Berne et Zurich: Milices prêtes à patrouiller pour protéger les femmes

338-0302211950-media-WarYouDontSee

Les agressions sexuelles du Nouvel-An en Allemagne motivent des anges gardiens suisses à agir pour prévenir de tels débordements.

A Berne et à Zurich, des bénévoles sont recrutés via Facebook pour se constituer en milice. Dans la capitale fédérale, ce groupe s’intitule «Un pour tous, tous pour un, Berne veille au grain.» Il veut mettre en place une structure avant que des agressions soient enregistrées en recrutant des personnes spécialisées dans la sécurité, par exemple.

La police cantonale bernoise estime que ces groupes amènent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent.

Source

5 commentaires

  1. Posté par Jeferson le

    Le port d’arme est un droit, ancré dans la constitution. Les restrictions successives depuis les révisions de la loi sur les armes de 1999 et 2008 ont conduit les responsables cantonaux des bureaux des armes à des interprétations toujours plus strictes, jusqu’à instaurer une véritable clause du besoin. Ce qui n’est pas légal.
    Que chaque personne qui se sente concernée fasse le nécessaire. Il faut commencer par demander à titre personnel un permis de port d’arme auprès de ses autorités cantonales. Lorsque nous aurons la preuve d’un refus systématique, nous pourront attaquer en justice à l’échelon supérieur pour ce déni de droit.
    Chacun sait, suivant où il habite, combien de temps il faut pour qu’une patrouille de police puisse intervenir. C’est une première motivation suffisante pour demander un PPA.
    Renseignez-vous, tous est disponible en ligne, mettez „examen port d’armes suisse“ dans votre moteur de recherche.

    Les statistique du FBI indiquent qu’il suffit que 15% de la population soit armé en « port dissimulé » (CCW) pour que la criminalité diminue de moitié. S’ils ont une chance sur 7 de tomber sur un os, les criminels arrêtent de « jouer ». Il faut exiger que les honnêtes citoyens puissent s’armer.
    C’était le cas dans la plupart des cantons jusqu’en 1999 et ça ne posait pas le moindre problème. C’est au contraire les interdictions, l’attrait de l’interdit, et l’incapacité de la police à faire son travail quand les lois deviennent trop nombreuses, trop complexes et trop difficiles à mettre en œuvre qui créent les problèmes. Pour rappel la tuerie de Zoug a eu lieu en 2001, 2 ans après les premières restrictions censées nous apporter plus de sécurité.
    Les criminels utilisent des armes acquises illégalement. Aucune loi ne va les dissuader de le faire. La réponse est au niveau de la rue. Et le vent commence à tourner: (http://lesobservateurs.ch/2016/01/14/autrichiens-ont-spontanement-attaque-horde-de-refugies-afghans-commettait-agressions-vols/ )

    Il faut hélas commencer à se battre au niveau juridique pour obtenir que nous soit accordé le droit de nous défendre, ce droit confisqué il y a 17 ans. Communiquez. Utilisez les forums d’amateurs d’armes sur internet. Partagez les informations, informez des décisions des bureaux des armes cantonaux, il sera possible de se concerter pour défendre au mieux nos intérêts et nous structurer.

    J’espère vous retrouver nombreux, sur internet et dans les stands de tir. C’est là que ça se passe. Qu’on s’instruit. Et qu’on devient efficace.

  2. Posté par Marcassin le

    Le port d’arme pour sa défense personnelle est prohibé, l’UE nous l’interdit !
    Encore eux ? Ça commence à faire.

  3. Posté par white elefant le

    Vous ne voulez pas des « milices » (bizarre, dans un pays avec une armée de … milice)? Autorisez le port d’arme, comme avant 1999, à tous les citoyens honnêtes (c’est à dire ayant droit d’acheter une arme) en demandant un et ayant fait une formation de tir de défense. Les femmes se sentant en danger (les hommes aussi!) pourront ainsi se défendre ou venir efficacement en aide à d’autre citoyens en cas d’agression. Les agresseurs hésiteront de passer à l’acte si il y a une chance sur 10 ou 20 qu’un citoyen puisse se défendre efficacement, même seul contre plusieurs.

  4. Posté par Un observateur le

    La Suisse que j’ai connu dans ma jeunesse n’existe déjà plus. C’était un pays où je me sentais en totale sécurité . En me promenant dans toute les villes, je me sentais en Suisse et en Europe. Maintenant, la population a beaucoup changé avec l’arrivée massive d’immigrants d’Afrique noire, d’Asie, des pays Arabes etc…l’immense majorité de ces immigrants non éduqués, incapables de s’intégrer sont venus pour l’argent, les prestations sociales avec leur mode de vie tribal, ethnique, mentalités, religion, traditions moyennageux.
    Le malheur de la Suisse et de l’Europe , c’est le patronat et les politiques qui ne pensaient que sous l’angle « économie » pour disposer d’une abondante main d’oeuvre pas chère , docile sans penser aux conséquences sociales, sécuritaire, identitaire.
    Il ont sacrifié l’intérêt supérieur des peuples pour leur intérêt financier.
    Sans le réveil des populations, ce sera un désastre sans solution, un changement total de société Africanisée, Oriientalisée, communautarisée, islamisée …une bombe à retardement.
    C’est cela qui est en oeuvre, une fois que ces immigrants Africano-Arabo-Musulmans auront des papiers , feront le regroupement familial, se marieront uniquement avec les femmes du village, feront beaucoup d’enfants et commenceront à imposer leur religion, mode de vie, etc…
    Il sera trop tard…il suffit de regarder les banlieues Françaises…des quartiers , des villes entières ethnicisées , colonisées…par un Français n’est resté . On a plus besoin d’aller en Afrique…on y est autour de Paris , Marseille etc…et comme prime plus d’un millions d’enfants issus de la polygamie d’Afrique noire (voir Mme Badinter, épouse du ministre Badinter)

  5. Posté par Myrisa Jones le

    Facile de critiquer les réactions de la population! Ils ont des craintes que cela dérape, et bien il fallait peut-être y penser avant!
    Nous comprenons que la situation va empirer ces prochaines années, lorsque sidérés, nous lisons dans les médias, un président de la Confédération fraîchement nommé, annoncer sans aucune conscience du raz-le-bol populaire, qu’il faut en quelque sorte donner priorité aux intérêts de l’UE. Cela ne présage rien de bon pour la suite.

    Nous, nous savons que depuis l’acceptation de Schengen, et la libre circulation de nombreux voyous migrants, de passage sur le territoire ou installés, la criminalité et l’insécurité a profondément changé le vivre-ensemble pacifique que la Suisse connaissait.

    Nous savons également – et il serait temps d’arrêter de nous prendre pour des idiots primaires et racistes- que la plupart des gens qui s’installent dans notre pays sont respectueux de notre manière de vivre, l’appréciant pour eux-mêmes comme un bien précieux.
    Mais nous savons aussi qu’il suffit d’une proportion plus ou moins élevée de personnes mal intentionnées et mal éduquées, avides et rustres, pour que la paix sociale que nous connaissons encore, bascule vers un état chaotique type banlieues françaises ou Cologne, pour ne citer que ces exemples.

    Nous savons aussi que les conquêtes de territoires se sont toujours réalisées soit par la guerre, soit par le remplacement progressif des populations autochtones.
    Alors face à cette immigration de masse, par une population de mâles musulmans rétrogrades, qui nous est désormais imposée par l’UE, et nos « représentants » politiques, ne se préoccupant que du chantage économique et des sanctions possibles, il faut bien que les citoyens se regroupent pour se protéger et faire acte de vigilance.
    Les autorités politiques ainsi que les autorités judiciaires, et la police, doivent se garder de trop critiquer ou condamner les populations qui ne veulent plus se laisser envahir et agresser en toute impunité, car le vent de l’histoire ne souffle pas dans leur direction.

    Quant aux femmes, malheureusement, vous allez devoir apprendre à vous battre physiquement, mais aussi politiquement.
    Afin que la liberté de vivre dans l’espace public, durement acquise par vos mères ou grand-mères, ne vous soit pas retirée à la faveur de l’instauration sournoise du fait accompli.
    Car subir continuellement, dans le meilleur des cas les regards concupiscents et du harcèlement verbal vulgaire et dans le pire des cas des agressions avec vol, attouchements ou viols, si vous n’êtes pas dans vos maisons après le coucher du soleil, n’est-ce pas être mis devant le fait accompli?
    Les agressions sexuelles ont toujours existé dans notre société, mais jamais dans des proportions pareilles et de la part d’un groupe conséquent de personnes venus d’une autre culture, demandant la protection de l’asile ou à la recherche de travail et d’une vie meilleure.

    Alors, de grâce, arrêtez de voter pour ceux et celles qui ne veulent regarder que les aspects économiques de cette immigration de masse forcée, en niant totalement les aspects négatifs, bien plus nombreux pour nous tous à très court terme.
    Ils sont dans une bulle, dans les bonnes professions et les bons quartiers, rarement touché dans leur vie et pas prêts de reconnaître publiquement qu’ils se sont trompés.
    Il n’y a qu’à écouter les vociférations hebdomadaires d’un Levrat – faut bien occuper le terrain…- pour se rendre compte que leur dogme est au-dessus de l’intérêt de la population et qu’ils feront tout pour qu’il s’impose.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.