Vision de la réalité au PLR

Claudine Esseiva, secrétaire générale des femmes PLR Suisse, frappe à nouveau dans sa chronique au Matin.

Pour Claudine Esseiva:

"Une initiative de l’UDC veut promouvoir le fourneau et la marmite à vapeur. La femme qui renonce à occuper un emploi et préfère se charger uniquement de la bonne conduite de la maisonnée et de la marmaille sera subventionnée par le contribuable travailleur.

Un drôle de principe de redistribution. L’UDC a le mérite du langage direct: les enfants doivent être éduqués uniquement par leurs propres parents et les crèches financées par l’Etat sont un mal."

Dans la réalité, l'initiative pour les familles demande que la déduction fiscale accordée aux familles qui confient leurs enfants à des crèches soit étendue, comme cela se fait déjà dans certains cantons, à celles qui préfèrent les garder à la maison (les deux déductions sont d'ailleurs combinables en fonction d'un certain pourcentage dans les cantons où la chose se pratique). Une simple et élémentaire question de justice qui, en outre, offrira une alternative bienvenue à l'engorgement des crèches subventionnées.

Le texte dit ceci:

"Les parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants doivent bénéficier d‘une déduction fiscale au moins égale à celle accordée aux parents qui confient la garde de leurs enfants à des tiers."

A aucun moment le mot "femme" n'est prononcé. La vision exclusive selon laquelle la femme serait le seul parent associé à cette tâche hautement dégradante de l'éducation des enfants n'appartient qu'à la secrétaire des femmes PLR. L'allégation selon laquelle l'UDC s'érigerait contre les crèches financées par l’Etat est par ailleurs totalement gratuite.

Pour atteindre à ses 1'800 caractères, l'égérie libérale-radicale, qui ne craint pas la facilité, enquille sur l'initiative Financer l’avortement est une affaire privée  avec cet argument:

"Tu oublies de mettre ton pull-over, tu attrapes la grippe, l’Etat rembourse. Tu oublies de prendre la pilule, tu tombes enceinte, démerde-toi."

Comparaison glaçante, mâtinée d'une vision déresponsabilisée du monde où la société n'a qu'à payer pour les inadvertances du consommateur.

Claudine Esseiva enchaîne encore sur ces abominables démocrates-chrétiens qui, eux:

"Veulent bétonner le mariage entre hommes et femmes"

ajoutant en guise de raison:

"Les couples de même sexe peuvent se débrouiller";

on se demande bien comment ils ont fait jusqu'ici...

Le PLR s'est peut-être cru inspiré un beau jour en développant sur sa gauche libérale, reste que l'excroissance monstrueuse prend des proportions métastatiques qui pourraient bien, à terme, emporter le corps tout entier.

 

Source

2 commentaires

  1. Posté par Cain_Marchenoir le

    Vous auriez pu ajouter que Mme Esseiva dans sa comparaison entre le fait d’être enceinte et d’avoir la grippe estime qu’un bébé n’est rien d’autre qu’un virus malsain….

  2. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Ainsi, la femme que j’ai épousée, dont j’ai adopté les deux enfants et qui a cessé de travailler pour prendre soin de notre premier né, et du second, est un plouc? Et nous aurions, à la faveur des allocations familiales, ponctionné le fruit du travail d’honnêtes travailleurs? Qu’elle vienne me le dire en face, ce parangon de vertu! Et qu’elle vienne aussi le dire à celle qui m’a chassé! Elle recevra une volée de bois vert! Si quelqu’un est en position de rabattre le caquet aux phraseurs c’est moi! Les jeunes socialistes qui, en faveur des crèches, disaient  » faites l’amour! Nous nous occupons du reste! » M’ont offensé gravement! J’ajoute que cette Esseiva me fait un enfant dans le dos! J’expliquerai une autre fois ce que j’entends par là. Je garde en réserve, pour cette sommité que la marmite à vapeur recluse, le témoignage des enfants dont je suis père! Pas Piqué des vers!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.