Ce monde pour qui l’enfant a de la valeur

post_thumb_default

L'Occident est seul dans sa course effrénée au démantèlement des institutions humaines. L'adoption homosexuelle n'aura peut-être jamais lieu faute de "matière première", les premiers pays "producteurs" d'orphelins préférant les garder auprès d'eux plutôt que de les voir livrés au délire sans mesure d'un monde riche d'argent mais pauvre de tout le reste. La vision contraire d'un monde, le vrai monde, exception faite de quelques îlots urbains - ghettos bobos - d'Europe de l'ouest et des deux côtes étasuniennes, qui ne trouve pas dans la réussite matérielle de quoi compenser ce qui fonde et soutient l'humanité.

La Russie vient de réclamer le retour au pays de l'un de ses orphelins dont la mère adoptive avait sciemment caché son homosexualité, ce qui « est inacceptable et nuisible à sa santé psychologique », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères pour les droits de l'enfant. A cette histoire est venu s'ajouter le drame de Maxime, 3 ans, adopté au Texas et vraisemblablement décédé d'avoir été battu. L'étude du sociologue américain Mark Regnus, démontrant que, parmi les enfants de "parents" homosexuels, 40% étaient atteints de maladie vénériennes au cours de leur enfance, a connu aussi un retentissement considérable dans la presse russe. Dans les rues de Moscou, on manifeste. La Douma a voté l'interdiction de l'adoption d'orphelins russes par des couples américains, décision que le Congrès US s'est juré de punir sans attendre. Le gouvernement russe a encore signifié aux autorités françaises que l'adoption du mariage "pour tous" symboliserait la fin de l'adoption tout court et pour tout le monde.

De son côté, l'Inde a fortement restreint son adoption internationale aux seuls enfants dont l'état de santé demande des soins aigus que seul l'Occident peut dispenser, tant et si bien que même Terre des hommes a jeté l'éponge. Le Maroc, quant à lui, conditionne l'adoption de ses enfants à la conservation de la religion musulmane. Entre crainte et dégoût, le "tiers-monde" , passé de l'admiration au mépris en quelques décennies, rejette énergiquement la grâce magistrale de l'adoption internationale ainsi que la tutelle morale d'un Occident vautré dans les déjections de sa décadence. C'est ce que nous sommes devenus, au titre d'ex-élites, que cette base mondiale, ce monde "d'en-bas", vomit et conspue sans plus de ménagement. Ce que le monde nous dit, c'est qu'il ne nous voit plus bon à le diriger, à l'éduquer.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.