PLR: tout sauf la famille ?

post_thumb_default

En 2011, dans un document de position, le PLR exigeait "la réduction des impôts et des taxes en particulier pour les familles".

En 2013, par la magie de l'onction UDC, certaines de ces familles devenaient intouchables, le même parti qui militait pour augmenter de 10'000 à 24'000 francs les déductions pour frais de garde en crèche, emboîtait le pas au parti socialiste contre "le modèle familial traditionnel" de la femme au "fourneau". Ces mots ont été dits, prononcés, écrits, nous n'inventons rien.

L'on a tout entendu et son contraire dans cette guerre absurde contre la famille et cette curieuse volonté d'opposer à un hypothétique modèle "traditionnel", un modèle "moderne", qui lui serait préférable, comme si la famille avait cessé d'être ce qu'elle est, le berceau de la filiation... de la vie.

Mais l'argument qui semble avoir le mieux pris est celui voulant qu'il n'y ait aucune raison d'opérer des déductions là où il n'y a pas de frais. Argument auquel a répondu magistralement Marie-Hélène Miauton il y a quelques jours:

"Prétendre que cette déduction serait fictive, c’est considérer qu’une femme ou un homme au foyer n’exerce pas une réelle activité justifiant des déductions. Dans ce cas, pourquoi rémunère-t-on les jardinières d’enfants (pardon aux féministes, mais il y a peu de jardiniers), et pourquoi exige-t-on qu’elles aient suivi une formation… professionnelle? Une profession exercée à domicile n’en est pas moins une profession!"

Qu'importe, au PLR on se taille une conviction de la répétition. Ainsi, c'est pleine d'assurance que la conseillère nationale radicale vaudoise Isabelle Moret, lors du dernier Infrarouge sur la question, martelait avec force (dès 07:08):

"Ce sera une déduction pour des frais qui n'existent pas sur un revenu qui n'existe pas",

pour des personnes, qui plus est, qui "travaillent à 0%"; les parents à domicile apprécieront.

Or, en juin 2011, cette même Mme Moret déposait au Parlement une motion pour "encourager et reconnaître le bénévolat par une déduction fiscale", soit pour des frais inexistants sur une activité dont le principe même est l'absence de revenus.

Elle y écrivait:

"L'article 33a de la LIFD autorise le contribuable à déduire de son revenu les dons en espèces et sous forme d'autres valeurs patrimoniales [...] Or, le bénévolat n'est rien d'autre que le don de son temps, donc un don en nature."

Ainsi, si l'on s'en tient rigoureusement à sa logique, la plus pure expression du don de soi qu'est l'amour, le temps, le soin d'une mère, d'un père, pour son enfant n'est même pas à considérer, au PLR, au rang du simple bénévolat...

3 commentaires

  1. Posté par Donald Moos le

    Si soutenir la politique socialiste anti-suisse et anti-« riches » est la meilleure formule que les libéraux aient trouvé pour l’avenir de nos enfants et de l’économie de notre pays, je ne me demande plus pourquoi on compare les êtres humains à des hamburgers et nos enfants à des AG !?! panneaux publicitaires concernant les votations du 24.11 et vus dans la rue à Sion !!!
    Ils devraient se poser la question nos libéraux d’opérette si ce sont les socialistes qui vont les soutenir dans la campagne pour la taxation des héritages et pour l’impôt à forfait. Je ne m’attends pas à ce qu’ils réfléchissent sur la justification d’étendre l’Etat-providence à l’éducation des nouveaux-nés, ce serait être un peu trop intellectuel pour le radical-libéral de base, mais au moins qu’ils aient un minimum de réflexion politique. Les représentants du bon peuple qui en arrivent à ce niveau d’intelligence politique et sociale feraient mieux de retourner à leurs fourneaux et regarder Desperate Housewives sur TSR-Prada.
    Félicitations aux Observateurs et Madame Miauton
    Donald Moos

  2. Posté par Antonio Giovanni le

    Les impôts sur des revenus fictifs ? mais bien sûr la Suisse connaît: elle a inventé le revenu locatif, un revenu pour rire, mais qui rapporte tant de beaux milliards dont la Confédération et les cantons se régalent depuis….je donne ma langue au chat! Mais cet impôt réel sur un revenu fictif ne doit pas être connu de Mme Moret; qui sait ? Comme en France, il suffit à l’administration de créer un mot nouveau pour faire apparaître magiquement l’impôt qui s’en suit! Peut-être Mme Moret pense-t-elle que les allocations familiales suffisent à contenter pour leur peine tant de mères dévouant toute leur jeunesse aux rejetons; mais alors il serait à propos d’en estimer la valeur vénale et de la comparer aux allocations.

  3. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Ils me font bien rire, les illuminés. OK, la femme au boulot, la famille au resto. Ils se mélangent sérieusement les pinceaux. Ça ne leur vient pas à l’esprit qu’une femme dégourdie peut gagner un diplôme universitaire à domicile? Ils la prennent pour une gourde! Ils me les brisent menu!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.