D’abord une défaite de la gauche

post_thumb_default

S'il n'y avait qu'une chose à retenir des votations de dimanche, c'est bien l'incapacité récurrente de la gauche à l'emporter sur le terrain des idées. Car, et il conviendra de ne pas l'oublier, la claque magistrale d'un peuple agacé à une poignée de bergers du Larzac obstinés, mus par une fausse conception du pacifisme, est et reste avant tout, nonobstant le soin prudent de certains médias à ne citer que le GSsA, celle de la gauche, des Verts et, surtout, d'un parti socialiste qui venait d'amender ses statuts pour sacrifier au concept lénifiant voulant qu'une armée neutre, vouée à la défense exclusive du territoire, serait une arme de guerre - et la guerre c'est mal - plutôt qu'une garantie de paix.

Se refusant à apprendre de ses échecs, le GSsA, et la tendance politique qui marche à couvert à l'abri de ses couleurs, ont fini par lasser, et chacune de leurs manifestations sera désormais condamnée à se voir changer en déclaration d'amour et de confiance absolue de tout un peuple pour une armée qui ne peut que sortir grandie devant la bassesse de certaines attaques. Une chose est claire, le peuple suisse n'est pas prêt à se faire bouffer tout cru au prétexte de lendemains qui chantent une humanité débarrassée des conflits, faisant la ronde autour du monde, main dans la main et transcendée par l'idéal socialiste.

Et pourtant, quand le PS feint de revenir aux sources originelles et de s'inquiéter un peu du bien-être du petit travailleur, taillable et corvéable à toutes heures du jour et de la nuit, il ne convainc plus non plus. Le profond matérialisme de son libéralisme moral ayant participé à l'individualisme triomphant au même titre que le capitalisme, l'égoïsme ambiant qui en a résulté s'est persuadé, à gauche aussi bien qu'à droite, de la nécessité de sortir une caissière de son lit pour lui vendre une saucisse à rôtir à 5 heures du matin. La social-démocratie entraîne dans sa chute les Eglises chrétiennes, dont elle a éreinté les valeurs conservatrice depuis ces quinze dernières décennies et dont on peine à comprendre l'aliénation critique les poussant à donner ainsi et depuis si longtemps profusion de verges pour se faire battre.

L'incontestable, et néanmoins regrettable, succès d'Alain Berset sur les épidémies de l'homme est bien la preuve, au contraire, que la gauche ne peut plus l'emporter à découvert, mais seulement à l'abri du vernis officiel des institutions, dans des "lois-paquets" qui seront toujours autant de chevaux de Troie administratifs. Car si la gauche a perdu l'opinion, elle conserve l'administration et une formidable capacité a détourner la volonté populaire, on l'a vu avec l'internement à vie, le renvoi des criminels étrangers, etc. Ce n'est pas le peuple qu'il faut récupérer à présent, c'est l'Etat.

2 commentaires

  1. Posté par Philippe Cassard le

    Juste une précision, le Larzac n’a pas été le fait de bergers pacifistes mais des éleveurs qui voulaient garder leur terre. Ce n’étaient pas des pacifistes et certains étaient même prêts à prendre leur fusil. C’est Lanza del Vasto surtout qui a persuadé les paysans à utiliser la lutte non-violente. Il s’agit d’une méthode et non pas des convictions au départ. Après pour l’habillage les paysans ont développé un discours pacifiste. Une de leurs chances dans cette lutte c’est qu’ils n’élevaient pas des cochons mais des moutons donc tout ça tombait très bien pour mobiliser une large frange de la population. A part ça, personnellement, j’ai voté contre l’initiative de liquidation de l’armée suisse.

  2. Posté par Cain_Marchenoir le

    Un des principes fondamentaux dans l’éducation d’un très jeune enfant consiste à lui faire comprendre qu’il doit apprendre à contrôler ses pulsions, qu’il ne peut pas faire tout et n’importe quoi à n’importe quel moment. Comment veut-on réussir dans ce domaine si la société toute entière est composée de grands enfants capricieux qui, par ce qu’ils veulent manger une saucisse à 3h du matin, doivent pouvoir l’obtenir??? La société occidentale est devenue si sénile qu’elle n’arrive pas à se rappeler qui elle est, et qu’elle a même oublié son stade de développement, régressant au niveau du mioche guidé par des caprices et des émotions uniquement…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.