Homosexualité : le grand tabou. Le moindre questionnement est «homophobe»

Uli Windisch
Rédacteur en chef
homosexualité symboles

Tollé général, scandale absolu : l’évêque de Sion Jean-Marie Lovey a osé assimiler l’homosexualité à une malade psychologique !

Personne ne s’étonne du fait que l’homosexualité, les homosexuels  ne peuvent faire l’objet du moindre questionnement ; plus grave, de la moindre  critique, sous peine d’être assimilé immédiatement, sans condition, à l’homophobie, bientôt condamnable.

Cela est également le résultat d’un lobbying absolument incroyable, général, omniprésent, constant et permanent et qui a atteint une ampleur qu’aucun autre groupe minoritaire n’a réussi à obtenir.

C’est aussi un exemple du changement de statut complet d’un groupe minoritaire au cours des  dernières décennies. Pendant très longtemps les homosexuels se cachaient, devaient se cacher et étaient très clairement stigmatisés et rejetés avec tout ce que cela représente comme souffrance, vexation et exclusion.

Le changement dans la représentation de l’homosexualité correspond à une véritable révolution copernicienne. Au niveau parlementaire, certains politiques, sans être nécessairement homosexuels, militent même pour que l’homophobie soit mise sur le même pied que le racisme. Tous les jours on nous donne en exemple des hommes et femmes homosexuels en vue  et l’on encourage et donne en exemple leur coming out, allant jusqu’à stigmatiser  et dénigrer ceux qui refusent de le faire. Il y adonc bien un retournement complet.

Est-il vraiment toujours à l’avantage  des homosexuels ? A trop en faire ne risque-t-on pas de créer une lassitude énervée, voire de faire contre-effet ?

Cette simple question est certainement déjà de trop et considérée comme homophobe par les militants qui ne voient plus que leur propre situation, situation qui est donc totalement différente, en tout cas dans nos pays où l’on ne torture pas, ne tue pas et ne jette pas les homosexuels du haut des immeubles.

Ici, l’homosexualité devient même la première dimension de la personne humaine. C’est elle qui est mise en avant, indépendamment des autres dimensions et compétences.

Pour ma part, je comprends et admet tout à fait la réalité de l’homosexualité mais voudrais montrer à partir de deux exemples concrets vécus personnellement une dimension que je ne  puis accepter de la part de certains homosexuels et qui est bel et bien une réalité, une réalité tue, mais à dénoncer avec la plus ferme énergie et détermination.

Je vais parler de deux de mes expériences personnelles qui m’ont profondément marqué. Elles sont un exemple de ce à quoi peut conduire l’homosexualité, lorsque certains homosexuels veulent utiliser, abuser et initier à leur forme de sexualité des jeunes qui ne sont en rien susceptibles d’être ou de devenir homosexuels.

Pour certains, je dis bien certains,  homosexuels il n’y a rien de plus attirant et excitant que des jeunes garçons, et de chercher à en abuser, quitte à détruire leur avenir affectif, et même leur vie entière.

On connaît déjà largement les homosexuels de nos sociétés qui profitent de la misère des enfants et des jeunes de pays pauvres pour les corrompre au moyen de l’argent, sans égard aucun pour leur devenir. Certains sont même des habitués de ces voyages et s’en vantent en en décrivant les « délices ».

Ces crimes sont heureusement de plus en plus punis par les pays où cela se passe.

Mais il existe un phénomène semblable dans nos pays, soit donc une attirance malsaine et perverse pour les jeunes garçons qui ne sont donc en rien homosexuels.

Rester dans l’abstrait ne suffit pas, autant faire appel à sa propre expérience.

Première expérience vers 13 ans. Pour gagner un peu d’argent et m’acheter un vélo, je faisais des travaux de jardinage rémunérés dans un hôtel à Montana. Les balcons des chambres des clients se situaient juste au dessus du jardin. L’un des clients, aujourd’hui on dirait efféminé, venait régulièrement sur le balcon, tout nu et posait, en le manipulant, son membre bien en évidence sur la barrière du balcon, visible que de l’extérieur, et me faisait des signes m’invitant à me rapprocher. Je ne répondais pas ou faisais signe que je devais travailler mais j’étais néanmoins très choqué. Je n’osais en parler à personne de peur de perdre mon petit travail qui allait me permettre d’acquérir l’objet rêvé, un vélo. Voyant mon refus, les jours suivants, toujours dans le même état, il agitait des plaques de chocolat en me faisant signe de venir les chercher. A la suite d’un nouveau refus, les jours suivants il m’en lança par dessus la barrière, en me demandant à quelle heure je quittais le travail. Je répondis vaguement mais faussement. Mais quelques jours plus tard je l’ai trouvé sur mon chemin ; il avait dû m’épier auparavant car je changeais systématiquement de parcours. Il était là derrière un arbre à quelques mètres de moi. J’étais paniqué et couru en direction de personnes se promenant non loin.

C’en était trop, le lendemain j’en ai parlé aux employés de l’hôtel, je n’osais en parler à la patronne, de peur d’être renvoyé. Ce qu’ils ont fait, je ne le sais pas mais le manège a cessé.

Si j’en parle aujourd’hui, c’est bien que cette expérience m’a profondément marqué.

Je ne suis pas béat d’admiration devant tous les homosexuels tout en admettant cette réalité mais avec une exigence forte de discernement ! Et surtout qu’ils restent entre eux.

Je ne pense pas qu’il y a beaucoup d’hétérosexuels qui cherchent à séduire des homosexuels pour tenter de les amener à leur sexualité !

Voilà une première illustration de ce que je combats et qui est à mon avis criminel : vouloir pervertir des jeunes pour son bon plaisir, quitte à détruire des vies saines pour toujours. Faut-il souligner que cela existe toujours ? Evidemment, aussi dans nos propres sociétés ! Et cet homosexuel-là n’était pas un curé !

Deuxième exemple (il n’y en a pas trente six !). Entre 16 et 19 ans j’ai fait des milliers de kilomètres en auto-stop, dont une grande partie de  l’Afrique du Nord ( je serais mort d’angoisse si mes enfants faisaient cela aujourd’hui). L’auto-stop marchait encore bien,  même très bien. Hélas aujourd’hui les automobilistes ont peur, souvent à juste titre.

En remontant l’Italie, venant de Tunisie, une voiture avec deux hommes à bord nous prend avec mon compagnon de route pour une longue distance. Mon compagnon est devenu un journaliste célèbre.

Je remarque assez vite que les deux hommes sont homosexuels et parlent de nous en se demandant qui prendra lequel de nous deux, cela en italien, de manière très indirecte, à peine perceptible. Mon ami à qui j’en fais part discrètement ne veut pas me croire et trouve que je suis très injuste envers ces deux hommes si gentils. Je lui laisse le temps de réaliser.

Arrivé à Florence, ils nous invitent très généreusement au restaurant, cela faisait deux mois que nous n’avions pas fait de vrais repas, et nous proposent ensuite de nous loger. Je répète mes propos à mon ami qui me trouve toujours aussi injuste. Finalement, je dis au plus âgé des deux que nous ne sommes pas homosexuels. Réponse : aucun problème nous sommes un couple fidèle et ne cherchons rien d’autre : à vous de décider.

Nous acceptons et allons chez. Ils nous offrent une boisson ; méfiant je vais furtivement observer la préparation en cours et remarque que le préparateur met quelque chose dans nos tasses ! J’invite mon ami à ne pas y toucher, ce qu’il finit par accepter. Le temps d’échanger les tasses !

Nous avons chacun notre chambre et notre lit. Mais à peine couché, le manège commence, celui qui était « prévu » pour moi vient vers mon lit et veut enclencher diverses manoeuvres. Opposition totale et je répète que c’est inutile. Et ça dure. Finalement, après d’infinies et vaines tentatives, tout le monde se couche et je fais semblant de dormir.

Toujours méfiant, je fais un petit test de la serrure de la porte (car j’ai bien l’intention de fuir au plus vite) et je constate qu’il y a au moins trois serrures et impossible d’en ouvrir une seule. Très Etrange !  Là c’est la panique et mon ami comprend enfin et enfile un deuxième pantalon !

Ce sont les deux homosexuels qui s’endorment et je propose la fuite le plus rapidement possible. Mais je mets plus de vingt minutes à défaire les serrures. En cherchant à ne pas faire de bruit.

J’arrête là cette narration, en me souvenant que j’ai eu de la chance d’échapper à ces  homosexuels-là, en me rappelant qu’il y a bien des jeunes qui n’ont pas échappé à de telles situations, qui ont été pervertis et dont la vie a été détruite par de tels homosexuels criminels.

Oui j’ai eu de la chance d’échapper à cet enfer et je me mets  à la place de ceux qui en sont encore victimes et espère que l’on parle davantage de ce genre de phénomènes ( plutôt que des études de genre dès 4-5 ans) et que l’on  réagisse avec autant de fermeté qu’à propos de tant d’autres injustices, inégalités, etc.

Pourquoi ne dénonce-t-on pas davantage de tels crimes ?

L’homosexualité est une réalité, je l’admets, je le répète,  mais il faut oser évoquer toutes ses facettes, même ses aspects pervers et criminels.

Reconnaissance de la réalité de l’homosexualité, oui, propagande ostentatoire et unilatérale, NON.

Tentative de guérison pour certains cas, comme le propose l’évêque? Je ne sais pas, mais, nouveau propos scandaleux de ma part, il semble que dans certains cas cela soit possible ; je n’ai pas dit dans tous les cas et je  ne suis pas un expert.

Comme pour le racisme, il ne suffit pas de supprimer le mot homosexualité pour qu’il n’y ait plus d’homophobie. Mais interdire de questionner l’homosexualité, voire de parler et de s'élever contre l’inacceptable, NON.

Uli Windisch, 23 mai 2015

 

 

 

 

 

 

39 commentaires

  1. Posté par Moshé_007 le

    @ PasDupe,

    Pasmoi, les socialistes !!

    Fautpas tout confondre !!!

  2. Posté par PasDupe le

    @Moshé_007 : Pourriez-vous m’expliquer pourquoi la quasi-totalité de vos petits camarades sont ultra-immigrationnistes (en Europe, pas dans un certain pays), en particulier de musulmans, puis une fois que les immigrés sont arrivés, ils les fustigent comme vous le faites (« … fait entrer des millions d’immigrés par dessous la table ! Une entreprise de destruction tout azimut d’une efficacité diabolique !!! « )

  3. Posté par Moshé_007 le

    Pendant que certains ont choisit certaines pratiques sexuelles, en Turquie :

    La Turquie démolit au bulldozer, l’orphelinat chrétien arménien

    La Turquie démolit au bulldozer, l’orphelinat chrétien arménien

    L’année même où des millions de personnes à travers le monde commémoraient le centenaire du Génocide arménien, – ou plus fondamentalement, le Génocide chrétien – les autorités turques ont démarré la démolition de Kamp Armen, un orphelinat arménien.
    Des sources arméniennes ont rapporté en début mai que des bulldozers se sont attaqués à la démolition de l’édifice situé dans le quartier métropolitain de Tuzla, malgré les tentatives d’intervention de certains représentants politiques des partis d’opposition.
    Reportage de l’Agence Fides:
    Grâce à ses activités, l’institution a aidé 1,500 enfants à grandir dans un environnement basé sur la spiritualité et la culture chrétienne arménienne. C’est là que fit sa scolarité, Hrant Dink, le journaliste turc arménien, fondateur du magazine bilingue Agos, tué en 2007 après de nombreuses menaces de mort pour ses positions sur le génocide arménien. L’Etat turc avait exproprié l’orphelinat en 1987, et toutes les tentatives judiciaires des communautés arméniennes protestantes pour récupérer le bâtiment, avaient été vouées à l’échec.

  4. Posté par Margo G. le

    Notre société actuelle excelle dans l’art de la « déresponsabilisation ». Chacun peut faire ce qu’il veut, où il veut et avec qui il veut car c’est naturel… ça commence gentiment à nous gaver les conneries que sortent certains pour se donner meilleure conscience. Faites votre bazar, votre petit train, vos bricoles… mais arrêtez de nous les imposer car à force ça nous écoeure. Assumez votre déviance et foutez la paix à ceux qui veulent vivre normalement. On s’en tape de vos trucs dégueus… et contre nature… désolée c la vérité !

  5. Posté par Moshé_007 le

    Tout ça, pendant que le gouvernement socialiste amuse la galerie avec ce genre de provocations fait entrer des millions d’immigrés par dessous la table !

    Une entreprise de destruction tout azimut d’une efficacité diabolique !!!

  6. Posté par Moshé_007 le

    Il ne faudrait pas non plus oublier le fait que sur ce blog, nous « luttons » contre la doxa généralisée dans les médias inféodés par les meneurs de foules !

    Contre ces manipulations obscènes et grossières mis en scènes par la « papauté » idéologique.

    Ne pas oublier les réels enjeux découlant de ce « mariage pour tous », c’est à dire la PMA et GPA qui sont, même à court terme des agents nuisibles à l’identité et la filiation dont les conséquences sociétales n’ont pas été évaluées.

    On ne détruit pas en 2 générations, les règles élaborées pendant des millénaires voir depuis l’aube de l’espèce sans provoquer des perturbations fondamentales. Après avoir joués aux apprentis sorciers dans quantité de domaines, comme les OGM et l’excès de nucléaire mal évalué, commettre ce genre de manipulation in vivo sur les espèces vivantes consiste purement et simplement à développer des comportements et des transformations aux variables imprédictibles.

  7. Posté par Moshé_007 le

    @ Frédérique Bastiat,

    J’ai écrit ce commentaire sur ce blog le « Posté par Moshé_007 le 24 mai 2015 à 11h06″

    Que répondez-vous à ça !

  8. Posté par annik le

    A quand le jour où on n’osera plus dire qu’on est hétérosexuelle?

  9. Posté par Frederic Bastiat le

    @Vautrin:
    « On ne peut donc absolument pas dire que des animaux sont homosexuels ».

    Ah bon?

    Tu veux dire que l’on ne l’a pas observé chez des bonobos nos plus proches cousins?

    La référence scientifique:
    Fruth, B. and Hohmann, G. (2006) Social grease for females? Same-sex genital contacts in wild bonobos. In Homosexual Behaviour in Animals (Sommer, V. and Vasey, P.L., eds), pp. 294–315, Cambridge University Press.

    Tu veux dire qu’on ne l’a pas non plus observé chez des macaques?

    La référence scientifique:
    Akers, J.S. & Conaway, C.H. (1979). Female homosexual behavior in Macaca mulatta. Archives of Sexual Behavior, 8, 63-80.

    Ni chez les mammifères qui vivent en milieu marin comme les dauphins?

    La référence scientifique:
    Mann, J. (2006) Establishing trust: socio-sexual behaviour and the development of male-male bonds among Indian Ocean bottlenose dolphins. In Homosexual Behaviour in Animals
    (Sommer, V. and Vasey, P.L., eds), pp. 107–130, Cambridge University Press.

    Ni chez les oiseaux ?

    La référence scientifque:
    Adkins-Regan, E. (2002) Development of sexual partner preference in the zebra finch: a socially monogamous, pair-bonding animal. Arch. Sex. Behav. 31, 27–33

    Ou les oiseaux qui vivent en milieu marin comme les pingouins?

    La référence scientifique:
    Zuk, M. (2006) Family values in black and white. Nature 439, 917

    Ni chez les reptiles, comme certains serpents?

    La référence scientifique:
    Shine, R. et al. (2003) Confusion within ‘mating balls’ of garter snakes: does misdirected courtship impose selection on male tactics? Anim. Behav 66, 1011–1017.

    Non plus chez les batraciens par exemple certains crapauds?

    La référence scientifique:
    Marco, A. and Lizana, M. (2002) The absence of species and sex recognition during mate search by male common toads. Bufo bufo. Ethol. Ecol. Evol. 14, 1–8.

    Ni chez les mollusques?

    La référence scientifique:
    Ambrogio, O.V. and Pechenik, J.A. (2008) When is a male not a male? Sex recognition and choice in two sex-changing species. Behav. Ecol.Sociobiol. 62, 1779–1786.

    Ni même chez les insectes comme la mouche drosophile?

    La référence scientifique:
    Lee, H-G. et al. (2008) Recurring ethanol exposure induces disinhibited courtship in Drosophila. PLoS ONE 1, e1391.

    Tu veux dire que comme cela n’existe pas par centaines d’exemples dans toutes sortes d’espèces, les biologistes et les éthologues ne publient pas d’ouvrages scientifiques entiers sur ce sujet?
    Exemple:
    Volker Sommer & Paul Vasey. (2006). Homosexual Behaviour in Animals: An Evolutionary Perspective. Cambridge: Cambridge University Press.

    T’en veux d’autres? J’en ai des pleines brouettes.

    Il faut te mettre à la page coco, les éthologues et biologistes ont montré que des centaines d’espèces produisent des comportements homosexuels. On a montré des bases biologiques et hormonales qui modifient le comportement sexuel en augmentant ou diminuant l’homosexualité chez de très nombreuses espèces et on arrive même très bien à l’expliquer évolutionnairement parlant.

    Citer Levy-Strauss c’est comme de citer Freud, valeur scientifique proche de zéro. Instruit-toi coco, Levy-Strauss c’est du blabla d’anthropologue d’il y a un siècle, moi je te parle de données en sciences par milliers publiées dans les revues scientifiques ces 40 dernières années….

  10. Posté par Frederic Bastiat le

    @Kandel:

    « Ok, même si la pédophilie/zoophilie/nécrophilie sont abjectes, rien n’empêcherait, -selon vos souhaits- que les pédophiles/zoophiles/nécrophiles obtiennent les mêmes droits que les hétéros. »

    Absolument pas. Tu compares deux situations très différentes. Dans l’une, les homosexuels, on a affaire à deux adultes consentants, dans l’autre on a un adulte qui abuse d’un enfant. Tu perçois la différence? Dans le premier cas, les tiers n’ont pas à venir prétendre organiser la vie des deux adultes, dans le second cas il faut protéger les enfants d’une atteinte contre leur intégrité corporelle.

    Tu vois la différence? Non? Je t’aide: dans l’une on a A et B qui disposent chacun de soi et un tiers C qui prétend leur imposer une façon de s’organiser dans leur relation. C’est C qui commet une atteinte contre les droits de A et B. Dans l’autre on a A qui porte atteinte à un enfant B et le tiers C tente de protéger l’enfant B des excès de A.

    De confondre ces deux situations comme si elles étaient analogues et prétendant que celui qui défend le droit d’adultes à disposer d’eux-mêmes et de s’organiser comme ils l’entendent sans que des tiers ne viennent les contraindre défend aussi la possibilité d’abuser des autres, en l’occurrence d’enfants est ridicule. Cela montre soit qu’on raisonne très mal, soit qu’en toute mauvaise foi on essaye de faire dire à son détracteur ce qu’il ne dit pas.

  11. Posté par Moshé_007 le

    Nul besoin de chercher de midi à 14 heures, c’est l’occident qui se fait ………..

    (-:) (:-)

  12. Posté par Bruno Martin le

    A ce propos, ne pas oublier de relire dans le No 2339 du 21 mars 2001 de la Revue Médicale Suisse, un dossier psychiatrique sur le sujet de la sexologie psycho-sociale, rassemblé par le Dr Maurice Hurni, (Sexoterrorisme et Les Pathologies transpersonnelles en sexologie, en collaboration avec Mme G. Stoll), qui a subit avec le Dr Nicolaïdis (L’homosexualité et la question de la « différence »), un véritable lynchage médiatique lors du Forum de la Radio Romande du 12 avril 2001.

  13. Posté par Moshé_007 le

    En fait, c’est pas très compliqué, la race blanche dégénère au niveau des comportements et déviances, pendant que des millions d’immigrés s’installent en occident !

    C’était un peu ce qu’il se passait avec la Sturmabteilung (littéralement Section d’Assaut1, de Sturm « tempête » ou militairement « assaut » pendant la montée du nazisme, les jeunes garçons étaient pris en charge par le grand ami d’hitler, ernst röhm, pédé comme foc et qui organisait des partouzes masculines nationales pour ensuite les exterminer afin de « purifier » la race blanche !

    Dès le début des années 20, la propagande des sturmabteilung (s.a.) ressemblait plus à un papier tue mouches pour homos que d’une campagne de recrutement militaire, on y voyait des jeunes garçons en toutes petites tenues, si pas nus, dans des positions très évocatrices dans toute l’Allemagne ayant pour conséquence que 90% des troupes nazies des années 24-34 pratiquaient généreusement les pratiques homosexuelles.

    Le glas sonna pour rôhm lors de la nuit des longs couteaux se traduisant par le premier massacre organisé par hitler en parallèle avec les massacres des infirmes mentaux.

    Plusieurs milliers de nazis ouvertement homos et fiers de l’être disparurent lors de ces massacres et le reste finit à Dachau en rythme sur les airs de Wagner !

    Ne pas oublier que les plus homos de la s.a. étaient reconnus pour être les plus cruels et insensibles à la cruauté, en fait des psychopathes rassemblés par leurs pratiques sexuelles !

    Ne pas oublier que la population allemande a applaudi hitler lorsque qu’il donna l’ordre d’exécuter ces ordures habillés de culottes en dentelles, ils terrorisaient l’Allemagne entière avec des attitudes ayant forgés le comportement des milices tout aussi malades et secrètement tout aussi déviées sexuellement connues sous le terme ss, schutzstaffel !

    Si nous devions faire un bilan du nombre d’homosexuels ayant participé aux pires exactions et aux fondations du mouvement nazi, ce bilan démontrerait par a+b que les comportements homosexuels ne sont pas et de loin, incompatibles avec des réflexes monstrueux destructifs et antisociaux !

    Les ottomans l’avaient bien compris des siècles avant hitler, sans parler des grecs et des romains, qui utilisaient pour les sombres besognes, des homos devenus célèbres !

    Vouloir cultiver l’angélisme avec des catégories sociales ou des types de comportements est à l’origine de tous les fascismes !!

    Mais ne pas oublier que pendant que les sociétés occidentales encouragent certains comportements sexuels, les ennemis de l’occidents traitent les européens de fiottes et ils n’ont pas tout à fait tort !

  14. Posté par alekut le

    Ce qui est étonnant , dans nos sociétés, c’est de constater que tout questionnement devient phobique, au nom de la « tolérance », surtout pour des univers aussi différents et éloignés, voire antinomiques que celui de l’islam avec l’islamophobie et de l’homosexualité, avec l’homophobie ou l’islamophobie supposée des questionneurs.
    Le problème c’est le questionnement qui serait considéré comme illégitime, sur les textes dans le cas de l’un et ses dérives (islam puis islamisme puis jihadisme) ou sur les conduites, dans le cas de l’autre et ses dérives (avec le cas de ce couple homosexuel australien adoptant et les dérives , graves, de sa conduite sur un enfant adopté transformé en objet de distraction sexuel pour ses parents adoptant de même sexe).
    Il n’y a pas de problèmes pour des adultes consentants mais le questionnement est légitime dès qu’il y a des dérives qui menacent l’intégrité physique et morale d’autrui, enfant ou adulte.Et certains homosexuels (mais aussi parfois hétérosexuels) adoptants posent ce genre de problème.

  15. Posté par Margo G. le

    Moi je pense que quelques déviants ont réussi à imposer leurs pratiques insalubres et contre-nature au nom de la laïcité !!! Qu’ils fassent le bordel mais qu’ils arrêtent de l’étaler car nous faire croire que le ciel est rose alors qu’il est bleu… ça passe de moins en moins… Ils veulent jouer au petit train, OK, mais pitié qu’ils arrêtent de l’étaler car contre nature….et oui s’il y a des hommes et des femmes, ce n’est pas pour rien.

  16. Posté par Moshé_007 le

    Vautrin, je ne vois pas où Lévy-Strauss indiquerait que des peuplades pratiqueraient l’inceste ?

  17. Posté par Vautrin le

    ps : au fait, je ne suis pas marxiste et encore moins de gauche, seulement patriote-libéral !

  18. Posté par Vautrin le

    @KANDEL : cela m’est égal que des philosophes critiquent Lévi-Strauss (surtout sur France-Culture !) ; je le pratique depuis si longtemps, j’ai mis ses dires à l’épreuve tellement de fois, qu’il n’y a que très peu de points par lui évoqués que je puisse mettre en doute. Et notamment pas sa théorisation de l’inceste. D’une manière générale, c’est l’étude in situ qui prime pour moi. Libre aux philosophes, qui sont assez généralement de piètres épistémologues, de penser ce qu’ils veulent. La philosophie n’a jamais fait avancer les sciences, qui précisément n’avancent qu’en rupture avec la philosophie.

    Une précision : la « structure » à laquelle je me réfère n’est pas celle des structuralistes, c’est infiniment plus compliqué qu’ils le disaient. L’ennui est qu’en abandonnant le structuralisme (qui s’était fossilisé, il faut en convenir), on a jeté la structure avec lui. Elle manque tellement que même les Américains, empiristes s’il en est, s’en rendent compte . Mais bon, ce serait trop long d’expliquer ici ce qu’est un modèle structural – et non pas « structuraliste ». Pour le moment, je vais réchauffer mes vieux os au soleil de l’Hérault :) .

  19. Posté par Moshé_007 le

    Il faut dire qu’en voyant qui servait la « morale » en Europe pendant des siècles et des siècles, ne pas trop s’étonner de ce retour de bâton !!

    Disons que l’homosexualité s’est démocratisée !!!

  20. Posté par Margo G. le

    Que veut dire le mariage de nos jours ? Une belle fête avec la famille et les potes… on épouse qui on veut, femme, homme, travelo, même gamines dans d’autres latitudes… Tous les goût sont dans la nature et qu’importe la logique et la bienséance. Rien ne saurait arrêter nos envies, surtout pas la conscience ;-)

  21. Posté par KANDEL le

    @Vautrin: à écouter :
    http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-brice-couturier-pourquoi-des-philosophes-2014-01-24
    à lire :
    Pourquoi des philosophes ? (Jean-François Revel)

    LES EXPLICATIONS STRUCTURALISTES DE C. LÉVI-STRAUSS NE NOUS PERMETTENT PAS D’APPRÉHENDER LE RÉEL, … LES DEUX ANECDOTES RELATÉES PAR MONSIEUR WINDISCH SI.

    « La philosophie a épuisé son rôle historique qui était de donner naissance à la science.
    Depuis Kant, la biologie, la physique et plus tard la psychologie s’est détachée de la philosophie qui est devenue un genre littéraire.
    La discipline qui consistait à tenter de donner une explication globale de la réalité a donc abouti à l’émergence de la science.
    C’est ce qui conduira Jean-François Revel à se moquer de l’existentialisme, du bergsonisme, du lacanisme, du structuralisme, de Hegel, de Heidegger et de tous ceux qui prétendent proposer des systèmes globaux d’interprétation du réel à la place des scientifiques.
    Pour Revel, c’est toute la philosophie en tant qu’interprétation du monde qu’il convient de rejeter. La philosophie est ennemie de la science et de la vérité, voilà ce que Revel révèle.
    Si Revel est rationaliste, il est peut-être plus encore empiriste (ou proche du rationalisme critique), en ce sens qu’il ne juge les idées qu’à l’aune des faits et de l’expérience passée, indépendamment des raisonnements abstraits.
    Revel se méfie des spéculations théoriques qui ne s’appuient pas sur l’expérience. C’est à ce titre qu’il critique les philosophes d’une part, et les socialistes (au sens large, nietzschéen) d’autre part. Il reprochera par exemple à ces derniers de « comparer la perfection de ce qui n’existe pas — l’utopie communiste — avec les imperfections de ce qui existe — le capitalisme démocratique ». Ou encore de trahir la conception de la praxis selon laquelle on juge les théories à l’aune de leur réalité concrète et non de leurs intentions. Ainsi, il ne cessera de déplorer l’indulgence envers les dictatures dite « de gauche » par rapport aux dictatures dite « de droite ».
    Ragnar Lothbrok http://libertephilo.forumactif.org

    @ « Frederic Bastiat » : « Que des gens trouvent cela dégoûtant, abject, soient contre, etc., ne me pose aucun problème. Le problème c’est que ces gens veulent empêcher les homosexuels d’avoir les mêmes droits que les autres, donc créer une discrimination en raison de l’orientation sexuelle. »

    Ok, même si la pédophilie/zoophilie/nécrophilie sont abjectes, rien n’empêcherait, -selon vos souhaits- que les pédophiles/zoophiles/nécrophiles obtiennent les mêmes droits que les hétéros.

    Si des pays comme la Russie, la Hongrie cherchent à mettre dans leurs constitutions que le mariage est uniquement valable entre un homme et une femme c’est pour une raison très précise, à savoir sauver les bases de notre civilisation. La persécution des homosexuels (adultes consentants) est un tout autre chapitre, elle doit être bien évidemment combattue.
    Mais actuellement, on assiste à une offensive d’homosexualisation de la jeunesse par la propagande pro-homo qui veut présenter ce modèle de sexualité comme une chose toute aussi normale que l’hétérosexualité. Ce qui est une absurdité monstrueuse.
    Preuve : aucun parent sain d’esprit ne souhaite que son enfant devienne homosexuel.

    Par ailleurs, TOUS les homosexuels adultes accompagnés, professionnellement parlant, par une connaissance digne de confiance étaient influencés par des expériences précoces similaires à celles citées par M. Windisch.
    C’est particulièrement flagrant dans les milieux du handicap mental car les handicapés racontent plus facilement ces premières expériences qui deviennent déterminantes.

    Tout comme les phantasmes sexuels, les comportements sexuels sont toujours lié aux premiers émois.
    Peut-être qu’il existe une attraction homosexuelle physiologique, préprogrammée génétiquement … mais cette connaissance n’en n’a jamais vu la moindre trace.

    Last but not least : Le PACS, et encore plus le mariage homo, vont amener leurs cortèges d’invasion de « printemps arabe », et d’autres déferlantes, à la recherche de l’eldorado suisse ce qui fera grossir la masse des inadaptés, des faux suisses provenant de la naturalisation facilitée. Ces couples ne dureront que le temps nécessaire pour que la « pièce importée » obtienne les papiers permettant de rester définitivement en Suisse. Ensuite, la collectivité se coltine leurs entretiens (ainsi que l’entretien des regroupements familiaux qu’ils revendiqueront).

  22. Posté par Moshé_007 le

    Si l’on considère que la sexualité est étroitement liée à la reproduction de l’espèce et à des notions de jouissances, je ne vois pas en quoi, les deux sexes, masculins et féminins ne seraient pas bio-compatible.

    Seules les espèces domestiquées par l’homme ou génétiquement proches de l’homme ont des comportements homosexuels (mâles) !

    En dehors de ces exceptions, pratiquement toutes les espèces vivantes, y compris les plantes, respectent « l’hétéro-sexualité » !!!

    Ne pas tout confondre !!

    Il s’agit d’une déviance des lois naturelles, des comportements artificiels, comme la zoophilie ou la nécrophilie, ou encore la pédophilie !

  23. Posté par S. Dumont le

    Effectivement, il ne faut pas mettre tous les homosexuels dans la même catégorie et lorsque l’Évêque de Sion assimile l’homosexualité comme étant une maladie psychologique, il doit savoir de quoi il parle puisque l’église n’est pas blanche en la matière. Il y a aussi ceux qui choisissent des professions en contact avec les enfants, vont dans des pays moins regardant en matière de prostitution enfantine, utilisent les réseaux sociaux et ceux qui créent des ONG à but humanitaire, afin d’abuser de mineurs. Mais il y a aussi les autres, ceux qui vivent sans débordements sexuels et aspirent à vivre en toute tranquillité et sans discrimination, même si à mes yeux, l’homosexualité reste contre nature.

  24. Posté par Vautrin le

    La sexualité humaine n’est pas la sexualité naturelle, c’est un fait connu non seulement des psychologues analystes, mais aussi des anthropologues. Relisons ce qu’expliquait Claude Lévi-Strauss dans le début des « Structures Élémentaires de la Parenté ». Brièvement : l’homme a « inventé » la problématique de l’inceste. Á savoir : tout se passe comme si le groupe humain était divisé en deux, un groupe A et un groupe B. Dans chaque groupe, les individus sont évidemment de sexe biologiquement complémentaire, mais sont socialement (culturellement) considérés comme de même sexe. L’inceste n’est pas un interdit, mais une analyse implicite qui fait qu’il n’y a pas d’accouplement entre individus du groupe A ou entre individus du groupe B. Par conséquent, un individu A cherche alliance avec un individu de B, considéré comme de sexe social opposé. Pour être fécond, le couple A+B est composé d’individus de sexes biologiquement complémentaires; l’alliance se fait donc normalement entre un homme et une femme. Le problème de l’homosexualité tient au fait que pathologiquement l’individu se bloque uniquement dans la différenciation sociologique (pour cet A, B est complémentaire indépendamment de son sexe biologique) et n’est plus capable de reconnaître la complémentarité biologique. C’est un excès d’analyse culturelle, une impossibilité à rejoindre la sexualité de nature encadrée par les dispositions culturelles.
    On ne peut donc absolument pas dire que des animaux sont homosexuels : ils ne connaissent pas cette problématique de l’inceste, ce passage par la négation culturelle de la différence biologique et par la négation de cette négation -l’alliance. Seul l’humain peut être homosexuel, comme il peut être (dans un autre ordre de pathologie) schizophrène. Parmi les conséquences, le lien social chez ces personnes est extrêmement restreint, il se réduit à un très petit cercle, un cénacle fortement exclusif.
    J’admets que ceci est difficile à croire pour le profane, mais c’est bien ce que révèlent les personnes reçues en analyse.

  25. Posté par Uli Windisch le

    A Frédéric Bastiat

    Vous semblez très touché personnellement par mes propos. Vous feriez bien de lire ce que je dis exactement plutôt que de fantasmer et de me prêter des intentions qui ne correspondent en rien à ce que je dis.Vous savez très bien que je parle de CERTAINS homosexuels et pas de tous et ceux-là sont de vrais criminels. Vous êtes indifférent aux vies brisées et détruites de certains jeunes par ces sinistres individus. D’autre part votre démarche mérite d’être relevée : vous tentez de diffamer en vous cachant. Vous ne révélez même pas votre vraie identité. Apprenez donc à lire et découvrez-vous. UW

  26. Posté par Jack Palance le

    Une grande majorité de femmes trouvent ça génial !!!…..après, on s’étonne que la dégénérescence de notre société continue….

  27. Posté par Frederic Bastiat le

    1. « Tollé général, scandale absolu : l’évêque de Sion Jean-Marie Lovey a osé assimiler l’homosexualité à une malade psychologique ! »

    L’homosexualité n’est pas une maladie c’est une orientation sexuelle exactement comme l’hétérosexualité. Par ailleurs de considérer que ce n’est pas « naturel », c’est simplement faire preuve d’ignorance: il y a des centaines d’espèces animales dans lesquels on trouve des comportements homosexuels et on sait que des déterminants génétiques interviennent (ce n’est pas une question de choix). Cela fait partie de la variabilité nécessaire aux espèces pour répondre à un changement d’environnement. Sans variabilité il n’y a pas de sélection naturelle possible.

    Omn peut se demander le pourquoi d’un tel postionnement chez des religieux catholiques, alors que le coeur du message de leur livre principal (le nouveau testament) est la tolérance et l’amour de son prochain. Quand on comprend la raison on pouffe de rire: deux ou trois phrases dans le livre que Jésus indique avoir réinterpréter, l’ancien testament. Pourquoi prendre ces deux ou trois phrases de l’ancien testament et pas deux ou trois autres parmi les centaines de phrases? L’ancien testament appelle à la lapidation de ceux qui travaillent le jour du Sabbat. Je ne vois pourtant pas les catholiques revendiquer la mise à mort de ceux qui osent travailler le samedi. J’ai toujours trouvé ridicule et intellectuellement faible cette façon de faire du cherry picking chez les croyants.

    2. « C’est aussi un exemple du changement de statut complet d’un groupe minoritaire au cours des dernières décennies. Pendant très longtemps les homosexuels se cachaient, devaient se cacher et étaient très clairement stigmatisés et rejetés avec tout ce que cela représente comme souffrance, vexation et exclusion. »

    Seriez-vous contre ce changement? Personnellement je suis opposé à la gauche à chaque fois qu’elle fait la chasse aux sorcières contre ceux qui ont l’audace d’articuler des idées à l’opposé de leur bien-pensance et ne vais pas stigmatiser ceux qui ne pensent pas comme moi. Je les affronte au fond, je vais au débat d’idée. Je serais content lorsque les gens de l’UDC pourront émettre des idées et choisir leur façon de vivre sans se faire persécuter par la gauche bien-pensante. La différence avec vous c’est que moi cette position je l’ai vis-à-vis de tous les groupes et de toutes les tendances: je me réjouis aussi de ce que les homosexuels ne soient plus persécutés.

    Que des gens trouvent cela dégoûtant, abject, soient contre, etc., ne me pose aucun problème. Le problème c’est que ces gens veulent empêcher les homosexuels d’avoir les mêmes droits que les autres, donc créer une discrimination en raison de l’orientation sexuelle.

    Ici, aucun différence entre le fonctionnement des gens de l’UDC et les sociaslistes: les premiers fonctionnent vis-à-vis des homosexuels exactement comme les second trouvent la richesse abjecte et veulent discriminer les riches par des lois spéciales qui les spolient.

    Vous ne cessez de vous conspuer et pourtant vous êtes l’exacte réplique totalitaire les uns des autres. Ce sont juste les catégories que vous ciblez qui changent, mais votre aspiration sociétale est la même: un ordre moral général, le vôtre, imposé à tous. Et c’est là toute la différence avec les libertariens dont je suis: nous ne souhaitons qu’une société celle où chacun peut suivre sa propre morale, définir son propre bonheur et tenter de l’atteindre tant qu’il n’empêche pas les autres de faire de même.

    3. Finalement le plus ridicule dans ce texte (serait-ce que l’auteur manque d’arguments?) c’est de devoir argumenter sur la base d’anecdotes personnelles, comme si d’une part cela représentait la généralité du comportement des homosexuels, et d’autre part cela ne concernait que les homosexuels. Les anecdotes personnelles que vous racontez, il y a des dizaines de milliers de femmes qui pourraient raconter les mêmes à propos d’hétérosexuels. Doit-on pour cette raison tenir envers les hétérosexuels le même discours que vous tenez envers les homosexuels et vouloir contre eux les mêmes restrictions?

    Personnellement, je ne vois pas la différence avec les socialistes qui considèrent tous les banquiers ou les riches comme des salauds et qui veulent de ce fait les discriminer et annihiler leur activité au final, pour avoir enfin ce fameux ordre moral sociétal dont ils rêvent. Vous faites preuve d’un fonctionnement analogue.

  28. Posté par Vautrin le

    @ Pierre H :
    Vous dites des choses très justes. Mais l’homosexualité n’est pas de nature, elle est une maladie de culture. Il faut comprendre (contrairement à Auguste Comte) qu’il existe une rupture entre nature et culture, et cela tient très probablement à la structure de notre cerveau. Et je vais sans doute vous étonner en disant que c’est bien moins la sexualité de nature qui est ici impliquée, que la sexualité de culture, c’est-à-dire l’acculturation de la sexualité de nature. Je n’ai pas le loisir de développer cela maintenant, cela demanderait, hélas,trop de place (un chapitre entier !).
    @ Pierre-Henri Reymond :
    Je n’ai pas lu Fanti, je vais le lire si j’en trouve des traces, mais je puis assurer que le fou n’est pas  » normal » pour autant que l’on puisse définir la normalité, qui n’est pas seulement qu’acception sociale. Il n’empêche que des malades ne sont pas en mesure de faire de lien social, indépendamment de la forme que peut prendre performantiellement ce lien. Ce sont les narcissiques, les schizophrènes, les sadomasochistes, les paranoïaques d’une part, les fétichistes, homosexuels, don-juanistes-échangistes, voyeurs-exhibitionnistes d’autre part. Il n’empêche : toute société proscrit la déviance, quelle qu’en soit la forme.
    @ tous : Je connais la plupart des condamnations religieuses contre l’homosexualité. On en trouve un résumé dans le catéchisme des confesseurs du XIXe Siècle. Si on les débarrasse des implications théocratiques, elles demeurent ce qu’elles sont : la protection de la société contre la déviance qui met en danger l’espèce. Et tant mieux si un Dieu dit comme les hommes.

  29. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    @Coocool. A lire Paul, vous héritez d’office! Ce type est un fumiste. Un prototype! Cet usurpateur m’enfonçait dans la névrose! Je dois beaucoup à Arthur Janov, le psy du « cri primal » et de « l’amour et l’enfant ».

  30. Posté par Pierre H. le

    Pour compléter mon commentaire ci-dessous, je peux comprendre les réactions homos. Ce n’est jamais agréable d’être traité différemment, ou d’être pris pour un « bug » quand dans les faits on est une exception. Homo ou pas, on a tous notre amour propre. Un alcoolique qu’on traite d’alcoolique n’aimera pas ça non plus, encore que lui soit responsable de sa condition.

  31. Posté par Pierre H. le

    Sans avoir encore eu le temps de lire l’article (je dois sortir) certainement très intéressant, je pourrais dire en me basant sur le titre, la chose suivante. L’homosexualité est indéniablement un « bug » de la nature, qu’elle soit humaine ou animale. Curieusement, c’est l’un des seuls « bug » de la nature dont la « victime » n’essaie pas d’en « sortir ». Pour comparer, quelqu’un atteint d’une maladie congénitale invalidante ou non, ou d’un trisomique (je ne compare pas ça à l’homosexualité mais ce sont aussi des bugs de la nature) essaiera tout pour en sortir. Entendons nous bien ! Je décris là des faits mais ne porte aucun jugement. D’ailleurs, je ne vois par pourquoi on ne pourrait pas parler des faits. Pour faire une métaphore, le cancer, que je ne compare pas du tout à l’homosexualité mais c’est pour l’exemple, pourrait alors aussi devenir sujet tabou, même pour la recherche contre le cancer. En effet, il pourrait devenir malséant vis-à-vis de ces pauvres cancéreux de parler de cancer afin de trouver la solution pour le guérir. Il pourrait donc devenir insultant pour les cancéreux de parler de cancer même pour essayer de le guérir. On en est d’ailleurs bientôt là, avec toutes les inepties mises en place par la gauche ! Ce que je constate, par contre, c’est qu’avec mes amis homosexuels, les rapports ne sont pas du tout similaires au rapports entretenus avec mes amis hétéros. Les problèmes de sociétés, d’immigration, d’économie, etc. ne semblent pas être perçus de la même manière et je n’arrive pas à discuter de la même façon avec les homos qu’avec les hétéros. Maintenant, sur l’esprit critique, je peux citer de mémoire l’auteur français anti-islam émigré au Canada dont on ne parle jamais ici. Maurice Dantec, qui dans un bouquin dit que si l’homosexualité est juste un défaut de la nature, elle n’est alors pas de nature à être critiquée. Par contre, comme les homos ont développé un style de vie homo, une mode homo, des lobbies homo, de la publicité homo et pour les homos, alors dans ce cas, cela devient une culture homo et comme toute culture, elle a le droit d’être critiquée. (je l’ai répété dans mes propres termes des écrits de Maurice Dantec)…

  32. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    @Vautrin, vous avez « reçu en analyse… » Connaissiez-vous Silvio Fanti, le fondateur de la micropsychanalyse, et auteur de « Le fou est normal » (pour ne citer que ce livre)?
    @Coocool, il y a d’autres passage à ce sujet. Allez-donc voir Ezekiel 16:2! Quand vous aurez commencé, vous irez jusqu’au bout. 2 Fils de l’homme, fais connaître à Jérusalem ses abominations! La liste et longue. 46 Ta grande soeur, c’est Samarie,…et ta petite soeur, c’est Sodome et ses filles. 48 …Sodome, ta soeur, et ses filles n’ont pas fait ce que toi et tes soeurs avez fait, toi et tes filles. 49 Voici quel a été le crime de Sodome, ta soeur. Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l’indigent….
    Matt 10:15 .., au jouer du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là. 11:23 ….car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui.
    Voici qui devrai suffire!

  33. Posté par Vautrin le

    @ Moshe : « Je suis contre le mariage gay, mais en Irlande, ça fait plutôt plaisir !!!!! » Heu??? Pourquoi ??? Tout cela n’est pas affaire de curés, mais très exactement de psychiatres. Les politiques sont des imbéciles, par ailleurs.

  34. Posté par Moshé_007 le

    Dans l’église, l’homosexualité règne depuis des siècles, alors de quoi se mêlent-ils ?

    Je suis contre le mariage gay, mais en Irlande, ça fait plutôt plaisir !!!!!

  35. Posté par coocool le

    Dans sa première épître aux corinthiens chapitre six Saint-Paul écrit :
    9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, 10 ni les efféminés, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. 11 Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns d’entre vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l’Esprit de notre Dieu.

  36. Posté par Erkangilliers le

    Si « personne ne s’étonne » que les homosexuels ne peuvent être critiqués c’est parce que depuis la fin de la seconde guerre mondiale une communauté a imposé l’interdiction de toute critique à son égard sous peine de sanctions judiciaires et/ou sociales.
    Petit à petit, d’autres communautés se sont engouffrées dans la brèche et cherchent elles aussi à imposer à la majorité la dictature de leur propre minorité.

  37. Posté par Vautrin le

    Peu importe l’accusation d’homophobie : le prélat de Sion tombe juste, l’homosexualité, loin d’être un « choix de vie » est bel et bien une maladie psychiatrique. Nous ne disons plus aujourd’hui « perversion », qui a un aspect moral, mais « altération ». J’en témoigne, pour avoir reçu en analyse des personnes souffrant de l’impossibilité d’établir correctement du lien social : ce n’est pas l’homophobie qui les inquiétait, mais bel et bien cette impossibilité-là. D’où la proposition d’appeler cette maladie « syndesténie » (lien restreint). Et dans des pays où il demeure encore une liberté, des recherches scientifiques sont en cours. Chez nous, c’est Verboten !

  38. Posté par coocool le

    Cet évêque aurais dû avoir le courage de maintenir ses propos, et rester fidèle à la parole écrite de Saint-Pierre lui-même :
    2 Pierre 2.
    6 s’il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir,
    7 et s’il a délivré le juste Lot, profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dissolution
    8 (car ce juste, qui habitait au milieu d’eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu’il voyait et entendait de leurs oeuvres criminelles);

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (43'000 commentaires retenus sur plus de 400'000) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.