Initiative pour les Familles: les petits trafics de la RTS

post_thumb_default

Au commencement, il y a l'initiative de l'UDC, qui demande une déduction de la charge fiscale pour toutes les familles sur le modèle déjà existant pour celles qui placent leurs enfants en crèche.

Ensuite, il y a la gauche, le parti socialiste, flanqué des PDC et PLR, lesquels, pendant des années, ont réclamé des déductions fiscales pour les familles gardant leurs enfants à la maison (ici, ici et ici) et estiment aujourd'hui qui il y a "mieux à faire".

Mieux à faire ? Augmenter les allocations familiales, soit percevoir des impôts, payer des salaires de fonctionnaires et redistribuer ce qui reste. La redistribution, pilier de la politique de gauche, prenant appui sur les nécessités sociales pour trouver le moyen de faire passer toujours plus d'argent par les caisses de l'Etat.

Et puis, enfin, il y a le média d'Etat, la SSR, qui, devant les chances de succès de l'initiative, a décidé de prendre les choses en main. Véritable technique de guerre, la RTS a procédé à l'enfumage général de la population sur fond de refrain lancinant pour convaincre, d'une part, que les familles n'avait pas besoin de plus d'argent ou que l'initiative n'allait profiter qu'aux riches et, d'autre part, qu'enrichir les familles allait appauvrir l'Etat. Mot à mot l'argumentaire socialiste. A la télévision d'Etat, l'on ne s'est guère fendu d'arguments concrets: faire trembler le bourgeois avec des projections catastrophistes, 1,4 milliard de pertes, venues d'on ne sait où, émouvoir le populo avec cette mère de famille millionnaire, les yeux perdus dans les persiennes de sa maison de maître, se demandant bien ce qu'elle allait pouvoir faire de tout cet argent. En général, ça suffit à éblouir le chaland; emballé c'est pesé.

Jusqu'à samedi dernier, au 19h30, où, dans le cadre d'une "série" sur les votations, la rédaction du téléjournal place un sujet sur les aides aux familles en Allemagne, qu'elle baptise fort spirituellement la "prime aux fourneaux", histoire de soigner le contexte. Quartier semi-chic, mères de famille hipster en bottes de cuir et bonnets de grosse laine, si certaines ne crachent évidemment pas dans la soupe, l'on en trouve une bien sûr pour nous dire qu'elle n'a pas besoin de cet argent... on est heureux pour elle.

Le problème ? Ce sujet a vocation de critiquer le principe d'une aide aux familles sur la base d'une déduction, le système allemand est une allocation extraordinaire de 100 euros par mois, soit, à la lettre, la solution de remplacement proposée par la gauche et les opposants à l'initiative de l'UDC. La voix off nous apprend que cette "prime aux fourneaux" "coûtera 1,2 milliard de francs chaque année", tiens, comme en Suisse...

Prendre le modèle d'application prôné par vos opposants, en constater l'échec et le porter au crédit de votre proposition, voilà ce que la RTS appelle de l'information.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.