Mise à jour augmentée, 22.10.2015. Eclairage UW – Elections nationales suisses: « droitisation » ou faillite de l’état d’esprit socialiste et bien pensant ?– 19.10.2015

Uli Windisch
Rédacteur en chef
EclUW-448x293

NDLR. Rediffusion avec introduction-explication et mise à jour, à la demande de médias internationaux.

Mise à jour. 22.10.2015.

Depuis des années la gauche et les bien-pensants n’ont pas manqué d’imagination pour alimenter leur véritable haine quotidienne de l’UDC. Mais cette  haine de l’UDC en dit plus sur ceux qui la crient, comme des possédés, que sur les Suisses qui votent UDC.

Cette haine en dit aussi beaucoup sur l’état d’esprit politique réel de la très grande  majorité de la population.

Ces patriotes qui votent UDC seraient, selon l’antienne bien connue : populistes, égoïstes, repliés sur leur réduit national comme des hérissons, fermés sur l’étranger, etc.

En réalité, jamais le fossé n’a été aussi profond entre les autorités, les élites et les médias bien-pensants d’un côté et la très grande majorité de la population de l’autre. En Suisse, ce fossé est en plus prouvé empiriquement et statistiquement lors de nombreuses votations populaires.

Au lieu de condamner, de vilipender, de mépriser et maintenant de vouloir museler ce peuple en cherchant à limiter les droits populaires, cette minorité  hors sol qui n’aime pas la Suisse telle qu’elle est (persistance du fameux antisuissisme primaire, de l’autoflagellation et autre autoculpabilisation) devrait plutôt écouter ce peuple honni quand  « il vote mal », soit autrement, par exemple, que ceux qui sont prêts à se soumettre, même par anticipation, à l’UE.

Ces élections sont en réalité un puissant révélateur, général et profond, d’un grand nombre de réalités sociales, culturelles, anthropologiques et politiques enfouies, sous-jacentes, et qui apparaissent à l’occasion de ce grand catalyseur que constituent des élections générales. Nous analyserons cela de manière ininterrompue.

 

Aperçu : la Suisse, avec 25% d’étrangers, n’est nullement xénophobe, raciste, demeurée, refermée sur elle-même. On peut être à la fois patriote, attachée à la souveraineté et aux frontières, être contre l’UE, ce « machin » de plus en plus autoritaire et coupé des peuples, tout ce que la Suisse n’est pas,  et être très ouvert à l’international. Trop compliqué pour des esprits à la fois prétentieux et étroits d’esprit ?

Quant écoutera-t-on véritablement ce peuple qui gronde et bouillonnne comme jamais  et à juste titre ? Les Suisses, UDC compris, sont des gens pacifiques, profondément démocrates, attachés viscéralement à la démocratie directe et surtout ils veulent « Rester libres » : le slogan de l’UDC qui a fait mouche.

Les médias battent le record de la haine de l’UDC. Que feraient-ils sans elle, puisqu’ils en parlent tous les jours. Sans essayer de comprendre, simplement la condamnation et la morgue.

Mais l’effet boomerang est enfin là : il se révèle aussi dans les médias avec cette extraordinaire victoire de la Réinformation, totalement imprévue par les médias dominants, soit le triomphe du  rédacteur en chef  d’un nouvel hebdomadaire ( Die Weltwoche) de droite, libéral mais aussi très ouvert avec un fort accent culturel, dans le canton phare de la Suisse : Zurich. Entré en politique il n’y a que quelques mois, ce journaliste arrive en tête devant tous les autres candidats et obtient un score suisse historique et siègera donc au Parlement en tant que mieux élu !  Alors que ce journaliste et son journal sont vilipendés et diabolisés depuis des années par les médias bien-pensants chez qui le vernis idéologique tient lieu de culture. Les élus UDC, 65 conseillers nationaux, soit près du tiers du Parlement, représentent le pendant politique de cette victoire de la Réinformation.

Uli Windisch, 22 octobre 2015

Ecouter l'Eclairage :

 

 

propos recueillis le 19 octobre 2015

14 commentaires

  1. Posté par Pierre H. le

    J’ai oublié un point important dans mon commentaire ci-dessous. Il n’y a pas une vraie grande ville en Suisse et l’on y retrouve toujours l’esprit de village. Je prends pour exemple Fribourg. Les votants de Fribourg, ne votent pas pour l’intérêt de Fribourg ou du pays. Ils ne votent même pas pour un parti, mais pour un copain. Ils élisent le copain, parce qu’ils boivent des verres avec ou parce qu’ils ont des intérêts personnels. C’est pourquoi ici, c’est souvent PS/PDC… Quelle politique fait le copain ? On s’en fout, on aime son copain et l’on veut qu’il soit élu parce que c’est notre copain. Point final. Il y a aussi le problème de beaucoup de gens qui sont complètement à la « masse ». Expression pas très orthodoxe mais qui décrit si bien la chose. Ils vivent dans un monde différent et soit ils votent PS, soit ils ne votent pas du tout. Il y a eu une émission en rapport avec les élections, avant les élections, et le présentateur était à Bulle, dans le canton de Fribourg. Il a montré à au moins 10 personnes au hasard dans une foire la photo de E. Widmer-Schlumpf en demandant s’ils savaient qui c’était. Un seul a dit qu’il semblait l’avoir déjà vue à quelque part. Tous les autres, niet ! Quand le présentateur a dit que c’était une politicienne, les gens ont répondu que la politique ne les intéressait pas et que de toute façon, ils ne votaient pas.

    Est-il encore besoin d’ajouter quelque chose ?

  2. Posté par Pierre H. le

    Monsieur Windisch, brillant comme d’habitude…

    Les problèmes :

    – La Suisse est un pays très spécial et pas uni. Un peu comme 4 cultures différentes qui vivent ensembles et qui se tolèrent mais qui sont loin de faire une union

    – En Suisse, le patriotisme est ringard ! Et ça depuis très très longtemps. En fait, environ depuis mai 68

    – Le Suisse n’aime pas le Suisse. Combien de fois, depuis des décennies, j’entends des Suisses dire qu’ils vont en vacances pas pour rencontrer d’autres Suisses et qu’ils vont là où ils sont sûrs qu’il n’y en a pas. Le Suisse n’a pas l’esprit de communauté et il fuit le Suisse contrairement à l’Allemand, l’Italien, l’Espagnol, etc.

    – Le 3ème âge suisse lisait les journaux dans les années 50 ou 60. Les journaux mentaient déjà, mais beaucoup beaucoup moins qu’aujourd’hui où le mensonge est la règle. Etant restés toujours fidèles aux journaux et donc habitués, ils n’ont pas vu l’évolution en mal que sont devenus ces torchons aujourd’hui et ils croient toujours aux nouvelles des journaux en disant pourquoi mentiraient-ils ? Ce sont toujours les nouvelles officielles, comme à la TV.

    – Le Suisse ne soutient ni sa culture, ringarde (par exemple, nourriture, un kebab est plus exotique qu’une fondue ou que des röstis), ni ses artistes (les artistes étrangers sont tellement plus talentueux et nul n’est prophète dans son pays). Une des seules choses qui pourrait un peu souder les Suisses, c’est le sport…

    @Un Observateur
    Merci pour votre témoignage !

  3. Posté par Bussy le

    A Burnand.
    Je crois que vous êtes pessimiste concernant les jeunes. Comme le dit M. Windisch, une majorité de jeunes votent UDC plutôt que socialiste, parce qu’ils tiennent à conserver une Suisse vivable tout simplement, et sont certainement mieux informés et moins manipulables que le sont les générations plus âgées.
    Et comme beaucoup s’abstiennent malheureusement de voter, on peut imaginer ce que ça donnera quand, un peu plus âgé, ils vont le faire !
    A moi en tous cas, les jeunes me paraissent très lucides, peu sensibles à la bienpensance béate et suicidaire de certains !
    Ils me paraissent aussi plus durs dans leur rapport aux autres, parce que plus individualistes, donc ils refuseront d’entretenir des armées de pompeurs d’allocations importés massivement…. à moins qu’ils arrivent aux commandes trop tard, que l’Europe ait sombré avant !

  4. Posté par Burnand le

    L’esprit bien pensant est distillé déjà à l’école car de très nombreux enseignants sont gauchistes, donc depuis tout petits les enfants apprennent à penser CONTRE LEUR PROPRE INTERET. Il va sans dire qu’ils ne seront jamais des patriotes, bien au contraire, ils vont brader notre pays.

  5. Posté par Burnand le

    Les socialistes donnent de plus en plus l’impression d’être soit de grands naïfs ou de vouloir simplement plaire à leur électorat. Et il n’est pas question de peur chez les citoyens mais de simple bon sens qui fait que chacun constate qu’avec 25% d’étrangers (beaucoup plus en réalité) et l’afflux de réfugiés qui non seulement ne veulent plus retourner chez eux, mais bien au contraire font venir les familles, il faut dire STOP . Les français se disent « envahis » alors qu’ils ont 11% d’étrangers et nous 25% (sans les clandestins et les réfugiés). Donc nous sommes le pays le plus ouvert et accueillant d’Europe mais l’UE en veut toujours plus, elle qui nous refile tous ses chômeurs.

  6. Posté par Alain le

    Merci M. Windisch
    En effet Mme Calmy Rey « trônait » au TJ du 19 octobre avec toujours les mêmes arguments de gauche de la Suisse qui doit rester ouverte etc. etc.

  7. Posté par Christian Hofer le

    « Les socialistes ont un surpoids politique, administratif et médiatique très important »

    Et le problème c’est que cela n’est pas visible pour le simple péquin au niveau de l’administration. Il faudrait faire une analyse globale, en faire un livre.

    Cela me rappelle aussi le système communiste où les bolcheviks, pourtant minoritaires, gouvernaient. Tout est effectué en sous-marin, cloisonné, soigneusement gardé et la population pense encore qu’elle peut avoir un quelconque choix.

    La redevance devenue obligatoire est une très grande victoire pour la gauche. Ils ont réussi à faire payer automatiquement le simple citoyen pour un appareil au service de l’idéologie de gauche.

  8. Posté par François Etienne le

    Faillite de l’Etat socialiste, cela est sûr ! Il suffit de constater.

  9. Posté par Un observateur le

    Merci Mr Windisch pour cette analyse qui éclaire sur les réalités que les biens pensants de gauche ignorent. Bien qu’ils soient très majoritaires dans les médias, les citoyens commencent à comprendre qu’ils nous vendent en réalité une soupe toxique .
    Je vis entre la Suisse et la France , mais avant , j’ai passé 22 ans en Afrique et au moyen Orient. Cela laisse deviner que je connais l’Islam, la langue , les mentalités, les frustrations , les rêves et les désastres de ces migrants tellement j’ai baigné dans leur culture.
    Mon témoignage est simple . Je ne comprends pas les socialistes, les verts, les écolos, les gauchos, les humanistes angéliques et même quelques autres partis politiques Suisses qui pensent que les migrants sont une chance pour l’Europe… connaissant les pays de provenance de ces migrants ( langue, culture, identité, religion, mode de vie, polygamie, traditions et croyances médiévales, conflits ethniques, religieux, tribalisme etc…) depuis 22 ans, sans rentrer dans les détails, les analyses et explications, il est clair , que c’est une bombe à retardement. Cela n’a rien à avoir avec les migrations précédentes ( Italiens, Espagnol, Polonais etc…,)
    Ce qui fait peur, c’est les problèmes dévastateurs et irréversibles qui changeront rapidement le visage de l’Europe . Deux dangers : l’Islam politique, radical et le problème démographique explosif qui change vite la population, vu que les Européens ont un taux de natalité très faible. Coté Musulman, c’est le communautarisme culturel et religieux qui interdit le vivre ensemble et aboutit à la violence Coté Afrique noire, c’est aussi le communautarisme plus la polygamie, l’excision, conflits ethnique et racisme qui aboutit à une violence extrême , avec une démographie explosive qui génère comme en France des situations ingérables ( 800.000 enfants issus de la polygamie) avec des conséquences graves ( violence, criminalité etc..)
    Ces migrants, de par leur inadaptation, leur culture, leurs histoire, leur religion, leur analphabétisme et ignorance ( contrairement à ce que nous vendent les médias comme si dans ces pays misérables il existait un système d’éducation et de formation merveilleux) représentent un problème insurmontable et donc un grave péril pour l’Europe, sa sécurité, son identité, sa culture, sa population et même son âme.

  10. Posté par silvanaC le

    Jouissif!!!!! :D

  11. Posté par blum le

    La victoire de l’UDC que vous analysez là, Monsieur, montre clairement l’impact que peut avoir, sur des esprits encore doués d’un certain discernement, l’entreprise de réinformation que vous avez menée, sans faiblir.
    Cela ne fera pas tomber d’un coup la chape de bien-pensance qui garde de puissants relais; mais , pour le coup, les Suisses, et nous aussi, en France, nous CONSTATONS QUE LE CHANGEMENT, le VRAI changement est possible.
    Merci pour l’exemple que vous nous donnez.

  12. Posté par François le

    Merci Monsieur Windisch de si bien défendre le peuple en portant haut et fort les arguments qui contrent les discours pernicieux et culpabilisants assénés à longueur de journée par les médias et les politiques de la bien-pensance.

  13. Posté par yayaya le

    Tout simplement excellent.

  14. Posté par Dufour R. le

    Monsieur Windisch, je vous remercie de cette excellente analyse. A ma connaissance, les socialistes sont également surreprésentés dans la plupart des administrations cantonales et dans les villes de grande et moyenne importance. Je suis toujours étonné, depuis plusieurs années, de la création de nombreux postes de fonctionnaires (postes de cadres bien rémunérés évidemment) liés aux prestations sociales dans les départements et dicastères tenus par des socialistes, même lorsque les gouvernements sont à majorité de droite ou centre-droite. Il y a une sorte de cooptation dans ces administrations « socialistes », apparemment sans contrôle des parlements !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.