13 commentaires

  1. Posté par Wicht Pascal le

    Pour votre information, cela fait plus de 10 ans que la BNS n’a plus de réserve d’or aux Etats-Unis. Les réserves d’or stockées à l’étranger le sont au Canada et au Royaume Uni, et les lieux de stockage sont inspectés périodiquement par des agents de la BNS.

  2. Posté par Philippe le

    Beurk un journaliste du Temps….je vais nettoyer mon écran!!

  3. Posté par Pascal Legendre le

    A lire le commentaire de Sieur Veya, je me dis vraiment qu’en dehors de ce site, les journalistes sont vraiment devenus des péripatéticiennes patentées. Et encore, j’ai encore l’impression d’injurier les filles de joie avec cette comparaison.

  4. Posté par KANDEL le

    C’est un site pour les esprits libres, pas pour les journaleux corrompus, moutons !

  5. Posté par albisser le

    Réponse à Pierre Veya le 7 novembre 2014 à 17h06, l’or n’est pas rentré en Allemagne où sont les allégations? De Gaulle lui a rapatrié tout l’or des français.
    Franchement je m’inquiète du niveau des représentants d’Econimiesuisse……

  6. Posté par Guillaume le

    Pierre Veya (si tant est que c’est celui du Temps) qui met en doute les infos de Bloomberg et de la NSBC… C’est vraiment le Muppet Show intégral, les rédactions chez Ringier.

  7. Posté par Leb le

    Pierre Veya
    Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
    Pierre Veya au Salon du livre de Genève en 2011.Pierre Veya, né le 14 mai 1961[réf. nécessaire], est un journaliste suisse, rédacteur en chef du quotidien Le Temps.
    Biographie[modifier | modifier le code]Pierre Veya fait des études commerciales à l’École supérieure de commerce de Delémont, puis est engagé comme correspondant du canton du Jura à l’Impartial, avant de devenir responsable de la rubrique cantonale. À partir de 1989, il travaille pour l’Hebdo, et dirige la rubrique économique de cet hebdomadaire pendant six ans, avant de devenir en 1997 rédacteur en chef adjoint du quotidien économique L’Agefi, puis rédacteur en chef entre 2001 et 2004.
    En 2005, il devient l’un des rédacteurs en chef adjoints du Temps, puis, en 2010, à l’âge de 49 ans, il est nommé rédacteur en chef[1].
    En 2006, il est lauréat du « Prix Alstom »[2]……………….
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Veya

  8. Posté par Coat Buggy le

    Compte tenu des dettes pharaoniques des Etats, une crise cataclysmique avec effondrement économique n’est pas à exclure. Un très grand nombre d’économistes réputés l’affirment. Dès lors, demander que 20% du bilan de la BNS soit de l’or est la moindre des choses. Ce montant est d’ailleurs faible par rapport aux principaux pays qui nous entourent.

  9. Posté par Kolly Gabriel le

    Le commentaire de Pierre Veya manque singulièrement de consistance. Il devrait se renseigner directement auprès de Angela Merkel pour connaitre l’attitude des américains lorsque la chancelière a demandé le rapatriement des réserves allemandes !!! La FED a tout simplement refusé et n’a pas autorisé les allemands à visiter le dépôt des lingots; probablement virtuels. L’or de la Allemagne est peut-être maintenant en Chine; ne soyons pas angéliques.
    Citons encore le patron de la BCE Mario Draghi qui disait en 2013: Je n’ai jamais cru qu’il était sage de vendre l’or parce que, pour les banques centrales, c’est une réserve de sécurité. ça veut tout dire !
    Invitons les citoyens à voter OUI le 30 novembre.

  10. Posté par Jean le

    Pierre Veya, voilà ce que ma « simple recherche » donne :

    http://www.bloomberg.com/news/2014-06-23/german-gold-stays-in-new-york-in-rebuff-to-euro-doubters.html
    http://www.mining.com/germans-give-up-on-getting-back-their-gold-held-in-us-45305/
    http://nsnbc.me/2013/07/31/mystery-about-germany´s-gold-in-the-us-solved/

    Il n’y rien de faux dans ce qu’affirme la vidéo …

    Le pragmatique, faites confiance aux directeurs de la BNS, après tout ils ont bien vendu 1500 tonnes d’or à moins de la moitié du prix actuel ! Tout ça pour rembourser les dettes des cantons créer par leur manie de dépenser l’argent qu’ils n’ont pas (après avoir dépenser nos impôts) et pour renflouer les caisses d’un système qui ne marche pas du tout, à savoir l’AVS.

  11. Posté par Pierre Veya le

    Cette vidéo est une pure manipulation de l’opinion publique et est contraire au déclarations de la Bundesbank allemande. Une simple recherche montre que toutes les allégations contenues dans cette vidéo sont fantaisistes. Intéressant pour un site qui se veut critique sur l’information…

  12. Posté par Pascal le

    La BNS est soumise à la BCE qui est elle-même soumise à la FED. Ce sont des banksters, au même titre que dans le privé.

    Je n’ai pas encore décidé ce que je voterai sur ce sujet, mais je n’aime pas bcp ce que la BNS a fait depuis quelques années. Elle se rapproche de plus en plus de l’abandon du franc suisse et de son affiliation à l’€. Attention à ne pas trop desserrer la bride.

  13. Posté par Le pragmatique le

    Si mes informations sont bonnes, 70 % de notre or est en Suisse, 20 % en GB et 10 % au Canada. Si il eut été totalement effrayant d’apprendre que notre or était chez l’Oncle sam (qui nous veut du bien of course), La GB et le Canada sont des pays fréquentables et cela ne me pose pas de problème. L’initiative UDC va ouvrir la porte aux spéculateurs si la BNS ne peut plus agir avec souplesse et se trouve entravée en devant acheter – vendre de façon systématique, des quotes-parts de 20 % en or, sur ses opérations et peut-être au mauvais moment.
    Si je n’ai aucune confiance dans les banksters du secteur privé qui devraient passer sur l’échafaud, je trouve que la BNS agit ces dernières années avec doigté. Continuons à leur faire confiance. NON à l’initiative sur l’or.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.