Il y a journalisme et journalisme

Uli Windisch
Rédacteur en chef
UWPiletBlocher

Il y a journalisme et journalisme.

La récente et large réélection à une majorité qualifiée du chef de gouvernement de Hongrie, Viktor Orban, a donné lieu à de très nombreux commentaires et nous avons nous aussi parlé à plusieurs reprises de sa politique ainsi que de l’histoire mouvementée de sa vie politique personnelle.ici

On se souvient qu’un certain député du parlement européen l’avait même traité de totalitaire et comparé à quelques dictateurs authentiques. Il s’agit bien sûr du gueulard Cohn-Bendit, qui a d’ailleurs aussi traité les Suisses de crétins après le vote du 9 février 2014 sur l’immigration de masse, ce qui devrait nous permettre de ne pas le ménager et pourquoi pas de le traiter également de crétin ; lui montrer qu’il n’est pas le seul à savoir insulter s’il le faut. Mais passons.

L’inénarrable Jacques Pilet dans sa chronique de l’Hebdo, du 10 avril 2014, nous dit d’un côté que l’homme fort V. Orban plaît et doit beaucoup de son image de caïd au fait qu’il ose défier l’UE. Oser cela pour Pilet, l’adorateur depuis des décennies de l’UE et qui moque et insulte régulièrement les Suisses parce qu’ils ne veulent pas sauter aveuglément dans cette UE, c’est évidemment insupportable.

Il n’y a pas que l’UDC qui ne veut pas de l’UE mais de larges couches de la population de pays de plus en plus nombreux et pour des raisons de plus en plus valables et fondées. Rien n’y fait, Pilet persévère. Il est certainement le journaliste qui a le moins changé d’idées depuis de nombreuses décennies, en étant toujours sûr d’être seul dans le vrai et en diabolisant tous ceux qui ne le suivent pas comme tous ces jeunes journalistes qui ont dû être au garde-à-vous quand ils voulaient travailler dans les publications qu’il a dirigé.

Pilet laisse une nouvelle fois libre cours à sa rage contre Orban et … bien sûr contre ces sacrés Suisses qui ne veulent pas le suivre. Comme si le dénigrement des Suisses suffisait à les faire changer d’avis. Et comme d’habitude il y va fort. Parfois il faut citer pour le croire : « Les Suisses du repli (NDR : un de ses clichés favoris depuis qu’il a pris la plume) et les Hongrois partagent deux illusions : croire possible une totale souveraineté et se poser en peuple supérieur ». Les Suisses, se croyant un peuple supérieur et à une totale souveraineté ! Il fallait bien 40 ans d’observation de notre pays pour arriver à ce profond constat. Après cela on s’étonne de la crise de la presse, de celle de gauche surtout, de sa « débandade », parole d’une journaliste pourtant de gauche et active à Libération: ici ! Il devrait lire cette dernière plutôt que de réaffirmer, satisfait et fier, ses soliloques à répétition qui pourraient être générés automatiquement par un logiciel auquel il suffirait d’indiquer le thème pour que sorte l’article qu’il écrirait tant le contenu en est prévisible.

Orban aurait mis les médias sous tutelle. Il oublie que dans les pays de l’Europe de l’Est bien des journalistes ayant déjà servi sous le communisme sont simplement devenus socialistes ou plus souvent « démocrates » et veulent toujours avoir le monopole de la parole.

La Hongrie serait isolée… au point qu’ Orban devrait aller serrer la main des dictateurs d’Asie…

L’économie ? Pilet doit concéder qu’elle « s’améliore un peu » grâce à qui ? Aux aides européennes !

A peine un mot sur le prédécesseur socialiste d’Orban qui a effrontément et délibérément menti à son peuple pendant des années pour finir par l’admettre ouvertement et publiquement.

Orban est bien sûr patriote comme beaucoup de Suisses. D’après Pilet les Suisses ont plutôt « une allergie aux étrangers » ; les Suisses qui ont dit OUI le 9 février sont sous la même emprise qu’Orban !

La totale, comme disent les jeunes aujourd’hui.

Pour qui nous prend-on ? Et les choses ne vont sûrement pas s’améliorer puisque Ringier vient de racheter le journal Le Temps dont on nous dit qu’il pourrait entrer en « synergie » avec l’Hebdo. Le mot synergie semble couvrir des réalités bien différentes.

Pour les déçus, pour ceux qui en ont assez d’être pris pour des imbéciles, condamnés à ne pouvoir consulter qu’un seul hebdomadaire en Suisse romande, ils ne doivent pas hésiter à aller voir ailleurs.

Justement à propos du même Orban et de sa nouvelle victoire éclatante, pour avoir une autre information, une vraie, regardons ce qu’en dit l’hebdomadaire français Valeurs Actuelles(VA), 24 avril 2014, dit de droite, ou tout simplement anti-politiquement correct et qui dit les réalités telles qu’elles sont plutôt que d’asséner des obsessions idéologiques. Rappel de quelques extraits de ce que cela donne.

Il est dit d’emblée qu’Orban est, en effet, le chef de gouvernement le plus détesté, en précisant toutefois que c’est parce qu’il refuse de suivre et d’obéir aveuglément à l’UE. Pas fréquent en effet. Alors que tout le monde critique l’UE, peu de responsables politiques osent agir autrement, voire à l’encontre de ces directives de l’UE. Cela ne pardonne pas.

Pilet est en bonne compagnie jusque-là car VA rappelle aussi l’image que les européistes veulent donner d’Orba : « dérive autoritaire » ; autocrate, populiste, liberticide, et pendant qu’on y est « néofasciste ».Rien que cela. Jean-Christophe Rufin, écrivain « progressiste », va jusqu’à le comparer à Hitler !

Personne ne rappelle qu’Orban s’était battu contre le communisme réel, pendant qu’il imposait sa dictature, et avant que cela ne soit sans risque.

Il continue à être courageux, volontaire, très déterminé, critique envers l’UE, en effet, et envers « la fainéantise intellectuelle qui consiste à imiter l’Europe occidentale », qui n’apporte plus de réponses aux problèmes ajoute-t-il.

V.Orban appartient à la minorité de leaders européens qui estiment que les nations sont la base de l’Union. Refus d’obéir aux « diktats » de Bruxelles et du FMI. Il impose un changement radical de politique économique : étatiste ou libéral en fonction « du seul intérêt de la Hongrie ». Rappel de quelques autres exemples de mesures « radicales » qu’il a prises :

-baisse des taux de la Banque centrale et plan de soutien massif aux PME

-vaste réforme fiscale : réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires ; de la moitié du nombre des députés et des ministères ; interdiction des primes dans la fonction publique ; taux d’imposition unique de 15%

-Chômeurs : contraints d’effectuer des travaux d’intérêt public, … Le chômage décroit d’un tiers !

Résultat : un bilan économique à faire rougir … plus d’un donneur de leçons européiste.

En août 2013, le premier ministre V. Orban rembourse la totalité de la dette hongroise au FMI… avec plus d’un an d’avance !

Son succès électoral s’explique aussi par une autre « rupture », sociétale, par ses convictions conservatrices dont les piliers résumés par lui-même sont : « travail, foyer, famille, santé et ordre ». Le mariage c’est le mariage traditionnel.

-la nouvelle Constitution rappelle les « racines chrétiennes » de la Hongrie.

-la sécurité devient « un droit essentiel ».

La révolution est bien conservatrice mais plébiscitée… pour la deuxième fois par des élections générales.

D’où, bien sûr, le fait qu’une telle réussite fasse peur et que certains craignent la « contagion ». Mais à qui ce changement conservateur fait-il peur et qui s’en défend en parlant de « dérive autoritaire, voire fascisante » ? Ici l’UE aura sans doute plus de peine à en appeler au « cordon sanitaire »

Rappel : tous ces derniers éléments sont tirés, même s’ils sont réécrits et simplifiés pour faire court, de l’article de Valeurs Actuelles déjà cité.

In fine, le lecteur aura compris la nécessité de ne pas se contenter de lire l’Hebdo et ses chefs historiques, s’il veut être vraiment informé, ou réinformé.

Ce qui est dit du Président Viktor Orban : un révélateur du degré d’aveuglement ou, au contraire, de la soif de vérité, de ceux qui en parlent.

Uli Windisch, 28 avril 2014

Un commentaire

  1. Posté par Alain Favre le

    Jacques Pilet, ahhhh… Jacques Pilet ! Le grand progressiste ! À ses yeux nous ne sommes que de vulgaires réactionnaires, repliés sur les heures les plus ombres de notre Histoire, suintants de relents nauséabonds.

    De toute façon on n’a pas le choix.

    La réaction ? Réagir prouve que l’on est encore en vie .
    J’appelle ça le principe d’Archim**de : tout corps plongé dans la m**de , subit une poussée …
    Je n’ai pas envie d’être un progressiste mort ,noyé dans la m**de , je préfère être un réactionnaire vivant . .

    Franchement qui peut adhérer à la vulgate contemporaine ? Il ne s’agit même plus d’opinions ou d’idées , mais d’une religion , d’une foi , d’un système de croyance.
    Une société peut se définir par ce qu’elle interdit , réprime . Que penser de celle-ci , celle de Pilet , qui sanctionne des mots , des idées , des attitudes , tout en se livrant avec délices à toutes les pulsions de mort ?

    Il est tout simplement temps d’en finir , qu’est ce qui en sortira ? Aucune idée et je dirais peu importe , ce qui compte c’est de sortir de la logique du train emballé . Tout le monde , à son échelle , sent bien que l’Europe va vers Nulle Part et qu’il faut faire dérailler la machine . Peut-être payons-nous d’autres trains mais celui-ci avec son confort de TGV fonce aussi vers la Nuit et le Brouillard. Nous devons nous évader car le voyage est sans retour.

    Seuls ceux qui ne veulent pas voir peuvent encore croire que le système est réformable , plus personne n’a d’excuses, il est impossible de prolonger l’état des choses au delà d’un futur immédiat .

    Démographie , globalisation , sociétés pluri-ethniques , économie , travail , pollution , climat , tensions internationales , eau , énergie , ressources naturelles , pressions migratoires ….Absolument tous les voyants sont allumés , toutes les sirènes hurlent , tous les paramètres sont en rupture de charge .

    On fait souvent la comparaison avec le Titanic , c’est plutôt d’un sous marin en plongée profonde qu’il faudrait s’inspirer . L’ aiguille du profondimètre n’est plus dans le rouge, mais au-delà du rouge , là où elle n’est pas censée être vue par autres choses que des calamars géants . La vapeur fuse des tuyaux , la structure craque , gémit , supplie… Ca tient encore parce que nos chantiers étaient les meilleurs , mais combien de temps ? Alors que le navire persiste à s’enfoncer .

    Ca sera la mutinerie ou la mort , la Réaction ou l’ implosion . .

    Et Pilet qui nous trouve réactionnaires…

    Il faut être très prudent avec l’emploi des mots armés de l’adversaire . Ainsi de celui de « réactionnaire » . Ce type de vocabulaire marxisant est piégé et contient un mécanisme vicieux qui se retourne contre celui qui s’en sert sans mode d’emploi .

    A l’origine , le « réactionnaire » est un membre supposé , conscient ou non , volontaire ou prédéterminé par l’appartenance de classe , de la réaction , c’est à dire des catégories sociales qui s’opposent à l’avancée de la victoire inéluctable du prolétariat ( la masse des individus productifs ou chômeurs qui ne possèdent que leur force de travail – la condition salariale pour simplifier – par opposition au capitaliste qui tire ses revenus du capital ou / et de la propriété directe ou indirecte de l’outil de travail) dans la lutte des classes .

    A l’opposé sont les progressistes , guidés par l’élite consciente du Parti dans la version Léniniste . Rappelons aussi que la lutte des classes est un déterminisme historique et est le moteur du progressisme , le vecteur de l’ Histoire , aucun individu ne peut y échapper puisque la définition même de l’individu passe par l’abscisse sociale de son appartenance de classe ( l’ordonnée pourrait être pour les freudo-marxistes soixante-huitards , d’ordre psycho-sexuel , oedipien , et relevant du champ de la psychanalyse ) . La nature immanente du « progrès » ne peut être remise en cause puisqu’elle relève du matérialisme dialectique , méthode d’interprétation historique et philosophique qui subordonne l’ensemble des productions intellectuelles et matérielles de l’ humanité à l’analyse marxiste , et caetera … la boucle est bouclée !

    L’emploi du mot suppose donc comme pré-acquis et entérinées les bases de l’ idéologie marxiste et de ses avatars , de Hegel à Marcuse , d’ Althusser à Deleuze …
    On comprend à partir de l’usage du mot pour s’auto-qualifier que cela revient peu ou prou à reconnaître la validité du dogme de la secte mortifère .

    Alors qu’à l’évidence , il apparaît à l’homme libre qui observe la Nature et en médite les Lois , que la notion de » Progrès » , hors de son acception restreinte écrite ci-dessus , est vide de sens . Car s’il existe bien une avancée constante et chaotique de l’emprise de l’homme sur la nature et la compréhension des phénomènes , c’est-à-dire un progrès scientifique et technologique , et ici ou là , par moment , de fragiles avancées morales ( philosophie grecque , christianisme , bouddhisme et confucianisme …) , chandelles dans le vent des barbares , il n’ existe par contre aucune force globale qui entrainerait inexorablement l’humanité vers la perfection , bien au contraire .

    La seule force qui porte l’ homme dans la flèche du temps existante ailleurs que dans les idéologies , les rêves et les imaginaires est d’ordre biologique . On peut la nommer » Evolution » et déclarer que l ‘ADN est son prophète ou se réfugier derrière la Création et le mystère opaque de la volonté divine , elle n’est soumise à aucune loi humaine et moins encore à la « lutte des classes » .

    Si bien qu’en conclusion , je dirais au progressiste Pilet : oui , je suis réactionnaire , réactionnaire à votre con**rie , à votre psittacisme , à votre intolérance , à votre tartufferie repue , à votre conformisme d’époque , à la toute petite chose que vous êtes et qui se croît grande , à vos certitudes de nain , à votre anthropocentrisme qui se pense lumineux , à votre être inachevé et surtout à la fondamentale erreur de jugement que vous commettez sur vous-même en vous voyant autre chose que le clone moderne de Bernard Gui .
    Obscure andouille !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.