Italie : des migrants logés à l’hôtel se révoltent : ils veulent une chambre par personne

albergo-alpago

Ils sont en vacance au pied des Dolomites....

PUOS D’ALPAGO (Province de Belluno) 

C'est arrivé hier après-midi peu après 14h30.

Des clandestins logés, aux frais des Italiens dans un bon hôtel, n'ont pas apprécié du tout l'arrivée dans "leur" hôtel, de 8 nouveaux immigrés.

C'est ainsi que quand les 28 soi-disant réfugiés déjà installés dans l'auberge ont vu le personnel de la coopérative sociale Integra (qui spécule sur le business de l'immigration en parasitant les contribuables italiens à travers le centre italien de solidarité de Belluno) rajouter des lit dans les chambres "single", le chaos a commencé. Ils ont commencé à hurler et à jeter des objets par terre.

La police a dû intervenir [...]

Ces immigrés sont logés à l’hôtel Alpago (au frais du contribuable) qui a une capacité d'accueil de 40 lits. Ils étaient jusqu'à hier au nombre de 28. Tous ces pauvres réfugiés sont des hommes entre 18 et 32 ans. Ils n'ont pas supporté l'idée de partager leur chambre avec quelqu'un d'autre et exigent d'avoir chacun sa propre chambre.

La structure dispose d'un bar, d'une salle de réunion, d'un garage couvert, d'un parking et d'un jardin. Toutes les chambres ont le téléphone et la TV.

Ces "réfugiés" africains ont aussi protesté contre une alimentation "inadéquate" (trop de spaguettis), ont hurlé contre la police et se sont plaint de la présence de diverses ethnies et de la difficulté de pouvoir communiquer entre eux.

Le personnel de la tristement célèbre coopérative a déclaré : "Nous avons pris en compte leurs demandes; on comprend à quel point ils sont tous différents culturellement. Ils viennent d'Erythrée, de Sierra Leone (Ebola...), du Togo, du Nigéria, de Guinée (Ebola) et ce sont tous de jeunes hommes". 
Ce sont tous de jeunes hommes venant de pays sans guerre et c'est à nous de les loger à l'hôtel alors que nos jeunes n'ont pas de travail et sont contraints d'émigrer.

Source voxnews (en italien)

7 commentaires

  1. Posté par Derek Doppler le

    Rassurez-vous Anne, il ne se passera strictement rien, mais alors rien du tout, que dalle. On va continuer de s’offusquer derrière son clavier de l’énième « outrage du jour » en attendant l’arrivée de l’homme providentiel ou je ne sais quoi, et puis c’est tout. Parce que voyez-vous, l’homme providentiel ou je ne sais quoi est en train de faire ou a certainement déjà fait ses valises et s’est tiré loin, très loin de ce cloaque de dégénérés décadents fragiles.

  2. Posté par lancelot le

    Si ces parasites ne sont pas content ils ont qu’a retourner chez eux!

  3. Posté par Anne Lauwaert le

    Pierre, il n’y a pas que les Italiens qui semblent être aussi c… c’est comme ça partout et même en Suisse.
    La question que je me pose: jusqu’à quand les indigènes vont-ils supporter tout ça ?
    quand ils vont réagir qu’est ce qui va se passer ?

  4. Posté par Pierre Cocasse le

    Je ne pensais pas que les Italiens pouvaient être aussi c… !

  5. Posté par Leb le

    KANDEL,
    Oui, Raspail nous a avisé que ça finirait très, très mal pour les autochtones.

  6. Posté par KANDEL le

    GO HOME !
    Retour forcé en Afrique, vite fait, bien fait.
    OUI à ECOPOP !
    Jean Raspail dans son roman « Le Camp des saints » nous avait avisé de cette invasion de l’Europe par le Tiers-monde et de la couardise des autorités en Europe qui n’oseraient pas faire preuve de fermeté et renvoyer ces gens à la case de départ.

  7. Posté par Nicolas le

    Complètement incultes mais malins comme des singes, ils ont vite compris qu’il n’y a pas de limite à ce qu’ils peuvent exiger en titillant le complexe de culpabilité de ces européens dégénérés.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.