Mieux protéger les victimes – expulser enfin les étrangers criminels

initiative-criminels-etrangers

adrian-amstutz1

 

 

Par Adrian Amstutz, conseiller national,
président du groupe, Sigriswil (BE)

 

La discussion en cours sur l'initiative de mise en œuvre pour le renvoi effectif des étrangers criminels se perd dans les brumes intellectuelles et n'a plus aucun rapport avec la réalité. On assiste même à des digressions philosophiques sur la question de savoir si les personnes n'ayant pas de passeport suisse sont effectivement des étrangers et s'il faut agir aussi durement que l'exige l'initiative à l'égard des "personnes concernées". Par "personnes concernées", on n'entend toutefois pas les femmes et jeunes filles violées, les familles des personnes assassinées, les adolescents tabassés ou les habitants de logements cambriolés, non, on songe complaisamment aux violeurs, aux assassins, aux casseurs brutaux et aux cambrioleurs en série. Il est pourtant logique que ces délinquants soient contraints, s'ils sont étrangers, de quitter la Suisse après avoir purgé leur peine et qu'ils rentrent dans leur pays d'origine. C'est exactement ce que vise – et rien d'autre – l'initiative de mise en œuvre.

Alors que la proportion d'étrangers dans la population suisse est de 24%, 57,7 des homicides, 61,3% des viols et 73% des cambriolages doivent être mis sur le compte de criminels étrangers. Conséquence: 73% de la population carcérale sont d'origine étrangère et coûtent quelque 730 millions de francs aux contribuables suisses. Et c'est sans compter les coûts, la douleur et la peur des victimes et de leurs proches. Les adversaires de l'initiative de mise en œuvre refusent obstinément de parler de cet aspect. L'énergie que la classe politique dépense pour défendre les étrangers criminels est proprement incroyable. Même des personnalités du monde économique argumentent que l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE doit aussi protéger les criminels étrangers contre un renvoi. Est-il donc si pénible de devoir vivre dans un pays de l'UE?

Issus des milieux de la politique, des sciences et de l'économie, les auteurs de ces théories aberrantes ont perdu tout contact avec la réalité. Leurs déclarations sont une gifle aux visages des victimes. On ne cesse de radoter de droits de l'homme. Quels droits humanitaires méritent donc plus d'être protégés, ceux des violeurs et des assassins ou ceux des victimes et de leurs proches? Ou les droits d'un récidiviste admis à rester en Suisse pèsent-ils plus lourd que ceux de sa deuxième, voire de sa troisième victime?

Discussions insupportables sur la deuxième génération
L'objectif de l'initiative de mise en œuvre est clair: les étrangers condamnés pour un crime grave clairement défini – homicide, viol, etc. – doivent être expulsés après avoir purgé leur peine. Le renvoi est également obligatoire pour les récidivistes coupables de délits comme des lésions corporelles simples, cambriolages avec dommages à la propriété et d'autres délits qui portent gravement atteinte à l'ordre et à la sécurité publics. Les étrangers nés en Suisse doivent eux aussi respecter les lois du pays. La majorité d'entre eux le fait d'ailleurs parfaitement. En revanche, les étrangers tombant dans la criminalité n'ont pas leur place en Suisse et doivent rentrer dans leur pays. Nous avons bien assez à faire avec les Suisses criminels que nous ne pouvons expulser à nulle part.

Le droit actuel permet déjà de révoquer le permis d'établissement de personnes nées en Suisse, mais n'ayant pas la nationalité suisse, la dite deuxième génération, si elles ont commis des délits graves. Ce débat sur la deuxième génération a déjà été mené en 2010 durant la campagne de votation concernant l'initiative sur le renvoi. Le peuple et les cantons ont approuvé cette initiative en parfaite connaissance de cause. Et voilà que les adversaires du renvoi d'étrangers criminels remettent le même disque. Il faudra donc rappeler une fois de plus que cette initiative ne concerne pas les étrangers honnêtes de la deuxième génération – qui peuvent d'ailleurs facilement se faire naturaliser s'ils le souhaitent. Il s'agit uniquement de criminels étrangers pour lesquels les étrangers de la deuxième génération n'ont en règle générale aucune sympathie.

Il ne s'agit pas de délits mineurs
L'initiative de mise en œuvre est parfaitement ciblée. Aucun étranger ne sera expulsé pour des délits mineurs – nonobstant les mensonges systématiquement et consciemment propagés comme en 2010 par les adversaires de l'initiative. Cette initiative ne vise que les délits extrêmement graves dont les auteurs doivent être expulsés de Suisse immédiatement après avoir purgé leur peine ainsi que les récidivistes coupables d'actes pénaux qui ne constituent en aucun cas des délits mineurs. Il suffit de lire la liste des délits pour s'en convaincre. Une condamnation pour perception abusive de prestations sociales repose elle aussi sur des intentions malhonnêtes et délictueuses. Il est parfaitement juste qu'un individu qui escroque volontairement nos institutions sociales au détriment de personnes réellement nécessiteuses soit contraint de quitter le pays. En revanche, ni une négligence, ni un hasard, ni une situation de détresse ne pourront conduire à une expulsion. Rappelons également à ce sujet que le travail de nombreux juges pénaux consiste aujourd'hui essentiellement à condamner des récidivistes multiples. Il en résulte des coûts exorbitants non seulement pour l'appareil judiciaire, mais aussi pour les prisons et lesdites institutions thérapeutiques pour délinquants.

Celles et ceux qui donnent la priorité à la protection des victimes par rapport à celle des malfaiteurs, qui exigent plus de sécurité et une baisse des coûts, déposeront donc dans l'urne un OUI convaincu à l'initiative de mise en œuvre pour le renvoi effectif des étrangers criminels. 

Adrian Amstutz

14 commentaires

  1. Posté par Dominique Schwander le

    J’aime beaucoup Adrian Amstutz, un conseiller national à l’écoute des citoyens et qui nous encourage à réfléchir avant de voter. Les angéliques et les islamo-collabo-gauchistes qui non seulement militent pour accueillir en Suisse des voyous, cela à grand frais pour les contribuables, mais de plus ne veulent pas qu’ont les expulsent ont, eux, une case de moins dans leur cervelle.

  2. Posté par Jeff le

    Il y a les immigrants qui font l’effort de s’intégrer, travaillent, progressent de génération en génération dans l’échelle sociale de notre pays et respectent ses lois. Ils sont bienvenus chez nous, bientôt ils seront Suisses et c’est bien. C’étaient nos parents, grands-parents, arrière grands-parents. Puis il y a les autres immigrants, ceux dont notre pays peut et doit se passer… Notre pays ne doit pas devenir un refuge pour les délinquants et les violeurs du monde entier, comme la Suède. Alors, OUI à l’initiative de mise en oeuvre !

  3. Posté par Chrigu le

    Si la même énergie et quantité d’argent mise pour faire venir des « chances pour la Suisse » qui « paieront nos retraites » était mise pour une véritable politique familiale, reléguant aux oubliettes le fait qu’avoir des enfants dans notre pays est un véritable luxe, l’avenir et la descendance de celui-ci serait facilement assuré. Le prix que nous coûte chacune de ces « chances » qui ne lèvent pas le petit doigt, souvent illettrés et finissant en prison, financerait aisément un salaire pour la maman désireuse de rester au foyer pour bien élever ses 2 ou 3 enfants qui ne seraient plus un rêve faute de moyens.

  4. Posté par Jean-Paul Costantini le

    Rien ne justifie l’hébergement de délinquants dans notre pays. Bien sûr qu’il faut les expulser et ceci définitivement.

  5. Posté par Boulat Michel le

    est il besoin de réfléchir et de se masturber les méninges pour savoir s’il faut renvoyer les immigrés délinquants clandestins ou non ?!!! Il faudrait pour commencer arrêter définitivement et totalement l’immigration et arrêter de les prendre intégralement en charge ; c’est une honte que je considère en France comme acte de racisme anti blanc . 8 millions de Français vivent au dessous du seuil de pauvreté . Les politiques responsables devraient être traduit en justice , c’est du sabotage .

  6. Posté par HUGUEL le

    Bravo Mesdames et messieurs les Suisses. Aucune de nos soi-disant élites en France n’osera
    prendre une telle décision compte tenu qu’eux dans leurs tours d’ivoire et dans les beaux quartiers ne risquent rien donc ils se moquent totalement des malheurs du peuple dont ils ont la charge.Que le vent de l’Histoire les balaye à jamais.

  7. Posté par sors le

    tout a fait d accord il faut expulser ces gens la et avoir plus de controles aux fontieres
    et aussi faire payer les detenus, pas de tv pour eux sauf des dessins animes comme dans certaines prisons americaines!

  8. Posté par Margo le

    La sécurité de la société civile et des honnêtes citoyens doit passer avant le confort et le bien-être de ces parasites qui en plus d’être entretenus par le peuple sèment délinquance et violences dans les pays où ils s’imposent ! Courtoisie qui ne vient que d’un côté ne saurait longtemps durer. BASTA LA RACAILLE !

  9. Posté par pierre frankenhauser le

    Il faut les expulser à vie, sans possibilité de retour. Plutôt que purger leur peine dans nos coûteuseset confortables prisons 3*, payons le pays d’origine afin que la peine y soit purgée là-bas. On ferait des économies et la racaille sortirait de sa zone de confort.

  10. Posté par Rikiki le

    Il est bien clair que beaucoup voteront dans le bon sens. Petit soucis tout de même lorsque l’on sait que ces étrangers criminels ramenés dans leur pays sont souvent plus rapidement de retour que leurs accompagnants, quelquefois même dans le même avion.

  11. Posté par laurent le

    Je ne suis pas suisse mais de telles mesures m’apparaissent pertinentes.

  12. Posté par S. Dumont le

    Merci pour ce compte rendu et je voterai en conséquence, bien évidemment! Cependant, il est regrettable de les expulser qu’après avoir purgé leur peine et non pas directement après leur procès, cela éviterait des frais aux contribuables et si en plus, ils suivent des cours d’équitation et de boxe pendant leur incarcération (deuxième degrés….). Pour le comité albanais, suffit de lire les noms et les partis auxquels ils appartiennent, pour en tirer le conclusions qui s’imposent!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.