Un citoyen suisse poursuivi par la justice française pour délit d’opinion

Justicemondiale

[...]

.

Ce 10 février a eu lieu un procès inique intenté au président suisse de Riposte Laïque de l’époque, Alain Jean-Mairet, accusé par le Parquet et la Licra d’avoir autorisé, sur un site suisse, un article d’un ressortissant tunisien, Salem Ben Ammar !

Nous savions que dans notre pays la France, nos compatriotes n’avaient plus le droit de critiquer l’islam, sans se retrouver devant la dix-septième chambre en deux coups de cuillère à pot.

Parmi les principales victimes de ces procès dignes de l’Inquisition, chacun se rappelle de Houellebecq, de Brigitte Bardot, de Charlie Hebdo, de Fanny Truchelut, de Pascal Hilout, de Pierre Cassen, de Christine Tasin, d’Eric Zemmour, de Renaud Camus, de Jacques Philarchein, de Valeurs Actuelles, Aymeric Chauprade, pour ne citer que les exemples les plus connus, qui ne doivent pas nous faire oublier le sort de milliers de compatriotes, diffamés et ruinés par les commissaires politiques du Mrap, de la Licra, de Sos Racisme ou de la Ligue des Droits de l’Homme, rejoints à présent par le CCIF et la LDJM.

Certes, ces procès sont scandaleux, iniques, sentaient à plein nez le totalitarisme d’un antiracisme d’Etat, mais au moins, nous restions entre Français, et les racketteurs gavés de subventions ne cherchaient pas des noises aux personnes étrangères à la nationalité française.

Depuis ce mercredi 10 février, à la dix-septième chambre correctionnelle de Paris, une nouvelle étape a été franchie.

La justice française, par la voix du substitut du procureur de la République, Solène Gouverneyre (qui a déjà fait condamner scandaleusement Valeurs Actuelles) a osé trainer devant les tribunaux un citoyen suisse, président de l’association Riposte Laïque Suisse, qui édite notre site depuis le mois d’octobre 2012, comme l’a reconnu officiellement le tribunal de Grande Instance de Versailles, en mars 2013. Son crime ? Avoir, en tant que directeur de publication de RL, autorisé la diffusion d’un texte signé par un rédacteur tunisien, par ailleurs menacé de mort dans son propre pays.

La procédure ayant conduit à cette infamie de notre justice mérite également d’être connue. Aucune association musulmane n’a protesté, ni déposé plainte contre l’article incriminé. Ce sont les islamo-collabos de la Licra (surnommée par les rieurs Ligue Islamique Contre la Récusation d’Allah), par la voix de leur avocate Sabrina Goldman, qui ont fait un « signalement » au Parquet, qui a décidé de déposer plainte. Et les mêmes mouchards de Jakubowicz se sont portés partie civile, demandant leur part du butin : 3000 euros, tandis que Solène Gouverneyre, au nom de l’Etat français, osait réclamer 5000 euros à notre directeur.

Vous avez tous bien lu. L’Etat français, et les racketteurs qui se prétendent antiracistes, se permettent de demander à un citoyen suisse, directeur d’un site référencé en Suisse, 8.000 euros d’amende et de dommages et intérêts.

C’est le prétexte avancé par les deux complices de la gôche bobo totalitaire, la juge et l’avocate, qui mérite d’être approfondi, comme le font dans cette vidéo Maître Haddad et notre fondateur, Pierre Cassen, qui était présent au procès, avec quelques amis de Riposte Laïque et de Résistance républicaine.

.

.

L’avocat de nos amis suisses a développé une argumentation pleine de bon sens, inattaquable juridiquement, sur l’incompétence d’un tribunal français à juger un citoyen suisse, expliquant que la Confédération helvétique était une démocratie, et qu’elle seule avait le droit de juger ses ressortissants. Solène Gouverneyre, puis Sabrina Goldman, avec une morgue insupportable, expliquèrent qu’à partir du moment où les sites internet étaient disponibles en France, ils tombaient sous le coup de la loi française, quelle que soit la nationalité des accusés.

Irrité, Maître Haddad, qui ignorait à l’époque la future interview de Donald Trump accordée à Valeurs Actuelles, interpella les deux femmes, et leur demanda ce qu’elles attendaient pour poursuivre le candidat républicain américain, qui avait déclaré qu’il ne voulait plus un seul musulman nouveau sur le territoire de son pays. Ses propos sont disponibles en France, ils sont traduits dans notre langue, et nos compatriotes sont ainsi « incités à la haine, etc., etc. »

Le verdict que délivrera la 17e chambre, le 6 avril prochain, sur la recevabilité de la plainte du Parquet, sera capital. Si la requête de Maître Haddad était refusée, cela signifierait que nos juges « Murs des Cons » et nos racketteurs déguisés en antiracistes pourraient poursuivre la planète entière, puisqu’ils ont défendu l’idée que la télévision devait répondre aux mêmes contraintes qu’internet.

La présidente, étonnée par le discours de Sami Aldeeb, témoin de la défense qui marqua les esprits par ses propos décomplexés, lui a immédiatement demandé combien de fois il avait déjà été condamné par la justice. Quand il lui a répondu, avec son humour habituel « Jamais, madame la présidente, et pourtant, je dis et j’écris souvent des choses bien pires« , on a vu l’incrédulité de cette femme, devant une parole aussi libre. A signaler que notre président, Alain Jean-Mairet, qui, pourtant, est un combattant anti-islam historique, n’a jamais été traîné devant les tribunaux de son pays. Le regard du Suisse Sami Aldeeb sur la justice française et la Licra, à l’issue du procès, vaut le détour…

.

.

La conception du Parquet, sous une direction socialiste, et celle de la Licra, partagée par ses complices, nous mène vers une mondialisation de la répression dite antiraciste. Nous devons comprendre qu’en fait, ne seront visés que ceux qui s’opposent à l’invasion migratoire et à l’islamisation de leur pays.

Ce procès sera, d’autre part, un test capital pour l’avenir de Riposte Laïque. Si, comme nous l’espérons, la requête de Maître Haddad était admise par le Tribunal, c’est environ la moitié des seize procès intentés par nos ennemis qui se retrouveraient invalidés, ce qui nous ferait souffler. En effet, grâce à la générosité des 1200 donateurs qui ont répondu à notre appel, nous avons un peu plus d’oxygène, même si toute condamnation nouvelle nous met en difficulté. Par contre, si les seize plaintes étaient instruites, cela va être plus que difficile pour nous.

http://ripostelaique.com/ils-veulent-faire-taire-definitivement-riposte-laique-aidez-nous-a-continuer.html

L’objectif des racketteurs est donc double : ruiner les résistants français, et s’attaquer à ceux qui luttent à l’étranger contre le cancer islamique. A quand, avec ces fanatiques de l’Inquisition, Donald Trump, Geert Wilders, Oskar Freysinger, Tommy Robinson, Lutz Bachmann (Pegida), Robert Spencer, Brigitte Gabriel, Taslima Nasreen, Ayaan Hirsi Ali, Pamela Geller Boualem Sansal, Kamel Daoud, et tous ceux qui, dans le monde, critiquent l’islam, seront-ils appelés devant la 17e Chambre de Paris, puisque leurs textes sont accessibles aux Français.

Ri7Votations2009 2010

.

Mais aussi à quand, dans ce contexte de mondialisation de la répression, des procès dans plein de pays étrangers pour nos compatriotes qui, courageusement, osent dénoncer la réalité de l’islamisation de notre pays, et de l’Europe ?

On attend avec intérêt qu’un apostat égyptien soit traîné devant la 17e Chambre par la Licra pour avoir mis en ligne le texte d’un athée vietnamien anti-islam. Cela paraît énorme, mais c’est exactement ce qui est arrivé, ce mercredi 10 avril, à notre président suisse.

On remarque par ailleurs le côté très sélectif de leurs plaintes, puisque jamais ils n’ont traîné devant les tribunaux le moindre imam appelant à la haine des chrétiens, des juifs, des infidèles ou des homosexuels. Eux qui, par ailleurs, osent traîner un Suisse devant leurs tribunaux, n’ont jamais entamé la moindre action contre des prêches  venus d’Arabie saoudite ou de l’Etat islamique.

La caste (l’Etat socialiste, la justice du mur des cons, les politicards de tous bords, les intellectuels qui tiennent l’université et l’édition, les z’artistes, les journaleux) pouvait déjà amener qui elle veut devant les tribunaux, égorger financièrement ses victimes françaises sans aucun contrôle. Les collabos rêvent à présent d’internationaliser la répression judiciaire.

Cette nouvelle offensive des lèche-babouches de la Licra et de leurs complices, s’inscrit dans un contexte français et européens où les élites mondialisées sont en train de remplacer notre peuple, et de lui imposer une invasion musulmane génocidaire, pour reprendre la formule de Guillaume Faye.

http://www.gfaye.com/un-projet-de-genocide-des-peuples-europeens/

Elle intervient en pleine négociation sur le TAFTA, où toute idée de protectionnisme et de frontière doit disparaître, au nom de la libre concurrence et de la libre circulation de toutes les marchandises, sans aucune barrière douanière.

Les imposteurs de l’antiracisme sont donc des agents actifs de la disparition de toute culture française et européenne sur notre sol, et de son remplacement, à marche forcée, par des nouvelles populations porteuses d’une civilisation antagonique à la nôtre.

Ce sont des collabos, et nous sommes des résistants.

Plus que jamais, dans ce contexte, comme le disaient, ce jeudi, Béatrice Bourges et Jean-Yves Le Gallou, « Obéir, c’est trahir, désobéir, c’est servir ».

Nous faisons confiance à nos amis suisses, et à leur attachement viscéral à leur démocratie et à leur souveraineté, pour réagir vigoureusement, et interpeller l’Etat français sur cet abus judiciaire dont est victime un ressortissant helvétique.

Cela ne peut en rester là…

Cyrano

Article paru en premier sur RL


 

7 commentaires

  1. Posté par Caughnawaga le

    Ça me fait penser à un épisode de South Park, tout le monde contre tout le monde. On y vient. ;-)

  2. Posté par Antonio Giovanni le

    « ..à partir du moment où les sites internet étaient disponibles en France, ils tombaient sous le coup de la loi française.. » est-ce bien conforme au droit des gens, ce truc-là?
    Et si je dis je n’aime pas Hollande, ni Valls, ni Cazeneuve, suis-je en infraction relative à l’état d’urgence ?
    Serais-je condamné pour incitation à la haine ?
    Je regrette de ne pouvoir aimer tout le monde, en particulier ces trois-là, mais cela est dit sans haine, sans violence, en toute innocence démocratique dans un pays où « la liberté d’expression » n’est pas simplement un trace d’encre sur une page de code …. comme chez nos voisins républicains, mais une réalité pas encore enterrée par des commissaires de la pensée..

  3. Posté par Hans Bolomey le

    Faut renvoyer la justice Francaise devant les tribunaux Suisses.. :
    Art. 16 Libertés d’opinion et d’information
    1 La liberté d’opinion et la liberté d’information sont garanties.
    2 Toute personne a le droit de former, d’exprimer et de répandre librement son opinion.
    3 Toute personne a le droit de recevoir librement des informations, de se les procurer aux sources généralement accessibles et de les diffuser.

    Point barre !

  4. Posté par pierre frankenhauser le

    Si l’on suit le raisonnement – ou plutôt les délires – des Inquisitrices, si un blogueur ose critiquer le roi de la coupe de tif, Kim Jong Un, et que le blog en question est accessible en Corée du Nord, alors le blogueur est vachement mal barré. Il peut déjà faire ses prières.

  5. Posté par Tommy le

    Peut-on être condamné pour incitation à la haine à l’encontre de la droite?
    Ou pour déclaration de guerre contre l’Occident?
    Dans la vie, c’est plus sûr d’être comme tout le monde, comme dit Woody Allen…

  6. Posté par bigjames le

    Notre ministre de la justice va t il interférer dans cette affaire et mettre la pression sur la justice française ?
    J en doute.

  7. Posté par tt-le-monde-il-est-gentil le

    Ouvrir un front en Suisse pourrait certes être tres rentable pour ces islamo-collabos-suicidaires – vu la bonne santé économique du pays, il ont de quoi espérer des jolis butins, beaucoup plus juteux que dans la France exsangue…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (43'000 commentaires retenus sur plus de 400'000) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.