Crime organisé: « Le temps est venu d’appliquer les lois »

nicolas_giannakopoulos

Nicolas Giannakopoulos, Président de l’Observatoire du crime organisé dit toute sa pensée sur les lacunes d’un système peu capable de faire face à la menace du crime organisé. Interview.

Si la Suisse n'est pas le paradis du crime organisé, elle en est l'air de repos. Un repos et une quiétude qui ne sont plus de mise devant l'ampleur que prend le phénomène.

La pieuvre déploie ses tentacules visqueux tandis que les administrations s'enlisent dans les confusions du juridisme. Pour Nicolas Giannakopoulos, le premier mal c'est l'ignorance, le second l'absence de coordination et une action entravée par le boulet de la bureaucratie.

Pour le Président de l'Observatoire du crime organisé la volonté suffit, la volonté d'affronter le problème, de créer des réseaux de confiance et de se donner les moyens de terrasser l'adversaire. En faire autant contre le crime que pour la fiscalité, user de lois plus simples, plus justes et de peines réellement dissuasives.

La vision d'un spécialiste indépendant à mille lieues des considérations d'experts pensionnés sur le besoin de consoler le criminel en lui tapotant le dos de la main tout en lui parlant de son enfance. La crédibilité des Etats est en jeu devant l'expansion et la professionnalisation de la grande criminalité, le risque d'être un jour submergé est devenu bien réel. Le temps est peut-être venu de se défendre.

 

Un commentaire

  1. Posté par Brisset le

    Je suis depuis quelques années les questions de l’économie criminelle.
    Il y aurait peut-être quelques pistes à creuser en Suisse:
    – Faire l’inventaire des sociétés anonymes avec actions aux porteurs. C’est d’ailleurs je crois l’un des aspects qui bloque les négociations entre l’Europe et la Suisse…
    Que représente par canton, les flux financiers de ses sociétés? Car bien sûr, ses sociétés créent des emplois, investissent dans l’immobilier, le luxe…
    – Il existe des outils anti-corruptions, sont-ils appliqué?
    – Quelle est le taux d’application des peines?
    – Les lois peuvent être vider de leur substance, par intérêt particulier ou corruption? Quelle est la sanction?
    Si la Suisse décide de « laver plus blanc », que feront les autres pays? Il n’y a pas de sociétés aux porteurs en France et pourtant, il semblerait qu’il y a depuis plusieurs dizaines d’années des problèmes d’économie criminelle.

    Pas facile!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.