Le poids des mots, le choc des images…

Dominique Bianchi
Journaliste indépendant
Kaaris

 

https://www.youtube.com/watch?v=xX4Pxiwti4E

C’est un clip de rap « français » qui ressemble à beaucoup d’autres.
Si je l’ai choisi en exemple, c’est parce qu’il a été visionné plus de 12 millions de fois sur You Tube.
Je souligne: 12 millions de vues pour un clip de rap en français…
(Benjamin Biolay et sa monotone guimauve antifa: « le Vol noir » plafonne à 57’000 vues, grâce à la promotion gratuite des médias effarouchés par la montée des droites « eurosceptiques »)

Dés les premières images, on voit le leader du groupe assis sur la fenêtre d’une Audi roulant dans la ville, détail piquant: il brandit négligemment une kalachnikov. Il s’appelle Kaaris, il semble tout droit sorti d’une milice de rebelles africains. C’est un noir barbu et bodybuildé, il a un regard menaçant. Ensuite, on le voit, torse nu, entouré de ses « frères d’armes » arborant tous des T-shirt marqués du chiffre « 93″ (Seine-St Denis), certains arborent des armes à feu.

Le vidéaste a choisi de montrer le rappeur dans une scénographie de banlieues en ruine, de nuit et en noir et blanc. On pense à Sarajevo en ruine, à Bagdad ou à Om. Si ce n’est pas un décor de guerre, ça y ressemble furieusement. Parmi les troupes du « 93″ il n’y a pas de « frangines », la guerre c’est une affaire de mecs. Plus tard, on découvre enfin une femme, c’est visiblement une blanche, elle est en string et elle fait lascivement rouler ses fesses devant le leader qui semble l’ignorer. On ne voit jamais le visage de la blanche, elle est filmée de dos, c’est un simple objet voué aux plaisirs du guerrier anabolisé. Derrière on voit deux bagnoles de sport dont la valeur totale doit représenter une trentaine d’années de salaires d’un prof de banlieues. La « pute blanche » fait couler de la vodka sur les mains de son maître, lui, il fixe l’objectif avec cette moue dédaigneuse et supérieure caractérisant le guerrier repu et revenu de tout.

Voici maintenant le texte de ce grand succès de la « chanson française »:

» Je n’ai aucune peine, j’te nique ta race
Dans les veines, je n’ai que de la glace
J’veux savoir c’que c’est que de prendre ta place
J’m’entraîne à sourire devant ma glace
La capitale dans le barillet
Tout arrive de Colombie akhé
J’rappe sale tellement avarié
Que même ces putains de rats attrappent la diarrhée
J’encule Brandon et Dylan
Si les pédés crament au napalm, j’veux la palme
J’m’en bat les couilles de qui rend l’âme
J’trempe mes cookies dans tes larmes.

(refrain)
Les singes viennent de sortir du zoo
Armés comme à l’époque du Clos
L’ange de la mort dans la peau
Ton cadavre derrière queques plots
Le sang est plus épais que l’eau
Armés comme à l’époque du Clos
Les singes viennent de sortir du zoo

Traqué mais pas domestiqué
Ma vocation te braquer et te voir me l’astiquer
J’te met en location, t’es maqué, j’vais devoir te niquer
T’es en rotation, t’es claqué, faudra m’expliquer
Dans le calbut, du surplus de quelques barretetes
Ta mère la sale pute, il est trop tard pour chialer
C’est pas parce que tu joues pas que le jeu s’arrête
Ca sent la sueur au labo, des trackers sous l’capot
Cent plomps dans tous les bracos
Viser en plein cœur tous ces raclos
J’suis un de ces nègres qui persistent, et les ténèbres s’éclaircissent-

(refrain)

Y’a que les ficelles de tes strings qui te soutiennent
J’te baise et les draps s’en souviennent
Gros bras pour que Kadiatou vienne
Me fasse un riz au gras ou tiebou dien
La chambre est assez grande pour plusieurs chiennes
Le torse est assez large pour plusieurs chaînes
Dans le monde des blancs, les billets sont mauves
Chez nous, l’animal dominant est un noir chauve
Quelques grammes par jour dans l’pif
Les hommes mentent mais pas les chiffres
Le nom d’un mort tatoué sur la peau
Les singes viennent de sortir du zoo.

Voilà pour le poids des mots, je laisse le lecteur apprécier, mesurer et jauger la teneur du discours. La révolte et le lyrisme Rimbaldien se prend une méchante rafale de kalach…

Je rappelle: 12 millions de vues sur You Tube…

Maintenant un petit exercice d’extrapolation.

On refait le même clip, on remplace les noirs du 93 par des blancs du 39 (Jura). On les filme sur la place d’un village, autour du monument au mort, sous le drapeau tricolore le leader est coiffé d’un béret, il arbore un fusil de chasse « Manufrance » et ses copains brandissent des fourches et des Opinels.
Une pute noire en string, vue de dos, agenouillée fais couler du vin de paille sur les mains du chanteur tandis qu’elle remue lascivement ses fesses sur un air d’électro-musette déchiré par les râles plaintifs d’un accordéon.

Imaginons maintenant le texte du rap original adapté pour la circonstance par des jurasssiens blancs du 39.
(Je ne sélectionne que les extraits les plus violents) Imaginons ces paroles dans la bouche de l’identitaire à béret avec, dans le lointain, un tracteur et une Renault 4 tout droit sortis d’une grange à foin.

» Je n’ai pas de peine à baiser ta race,(…) Si les pédés crament au napalm je veux gagner la palme (…) je m’en bats les couilles de qui rend l’âme (…) les singes viennent de sortir du zoo (…) ma vocation est de te braquer et de te voir me l’astiquer (…) ta mère la sale pute, il est trop tard pour chialer (…) je suis un de ces blancs qui persistent et les ténèbres s’éclaircissent (…) ma chambre est assez grande pour plusieurs chiennes (….) chez nous, l’animal dominant est un blanc rasé (…) quelques litres de vin dans le gosier (..) etc… etc…

Imaginons maintenant que ce clip aussi « franchouillard » qu’imaginaire ait été visionné 12 millions de fois sur You Tube.
Imaginons la réaction outrée du gouvernement, la couverture de Libé, l’éditorial du Monde. L’effroi feint de Benjamin Biolay, la stupeur indignée de Noah. La colère de Taubira exprimée dans une prose rageuse et vengeresse affichée en prime-time au TJ de 20h.
Branle bas de combat à l’Elysée, la DST est mise sur le coup, des dizaines de milliers de français descendent dans les rues pour hurler contre le racisme et réclamer la tête de Marine Le Pen.
Le groupe de Jurassiens est mis en examen pour incitation à la haine raciale et association de malfaiteurs, menaces de mort et homophobie.

Et voilà.

Revenons à la triste réalité. Je n’ai vu aucun média s’émouvoir de ce clip, personne ne s’est inquiété ou à remarqué que le rap du groupe Kaaris a été visionné plus de 12 millions de fois dans l’indifférence totale des anti-racistes, des féministes, de la LGBT ou même du ministre de l’intérieur.
Personne n’a fait le moindre froncement de sourcil en voyant les armes exhibées par « les singes sortis du zoo ».

Circulez, y a rien à dire ! Faut pas stigmatiser la jeunesse des banlieues quand elle essaye de développer et promouvoir sa sensibilité artistique. Et puis ce clip et le CD de Kaaris ont rapporté des millions d’euros, merde ! On va pas stigmatiser une PME française, avec le chômage et la conjoncture actuelle.
Allez circulez, y a rien à dire ! Feriez mieux de vous inquiéter de la montée des eurosceptiques….

 

Dominique Bianchi, 5 juin 2014

8 commentaires

  1. Posté par Le pragmatique le

    Définition du Niktamère :

    Le « niktamère » est un animal en provenance de son pays d’origine, le Maghreb.

    Là-bas, il meurt de faim car trop paresseux. Ici, bien nourri et logé gratuitement sans travailler, il se reproduit rapidement en milieu urbain européen.

    En général ils se regroupent dans des réserves naturelles (banlieues, zones industrielles, gare); des distributeurs de billets réservé spécialement pour eux (aides sociales);

    Mode de vie: le niktamère ne sort que la nuit en troupeau de 5 ou 6 spécimens appelés « branleurs » . Le niktamere isolé est un animal peureux.

  2. Posté par tetard le

    ah la suisse….heureusement en cas de guerre cette « race » magnifique survivra grace à ses nombreux abris anti-atomique et ainsi ils pourront repeupler le monde avec plein de petits suisses et la ça sera super cool!

  3. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Je n’en ai pas terminé avec le poids des mots. Car voici qu’un passage de l’écriture saute à ma mémoire, comme un joyeux Pittbul! De mémoire: « ne maudis pas le roi, même dans ta pensée, et ne maudis pas le riche dans la chambre où tu couches; car l’oiseau du ciel emporterait ta voix, l’animal ailé publierai tes paroles ». Donc au poids des mots il faut ajouter celui des pensées. Mon éducation m’avait prédisposé à considérer ce passage comme une invitation à l’autocensure. J’avais intègré le commissaire politique. Le non-dit régnait. Il avait une petite voix (selon ma mère) d’un poids stérilisant. Jusqu’au jour où, longtemps après, j’ai compris que les petits oiseaux du ciel sont des messagers fiables. Mais alors il faut se taire, et patienter. Qui d’autre qu’eux peut transmette un message ambivalent? En plus, ils reviennent vers vous, car l’autre aussi pense et peut-être vous maudit. Mais ce sera tout. Pour ce jour, car je reviendrai sur ce sujet. Joyeux!

  4. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Voici qui est glaçant, terrifiant. Le devoir de mémoire asséné sans relâche anesthésie ses propres zélateurs!
    « Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » Matt. 12:34
    « La parole de Dieu est vivante et efficace… Elle sépare âme et esprit… Juge les sentiments et les pensées du cœur ». Ceux qui m’ont cité ce passage ne voient en cette parole que les Exritures! À tort! Car la parole est aussi chose et événement. Nous pourrions dire « le poids des faits ».
    Gavar en hébreu est la force. En russe et en serbe, « jà govoriou » je parle. Razfovor, conversation. Le poids des mots…
    Et le CRIF et ses pairs ne réagissent pas? Alors que les propos de Dieudonné font scandale… À quand le brassard avec la croix gammée imposé aux racistes? Taubirat quitte le navire?
    Mais, mais il ne faut pas confondre haine et incitation à la haine?
    Le poids des mots? Il y en a à dire. Car des mots « lourds » peuvent êtres évanescents comme une brume matinale. Sans contrepartie dans le cœur ils sont vides de sens. « Que ton oui soit oui », et ton non « non »! Tel dit « oui », avec empressement, et ne fait pas. Tel autre dit « non », puis fait! Le oui du lèche bottes est sans poids, et le non, pesant, du réfractaire à un poids dont l’effet est contraire. Ce qui montre les limites de la phtisique quantique, du béhaviorisme et des sondages d’opinions. Lesquels me rappellent une histoire biblique que mon oncle me lisait à mon coucher. J’avais sept ans et c’était passionnant. Cette histoire raconte un dénombrement du peuple, avant le lancement d’un combat! La majorité acquise le roi, David en l’occurence, engagea le combat. Et ce fut la débâcle! La défaite! Quand je serai grand j’espère recevoir les mots pour montrer les évidences que cette histoire révèle. Et comment tout se tient, avec cohérence! Dans les écritures! C’est génial! Je serais intarissable… Si les Observateurs me l’accordent.

  5. Posté par JeanDa le

    « Je n’ai aucune peine, j’te nique ta race ». Intéressant. Je m’imagine un blanc qui chuchote « les noirs m’inquiètent ». A coup sûr il finit en prison après multiples plaintes pour racisme aggravé.

  6. Posté par Caïus Maximus le

    « Les singes viennent de sortir du zoo »

    Ce n’est pas moi qui l’ai dit. Il est lucide, c’est au moins ça…

  7. Posté par dominique degoumois le

    le gouvernement français fait le jeu des racailles et après ……….

  8. Pingback: Vidéo / Tube / "Je n’ai aucune peine, j’te nique ta race…etc." / Vu plus de 12 millions de fois !!!! A votre tour ! ...

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (43'000 commentaires retenus sur plus de 400'000) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.