Vers le déclin du principe démocratique

post_thumb_default

En l'an 2000, le peuple de l'Etat de Californie votait à 61,4% la Proposition 22, définissant comme seul valide le mariage contracté par un homme et une femme. En 2008, la Cour suprême de Californie déclarait le référendum anticonstitutionnel et nul d'effets.

Six mois plus tard, le même peuple revotait à nouveau pour amender sa Constitution. Il y a une semaine, la Cour suprême des Etats-Unis établissait que les Californiens n'étaient pas aptes, en la forme, à modifier leur constitution.

Moins loin, il y a quelques jours, l'exécutif suprême d'un petit Etat alpin européen a décidé qu'il n'appliquerait pas une initiative populaire demandant le renvoi des criminels étrangers mais lui opposerait les conditions du contre-projet même qui avait été rejeté lors de la votation populaire.

Si les apparences subsistent, les ors des palais, le ronflement des fanfares, le rengorgement des élus, leurs gargarismes sur la démocratie libératrice, irremplaçable, la substance s'évapore doucement, ne laissant plus derrière elle qu'une coquille vide.

La démocratie, en son essence, c'est le remplacement de l'épreuve de force physique par son pendant idéologique. Ne parvenant plus à emporter les consciences, certains courants, minoritaires forcément, ont décidé de revenir à l'ancienne méthode. Paradoxalement, ceux-là sont les mêmes qui invoqueront le vocable de la démocratie dès que la majorité attaquée manifestera quelque velléité de se défendre.

Le renonciation volontaire à sa propre domination, qu'entend la démocratie, implique le respect d'autrui. Pas nécessairement de ses idées, mais de sa personne. Guidés par leur fanatisme, certains ont perdu ce respect, par conséquent ils ont perdu cette retenue.

Que l'on ne s'y trompe pas, cette lente substitution de l'origine du pouvoir n'est pas fortuite, c'est, en son principe, la négation de notre droit, c'est nous faire violence.

Un commentaire

  1. Posté par Pascal le

    Un sage a dit : La dictature, c’est « ferme ta gueule ». La démocratie, c’est « cause toujours ».

    C’est tellement et de plus en plus vrai.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.