Marche blanche: « On ne met pas un pédophile dans une école »

Bussat II

Christine Bussat, fondatrice de la Marche blanche, répond aux récentes attaques de la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga (et ici) contre l'initiative "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants". Ca dépote !

"Entre violer l'Etat de droit et violer un enfant, je ne sais pas ce qu'il faut choisir."

Le Conseil fédéral n'a pas le droit de mener campagne, "ça entame la confiance que l'on peut avoir dans le Conseil fédéral."

"On ne met pas un alcoolique derrière un bar, pourtant, l'alcoolique, il ne va pas faire de mal à une bouteille. On ne met pas un pédophile dans une école !"

C'est clair.

Suite

3 commentaires

  1. Posté par Le pragmatique le

    Tolérance zéro avec ces gauchistes liberticides et conseillers fédéraux militants. Les votes de défiance ont de beaux jours en perspective.

    Après le 9 février, je pensais que le CF avait enfin compris que l’expérience consistait à ne pas renouveler deux fois les mêmes erreurs; que pouik.

  2. Posté par JDV le

    A Caius Maximus: vous écrivez: « elle a tort », vous parlez de qui ? S.Soomaruga ou Mme Bussat ? Mme Sommaruga ne se comporte pas comme une Conseillère Fédérale au-dessus de la mêlée, mais une pro-active socialiste. Je ne l’ai pas encore entendu parler des souffrances des victims, souffrances qui peuvent durer toute une vie. Et si c’est un member de la famille qui commet un tel acte, le mal est d’autant plus profond.

  3. Posté par Caïus Maximus le

    Elle a tort sur un point: ceux qui sont contre cette initiative défendent les pédophiles, ils sont le lobby au service des pédophiles, point barre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.