L’Eglise du contraire

post_thumb_default

Face au trou béant de sa doctrine creusé par ses continuelles incohérences, le PS croit pouvoir renaître en revenant au mantra fondamental: "il faut adhérer à l'Union européenne." Ce n'est pas tant l'UDC que cette gauche du réflexe, têtue, obtuse, qui est née au lendemain du 6 décembre 1992, date historique à partir de laquelle le socialisme n'a cessé de se considérer victime de la démocratie. Devant la terreur de disparaître, l'on en revient aux cantiques premiers, aux hymnes des partisans qui emportaient les coeurs à l'heure des lendemains qui chantent. Mais ces lendemains sont déjà d'hier. Cet appel à rejoindre l'Union européenne est moins un cri d'espoir que la solution proposée par le parti socialiste au problème que lui pose la démocratie directe. Comme il sait qu'un appel à supprimer la démocratie ne passerait pas, il dit "adhérons à l'Europe", mais le résultat est le même, pouvoir continuer de poursuivre le dogme sans avoir à craindre la sanction du vote populaire.

Hasard subtil, cet appel à rejoindre l'Europe tombe le même jour que celui à ne pas soutenir l'initiative contre les pédophiles - les enfants ou les pédophiles, un choix pourtant simple auquel le socialisme ne parvient cependant pas à se résigner -, preuve s'il en est de la nature profondément dogmatique et sectaire de ce qui s'apparente de plus en plus comme une sorte de courant religieux que comme un parti politique. On espère, on croit, on impose, on excommunie comme dans la variante d'un mennonisme effréné.

Le socialisme est avant tout l'hérésie du contraire. Si, à droite, l'on a le malheur de regretter l'issue d'une votation, la condamnation tombe sans attendre: "Réactionnaires". Si, à chaque nouvelle défaite devant les urnes, à chaque nouvelle manifestation volontaire d'indépendance du peuple suisse contre le conglomérat euro-mondialiste, la gauche entonne le canon de l'européisme, c'est de l'"ouverture", "sociale et prospère". Ce que tout le monde sait pertinemment être faux, l'Europe est tout sauf sociale et prospère. Si les faits nous contredisent, et bien les faits ont tort, c'est la religion du contraire.

Mais le schisme menace au sein du parti. Aux rares élus suffisamment conscients pour sentir venir de France le formidable vent du boulet, la RTS - qui n'est autre que la chaire de cette étrange confession -, oppose le clergé patristique, François Chérix... François Chérix, grand-prêtre au saint des saints de la doctrine socialiste, qui, sur un ton où l'afféterie le dispute au suranné, définit son rôle comme suit (dès 07:50):

"Nous avons toujours devant les yeux l'intérêt général du pays [...] Moi, je fais mon métier, qui est de réfléchir dans une perspective historique à moyen terme [...] Les vingt dernières années nous ont amené dans une impasse."

Invocation, l'intérêt du pays, liturgie, la réflexion, condamnation, les vingt dernières années... La religion du contraire. Au-delà de ce catéchisme de l'oxymore, la réalité. Dans un article du Temps du 19 février dernier, François Chérix expliquait en détail ce qu'il entend par "intérêt du pays".

Il fustige pour commencer l'internet, qu'il juge coupable d'avoir favorisé une "démocratie d’opinion", qu'il qualifiera plus loin de "démagogie directe." Il assène:

"Le recours croissant à la démocratie directe discrédite toute autre forme de gouvernance et stimule d’autant le populisme."

La voix du peuple, la démocratie directe n'est plus ce bien ultime que le vrai socialiste appellerait de ses voeux contre le pouvoir des dictateurs. Au contraire, la démocratie directe c'est la dictature, et la dictature d'un parti unique contre l'opinion populaire c'est la nouvelle vertu "démocratique"... La religion du contraire.

C'est la démocratie directe qui réalise sans doute le mieux ce fantasme historique de la dictature du prolétariat. Le socialisme n'a jamais voulu le gouvernement du peuple, il veut devenir le peuple, c'est cela qu'ils entendent quand ils chantent: "L'Internationale sera le genre humain" et c'est pour cela qu'ils continuent d'appeler leurs dictatures des "démocraties".

3 commentaires

  1. Posté par Antonio Giovanni le

    Le Chérix de ces dames!.. en feignant la profondeur on peut manifestement proférer les pires inepties; on a bien tous compris que n’est démocratie, « secundum Franciscum » évidemment, que si, et seulement si, les objectifs de la gauche sont confortés par le vote populaire (populiste aussi.. ?), a contrario, on se trouve « ..en pleine dictature bafouant les aspirations légitimes d’un peuple bâillonné.. »; ce monsieur malencontreusement infiltré au sein de la rédaction du « Temps », est ,à mon humble avis d’homme simple, coresponsable du déclin de son audience; j’ai mainte fois exprimé mon aversion de ce retournement intellectuel de ce journal qui cherche, en vain, aujourd’hui des naïfs assez riches pour entretenir un vecteur des idées les plus ossifiées de la gauche intello, anticapitaliste, antibourgeoise, et puis aussi anti-riches; mais alors où sera la tribune de Chérix ? Quand on s’attable avec « le Monde » il faut avoir une grande cuillère…

  2. Posté par Alain Jean-Mairet le

    http://pjmedia.com/victordavishanson/ideologies-without-consequences/?singlepage=true
    There is a great sickness in California, home of the greatest number of American billionaires and poor people, land of the highest taxes and about the worst schools and roads in the nation. The illness is a new secular religion far more zealous and intolerant than the pre-Reformation zealotry of the Church. Modern elite liberalism is based on the simple creed that one’s affluence and education, one’s coolness and zip code, should shield him from the consequences of one’s bankrupt thoughts that he inflicts on others. We are a state run by dead souls who square the circle of their own privilege, who seek meaning in rather selfish lives, always at someone else’s expense.
    — VICTOR DAVIS HANSON

  3. Posté par Marie-France Oberson le

    6 février 1992,… je suppose qu’il s’agit du 6 décembre..
    Il est curieux d’observer que la démocratie directe est toujours attaquée par le PS quand le résultat de la consultation ne lui convient pas.J’en déduis que seules les initiatives lancées par le PS devraient avoir droit de cité..

    [La Rédaction: Rhooo l’incorrigible lapsus… maudite grippe !]

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.