Infrarouge: la voix de leurs maîtres

post_thumb_default

Passons sur la modération, dont la difficulté à s'exprimer en langue française en dit long sur la distance qui sépare à présent la Rédaction de la RTS de son public.

Hier, sur le plateau d'Infrarouge, il se sera trouvé tout de même une Syrienne, Marwa Daoudy, pour s'inquiéter des conséquences d'un bombardement sur sa terre, et son peuple, d'origine.

Pour le reste, et pour juger de l'objectivité du média public d'un Etat neutre, on vous le donne en vrac, à vous de juger.

En préambule, signalons la déclaration du général Desportes (dès 37:09):

"Quand on fait la paix, on la fait entre toutes les parties, et donc il faut bien que le régime Assad participe aux discussions."

Une évidence que la RTS eût dû peut-être retenir pour assurer l'impartialité d'un débat qui a donné ceci:

- La Coalition ne refuserait pas de rencontrer les représentants du régime.

- Les frappes seraient "limitées et symboliques" (le général Desportes, dès 40:15,  précise tout de même que "l'effondrement du régime Assad serait un drame, parce que cela se traduirait par des massacres terribles dans les populations chiites, dans les populations alaouites, évidemment, et dans les populations chrétiennes". Il défendra néanmoins le principe de frappes ciblées, et cet argument des conséquences d'une chute du régime ne sera relevé par personne sur le plateau).

- Les frappes ne seraient "pas une guerre" mais "une opération de guerre"; nuance...

- La précision de ces frappes serait "quasiment métrique" (ici les invités contestent, Daoudy et Jochum de MSF expriment leurs inquiétudes pour la population civile en cas de frappes "indiscriminées". Où l'on apprend d'ailleurs que MSF ne travaille qu'aux côtés des "rebelles", côté où Jochum constate une "insécurité grandissante" pour ses médecins).

- La Coalition a rédigé une "charte selon la Convention de Genève" pour imposer le respect des blessés (ne pas les achever par décapitation pour ensuite leur dévorer le coeur, par exemple).

- Au début, le mouvement  de "rébellion" était "pacifique" et n'a pris les armes qu'en réponse aux violences arbitraires du régime.

- Les brigades armées "à tendance islamiste" n'ont rien à voir avec les "jihadistes" (51:00)

- Les "islamistes proches des Frères musulmans, qui sont financés par l'Arabie saoudite" sont à distinguer des "jihadistes".

- C'est le régime qui a "facilité l'entrée de ces jihadistes" en provenance d'Irak.

- C'est la "médiatisation" de ces "jihadistes" qui est responsable d'une généralisation de l'image de la "rebellion". Les médias seraient ainsi majoritairement hostiles à la cause de la "rebellion".

- "30% de ces jihadistes sont traités par le régime" (52:21), comprendre soldés et aux mains du gouvernement syrien à seules fins de manipulation complotiste.

- "40% de ces jihadistes ont été fournis par l'Iran", principal allié de la Syrie.

- "La branche d'Al-Qaeda qui a fui l'Afghanistan, qui s'est réfugiée en Iran et qui ont été instrumentalisés par les Pasdaran, en accord avec Assad, ils les ont envoyé sur le front syrien pour faire apparaître comme le gentil, le modéré." Ce qui a admirablement marché comme chacun sait. La moindre preuve à l'appui de cette théorie du complot abracadabrante d'un nouveau genre ? Non, bien sûr. Une contestation à l'antenne ? Non plus.

- Conséquence: Le seul moyen de combattre les "jihadistes" est d'affaiblir Assad... (52:53).

- Le 30% des jihadistes restants sont de bonne foi mais naïfs, "manipulés par les 70% qui sont aux mains des services syriens et iraniens" (52:57).

- Par conséquent, la Coalition n'a rien à voir avec les combattants qui forment la totalité du commandement de ses forces armées (ce qui est pourtant admis par Marwa Daoudy, qui précise (dès 50:41) que le commandement de l'Armée syrienne libre (ASL) est composé de "diverses brigades" comprenant des "éléments islamistes" et limite les rapports ASL-Coalition  a de seimples relations; une façon de révéler que la Coalition ne représente plus qu'elle-même. Emma Suleiman, porte-parole de la Coalition, reconnaît d'ailleurs (49:23) que la Coalition est dépassée par des "groupes extrémistes qui essaient d'imposer leur agenda".

- Les Occidentaux ne font rien au Moyen-Orient, les seuls à agir sont la Russie et l'Iran...

- La Coalition c'est le peuple (c'est sans doute pour confirmer cela que le collectif des "Syriens de Suisse" a été désinvité...), le président syrien est un dictateur, il faut permettre aux peuples d'accéder à la "démocratie".

Mais qu'en attendre de cette "démocratie" lorsque, même en Suisse, pays phare de la démocratie directe, dans un média public, certains sont privés de parole ?

2 commentaires

  1. Posté par Jean-Souhel Gowrié le

    Merci d’abord pour cette « décortication » qui me rappelle de bons (une manière de parler) souvenir. Je souhaite pour ma part juste revenir sur le cas du pire intervenant sur le plateau : Antoine Basbous. Celui-ci n’a en effet pas démenti ce que j’avançais dans l’interview que « Les Observateurs » a réalisé avec moi trois heures avant l’émission. Une haine « personnelle » au-delà de toute imagination. Tant mieux pour lui car il n’y avait personne sur le plateau pour le contredire. Et ce n’est pas le producteur/présentateur de l’émission qui ignorait jusqu’à l’existence de Maloola, qui viendrait lui mettre des bâtons dans les roues.

    Antoine Basbous donc, nous déroulant les poncifs habituels sue les 100 à 200 ans qui étaient nécessaires pour que les « démocraties » occidentales en arrivent là, propose, abjection à l’état pur, de laisser 10 à 15 ans aux Arabes pour être au même stade. En voyant un peu ce qui s’est passé pendant les 100 à 200 ans dont ce Basbous parlent en Europe, on comprend qu’il propose que les Arabes s’entretuent encore pendant 10 à 15 ans pour faire de même.

  2. Posté par Marie-France Oberson le

    « – La Coalition a rédigé une « charte selon la Convention de Genève » pour imposer le respect des blessés (ne pas les achever par décapitation pour ensuite leur dévorer le coeur, par exemple). »
    ……………………………………………………………………………
    On est persuadé que cette charte sera respectée tant ces gens-là sont respectueux de toutes le slois, et règlements édités par l’Occident! Quelle bonne idée d’avoir pensé à l’ériger pour empêcher de tels massacres!!!!Ouf les blessés prisonniers sont désormais à l’abri d’actes barbares grâce à cette charte !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.