'orthographe dans un entretien accordé au Figaro samedi dernier. L'article n'est pas disponible pour les internautes de passage mais les propos ont été repris dans d'autres quotidiens comme La Croix et jettent un éclairage résolument différent - voir les passages en gras - sur l'argument de la "validation par l'Académie Française" de cette fameuse réforme:

L’Académie française n’est pas à l’origine et n’a pas validé la réforme de l’orthographe qui doit être prochainement généralisée à l’école. La prestigieuse institution aura pris son temps mais la mise au point est claire. (...)

« Je n’ai pas compris les raisons qui expliquent l’exhumation d’une réforme de l’orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l’Académie française n’a eu aucune part, à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire », indique Hélène Carrère d’Encausse.

L'historienne précise qu'en ce qui concerne la réforme de 1990, l'Académie, consultée, s'était prononcée sur des « principes généraux - un nombre limité de rectifications d'incohérences ou d'anomalies graphiques - mais non sur le projet lui-même dont le texte était en cours d'élaboration ».

Ce n'est qu'ensuite, lorsque le rapport du Conseil supérieur a été publié au journal officiel, que les académiciens ont pu en prendre connaissance et en débattre. « Et le débat fut d'une grande vivacité. L'Académie dans son ensemble a marqué son désaccord avec ce texte » (...)

« La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps », souligne Mme Carrère d'Encausse. Elle remarque sur ce point que la réforme est tombée en désuétude. Les Français dans leur pratique ne l'ont pas cautionnée. « Il est donc absurde de ressortir aujourd'hui cette réforme » conclut-elle.

Et les traces existent: "cette position est clairement exprimée dans la déclaration de l'Académie votée à l'unanimité dans la séance du 16 novembre 1989 et dont elle ne s'est jamais écartée", rajoute Mme Carrère d'Encausse pour bien enfoncer le clou.

Patatras! La belle ligne de défense de Mme Najat Vallaud-Belkacem tombe à l'eau. Mais une Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, à fortiori socialiste, ne va pas faire preuve d'humilité face à une institution de plus de trois siècles dont la fonction est de superviser la langue française... La politicienne riposte donc dans la mesure de ses moyens dans les journaux:

« Eu égard à la mission de défense et d'illustration de la langue française assignée à l'Académie, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire part de toute évolution de la position de votre institution quant aux rectifications orthographiques, afin que les acteurs concernés puissent en tenir compte à l'avenir. »

En attendant, elle n'indique évidemment aucun changement de cap des autorités.

La réforme orthographique accouchée au forceps par le gouvernement français semble bien artificielle, et son avenir bien mal en point. Les amoureux de la langue de Molière peuvent-ils souffler? Tout dépendra de l'acharnement des autorités socialistes à persister dans l'erreur. Mais au vu de la façon dont les choses tournent, les parents seraient bien avisés d'insister sur un enseignement traditionnel de l'orthographe s'ils souhaitent que leurs enfants ne se couvrent pas de ridicule plus tard...

Et en Suisse?

Le marché romand du manuel scolaire étant petit, les écoles s'approvisionnent sur le marché français ; et la question se pose de façon très concrète depuis que des parents romands ont eu le déplaisir de découvrir des ouvrages arborant (fièrement?) la "nouvelle orthographe" - alors que le niveau général de français est en baisse constante.

Si certains s'indignèrent, les autorités eurent des réactions nettement plus mesurées - non seulement parce qu'il n'est pas dans le tempérament suisse de faire des vagues, mais aussi à cause du suivisme général face à tout ce qui vient de France.

Toutefois, les révélations d'Hélène Carrère d'Encausse relancent le dossier. Les enseignants ne sont toutefois pas tenus d'imposer la nouvelle orthographe ; mais ils étaient tout de même amenés à ne pas sanctionner ce qui n'était plus considéré comme une faute. Or, il semble bien que la fameuse réforme de l'orthographe dont il est question soit plus un coup de force du Ministère de l’Éducation Nationale qu'une volonté de l'Académie Française.

Nous sommes donc en présence d'une réforme politique, non linguistique, ce qui devrait lui ôter toute valeur hors du territoire de la République française. Dont en Suisse romande.

Quand un élu romand osera-t-il demander l'abandon de cette réforme dont personne ne veut et le retour à des manuels scolaires écrits dans un français correct?

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur Lesobservateurs.ch, le 17 février 2015

10 commentaires

  1. Posté par Marc le

    A la base, le problème est que la langue n’est pas la propriété du gouvernement et que l’éducation nationale outrepasse ses droits. Dénaturer l’orthographe n’aurait qu’une seule juste solution pour arrêter l’entropie du langage : Ecrire en notation phonétique. Est-ce vraiment un progrès a souhaiter? Quelle tristesse de voir l’orthographe de notre langue se clochardiser sur internet…on devrait déjà commencer par fabriquer des claviers d’ordinateurs en France.

  2. Posté par Sam le

    Toutes les petites subtilités de la langue française et tous ses petits pièges font partie intégrante de l’histoire … Tout ça est très orwellien, et quand on voit comment les français écrivent on s’aperçoit qu’ils ont déjà gagné la guerre…

  3. Posté par pierre frankenhauser le

    Quand tous nos écoliers devront apprendre à parler l’arabe, ils auront moins de problèmes d’accent circonflexe. Avec nos collabos bienpensants de gauche, on risque d’y arriver…

  4. Posté par Cenator le

    Décidément, les gens ne savent pas ce que signifie le mot « orthographe ». Comparer une simplification de l’orthographe française avec une diminution des cas de la déclinaison russe, c’est confondre couper les cheveux et couper la tête !

  5. Posté par Antonio Giovanni le

    La France est bien le seul pays au monde où pour des raisons de bas électoralisme, on abrutit la langue afin de la mettre à portée des moins-écrivants et des moins-lisants: « Margaritas ante … »
    Imagine-t-on que les Russes diminuent le nombre de cas de leur morphologie pour la mettre au niveau de l’anglaise ?
    Et puisqu’elle est en si bon chemin, NVBelcassine, ne demanderait-elle pas à la Commission UE de simplifier les langues de l’Union pour les rendre plus facilement assimilables par les ânes français ?
    D’un côté, un sabir ressemblant au français, mâtiné d’italien, d’espagnol, de portugais, de roumain; de l’autre, un magma saxo-germano-danois; et le polonais, ah! le polonais, eh! bien tant pis, il faudra l’apprendre tel qu’il est…quant au grec, il ne sera bientôt plus nécessaire d’en parler, vu ce qui attend le pays …
    Vue ainsi la réformette de NVBelkassine paraît modeste, faiblarde même, par manque d’audace et d’ambition, elle surprend par sa mesquinerie, bien loin des visions planétaires auxquelles nous avait habitués l’ineffable Hollande…

  6. Posté par Cenator le

    Ce n’est pas la première fois que l’orthographe française est réformée. « Il estoit » est devenu « il étoit » puis « il était », la « grand’mère » est devenue « grand-mère », l’adjectif « seur » (prononcé « sur ») est devenu « sûr »: qui voudrait revenir en arrière ?
    Les propositions de 1990 ne sont pas totalement tombées dans l’oubli. La graphie « évènement » gagne du terrain. Sur internet, le Wiktionnaire indique en principe les deux orthographes des mots concernés par la réforme.
    Remarque: dans la nouvelle orthographe, les mots « orthographe » et « physiologie » s’écrivent « orthographe » et « physiologie », et non « ortografe » et « fisiologie » (tentative de réforme lancée par certains intellectuels au début du XXe siècle), ni « ortograf » et « fizioloji » (comme tendent à le faire croire certains caricaturistes).
    Les arguments avancés contre la réforme de l’orthographe n’ont toujours été « tout à fait sensés ». A l’époque, le chanteur Renaud s’est dit opposé à la suppression du circonflexe, « parce que ma fille est née en août et je ne veux pas qu’on lui enlève son circonflexe » (sic).
    Ecrire évènement plutôt qu’événement, aout plutôt qu’août, n’est pas un « appauvrissement » de la langue française, restons sérieux.
    Avec l’orthographe réformée, l’apprentissage de la langue sera un peu facilité pour les écoliers, tandis que les adultes d’une intelligence normale seront parfaitement capables de s’adapter. Surtout que l’ancienne orthographe restera autorisée (contrairement à ce qui s’est passé pour la langue allemande, où la nouvelle orthographe est obligatoire).
    Dans sa conclusion, Stéphane Montabert estime que, même si la France accepte la réforme de l’orthographe, la Suisse doit la refuser. C’est ridicule. L’apprentissage de l’anglais est déjà inutilement compliqué par le fait que l’Angleterre n’a pas accepté les modestes simplifications de l’orthographe adoptées aux Etats-Unis (travelling – traveling, labour – labor, judgement – judgment …). Veut-on faire subir la même inanité à ceux qui apprennent le français ?
    P.S. Je n’ai rien contre l’orthographe traditionnelle, mais je critique les mauvais arguments.

  7. Posté par Antonio Giovanni le

    Et l’on retrouve en plein XXIe siècle ce que disait E. Renan des socilistes en 1856:  » Les socialistes ont comme grande force de ne jamais se corriger de leurs erreurs. »
    Il recommencent, persévèrent, s’opiniâtrent, croyant à chaque fois qu’enfin ce sera la bonne!
    Et c’est ainsi depuis qu’ils existent, c’est le sceau du socialisme d’origine.

  8. Posté par C. Donal le

    L’^, symbole de la résistance ? Ceux qui enlèvent son toit à la France veulent sa peau.
    Renaud Camus

  9. Posté par François le

    Les diverses « réformes », dont celle de l’orthographe, mises en œuvre par ce gouvernement socialiste français me font penser aux « œuvres produites » par certaines machines inutiles de Jean Tinguely. En effet, ce dernier a construit des machines qui produisaient mécaniquement et automatiquement à grande vitesse une multitude de dessins et de peintures qui relevaient d’un hasard conditionné par des mécanismes primitifs et dont l’intérêt reste à imaginer ou à découvrir, mais dont l’utilité est quasi nulle.

    Je précise que j’apprécie beaucoup les machines de Tinguely alors que ce gouvernement socialiste français ne m’inspire rien de positif.

  10. Posté par Pierre H. le

    Fabriquer des attardés mentaux, appauvrir le langage, donc appauvrir la pensée ! Moa etre bocou manipulai moa pa pensez…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.