Sortie du nucléaire : éclairage sur les coûts. On prend les citoyens pour des idiots.

Jean-François Dupont
Ingénieur-physicien EPFL
cherenkov_radiation_reactor_core_of_the_gosgen_nuclear_desktop_1280x851_hd-wallpaper-506183

Les débats au Conseil National ont mis en évidence, une fois de plus, le grand écart entre les arguments d’une majorité politique et la réalité technique et économique. Eclairage sur trois points où, si on gratte derrière les apparences et les discours, on comprend qu’on prend les citoyens pour des idiots. 

Point 1 : on fait croire que la taxe de 2.3 ct/kWh sur l’électricité votée au Conseil National payera le remplacement du nucléaire par des énergies renouvelables.

Ce chiffre de 2.3 ct/kWh est parfaitement trompeur.

Il donne l'impression que le remplacement effectif du nucléaire existant en Suisse par des renouvelables ne coûtera que 2,3 ct/kWh. À ce prix-là beaucoup vont se laisser séduire.

En fait, voici les ordres de grandeur des prix de revient des différents kWh:

  • nucléaire existant: 4 à 5 ct/kWh
  • hydraulique existant: 7 à 8 ct /kWh (moyenne, gros écarts entre les divers ouvrages selon la topologie et aussi le niveau d'amortissement)
  • éolien: 10 à 15 ct/kWh
  • solaire PV: 40 à 60 (voire 80, 100,...) ct/kWh suivant les conditions d'ensoleillement, la taille de la centrale, la nature de la surface utilisée, ...

(Voir annexe 1, rapport Borner / IWSB, p. 81, fig. 5)

À cela s'ajoute:

  • les coûts de renforcement des réseaux
  • les coûts de stockage

Ces derniers coûts, dits coûts systémiques, sont aujourd'hui inconnus (je n'ai pas vu de chiffres officiels des électriciens).

  • Le rapport Borner p. 108 donne pour les coûts de stockage 25 à 35 ct/kW
  • le même rapport p. 113 cite l'évaluation de la Confédération (SE 2050) qui donne des suppléments d'investissements dans les réseaux de 18 milliards de fr.

On est donc très loin des 2.3 ct/kWh. C'est au moins 10 fois plus, ou 20...

 

Point 2 : la question des coûts de démantèlement et des déchets du nucléaire.
Un rapport récent du Contrôle fédéral des finances (CdF), publié juste au "bon moment", suggère que les provisions faites par les exploitants de CN seraient insuffisants. Toute la mouvance antinucléaire clame depuis toujours que ces coûts sont inconnus et pas internalisés: leur prise en compte rendrait selon eux le nucléaire plus cher que toutes les alternatives.

Qu'en est-il?
Si on regarde le prix de revient de Gösgen (annexe 2)

Total: 4.68 ct/kWh

Dont:
Amortissement                         0.5 ct/kWh
Provisions démantèlement       0.43 ct/kWh
Provisions déchets                   1.08 ct/kWh

Le rapport du CdF d'abord confirme, implicitement, que ces coûts sont de fait assez bien connus, internalisés et même contrôlés par une commission paritaire (Confédération et exploitants). En fait  le CdF ne fait qu’avertir que si la période de cotisation des CN est réduite par une mise hors service prématurée (SE 2050 oblige), il se pourrait que les coûts ne soient plus suffisamment couverts. Ce à quoi Doris Leuthard a répondu: c'est fait, la décision vient d'être prise d'augmenter dès 2015 les cotisations de 30 % pour prévenir cette incertitude. Et le CdF a répondu: désolé, notre rapport a été rédigé avant d'avoir connaissance de votre décision. Une illustration de plus que sur certains dossiers la Confédération pratique  d’avantage l’agitation et l’activisme, que l’action efficace.

Si on admet qu'il faudra + 30% sur les provisions,  soit + 0.5 ct/kWh
on ne dépasse pas encore, et de loin, les coûts des renouvelables.

Mais l’opération d‘intox a ont parfaitement réussi : la plupart des médias ont évoqués des coûts inconnus que personne n’assumerait. Avec les hauts cris d’indignation des Conseillers nationaux Isabelle Chevalley, Christian van Singer et Roger Nordmann entre autres : on vous l’avait bien dit, le nucléaire est hors de prix. Le citoyen qui le veut peut vérifier.

Point 3 : les dépassements de coûts de l'EPR. 

L’EPR est un réacteur de 3e génération 1600 MW en construction  par Areva en Finlande ( Okiluoto) , en France (Flamanville) et en Chine (Taischan, 2 unités). Les chantiers d’Okiluoto et de Flamanville coûtent et durent plus que prévu. La faute principalement à des questions de gestion des chantiers, mais surtout  au fait qu’ Areva n’a plus construit de centrales depuis 20 ans : les équipes entraînées ont disparus. Conséquence : on peut aller dans les 5-6 ct/kWh pour l'amortissement, au lieu des env. 0.5 ct/kWh de Gösgen actuellement. Et alors ? Cela reste largement avantageux en regard des coûts directs et indirects de l’éolien et du solaire.
On pourrait d’ailleurs aussi commander les EPR à la Chine: ils maîtrisent semble-t-il beaucoup mieux les coûts les délais qu’en France et en Finlande.

Au final

Monsieur le Conseiller national UDC  Guy Parmelin a parfaitement résumé en déclarant: la Stratégie Energétique est un restaurant où on nous présente un menu sans donner le prix.

On dit "marchands de tapis". Il faudrait dire "marchands (politiques) de kWh".

 

Jean-François Dupont, ClubEnergie2051, le 8 décembre 2014

 

Annexe 1

Rapport du prof. Silvio Borner et all /IWSB

« Energiestrategie 2050: eine institutionelle und ökonomische Analyse »

http://www.iwsb.ch/fileadmin/dokumente/studien/de/Studie_Energiewende2050_de.pdf

lien alternatif

 

Annexe 2

Prix de revient détaillé du kWh de Gösgen (PDF)

12 commentaires

  1. Posté par Dominique Schwander le

    J’ai enseigné la médecine de catastrophe à l’Université de Lausanne et depuis les années 60 je me suis positionné contre le nucléaire. Le coût du kW brut et de sa distribution est un aspect mais il ne faut pas faire l’autruche au sujet des risques et des coûts d’accidents, des déchets et du démantèlement des centrales qu’on laisse en héritage à nos petits enfants. Soit vous êtes irresponsables comme par exemple les Français et faites payer vos retraites vieillesse par vos petits enfants, soit vous économiser votre capital vieillesse sous forme de notre deuxième et troisième piliers. J’ai préfèré économiser pour ma retraite et je préfère payer au juste prix l’énergie que j’utilise et d’en produire sur mon toit plutôt que d’être irresponsable et d’en faire payer une partie inconnue des coûts à mes petits enfants. Le devoir de chaque citoyen et de chaque famille est de produire et d’économiser le plus possible de son électricité. Trop peu le font. J’aimerais bien voir un tableau qui montrent combien de kWc de capteurs photovoltaïques chacun de nos conseillers fédéraux et de nos élus de chaque parti ont sur leur toit.

  2. Posté par Jean-François Dupont le

    Alec dit : « Montrez-moi une centrale accidentée ou non dont le coeur a été démantelé! » et «… personne en occident ne veut aller se faire irradier ». Il y en a une, à Lucens (dans la Broye, un peu au Nord de Moudon). La centrale entière et le coeur ont été démantelés. Après accident. Sans dommages à l’extérieur de la caverne, ni victimes. Et même dans des délais rapides : env. 5 ans. Une performance de l’équipe de la centrale dirigée par Jean-Paul Buclin. Ils n’ont pas eu peur de la radioactivité, parce qu’ils la connaissent et savent comment s’en protéger, eux et nous-mêmes. L’IFSN (l’Inspectorat suisse de sécurité) a mis un dossier sur son site que je vous recommande : http://www.ensi.ch/fr/2012/05/31/serie-de-lucens-analyse-profonde-de-laccident/
    Vous n’êtes pas sensé connaître l’histoire de Lucens. Mais pensez-vous, parce que vous ne connaissez aucun cas de centrale nucléaire démantelée, que votre perception soit forcément la réalité ? Si vous voulez voir la photo d’un site de centrale qui est retourné à l’état de prairie après démantèlement, regardez sur les Observateurs l’article de Dominique Grenêche : http://www.lesobservateurs.ch/2013/05/31/arte-desinforme-sur-le-demantelement-des-centrales-nucleaires/
    Il y a sur de nombreux autres points un écart entre votre perception et la réalité. J’en évoquerais un seul encore : la Hague. Certes il y a beaucoup de rumeurs autour de la Hague parce qu’on y retraite le combustible usé de beaucoup de centrales nucléaires, donc on y trouve une concentration de produits radioactifs comme nulle part ailleurs si non à Sellafield (site équivalent en Angleterre). Certains ont même prétendu qu’il y aurait des leucémies en excès chez les enfants. Mme Dominique Voynet, ministre verte de l’écologie dans le gouvernement Jospin avait ordonné une enquête approfondie par une commission d’experts pour élucider la question. Résultat : le supplément de dose radioactive, pour les habitants de la région, n’est qu’une faible fraction des niveaux de radioactivité dûs à la nature, à la médecie (radiographies), aux retombées des essais de bombes (dans l’atmosphère, années 60) et de Tchernobyl. L’étude a confirmé l’absence d’excès de Leucémies. La meilleure preuve est que Mme Voynet. à l’époque de la publication des résultats, n’a pas dit un mot de ces résultats. Vous croyez que si l’étude avait mis en évidence ne serait-ce qu’un seul cas de leucémie en trop, que dans sa position politique elle se serait privée d’en parler ? Vous pouvez vérifier, tout est sur : http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-locales/GRNC/Pages/Radioecologie-nord-cotentin.aspx?dId=9a824c66-e160-4f61-9155-fe936259b5f2&dwId=00312196-d0ec-4d2c-b059-f4caec14e663#.VJlZhJB2A et aussi http://www.gep-nucleaire.org/norcot/gepnc. Vous verrez même que le président actuel est un expert suisse, M. Christophe Murith de l’OFSP.
    Si vous croyez à votre vision du nucléaire, quelle opinion devez-vous avoir des professionnels qui y travaillent ? En connaissez-vous? Pensez-vous sérieusement qu’ils pourraient cautionner les inconséquences que vous attribuez à cette activité ? Ou alors pensez-vous peut être qu’ils sont eux-mêmes monstrueux, à l’image du nucléaire tel que vous le percevez ? Ils ne sont certes pas parfaits, comme toute communauté humaine. Mais je vous assure qu’ils ont une conscience professionnelle comme tout travailleur, ne serait-ce que pour ne pas mettre en danger leur propre famille qui vit souvent à proximité, ou simplement pour oser encore se regarder dans un miroir. Je vous recommande d’aller visiter une centrale, et surtout de parler avec des opérateurs et des ingénieurs.
    Il est vrai à votre décharge que les médias ne font pratiquement jamais d’investigations sur ces questions et ne font presque jamais d’interviews de ceux qui font tourner nos centrales. Alors que les militants anti-nucléaires sont relayés avec beaucoup de complaisance. Vous n’êtes donc pas entièrement responsable de vos perceptions sur le sujet. Mais vous avez les moyens de vérifier et de prendre du recul.

  3. Posté par Lafayette le

    C’est très bien de voir que la politique énergétique qui consiste à se fournir chez les autres ne suffit pas.
    C’est aussi très bien de commencer à réfléchir combien coûte le démantèlement ou l’entretien des centrales, car même les centrales solaires et éoliennes ont des coûts.
    Les panneaux solaires en série ne sont pas tolérants aux pannes et leur nettoyage est un coût supplémentaire, l’énergie grise de leur production n’est amortie qu’après de longues années, donc tout cette mascarade politique c’est de lancer le mouvement pour que l’on soit obligé de payer une fois que l’on n’aura plus le choix dans les alternatives énergétiques.

  4. Posté par Alec le

    JF Dupont, merci pour votre réponse.
    1) Démantèlement: il est trop cher, personne ne l’a fait (car personne en occident veut aller se faire irradier). Montrez moi une centrale accidentée ou non dont le coeur à été démantelé! (l’article que vous m’avez indiqué précise qu’en Suisse nous sommes bien préparé financièrement et que tout est sous contrôle, mais il n’indique pas de projets concrets de démantèlement de centrales nucléaires) Pourquoi Tchernobyl n’est pas démantelée. Car pas d’argent, pas la technologie pour, ni les suicidaires pour y aller! Personne ne sait comment sera l’économie de la Suisse dans 100 ans! Ce n’est pas à l’état de prendre en charge les risques! Il faudrait déjà mettre la couverture RC d’une centrale à 50 Milliard de CHF pour commencer! L’état Japonais à déjà dépensé 40 Milliard de dollar pour Fukushima. Ce n’est pas TEPCO qui a payé, encore moins son assureur! C’est le contribuable! De plus, les résidents ne sont pas biens indemnisés voir pas du tout et mal informés sur les risques! Si le nucléaire est si inoffensif, pourquoi interdire aux médias d’en parler? Pourquoi certains pays interdisent l’importation de denrées de Fukushima?
    2) Les déchets: l’article que vous m’avez montré (je résume) montre que le nucléaire est un bon risque et est inoffensif tant que la radioactivité est contenue dans une enveloppe étanche de la Biosphère. Actuellement dans le monde, nous avons fait des essais nucléaires à l’air libre, La hague rejette directement dans la mer et dans l’air des déchets radioactifs, toutes les centrales nucléaires du monde rejettent des radios éléments en permanence dans l’air (donc pas étanches), des sites de stockages en France et en Russie fuient de partout, Fukushima et Tchernobyl continuent à polluer aussi.Donc pour le côté étanche avec la Biosphere, c’est raté!
    Vous me parlez de pollution de l’air, c’est bien, mais vous me montrez l’arbre qui cache la foret! Je vous rassure, je sais aussi que le Granit est radioactif. Si c’est bien de vivre avec des radiations, portez vous volontaire pour nettoyer Fukushima. C’est vrai qu’il y a moins de chance d’avoir un risque nucléaire en Suisse, mais le nucléaire reste un boulet et ne paie pas pour ce qu’il coûte ou ce qu’il coûtera à la société!

  5. Posté par Jean-François Dupont le

    Alec présente le florilège classique des mythes que l’on raconte souvent sur le nucléaire. Pour faire peur. Tous ces points peuvent se vérifier : ce n’est pas la réalité, vous êtes mal informé. Ce que vous racontez sur le démantèlement tient vraiment du délire: http://www.lesobservateurs.ch/2013/12/29/dupont-4/
    Sur la plupart des questions de sécurité et de gestion des déchets regardez : http://www.lesobservateurs.ch/2013/04/22/nucleaire-les-risques-ne-justifient-pas-une-interdiction-a-priori/
    Le saviez-vous : le volcan islandais qui a empêchés tous les vols pendant 2 jours il y a quelques année a relâché l’équivalent de 3 (trois) fois la dose collective de radioactivité de Tchernobyl sur toute l’Europe : http://energie.lexpansion.com/climat/-le-nuage-du-volcan-eyjafjoll-plus-radioactif-que-tchernobyl_a-35-4448.html et http://energie.lexpansion.com/climat/nuage-de-cendres-radioactif-nos-estimations-etaient-bonnes-_a-35-4640.html
    Par ailleurs la pollution atmosphérique régulière rend la respiration plus dangereuse dans une grande ville que dans la zone évacuée de Fukushima : http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/la-pollution-plus-dangereuse-que-les-retombees-de-fukushima_a-32-8018.html
    Le plus important peut-être : les réacteurs de Fukushima m’étaient pas à nos normes de sécurité . Il manquait pas moins de quatre équipements essentiels de sécurité. Aucun réacteur conforme à nos normes (CH, UE, …) n’a jamais connu d’accident grave.

  6. Posté par Alec le

    On peut retourner le problème dans tous les sens, le nucleaire est juste l’energie qu’on ne peut pas se permettre. En cas de catastrophe, l’assurance de 250M CHF ne couvrirai rien du tout. Le cout serait illimité, car on voit qu’une catastrophe ne peut être contenue, car eternel problème des emissions de radioactivité et refroidissement permanent du coeur. Une centrale ne peut être démantelée car son coeur est inaccessible pour des milliers d’années. Donc même sans accident, comment avoir un business plan pour entretenir un coeur de centrale nucleaire pendant des milliers d’années ou dans le meilleur des cas un ou deux siècles pour avoir des robots capables d’approcher le coeur (ce qui ne resoud pas les déchets). Sans compter les souffrances éternelles des victimes de la radioactivité pour des générations (des monstres naissent encore dans la région de pripiat). Il n y a pas de chiffres précis car un accord entre l’OMS et l’AIEA interdisent les études sur les causes à effets du nucléaire sur la santé des populations (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/oms-et-industrie-du-nucleaire-des-liens-qui-derangent_992564.html). Si l’energie nucleaire était si propre, pourquoi interdire d’en parler au Japon? Il faut savoir aussi qu’une centrale rejette dans l’air de la radioactivité et ce 24/24/7/7, mais nos autorités les autorisent. Il faut savoir aussi que les tours de refroidissements émettent un gaz à effet de serre (la vapeur d’eau). Conclusion, avec ou sans accident, le nucléaire n’est absolument pas rentable et est un danger pour la santé publique!

  7. Posté par oro le

    Maintenant qu’on a fait des chaires universitaires d’écologie, ces nouveaux universitaires d’opérette, deviennent des prescripteurs idéologiques dans le souci de trouver un job. Ils sont prêts à nous conter toutes sortes de fadaises. En plus derrière ces manœuvres pour les éoliennes et les panneaux solaires on a des lobbys qui encombrent les parlements et prospectent pour leur nouvelle religion. On a un exemple intéressant avec les panneaux solaires de palexpo. A l’évidence, il faudrait tellement de panneaux que la surface utile de la Suisse ne suffirait pas à alimenter le pays. Quant aux éoliennes on sait déjà qu’elles doivent être stoppées quand il y a trop de vent, parce qu’elles ne supportent pas ces contraintes… ce qui en dit long sur leurs merveilleuses qualités.
    .
    Mais tout ce beau monde soi-disant anti-pétrole est surtout à la remorque du CO2. Un trucage de pieds nickelés qui a réussi à embarquer le monde politique européen et même mondial, dans des spéculations hasardeuses, sauf pour les escrocs. CO2 et escrocs, voilà bien ce qui sous-tend toutes ces opérations pour le soi-disant futur de l’humanité. http://www.liberation.fr/societe/2013/06/07/prison-ferme-pour-l-escroquerie-au-co2_909259

    On se rappelle encore avec quelle naïveté Valérie Giscard d’Estaing s’était embarqué dans un soutien aux avions renifleurs de pétrole et à leurs escrocs. Là aussi les « conseillers scientifiques » étaient de la partie avec apparemment de très forts et excellent arguments, comme ceux qu’on peut lire régulièrement. Après l’affaire des diamants de Bokassa, même si c’était un peu monté en épingle, on voit qu’en politique le goût des profits faciles conduit aux pires aberrations.

  8. Posté par Michel de Rougemont le

    Cette sortie en plusieurs épisodes est digne du dernier acte d’un opéra tragique. Sauf que lorsqu’on rentrera à la maison après le spectacle il faudra des bougies pour s’éclairer.
    Elle est totalement incohérente:
    Si le nucléaire est trop effrayant, trop dangereux et trop risqué (trois concepts bien distincts) alors il faut immédiatement en sortir, et ce définitivement.
    Si par contre il est assez sûr (et économique) pour fonctionner encore 20 ans, alors pourquoi ne le serait-il pas pour aussi pour 50 ou 50’000 ans ?
    Et s’il y a des investisseurs pour faire construire des centrales intrinsèquement sûres, alors il n’y a aucune raison de leur mettre des bâtons dans les roues. Les standards de sûreté doivent, et peuvent, être respectés, il n’y a aucun procès d’intention à faire.
    Mais lorsqu’une technologie est délaissée les compétences s’estompent.
    Quand, à l’aube d’une génération future décérébrée et ruinée, on se réveillera de l’illusion de la transition énergétique (sic) alors on pourra se faire subventionner par les Chinois pour qu’ils installent chez nous leur technologie nucléaire, à jour et bien au point. Ce sera leur aide au développement.

  9. Posté par pierre frankenhauser le

    Lorsqu’on sait qu’Isabelle Chevalley est chimiste et Christian van Singer physicien, on peut imaginer qu’il comprennent parfaitement le problème au niveau scientifique, qu’ils savent que le nucléaire est encore incontournable de nos jours, et qu’ils cherchent donc vraiment à nous enfumer en toute connaissance de cause.

  10. Posté par Christophe le

    Réponse à aldo :
    Prenons un jour futur où il y aura en Suisse 4 millions de voitures électriques (VEL) roulant chacune en moyenne 15’000 km par an, soit en tout 60 milliards de km par an !
    Si une VEL consomme 1 kWh par 5 km, cela fait 20 kWh aux 100 km (mais il existe déjà une e-up de VW avec seulement 11,7 kWh/100 km, soit 1 kWh pour 8,55 km), ou 3’000 kWh par an, soit en tout 12 TWh (milliards de kWh) par an pour tout le parc de 4 millions de VEL, soit presque exactement la production annuelle d’un nouveau réacteur EPR, (avec une puissance de 1,65 GW électriques, un EPR produit 12,3 TWh à 85% de taux de fonctionnement ou 7’446 heures par an), tel qu’il était prévu d’en construire en Suisse jusqu’au 25 mai 2011, la date de la folle décision hâtive du Conseil fédéral de sortir du nucléaire ! Cela pour l’énergie nécessaire à ces 4 millions de VEL.
    Qu’en est-il de la puissance nécessaire pour leur charge ?
    L’autonomie étant de ~150 km, un plein complet demande 30 kWh. Chaque VEL doit faire ~100 pleins par an, soit, en moyenne un plein tous les 4 jours.
    Chaque jour, il y aura en moyenne 1 million de VEL qui feront le plein. Admettons qu’un quart le fasse de jour et les trois-quarts normalement la nuit.
    Pour ces 750’000 VEL chaque nuit, avec une prise normale à 220 V et 10 A, il faut 13 h 38 min pour faire un plein de 30 kWh. La puissance demandée par chaque VEL est de 2,2 kW. Si 750’000 VEL font le plein en même temps, la puissance totale demandée est de … 1,65 GW, soit exactement la puissance d’un EPR. Donc ce serait entièrement jouable avec un seul EPR dédié aux seules VEL… CQFD

  11. Posté par aldo le

    Leuthard veut sortir du nucléaire, tout en continuant dans le sens de la surpopulation qui va faire croitre les besoins d’énergie exponentiellement à la croissance de la population. Penser qu’elle a un petit pois à la place du cerveau… ne serait-ce pas plutôt une éolienne ? Ne voilà-t-il pas qu’en digne adepte d’Emilie Gourd, pour éviter le mot gourdasse, elle a passé commande d’une voiture électrique Tesla S85 fabriquée en Californie. Elle qui rêve de finir sa carrière avec les avantages très lucratifs d’un poste à Bruxelles, pourquoi n’a-t-elle pas demandé conseil à Hollande qui sert de balayette promotionnelle aux constructeurs français ? Oui, c’est vrai, la cohérence n’est pas sa tasse de thé. Entre 83’000.- et 147’000.- c’est bien un prix pour nomenklatura. Surtout qu’elle bénéficie déjà d’un abonnement CFF 1ère classe.
    .
    Rien n’est trop beau. Déjà plus de 2 tonnes d’alu dont 700 kilos de batterie Imaginez de traîner un réservoir d’essence de 700 kilos qui ne se vide jamais. Toute cette voracité énergétique, ce ne sont pas des coups de pieds au Co2 qui se perdent, parce que l’électricité produit du Co2, sauf pour les imbéciles ?
    .
    Encore un truc douteux, est-ce qu’elle gère l’argent public aussi bien que ses affaires ? Si j’en crois certaines nouvelles, des invendus environ 3’000 voitures, toute la production, traînent depuis des mois. J’espère que le vendeur US lui a proposé un petit deal facture 147’000.- et ristourne 120’000.- reversés sur un compte anonyme dans le Delaware par exemple. Comment un pareil cadeau serait-il possible ? Une hypothèse, on vient d’ouvrir une station électrique à Martigny pour ce char… Ah oui, pour du shopping à Milan, avec l’électrique on n’est jamais trop prudent. Et d’autres stations (subventionnées ?) vont être déployées dans toutes la Suisse. Au fait, quelle sacrée économie elle aurait pu faire en achetant une lampe de poche à pile alimentée par une plaque solaire ou une mini éolienne. Là, avant toute dépense, elle aurait vite compris que tout ceci est du vent. Alors arrête ton char Doris ! On comprend mieux pourquoi tu voulais nous flanquer toutes ces taxes. C’était bien pour y échapper et subventionner cette nouvelle mode soi-disant contre le nucléaire. Un petit calcul, combien de centrales pour passer tout le parc automobile plus celui de la surpopulation à l’électricité ? C’est le moment de redescendre sur terre.

  12. Posté par li pixels le

    En résumé : Leuthard ferait mieux de retourner à ses casseroles car c’est la nullité faite femme et ce n’est pas elle qui payera la facture, elle a des oeillères d’âne pour ne pas voir les propositions et calculs d’autres plus pertinents que son équipe de nuls.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.