Ch. Blocher : contre lui ils auront tout essayé !

Uli Windisch
Rédacteur en chef
Le temps

Qui travaille contre lui-même : Le Temps ou Blocher ?

Dans le journal Le Temps du 6 février Yves Petignat, assez systématiquement et obsessionnellement anti-UDC,  franchit un seuil auquel on ne s’attendait pas forcément de la part d’un journaliste du journal qui crie au secours en prétendant être indispensable à la Suisse romande, au risque d’un appauvrissement intellectuel général et dont nous ne nous remettrions point.

Certes il est de coutume dans ce journal-là d’être de manière pavlovienne anti-UDC, comme à l’Hebdo par ailleurs. Mais de là à vouloir nous faire croire à son univers fantasmatique, il y a un désir que la réalité nous empêche de franchir ( rappel : je ne suis pas membre de l’UDC mais pense nécessaire de prendre en considération la contribution de ce parti au débat sur ce que doit être la Suisse du futur, parti qui a par ailleurs un discours et un projet politiques partagés par le tiers de l’électorat suisse) et que bien des lecteurs exigeants doivent avoir de la peine à accepter.

Tout le monde sait que Christophe Blocher est engagé comme personne dans la campagne de la votation  « Contre l’immigration de masse », se déplaçant en permanence et partout pour tenter de convaincre les électeurs suisses de la nécessité de contrôler l’immigration, jusque dans les endroits les plus reculés et les moins aisés pour lui du point de vue linguistique. Rarement un politicien aura d’ailleurs autant donné de sa personne afin de se battre pour des causes qui lui semblent déterminantes pour l’avenir  du pays, que l’on apprécie ou non sa personne ou ses idées.

Yves Petignat, n’osant même pas assumer ses propos, vient nous dire « que les observateurs alémaniques doutent qu’il (Ch. Blocher donc) ait vraiment envie de gagner cette votation » ! ça, il fallait vraiment le trouver. Blocher se battant contre lui-même et pour perdre ! Bravo. Le résultat d’une grande et profonde enquête journalistique.

Bien des arguments des opposants à cette initiative se sont avérés inefficaces, quand ils ne sont pas purement et simplement mensongers.

Quelle qualité et finesse quand même, à trouver dans certains journaux qui appellent au secours la société entière, au risque de nous faire fléchir intellectuellement dans les bas-fonds d’une misère intellectuelle - sans doute aussi politique ! - menaçante et inexorable.

PS. Ceux qui craignaient une telle misère peuvent être rassurés puisque l’on vient d’apprendre que les médias « conservateurs », pardon « réactionnaires » sont tellement nombreux et dominants en Suisse romande qu’il a été nécessaire d’aller  chercher du renfort du côté de certains ex-communistes et toujours trotzkistes de Médiapart qui viendront renforcer le journal La Cité. Ce dernier journal n’est bien sûr en rien ni idéologique ni de gauche, puisque plus personne n’est de gauche sauf cette autre journaliste qui me disait récemment que je me trompais profondément en pensant cela à propos de la TV, étant donné que plus personne n’était de gauche dans « notre » TV , sauf elle-même qui, dit-elle, est en effet encore membre du parti socialiste. Cela sans rire, et il va de soi que tout le monde pense immédiatement qu’elle dit vrai.

Mieux, un dernier bastion dit du conservatisme médiatique vient de tomber, a-t-on tenu à me faire savoir, moi qui pensait qu’il s’agissait-là d’une niche pouvant pluraliser quelque peu ce paysage médiatique trop monochrome idéologiquement, à mon goût. Il semble difficile de prétendre que les deux nouveaux responsables de ce journal ( il s’agit donc du Nouvelliste valaisan) qui viennent d’être nommés sont de droite ! A peine ces derniers nommés, le  parti socialiste valaisan a immédiatement salué ces nominations ! Faut-il en déduire que les journalistes sont davantage des politiques que des professionnels ? Attitude peu fréquente jusqu’ici, du moins aussi explicitement et ouvertement.

D’où une question plus générale : Quelles que soient les préférences politiques des lecteurs-auditeurs suisses romands, est-ce vraiment ce paysage médiatique-là que mérite une société qui vante constamment l’exemplarité de son pluralisme et de sa démocratie ? Si la réponse est négative, pourquoi si peu de réactions ?

Autres questions : quels sont les vrais risques d’une telle situation et qui faudrait-il vraiment sauver, voire aider, dans ce paysage médiatique romand de plus en plus monochrome ?

Uli Windisch, 8 février 2014

3 commentaires

  1. Posté par Patrick Vincent le

    Nous sommes libres de quoi? De retourner au moyen âge? De vivre dans un mythe plutôt que dans la réalité? De transformer tous les étrangers en boucs émissaires? D’écouter des capitalistes enrichis grâce à la libre circulation nous dire que nous devons vivre enfermés chez nous? De ne plus pouvoir décider nous-même ce que signifie être suisse? Merci, mais les Romands ne veulent pas de cette ‘liberté.’ Nous sommes suisses, mais des Suisses tournés vers l’avenir et non vers un passé révolu et largement imaginaire.

  2. Posté par Pascal le

    Il est assez piquant de constateur que ceux-là même qui l’ont évincé du Conseil Fédéral (doit-on encore mettre des majuscules pour un tas d’incapables pareils ?) veulent maintenant qu’il aille négocier avec l’UE ……… à la pace des conseillers fédéraux. Vous avez dit schizophrénie ?

  3. Posté par Matias isa le

    Monsieur Blocher, cherche toujours le mieux pour notre pays. Je ne trouve pas sympa quand on le critique, parce qu’il ne parle pas bien le français, moi je l admire, il se débrouille très bien, j aimerai moi même parler aussi bien l’allemand.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.