Le gang des barbares veut qu’on les oublie• Ils n’ont pas regretté…

post_thumb_default

 

Yalda, l’une des quatre appâts sexuels du gang, franco-iranienne, qui a attiré Ilan Halimi vers le piège mortel, demande à être oubliée :

Yalda gang des barbares

Elle n’a jamais regretté son geste.

Nous disons non, nous n’oublions pas.

Le gang des Barbares, 18 garçons et 9 filles. Ils demandent à être oubliés. Ils n’ont jamais regretté leur geste :

FAITES_ENTRER_L_ACCU_preview

Nous disons non, nous n’oublions pas.

Nous n’oublions pas que les leaders du gang avaient des antécédents : ils étaient impliqués dans au moins 15 autres cas de kidnapping ou de racket, certains étaient membres de la branche française du FPLP.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Fofana, Youssouf, prison à vie : nous n’oublions pas.

Soumbou, Jean-Christophe, 18 ans de prison : nous n’oublions pas.

Aït-Abdelmalek, Samir, 15 ans de prison : nous n’oublions pas.

Gavarin, Jean-Christophe, 15 ans de prison : nous n’oublions pas.

Moustafa, Nabil, 13 ans de prison : nous n’oublions pas.

Birot Saint-Yves, Cédric, 11 ans de prison : nous n’oublions pas.

Polygone, Fabrice, 11 ans de prison : nous n’oublions pas.

Touré Kaba, Yayia, 11 ans de prison : nous n’oublions pas.

Ribeiro, Jérôme, 10 ans de prison : nous n’oublions pas.

Arbabzadeh, Sorour, 9 ans de prison : nous n’oublions pas.

Gouret, Tiffenn, 9 ans de prison : nous n’oublions pas.

Serrurier, Gilles, 9 ans de prison : nous n’oublions pas.

Martin-Vallet, Christophe, 10 ans de prison : nous n’oublions pas.

Louise, Franco, 5 ans de prison : nous n’oublions pas.

Oussivo N’Gazi, Francis, 7 ans de prison : nous n’oublions pas.

Oussivo N’Gazi, Guiri, 7 ans de prison : nous n’oublions pas.

Pastisson, Jérémy, 3 ans de prison : nous n’oublions pas.

Fontaine, Sabrina, 3 ans de prison : nous n’oublions pas.

Lorleach, Audrey, 2 ans, 16 mois de prison avec sursis : nous n’oublions pas.

Sorour Arbabzadeh dit Yalda, 9 ans de prison : nous n’oublions pas.

Et puis il y a, par ailleurs, Caron Aymeric, 17 ans de journalisme d’extrême gauche : nous n’oublions pas ses puantes récentes remarques sur l’affaire.

Son cerveau déviant lui a encore, chez Ardisson ce vendredi, fait dire qu’endosser le narratif de Mohammed Merah pour justifier ses crimes n’est pas un dérapage.

Cet employé du service public a déjà “oublié” que France 2 a trouvé son propos si abominable que – fait rarissime sur le conflit des conflits – elle a coupé le passage.

Mazette, qu’à pu dire Caron de plus monstrueux que le mensonge al Dura de Charles Enderlin, lui qui n’avait pas été coupé par la chaine ?

Où sont les rush France 2?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

 

Extrait de: Source et auteur

 

5 commentaires

  1. Posté par Tommy le

    Que de noms qui fleurent bon l’immigration enrichissante, variée et passionnante dont l’Occident rêvait depuis tant de siècles!
    Mais que ferions-nous sans cet apport, nous pauvres minables?

  2. Posté par Aurelie le

    Ils ont fait un film retraçant cette histoire de la prostituée du gang des barbares et de sa relation avec le directeur de la prison. Je trouve ça ignoble !! Premièrement elle ne mérite pas que sa vie soit relatée dans un film;
    Et deuxièmement, le choix de l’actrice Adèle Exarchopoulos pour interpréter son rôle ne correspond pas du tout, car cette dernière étant très jolie entre en totale contradiction avec l’apparence réelle de Sorour Arbabzadeh qui elle est extrêmement laide et vulgaire.

  3. Posté par francis le

    Sur les 27 personnes composants cette bande, seules deux sont »d’origine Iranienne ». cela fait de cette bande une bande Franco-Iranienne. Vraiment, c’est stupide.

    db

  4. Posté par Phil le

    Juste pour rectifier une petite erreur de notre passionné commentateur Edouard:
    Sorour A. a fait 6 ans de prison puisque en détention provisoire jusqu’au verdict du premier procès (2006) puis jusqu’au verdict du procès en appel (2010). Le temps de détention provisoire est déductible de la peine de prison prononcée lors du verdict. Or tout détenu qui en fait la demande peut bénéficier d’une remise de peine après avoir purgé au moins les deux tiers de sa peine. Voilà pourquoi elle est sortie au bout de 6 ans. Je ne suis pas tout à fait sûr que la prison lui soit d’un grand secours pour « être moins conne ». Une vie équilibrée avec un entourage bon et honnête le serait certainement plus !

  5. Posté par Edouard le

    Dites-moi, Sorour Arbabzadeh a bien été libérée en 2012 soit 3 ans après. C’est donc une remise de peine. Les remises de peine c’est pour bonne conduite. Son petit jeu d’emprise sur le directeur de la prison, jouer la chef des détenues, c’était ça la bonne conduite. Retour au gnouf ! Avec obligation de lire et se cultiver pour sortir moins conne, voilà la peine qu’il lui faudrait

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.